Jacques KouroumaChers collaborateurs,

La fin de l’année universitaire a sonné. Ce sont les vacances ! Chacun va prendre un temps de repos et retrouver ses connaissances. A tous, nous souhaitons de très bonnes et heureuses vacances où que vous alliez....

Cette année, comme nous l’avons tous vécue, a été une année de découverte mutuelle. Elle a été une année émaillée d’incompréhensions,parfois d’interrogations diverses parce que les frontières et les habitudes ont été, chez les uns comme chez les autres, bousculées afin de laisser la place à une nouvelle trajectoire qui nous invite à plus de tolérance, de concessions et compromis , d’acceptation de l’autre dans l’expression de sa nature, à plus de volonté et de détermination à tisser des liens du vivre-ensemble dans la fraternité raffermie.

2016 – 2017 a été une année de doute, non pas sur nos capacités et compétences, mais sur le cadre à mettre en place pour traverser le quotidien sans grand heurt et donc sans trop de frustration. Cette année a été une phase de déconstruction des habitudes, de part et d’autre. Ce ne fut pas facile. Néanmoins, elle nous a permis de construire les nouvelles bases d’une autre aventure humaine sous le regard bienveillant de notre Père, Dieu. Simplement, l’exercice 2016-2017 nous a autorisés à croire à l’immensité des possibilités que chacun et chacune recèlent pour se dépasser, pour transcender des frontières factices et futiles auxquelles l’habitude nous avait fait croire enracinées en nous.

Ainsi sommes-nous passés des attitudes de réserve à celles d’ouverture des uns aux autres pour le bien de notre institution et pour le bonheur des jeunes gens dont la préparation à s’inscrire dans le temps (l’avenir) nous est confiée.

Vous avez été à la hauteur de votre mission. Avec courage et abnégation, vous avez accompli la transmission du savoir à nos héritiers. Vous avez ajouté à l’humanité en Guinée.

C’est pourquoi, nous voudrions chaleureusement vous remercier pour tous les efforts fournis, pour tous les sacrifices consentis ; pour l’énergie physique et intellectuelle produites aussi pour l’intelligence qui les a sous-tendues afin que nous arrivions à ce stade de l’évolution de notre institution!

Nos étudiants sortants sont rentrés auprès des parents, heureux détenteurs d’un diplôme, le sésame nécessaire pour ouvrir les portes de la vie professionnelle.

Ensemble, dans la joie, la communion et l’allégresse, nous les avons accompagnés de nos bénédictions. Qu’Allah accorde aussi, à chacun de nous, Sa grâce, Sa protection et la paix totale, ici, et dans nos familles respectives ainsi que dans nos relations !

Sans en avoir eu l’intention, durant cette courte, mais riche période, nous nous sommes certainement dit des choses qui auraient blessé l’amour propre. Que ceux-là qui ont eu ce sentiment puissent accepter le pardon en choisissant d’être cléments à notre égard.

A toutes et tous :

Merci pour votre sens élevé de pédagogues !

Merci pour les efforts consentis dont l’un des résultats a été cette cérémonie festive

Merci pour l’esprit de tolérance et surtout pour la disponibilité manifeste à servir notre Institution et donc le pays.

Mille mercis ! Sachez qu’ils sont en permanence renouvelés

Bonnes vacances et à la rentrée prochaine !

Le Recteur

Jacques KOUROUMA.

Commentaires   

+3 #7 Sekou 12-07-2017 22:58
La fonction de recteur

Le recteur a autorité sur les personnels académiques et détient les pouvoirs de gestion et de contrôle sur l’ensemble des services et des établissements d’enseignement, publics ou privés sous contrat, du primaire à l’université.
Il assure l’impulsion et le suivi de la politique éducative dans l’académie.
Il anime une politique de concertation avec les partenaires du système éducatif : services de l’État, collectivités locales et territoriales, entreprises, organisations socio-professionnelles.

Il est apolitique et doit s'abstenir de tenir la langue de bois et de propager des discours politiques même s'il est au bénéfice d'un décret présidentiel.

Un Recteur doit aussi éviter les discours religieux dans un établissement de service public institutionnalisé par un Etat laïc.
Citer
+5 #6 Africain 12-07-2017 13:06
Je salue tout de même cette initiative d’informer le grand public même si l’exercice n’est pas inédit dans une telle institution et dans bien d’autres.

On n’aurait souhaité lire des choses ou actions plus factuelles ou une sorte de « bilan » CONCIS et factuel concernant les actions entreprises ou menées par le nouveau Recteur depuis sa prise de fonction. A la place de faits ou de réalisations en termes de gestion des ressources financières, des ressources humaines, matérielles ou physiques, nous avons droits à ce joli passage :

« … Cette année, comme nous l’avons tous vécue, a été une année de découverte mutuelle. Elle a été une année émaillée d’incompréhensions, parfois d’interrogations diverses parce que les frontières et les habitudes ont été, chez les uns comme chez les autres, bousculées afin de laisser la place à une nouvelle trajectoire qui nous invite à plus de tolérance, de concessions et compromis, d’acceptation de l’autre dans l’expression de sa nature, à plus de volonté et de détermination à tisser des liens du vivre-ensemble dans la fraternité raffermie. … »

Dans ce passage, M. le Recteur nous parle de découverte mutuelle : La quelle ? Peut-être son arrivée à la tête de l’institution ? Si pour M. Kourouma l’année a été une découverte pour lui pour bien des raisons (ancien de la diaspora ; première expérience professionnelle à ce niveau dans de telle institution etc…) ; pour plusieurs de ses collaborateurs et pour bien d’autres personnes avisées, l’arrivée d’un nouveau recteur dans une université guinéenne chaque 2, 3 ans ou à chaque changement de pouvoir ou de ministre est inhérent à son fonctionnement comme institution républicaine. Pour les premiers comme pour les seconds ; la découverte concernera plus la façon/manière/méthode de gestion du nouveau recteur. Je suis resté sur ma faim en ce qui concerne CONCRETEMENT la méthode de M.Kourouma ou ses premières mesures dès sa prise de fonction.
On apprend dans le même passage (lire dessus) que « l’année a été émaillée d’incompréhensions, parfois d’interrogations diverses ». Lesquelles ? Des habitudes ont été bousculées. Lesquelles ?

Dans cette communication de M. Kourouma exit le « bilan universitaire » (enseignement, recherche etc…). Beaucoup d’éléments manquent dans cette communication pour qu’elle soit plus pertinente ou plus professionnelle tout simplement.
Citer
+5 #5 Saïdou Nour Bokoum 11-07-2017 20:59
Mon cher Abdoul Karim, très absorbé pour une dizaine de jours par un travail littéraire urgentissime, je me contente et me réjouis de dire que j’avais déjà songé qu’il était indispensable de créer un syndicat regroupant tous ceux qui s’expriment de façon régulière et primordiale au moyen des journaux en ligne : lecteurs, journalistes et « patrons », tous majoritairement », bénévoles. Les patrons étant paradoxalement plus bénévoles que leurs propres journalistes, même si les salaires de ces derniers sont plutôt dérisoires. C’est d’autant plus nécessaire qu’il n’y a pas à ma connaissance de syndicats pour les autres médias : journaux papier, radio et télévision. Il n’existe que des associations dont certaines d’ailleurs, par défaut et parce que l’Etat lui-même ne fait pas la différence, se comportent en véritables syndicats qui « légifèrent».

En attendant mon retour vers vous, voici mon contact :
Was-Salam
Citer
+4 #4 Karim 11-07-2017 02:28
@Saïdou Nour Bokoum,

Cher doyen Bokoum, je viens à l'instant de lire votre interpellation. Votre message est reçu à 100 % et vos conseils seront utilisés à bon escient.

En effet, il s'est avéré que Comolan et ses amis ne sont pas des citoyens neutres et pacifiques dans le débat politique inter-guinéens. Ce sont des militants et responsables politiques constitués en cellule de propagande chargée de cautionner la division et la dictature, entre autres, en Guinée et à travers les réseaux sociaux.

De plus, leur combat politique est ciblé et leur doctrine politique est obscurantiste.

Je tenais simplement à y participer comme eux au débat politique inter-guinéens en utilisant dans ma rhétorique leur propre vocabulaire.

Je suis désolé pour le désagrément causé par mon vocabulaire et vous informe de ma volonté de reprendre immédiatement mon statut de lecteur anonyme de Gbassikolo.

@Bokoum : Nul n'est à l'abri d'un conflit.

D'autre part, les internautes guinéens ont besoin, me semble t-il, de se constituer un syndicat en créant l'Association des internautes guinéens si ce n'est déjà fait.

Ladite association pourrait éventuellement concerner les sites d'informations et l'ensemble des groupes guinéens constitués en forums de discussion sur les réseaux sociaux.

Les textes constitutifs de l'association, notamment les statuts, détermineront le but, le champs d'application et les modalités d'adhésion des membres.

Je vous demande humblement de prendre en compte, cher doyen Bokoum, ma doléance en examinant d'abord et en soumettant ensuite cette modeste idée à mes autres doyens comme Sy Savané, Kaou Labé ainsi qu'aux responsables des sites et les acteurs guinéens actifs sur les réseaux sociaux.

Recevez, cher doyen Bokoum, l'expression de mes respectueuses salutations.

Cheick Abdoul Karim Junior.
Citer
-13 #3 TRONKA 10-07-2017 21:13
@Jacques Kourouma
Mon cher Jacques, mieux vaut tard que jamais, toutes mes félicitations!
Je pense que tu peux apporter beaucoup de bonnes choses innovantes à cette université de Kindia. J'ai perdu tes contacts depuis un certains temps.
Bonne réussite, bon courage et beaucoup d'investissements enrichissants surtout dans domaine bibliothèque! c'est essentiel.
Mes salutations cordiales.
TRONKA
Citer
+14 #2 Saïdou Nour Bokoum 10-07-2017 11:54
Karim, si tous les commentaires étaient aussi simples, vrais, objectifs, "free of" tout "argument" ad hominem, "partisan", l'Intellectuel hégémonique émergerait et avec lui toute la Guinée.Vivement pour que cette catégorie à Gbassikolo nous sorte du tunnel encombré de "private jokes"et parfois de guiliguilis de bas de ceinture ! Was-Salam
Citer
+13 #1 Karim 10-07-2017 01:13
Le meilleurs souhait pour nos étudiants c'est de leurs offrir une Bibliothèque bien équipée en documents et en matériels informatiques modernes, suffisants et accessibles.

Des professeurs suffisants et qualifiés, un centre de santé bien équipé avec un personnel médical compétent. Des logements universitaires suffisants et disponibles. Un centre sportif de qualité. Des moyens de transports suffisants. Les Bus octroyés à la Guinée par la Turquie ne doivent pas êtres vendus dans les autres pays d'Afrique et en Amérique Latine mais alloués aux élèves et les étudiants comme moyens de transports sur toute l'étendue du territoire national. Des pécules dignes d'une université. Des stages de formation dans l'administration et au sein des entreprises publiques et privées ainsi qu'auprès des Institutions et Organisations internationales. Des bourses d'études à l'étranger qui respectent les critères de l'attribution. Bref, la liste des vœux pour les étudiants guinéens est la plus longue au monde.

Cette liste est aussi utopique en ce sens qu'aucun des régimes politiques guinéens n'a encore songé de faire de l'éducation et de la formation de la jeunesse guinéenne, une des priorités nationale.

Les récents adjectifs qualificatifs employés par Alpha Condé dans le différend qui l'oppose aux étudiants dans l'affaire dite des tablettes, illustrent la place de l'enseignement dans le cœur des dirigeants de la Guinée.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir