DialaPourquoi est-il si difficile de respecter la loi en Guinée. Depuis de nombreuses années maintenant, les communes et communautés locales du pays sont dirigées par des personnes qui n’ont reçu aucun mandat du peuple pour le faire. Désignés ou nommés au lieu d’être élus, ces présidents de délégations spéciales comme on les appelle, administrent en violation totale de la loi avec la bénédiction et la complicité coupable du principal parti de l’opposition....

En effet, en violation de la loi, le RPG-Arc-en-ciel et l’UFDG ce sont arrosés le droit, de signer un accord de répartition des mandats sur bases des résultats d’élections autres que celles communales et communautaires.

Pourquoi l’administration guinéenne est incapable d’organiser des élections à temps et à heure alors que les dates des différents scrutins sont toutes connues au moins 5 ans à l’avance. A chaque fois, le schéma est malheureusement toujours le même : non-respect des lois et des accords signés => crises politiques => violences => morts => négociation => accord politique => non-respect de l’accord. On signe, on viole, on s’entretue, puis on recommence le cycle ; un cercle vicieux dont le pays a du mal à se sortir. Depuis 2013, ce n’est pas moins de quatre (4) accords politiques (3 juillet 2013, 5 juillet 2014, 20 août 2015 et12 octobre 2016) qui ont été signés et violés alors même que leurs contenus sont prévus par les lois de la république. Pourquoi signer des accords politiques sur des dispositions légales prévues par la loi. Si nous sommes incapables de nous plier aux exigences et à la rigueur de la démocratie, pourquoi alors avoir choisi ce mode de gouvernance.

Pourquoi 58 ans après « l’indépendance » du pays sommes-nous encore incapables d’assurer le financement de nos consultations électorales. Le pays est devenu un éternel assisté. Il faut que « les partenaires » nous viennent au secours financier à chaque élection. C’est un honte d’entendre de la bouche de nos gouvernants : « nous attendons le soutiens de tel ou tel bailleurs de fonds pour l’organisation des élections ». Avec de telles dépendances financières extérieures, il n’y aura jamais cette indépendance tant souhaitée et réclamée.

Pourquoi dire la vérité au peuple est un exercice insurmontable pour les intellectuels guinéens. Pourquoi ce silence complice de la part de ceux qui détiennent la connaissance et le savoir alors même que tous les signaux sont au rouge. Au moment où la question d’un éventuel troisième mandat d’Alpha Condé cristallise la vie politique de notre nation, les seules voix audibles d’intellectuels sont celles qui pourraient mener à la violence et à la guerre (les adeptes d’une modification de la constitution) :

  • L’ancien président de la transition militaire, leGénéral Sékouba Konaté réclame un référendum sur la constitution pour notamment porter le mandat de 5 à 7 ans. Car selon lui, un mandat de 5 ans c’est trop court.
  • Le gouverneur de Labé Sadou Keita souhaite qu’Alpha Condé s’inspire du Rwanda et de son président de Paul Kagamé.
  • Le membre du bureau politique du RPG-Arc-en-ciel Alpha Ibrahima Kéïra demande une révision de la constitution. Pour lui 5 ans pour un régime présidentiel sont insuffisantes, il faut vraiment sept ans.
  • Le Directeur Général de la police nationale Bangaly Kourouma,qui avait suggéré la présidence à vie,s’est vu récompensépar Alpha Condé d’un poste de Conseiller à la Présidence de la République avec rang de Ministre.
  • La coordinatrice nationale du RPG arc-en-cielNantou Chérif qui déclarait que C’est le peuple qui va demander un 3ème mandat pour Alpha Condé.
  • Le secrétaire administratif du RPG arc-en-ciel Lansana Komara affirme lui que la continuité n’est pas mauvais même le mandat est terminé.

Pourquoi ces « intellectuels » pyromanes s’agitent-ils autour d’une question qui ne devrait même pas se poser, la loi fondamentale (constitution) étant claire et précise en la matière : pas plus de deux (2) mandats présidentiels qu’ils soient consécutifs ou pas. En cas d’alternance, sont-ils aussi désespérés de retrouver un emploi au point de vendre leurs âmes pour une injustice. Sont-ils aussi incompétents que de se résoudre à vivre de mendicité intellectuelle.  

Pourquoi cette fâcheuse habitude d’écrire des textes, de voter des lois, de mettre en place des institutions républicaines pour ne pas les respecter. La Guinée a choisi ce mode de gouvernance (qui est la démocratie) en toute indépendance et en toute liberté. Si après 26 ans de chao démocratique, on se rend compte de notre incapacité à nous en accommoder et à en respecter les principes, il est peut-être temps de choisir une autre voie. Mais la démocratie ne peut pas être à deux vitesses ou à variables ajustables au besoin. Elle repose sur deux (2) principes fondamentaux auxquels nos dirigeants sont profondément allergiques : la pluralité et l’alternance.

BAH Abdoul Diaila
Liège, Belgique
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires   

+3 #2 Luda 03-07-2017 23:04
Felicitations Monsieur Abdoul...La Reponse a vos questions est L'EGOISME. Ils ont tous des gros titres (Excellence tel, Docteur ou professeur etc) mais reflechissent moins qu'un eleve de la 4eme annee primaire.
Citer
+4 #1 Ismaël Camara 03-07-2017 19:01
Belle analyse de la problématique du système politique machiavélique actuel instauré par le régime d'Alpha Condé et de la complaisance des barrons de l'opposition dite Républicaine de notre pays.

Vivement la nouvelle génération de politiciens aux commandes des affaires sociopolitiques de la Guinée après 59 ans de gestion anarchique de l'un des plus beaux et plus riches pays de l'Afrique de l'Ouest,

Espérons qu'Alpha Condé qui partira en 2020, sera le dernier de la génération des compagnons et témoins de l'indépendance de la Guinée à gouverner notre pays.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir