cherif bahDans un entretien accordé à un confrère de la place à Conakry, Elhadj Ibrahima Chérif Bah, vice-président par intérim chargé des relations extérieures et de la communication de l’UFDG, a revendiqué et assumé le bilan de Lansana Conté qui selon lui, reste de loin, meilleur celui « calamiteux et négatif » d’Alpha CONDE...

« J’ai fait 15 ans à des postes importants. Nous, nous assumons le bilan du régime de Lansana Conté. C’est lui le père de la démocratie en Guinée.

Sur le plan économique, il a fait beaucoup d’infrastructures, il a fait Garafiri. Il a aménagé des plaines, signé d’excellents contrats avant sa mort, notamment dans les mines. Ce sont ces contrats qui ont été renégociés. Si non, tous les contrats miniers signés sous Conté et renégociés aujourd’hui, prévoyaient des usines d’Alumine : GAC, MUBADALA, ALCOA, et d’autres projets.

(..) La seule usine d’alumine qui était fonctionnelle a été fermée sous le régime d’Alpha Condé avec la mort pratiquement d’une ville de 120 000 habitants, la ville de Fria. Aujourd’hui, on est entrain de tenter de la remettre en marche.

On nous parle d’un taux de croissance de 6 ou 7 %, comme quoi les institutions de Breton Woods ont donné un quitus à la Guinée, que ça s’améliore. Mais, ce genre de croissance n’est pas visible. Elle est fondée sur l’exploitation de la Bauxite simplement, qui enrichit un clan. Un clan est riche, le peuple est pauvre. Je pends un seul exemple, le cas de Boké avec la SMB (Société Minière de Boké). Il semble que le projet est d’exploiter des dizaines de millions de tonnes de bauxite. Je compare ce projet SMB à la CBG qui est là depuis des dizaines d’années. La CBG a fait un port en eaux profondes, deux cités, deux hôpitaux à Sangarédi et Kamsar. Pour la SMB, rien. Elle extrait de la terre brute pour l’envoyer et la stocker en Chine. Cette terre là aurait pu produire des centaines de milliers d’emplois en Guinée, plusieurs fois l’usine de Fria. On envoi la terre pour créer des emplois en Chine au lieu de faire une usine d’Alumine ou d’Aluminium.

(…) Ce matin, mon président, Elhadj Cellou Dalein disait dans une télévision privée qu’on est content d’avoir Kaléta, d’entendre dire que Souapiti va commencer. Mais, comment ça s’est fait ? Par exemple Kaléta est un projet ancien, mais personne ne sait à quel coût il a été réalisé. Le président Cellou disait aujourd’hui qu’il y aurait des chiffres de 5 millions de dollars de surfacturation. La conséquence est que le courant pourrait coûter plus cher. Et en ce moment là, les industries qui voudraient s’installer chez nous pourront manquer de compétitivité par rapport à celles qui dans les pays voisins. C’est un élément négatif. Il n’y a jamais eu de marché sur cette affaire, voté à l’assemblée nationale. Souapiti, ils n’ont rien vu encore. Qui finance ? Où est le contrat ? Où est l’accord de prêt ? C’est totalement opaque.

Donc, quand l’UFDG va arriver au pouvoir, nous ferons de sorte qu’une Guinée nouvelle émerge avec une administration efficace, détribalisée, au service de la nation dans une compétence et dans une transparence absolue. »

 

Gbassikolo.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir