BDTJeunesse, le mot est là. Splendidement utilisé par les hommes politiques, qui au premier chef, se sont amusés avec l’avenir des enfants qui meublent aujourd’hui cette couche sociale de notre nation. Ils font tout pour la jeunesse, alors que dans notre pays, le bien être social se conjugue au passé...

 

Oui ils se battent pour la jeunesse, mais la connaissent-ils  vraiment ?

 La jeunesse, ce sont ces chômeurs chroniques de 40-45 ans qui habitent toujours chez leurs parents, ces jeunes filles diplômées de 40 ans qui ont abandonné tout espoir d’employabilité pour se consacrer à une vie de foyer souvent incertaine, meublant les chambres des femmes divorcées avec 3 enfants aux pères différents, ceux fraichement sortis d’Université en quête de leur premier emploi ou en début d’un chômage de carrière, ou encore ceux qui affrontent  la mer Méditerranée sous l’impulsion des mains invisibles de la mafia internationale, pour supporter l’économie Libyenne au bord de l’effondrement ? C’est quoi exactement cette jeunesse au nom de laquelle nos hommes politiques s’expriment ? Leurs enfants appartiennent- ils à cette couche de notre société ?

C’est par quoi définit-on la jeunesse ?

 Une époque de la vie, un état d’esprit ou une condition de vie ? 

Je pense que le jour où ma génération répondra à ces questions philosophiques, elle pourra s’adresser avec plus de crédibilité à cette jeunesse qui perd de plus en plus confiance en l’homme politique, et plus enclin à la Révolte qu’à la Révolution.

Lorsque ma Génération répondra à ces questions sans passion, elle pourra canaliser les énergies de cette jeunesse pour un véritable renouveau politique, conformément aux defis de leur temps.

Parce que pour moi, les cas de figure cités plus haut ne sont pas représentatifs de la jeunesse, mais plutôt les conséquences d’une politique désastreuse qui s’est faite sans elle sous la deuxième république.

Le renouvellement politique est inévitable et imminent, mais par quelle jeunesse ?  

Ben Daouda Toure

Aframglobal@gmail.com

Commentaires   

+6 #6 Nfamara 07-06-2017 03:38
Je peine à reconnaître la plume acerbe de l'homme au bagout pour lequel j'éprouvais un immense estime. Pour avoir bénéficié d'une petite parcelle de responsabilité, momonsieur Toure se distingue de plus en plus par sa vision unidirectionnelle de la gouvernance de l'empereur des mines. Pour nous autres, la désillusion et le désenchantement sont à hauteur des faux espoirs et autres promesses démagogiques de campagne.
Citer
+5 #5 Africain 06-06-2017 14:11
Citation en provenance du commentaire précédent de Ben Daouda Toure :
Africain dans ce texte je n'ai pas défini la jeunesse ni la qualifie " de 40-45 ans", c'est une question que je pose(?); c'est simple.Il me semble que cet article est plus profond que les revendications pour une tablette.


Au temps pour moi Monsieur TOURE pour cette lecture rapide.

Les revendications pour une tablette est ici l'arbre qui cache cette forêt de promesses non tenues en l'endroit de la jeunesse guinéenne.

Citation en provenance du commentaire précédent de Ben Daouda Toure :
...Il me semble que cet article est plus profond que les revendications pour une tablette.


Il ne fallait pas « tacler » alors le 2ème régime pour ainsi garder cette profondeur.

Vous me rappelez tristement des défenseurs de mon "ex champion" après le discours d'Abidjan qui me parlaient de profondeur quand la réalité politique et celle économique sont toutes autres choses en Guinée. Je ne peux donc m’empêcher de vous rappeler ce passage d'une chanson de Jah Fakoly :

"…
Trop de bla bla bla
Y a trop de bla bla bla
….Y'a trop de ... "

Par ailleurs, « officiant » dans une des institutions qui sont au cœur du changement prôné par mon « ex champion » ; il serait judicieux de votre part, de nous parler de vos actions concernant cette jeunesse. Qu’avez-vous fait en termes de propositions ou de reformes ? Je vous ai connu plus prolifique quand il s’agissait des dossiers dont vous avez pu faire quelques choses. Je vous demanderais poliment la même chose ici. L’heure n’est plus aux débats philosophiques mais plutôt à l’exposition des faits ou de ce qui a été fait d’autant plus que vous vous permettez d’égratigner au passage le 2ème régime.
Citer
0 #4 Ben Daouda Toure 06-06-2017 09:37
Africain dans ce texte je n'ai pas défini la jeunesse ni la qualifie " de 40-45 ans", c'est une question que je pose(?); c'est simple.Il me semble que cet article est plus profond que les revendications pour une tablette.
Citer
+4 #3 mosaic 06-06-2017 05:25
Plus sérieusement comment se faiit il que la jeunesse au temps du premier regime a rejeté la jeunesse de l'ère Fory. Parce ce que j'ai l'impression que Mr Ben Daouda Touré dedouane le premier regime. En 1984 ceux qui ont pris le pouvoir sont ceux qui ont grandit sous l'ère du PDG. Est-ce la consequence de frustration qui les ont conduit à marginaliser la succession des jeunesses guinéeennes jusqu'à nos jours! Moi j'ai l'impression lorsque je parle avec mes concitoyens derriére la façade il y a beaucoup de rancoeur et de rendez vous ratés de cette jeunesse paradoxalement issu du premier regime. Je dis paradoxalement car la logique coudrait que si cela ne va pas il faut occulter le passé mais en Guinée on occulte ce qui n'est pas encore arrivée. En vérité cette jeunesse issue du Premier Regime pro ou anti PDG n'a hélas pas reussi à se parler à se dire les vérités lors du changement du Regime en 1984. La remise en question de nos politiciens et au delà de la société guinéenne est très difficile. Faut-il paraphraser notrw Dadis National en disant c'est un problème GENERATIONEL ou hélas Une CONTAMINATION GENERATIONELLE de frustration sans fin et sans réponses constructives à ameliorer le sort du Guinéen?
Citer
+6 #2 mosaic 05-06-2017 19:08
Papy Promesse :lol: un peu de tenue voyons
Citer
+4 #1 Africain 04-06-2017 23:37
Citation en provenance du commentaire précédent de L'auteur :

Parce que pour moi, les cas de figure cités plus haut ne sont pas représentatifs de la jeunesse, mais plutôt les conséquences d’une politique désastreuse qui s’est faite sans elle sous la deuxième république…


Il reste à savoir Monsieur TOURE ce que le pouvoir actuel a fait pour cette jeunesse ou ce que l'institution dans laquelle vous "officie" a fait pour cette jeunesse. Après plus que de 5 ans au pouvoir vous devriez être en mesure tout de même de nous dire quelques choses dessus.

Certes le temps qui sépare l'enfance et l'âge adulte s'allonge de plus en plus à cause de nombreux problèmes notamment économiques; mais delà à définir la jeunesse comme étant des "chômeurs chroniques de 40-45..." dans un pays où l'espérance de vie atteint à peine les 60 ans, cela me SEMBLE pas très pertinent.

Par ailleurs, la jeunesse guinéenne qui a rappelé à "papy promesse" une de ses nombreuses promesses non tenues sont loin d'avoir les 40-45 ans. L'ire de mon "ex champion" face à ce rappel légitime n'est pas digne d'un Président de notre époque.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir