La menace d’une reprise des manifestations de l’opposition pour dénoncer «la mauvaise foi» du gouvernement dans l’application de l’accord du 12 octobre et la polémique qui enfle autour du budget alloué au chef de file de l’opposition sont deux sujets que le leader du Bloc Libéral, a accepté d’aborder ce mercredi 10 mai au téléphone de Guinéenews...   

Sur le premier sujet, Dr. Faya Millimono a clairement déclaré que son parti bien qu’il soit de l’opposition, n’est pas une partie prenante. S’exprimant sur le deuxième sujet, le président du BL a affirmé que le débat sur le budget de fonctionnement du chef de file de l’opposition n’a point besoin d’être débattu dans la mesure où le chef de file de l’opposition est une institution au même titre que le médiateur de la République ainsi que les autres institutions.  

Éventualité d’une reprise des manifs… 

«A date, nous ne sommes pas partie prenante parce que, depuis le mois de novembre 2016, nous avons eu des positions différentes de celles de certains membres de l’opposition républicaine. On a violé la charte de l’opposition républicaine en disant qu’ils ne peuvent plus nous inviter parce que nous avons une position différente. Depuis, nous sommes en train d’évoluer  de notre côté parce que nous ne considérons pas que notre existence dépende de la volonté de quelqu’un. Nous ne trouvons pas impertinent le fait qu’ils parlent de manifestations mais nous disons que nous ne sommes pas partie prenante».

Affaire 500 millions alloués au chef de file de l’opposition…

«Je ne crois pas que cela vaut la peine d’être débattu. Au moment qu’on a érigé le chef de file de l’opposition en une institution au même titre que le médiateur de la République ainsi que les autres institutions, il faut prévoir un budget de fonctionnement. Je crois que tous ceux qui interviennent sont en train de passer à côté. La fonction du chef de file de l’opposition n’est pas une première, je l’ai vécue personnellement dans les pays où le chef de file de l’opposition a même  droit à un logement de fonction etc. C’est toute une administration. Donc, à savoir si ce budget de 500 millions est trop ou petit, je ne peux pas me prononcer là-dessus parce que je n’ai pas les détails».     

Commentaires   

+3 #8 shams deen 12-05-2017 02:09
@ Bangus

C'est exact que le souci de certains soit juste les poches et le fait que très peu se préoccupe du pays est affligeant.
Je suis à CKY et j’écoute les radios avec des commentaires au ras du sol pour ne pas dire de niveaux zéros.
Lorsque dans un pays le chef se glorifie d'avoir autorisé la construction d'Hôtel et ou autorise l'utilisation des routes nationales pour le transport de minerais dans des camions on ne verra que ce genre de drame.
Tous les jours que Dieu fait j'ai au moins une ou deux des miens qui utilise la route Dubreka -Tanene et donc je suis toujours sur le qui-vive.
Citer
-5 #7 Comolam 12-05-2017 00:02
L'analyse d'un ami L.T : Actualité oblige...

" Mais si,il y a tant de fumée forcément il doit y avoir du feu." Le chef de file de l'opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo vient d'ajouter une casserole de plus à celles déjà nombreuses qu'il traîne depuis. En effet, ces derniers temps sont marqués par une problématique affaire de 500.000.000 fg mensuels, que le Trésor public verserait à CDD au titre de sa fonction de chef de file de l'opposition guinéenne.Ce qui est difficile à comprendre dans cette affaire est la volonté manifeste de la cacher de l'opinion et de rouler tout le monde dans la farine.

Ce jeu de miroir pour empêcher de voir clair, ne fonctionne pas avec le Président Alpha Condé qui,d'une probité morale sans conteste, faisant tout dans la transparence surtout la gestion des deniers publics avait déclaré officiellement que le chef de file de l'opposition bénéficierait dorénavant de toutes les prérogatives de sa fonction,notamment un budget de fonctionnement.

Alors, pourquoi cacher la gestion de cette somme ?

Pour quelle raison, défoncer une porte qui est déjà ouverte ?

Tout simplement, au regard de sa pratique habituelle, CDD gère cette manne pour ne pas avoir à la partager.

Il déclare qu'elle est destinée à sa personnalité et non pas à son institution, ceci au mépris de toutes les règles et principes de la démocratie.

Cette pratique peut certes être un succès tactique, mais une défaite stratégique (que CDD ait fait quelque chose qui commence déjà à nuire à sa réputation).De l'avis de ses partisans,c'est assez opportuniste pour ne pas dire déloyal.

Même ses plus proches lieutenants, sont pleins d'amertume et de déception ; le député Ousmane Gaoual, souvent considéré comme "son bras droit " s'est rendu à l'évidence que son mentor est "gauchier ", qu'il ne faisait rien avec la main droite.

L'amour de l'argent ne fait pas bon ménage avec la politique. La duplicité ou la cupidité ne paye pas en politique.Le drame est que le président de l'ufdg entretient des rapports commodes avec la vérité, pour lui la vérité doit changer en fonction des circonstances et de l'interlocuteur.

Mais la présente controverse vient ruiner un peu plus le capital de confiance dont il jouissait encore au sein de l'opposition. Le chef de la communication de l'ufdg a tenté sans succès de démentir les accusations dont son chef fait l'objet,il s'est égaré dans des explications extrêmement vagues et bien peu convaincantes. Cependant,le président de l'ufdg n'est pas à son premier essai.

L'affaire des 2 milliards offerts par Sékouba Konaté, pour le dédommagement du 28 sept, le président de la Transition à chacun des trois leaders ( Cellou Dalein, Sidya Touré et feu Jean Marie Doré )serait restée dans le secret si l'honorable Jean Marie Doré et ne l'avait pas mise sur la place publique .

Heureusement que le temps travaille pour la vérité ; il ne s'agit pas de faire plaisir ou de faire du tort, mais de rétablir la vérité.

L'ufdg s'est épuisée dans des manifestations de rue,qui ne lui ont apporté ni bénéfice ni satisfaction. Les maladresses politiques et autre duplicité de son leader, risquent de précipiter ladite formation politique inexorablement dans la descente aux enfers." On est toujours puni là où on a péché ".

On peut vouloir donner des leçons de morale,mais il faut être soi-même exemplaire. Les partisans du chef de l'opposition guinéenne désappointés, peuvent faire le deuil de leurs désillusions, eux qui attribuaient toutes les valeurs humaines à leur champion, El hadji Cellou Dalein Diallo.
Citer
0 #6 Comolam 11-05-2017 20:49
Quand l'hypocritie devient le sport favori de Cellou, après avoir mentir en niant publiquement avoir reçu 500 millions/mois, voilà ce que Cellou dit, invité d’une émission de grande écoutée dans la capitale Conakry, Cellou Dalein Diallo a affirmé qu’il va utiliser son budget de Chef de file de l’opposition pour requinquer son parti l’UFDG qui, semble-t-il, n’a plus les moyens pour renouveler par exemple, son parc automobile.

Il existe depuis quelques jours une polémique au tour d’un montant de cinq cent millions de francs guinéens que le président de l’UFDG (union des forces démocratiques de Guinée) aurait reçu de l’Etat. De l’argent qui lui aurait permis d’effectuer sa tournée à l’intérieur du pays.

Alors qu’avant lui, ses lieutenants ont tenté de nier les faits, Cellou Dalein a confié à ses interlocuteurs que cet argent lui est destiné personnellement en tant que leader du parti d’opposition qui a plus de députés à l’Assemblée nationale (37).

Lorsqu’il lui a été posé la question de savoir, si cet argent peut être utilisé pour l’entretien de son parti, l’UFDG, à présenter des candidats par exemple, Cellou Dalein Diallo a répondu : Pourquoi pas ?

Cellou Dalein n’a pas hésité aussi à démentir les affirmations de ses lieutenants, selon lesquelles, il n’a pas besoin de l’argent de l’Etat pour faire fonctionner son parti. Bien au contraire, le président de l’UFDG s’est dit bien dans le besoin plus que par le passé.

« J’ai un grand parti. Je dois présenter des candidats dans les 304 CRD. La caution seulement va faire 2 milliards. En 2010, nous avions une dizaine de pick-up. Tout est vieillissant aujourd’hui. Il va falloir faire face à toute ces charges », a-t-il mentionné.

A noter que le budget de fonctionnement du chef de file de l’opposition s’élève à cinq milliards de francs guinéens par an.
Citer
+2 #5 Bangus 11-05-2017 20:08
Citation en provenance du commentaire précédent de shams deen :
Pour une fois je suis d'accord avec FAYA concernant ce tintamarre de mauvais gout.
Que tous ceux se font passe pour des gens qui sont allés a l'école et se définissent abusivement intellectuels saches que l'INSTITUTION de CHEF DE L"OPPOSITION a droit à un cabinet donc au moins égal a celui du president en exercice.
Les pays qui qui l'ont institués sont convaincus que les coups d'états et autre forme de prise de pouvoir ne peuvent pas survenir et donc l'opposant en chef doit se préparer à GOUVERNER et donc est appelé à savoir les failles et comment les corriger au cas où.
La polémique 500 mios est un non évènement et pour ma part je trouve que c'est peu parce qu'en 2011 si le nouveau pouvoir savait comment prendre les choses en mains on aurait évité beaucoup de gâchis qui a plongé de plus le pays, il ne nous reste que le touche du fond sinon nous avons déjà franchis bien des abysses.
NB: BANGUS je souscris à cette phrase "Par ailleurs, il est claire que dans ce pays " l'élite " est malhonnête en générale. " mais a demi seulement parce que dans cette Elite il y a ceux aussi qui ne savent pas que lire seulement.



En faite Shams , te rends tu compte, nous venons de perdre en moins d'une semaine + de 30 compatriotes , tous répartis à Dieu par suite d'accidents de circulation.
Ce drame nous émeut moins. Pas de deuil national, rien. Au contraire ce qui préoccupe ceux qui savent ecrire et lire, ce sont ces futilités liées au budget du CFO.
C'est la UNE de tous les organes de medias et les gens s'en delectent à satiété.
On oublie bêtement notre comportement face à nos problèmes préoccupations pour s'étonner de l'attitude de la gouvernance à notre égard.
Nous meritons nos dirigeants !!!
Citer
+3 #4 Oumar Mâci Bah 11-05-2017 19:36
CDD a peut-être commis une erreur politique en acceptant ce cadeau empoisonné, vu l'état de pauvreté du pays. En général, l'État doit réduire son train de vie: il y a par ex. une pléthore de conseillers aux fonctions obscures attachés à la présidence. Le président aussi pourrait donner le bon exemple et réduire ses voyages à l'étranger. Après avoir eu des présidents qui vivaient en ermites (AST et Conté), nous avons maintenant un véritable pigeon-voyageur.
Citer
+2 #3 shams deen 11-05-2017 13:22
Pour une fois je suis d'accord avec FAYA concernant ce tintamarre de mauvais gout.
Que tous ceux se font passe pour des gens qui sont allés a l'école et se définissent abusivement intellectuels saches que l'INSTITUTION de CHEF DE L"OPPOSITION a droit à un cabinet donc au moins égal a celui du president en exercice.
Les pays qui qui l'ont institués sont convaincus que les coups d'états et autre forme de prise de pouvoir ne peuvent pas survenir et donc l'opposant en chef doit se préparer à GOUVERNER et donc est appelé à savoir les failles et comment les corriger au cas où.
La polémique 500 mios est un non évènement et pour ma part je trouve que c'est peu parce qu'en 2011 si le nouveau pouvoir savait comment prendre les choses en mains on aurait évité beaucoup de gâchis qui a plongé de plus le pays, il ne nous reste que le touche du fond sinon nous avons déjà franchis bien des abysses.
NB: BANGUS je souscris à cette phrase "Par ailleurs, il est claire que dans ce pays " l'élite " est malhonnête en générale. " mais a demi seulement parce que dans cette Elite il y a ceux aussi qui ne savent pas que lire seulement.
Citer
+2 #2 Cisse 11-05-2017 11:38
Citation en provenance du commentaire précédent de Bangus :
Lui au moins est lucide dans ses prises de paroles. Il est rare de relever dans ses dires de la mauvaise foi.
Par ailleurs, il est claire que dans ce pays " l'élite " est malhonnête en générale.
Comment peut on pendant 2 ans passé son temps à critiquer l'absence de Cellou dans le rang protocolaire au près du chef de l'Etat en tant que chef de file de l'opposition ( institution) et se méprendre en se confondant dans toute sorte de critique une fois que celui-ci renoue le dialogue avec le President, revient dans le rang, essaie de jouer son rôle et beneficie des avantages liés à cette institution.
Il ya un gros problème CELLOU ou tout simplement ce qui a attrait à lui chez certains dans ce pays.
Personnellement je ne suis pas d'accord que 50 000 € soient versés mensuellement à une institution dont on aurait pu se passer dans l'etat actuel de la pauvreté de notre pays.
Mais qu'on y ait pensé, exécuté, voté n' a derangé personne.
Maintenant c'est l'application du coût de tout cela qui choque, cherchez l'erreur....


Je suis tout a fait d,accord .
Mais le hic est que le beneficiaire de ces avantages dus au fonction de chef de file de l,opposition s,ingenie a nier un droit (puis ce que vote a l,assemblee nationale ) .
comment Cellou et ses partisants continuent a dementir ces informations ?
De quoi ont -ils peur ?
Citer
+5 #1 Bangus 11-05-2017 08:06
Lui au moins est lucide dans ses prises de paroles. Il est rare de relever dans ses dires de la mauvaise foi.
Par ailleurs, il est claire que dans ce pays " l'élite " est malhonnête en générale.
Comment peut on pendant 2 ans passé son temps à critiquer l'absence de Cellou dans le rang protocolaire au près du chef de l'Etat en tant que chef de file de l'opposition ( institution) et se méprendre en se confondant dans toute sorte de critique une fois que celui-ci renoue le dialogue avec le President, revient dans le rang, essaie de jouer son rôle et beneficie des avantages liés à cette institution.
Il ya un gros problème CELLOU ou tout simplement ce qui a attrait à lui chez certains dans ce pays.
Personnellement je ne suis pas d'accord que 50 000 € soient versés mensuellement à une institution dont on aurait pu se passer dans l'etat actuel de la pauvreté de notre pays.
Mais qu'on y ait pensé, exécuté, voté n' a derangé personne.
Maintenant c'est l'application du coût de tout cela qui choque, cherchez l'erreur....
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir