Gandhi SallRappel de quelques faits

On se souvient que Bakary Fofana a été évincé de son poste de président de la CENI. Le 4 Juillet dernier en effet, 18 des 19 commissaires présents à l’assemblée plénière1, ont voté Amadou Salifou Kébé à la présidence de la CENI...

 

Je ne reviendrai pas sur les conditions de son éviction, car la CENI viole les textes en permanence – j’ai déjà écrit plusieurs fois en ce sens – et ne respecte même pas ses procédures internes. Dès lors malgré la présence d’un huissier de justice, Sory Daouda Camara (mais celui-ci n’a tenu que le PV, ce qui ne préjuge en rien du respect des formes en amont et/ou en aval), il n’est pas impossible que les autres commissaires de la CENI, qui ont parfaitement le droit de révoquer Bakary Fofana de son poste (article 17 de la loi organique n°16 du 19 Septembre 2012 sur la CENI), ne l’aient pas fait dans les formes, ainsi que le rappelle Bakary Mansaré2.

 

Ceci dit, en apparence (puisque je n’ai pas tous les éléments), l’existence d’un quorum d’au moins 2/3 des commissaires à l’assemblée plénière (17 en temps normal lorsqu’ils sont 25, 16 puisqu’ils ne sont que 23 actifs) permet à peu près tout (la présence du président par exemple n’est pas exigé, un ordre du jour qui ne comprendrait pas l’élection d’un nouveau Bureau peut-être modifié et accepté…). L’objet du recours de Bakary Fofana, est justement de faire annuler cette décision.

 

Des motifs lamentables et des intérêts divergents

 

Ce qui est lamentable, c’est de constater que les frondeurs ne reprochent à Bakary Fofana, que de gérer à sa guise les fonds de la CENI, et non les violations répétées de l’institution en matière électorale (et pour cause, ils sont complices). C’est pour mettre fin à sa gestion opaque, et peut-être de plus en plus personnelle, que les 18 commissaires ont d’abord suggéré la mise en place d’un Comité de trésorerie pour surveiller la gestion des fonds (ils ont pourtant le pouvoir et donc la responsabilité d’un audit financier interne annuel), avant de « débarquer » ensuite Bakary Fofana de son poste de président.

 

Les commissaires (mouvance et opposition confondue) sont totalement disqualifiés (depuis 2010 en fait) pour organiser des élections en Guinée, d’où l’importance de la recomposition de la CENI, qui, on le rappelle, constitue l'un des points de l'accord politique du 12 Octobre 2016, où il était même prévu, que cette réforme devait intervenir au plus tard en Juillet 2017 !!!

 

On sait que l’opposition veut se débarrasser des représentants de l’État, ainsi que ceux de la société civile en vue d’obtenir une parité de représentants politiques. Un changement de président ne change strictement rien. Quant à la mouvance, elle a d’autres vues. Ainsi lors d’un entretien récent d’Amadou Damaro Camara3, ce dernier indiquait que « nous perdons toute une expertise, un certain niveau de ces commissaires là et ce serait un risque irresponsable d'avoir une nouvelle CENI en 2019 ». Selon lui, « il faut modifier ou amender la loi sur la CENI, car on nous l’impose, mais on pourrait proposer à l'assemblée un type de CENI plus approprié, qui pourrait avoir une certaine pérennité ».

 

Si on traduit de manière laconique et subliminale ses propos, Amadou Damaro Camara ne veut pas d’une CENI, qui ne serait pas formatée dans un moule, consistant à violer la loi en faveur d’Alpha Condé. Or il faut signaler que selon l’article 8 de la loi du 19 Septembre 2012, le mandat de la CENI est limité à 7 ans (jusqu’en Septembre 2019 donc), et les commissaires ne sont pas reconductibles.

 

Supprimer les représentants de l’État et ceux de la société civile, contre la reconduction de 20 (voire de 10) commissaires actuels « achetés », constituerait-il un bon compromis pour les 2 principaux « partis politiques ? ». À voir…

 

Une fois ces faits rappelés, il convient d’examiner en quoi le recours de Bakary Fofana pose problème.

 

Que disent les textes ?

 

Il est nécessaire de rappeler quelques articles relatifs, et au fonctionnement de la CENI (articles 104 et 175 de la loi du 19 Septembre 2012), et à celui de la Cour constitutionnelle (articles 186, 277, 358 et 439 de la loi du 10 Mars 2011), pour comprendre les développements suivants.

 

De la lecture de ces textes, il faut tirer au moins deux conséquences :

 

  • la Cour constitutionnelle n’est pas compétente pour trancher les conflits internes au sein d’une seule institution (mais seulement les conflits entre institutions – voir article 18 de la loi du 10 Mars 2011). À la CENI, le litige concerne la légalité du vote des commissaires, à remplacer le président de la CENI. Or sous réserve du respect du formalisme, les commissaires sont habilités à remplacer en tout ou partie les membres du Bureau, y compris son président. Aucune condition de fond (les motifs de ce remplacement) n’est exigée, mais seulement un quorum des 2/3.
  • en dehors du contentieux électoral, et hormis les présidents de la République et de l’Assemblée Nationale, la Cour constitutionnelle n’est pas compétente pour recevoir des recours d’individus, mais seulement d’institutions. On peut arguer que lesdites institutions sont représentées par un président, qui a vocation à agir au nom et pour le compte de l’institution, et non pour son compte personnel, d’ailleurs dans des cas bien délimités du contentieux électoral. Or l’arrêt de la Cour constitutionnelle n°AC 41 du 7 Août 2017, est relatif à un recours individuel et personnel de Bakary Fofana, pour demander l’annulation d’une décision de l’Assemblée plénière de la CENI contre lui-même.

Il ressort donc qu’au regard des textes, la CENI ne peut saisir la Cour constitutionnelle que dans les cas limitativement énumérés suivants :

 

  • le contentieux des élections nationales, et notamment les requêtes écrites adressées au Secrétaire Général de la Cour constitutionnelle, au Président de la CÉNI ou son démembrement compétent.
  • le règlement intérieur de la CÉNI (7 Décembre 2012) quant à leur conformité à la Constitution,
  • pour un avis consultatif pour les questions relevant de sa compétence.
  • en contrôle de constitutionnalité,
  • les lois censées porter atteinte aux droits fondamentaux de la personne humaine et aux libertés publiques, et en général, sur la violation des droits de la personne humaine.

Au regard de ces motifs strictement énumérés et très clairs (donc non susceptibles d’interprétations), la Cour constitutionnelle aurait du rejeter la saisine de Bakary Fofana pour incompétence. Il ne tient qu’au vice-président de la Cour constitutionnelle, qui a pris la décision, d’en démontrer le bien fondé, car les textes évoqués pour prendre sa décision (la loi sur la CENI et son règlement intérieur) sont silencieux quant à un éventuel recours devant la Cour constitutionnelle pour un conflit interne à une institution !!!

 

Pour répondre aux questions non évoquées

 

Il est utile de rappeler que Bakary Fofana n’est pas révoqué en tant que commissaire (sauf plainte au pénal pour détournement de fonds par exemple), mais a simplement perdu sa fonction de président, ce qui est possible selon l’article 17. Il peut néanmoins contester les conditions de son éviction, mais pas devant la Cour constitutionnelle – on vient de le voir ci-dessus -, mais devant la Cour Suprême, qui est la seule habilitée à juger des excès de pouvoir des autorités exécutives, pour lequel elle peut d’ailleurs prononcer un sursis à exécution. La Cour Suprême a certes perdu ses attributions relatives à la constitutionnalité des textes en général, et tout ce qui touche au contentieux électoral, mais elle a gardé ses autres prérogatives, notamment en matière administrative. Elle est juge en premier et en dernier ressort de la légalité des textes réglementaires et des actes des autorités exécutives.

 

Cela prouve, une fois de plus l’incompétence de nos commissaires, et de son président en particulier, chargé pourtant de faire appliquer la loi aux partis politiques, et de certains de nos magistrats. Il est par ailleurs lamentable, que certains observateurs – et je ne m’étendrais pas sur eux - se soient crus autorisés à féliciter cette décision illégale et gravissime.

 

Pour conclure

 

Lorsqu’un conflit interne existe au sein d’une institution, il faut se référer au statut, puis au règlement intérieur pour résoudre le litige, d’où l’intérêt d’avoir de vrais juristes au sein de telles institutions. À défaut de résolution, le litige doit être porté généralement devant les tribunaux de l’ordre administratif – y compris en référé si l’urgence l’exige -, en l’occurrence la Cour Suprême.

 

Le juge pourra ou non souverainement accepter cette demande ou la refuser, et dans ce dernier cas, il pourra prononcer une condamnation aux dépens de la personne qui l’a déposée, si le juge considère qu’il s’agit d’un recours abusif.

 

Comme le souligne le député Ousmane Gaoual Diallo, en aucun cas, la Cour constitutionnelle ne peut se substituer aux commissaires pour désigner elle-même le président intérimaire de la CENI, mais pour d’autres raisons – l’incompétence de la Cour constitutionnelle – que celle qu’il invoque.

 

En effet, la Cour Suprême, si elle était saisie, et qu’elle confirme l’éventuel non respect du formalisme, comme une condition de rejet de la décision des commissaires -, pourra nommer un administrateur provisoire interne, afin de faire cesser le trouble dans les meilleurs délais. L’article 10 alinéa 4 précité, sur le statut de la CENI, précise que pendant une période de 8 jours du remplacement d’un nouveau président (parmi les commissaires issus de la société civile), l’intérim est assuré par le doyen d’âge parmi ces derniers. S’agit-il d’Aziz Kader Camara ?

Dans le cas inverse (respect du formalisme par les 18 commissaires), la Cour Suprême devra confirmer l’élection d’Amadou Salifou Kébé comme nouveau président de la CENI. Ce ne serait qu’une étape avant une réforme attendue.

 

Dans l’attente d’un débat – que j’espère - de juristes guinéens, et de réactions énergiques des politiciens et/ou de la société civile à ce scandale, j’approfondirai éventuellement le contenu de ce papier.

 

Gandhi, citoyen guinéen

 

« Dans tout État libre, chaque citoyen est une sentinelle de la liberté qui doit crier, au moindre bruit, à la moindre apparence du danger qui la menace ». (Robespierre, Discours sur la liberté de la presse, Mai 1791).

 

1- Sur les 25 commissaires que devrait compter la CENI, 23 seulement sont actifs, Maxime Koivogui étant décédé en Novembre 2016 et Alpha Yéro Condé en Juin 2017, n’ont pas été remplacés. Mamadi Lamine Condé était en voyage, Ramatoulaye Bah, Bakary Mansaré et Bakary Fofana n’ont pas pris part au vote.

2- http://guineeactu.info/actualite-informations/actualite-informations-generale/7250.html#_contentiphone

3http://guineeactu.info/actualite-informations/actualite-informations-generale/7236.html#_contentiphone

4 -Article 10 : « en cas de vacance consécutive au décès, à la démission ou à toute autre cause d’empêchement définitif d’un Commissaire constatés par la Cour Constitutionnelle, saisie par le Bureau de la CENI, il est procédé à son remplacement dans les mêmes conditions que celles de sa désignation pour le reste du mandat en cours. Dans les cas d’absence ou d’empêchement temporaire du Président, celui ci désigne à tour de rôle, un des vice-présidents pour assurer l’intérim. En cas d’empêchement consécutif au décès, à la démission ou à toute autre cause d’empêchement définitif du Président, il est procédé dans les 15 jours à son remplacement dans les mêmes conditions que celles de sa désignation, pour le reste du mandat de Commissaire. Il est procédé dans les 8 jours de ce remplacement, à l’élection d’un nouveau président parmi les commissaires issus de la société civile. Pendant cette période, l’intérim est assuré par le doyen d’âge parmi les commissaires issus de la société civile. Le doyen des vice-présidents préside la séance de l’Assemblée Plénière consacrée à l’élection du nouveau Président ».

5 -Article 17 : « le Bureau Exécutif de la CENI est composé comme suit : un Président, deux Vice-Présidents, un Rapporteur et un Trésorier. Le Bureau est mis en place pour la durée du mandat de la CENI. Toutefois, à la demande des deux tiers des membres de la CENI, l’Assemblée Plénière peut procéder au remplacement partiel ou total du Bureau ».

6 -Article 18 : « la Cour Constitutionnelle statue sur :

  • la constitutionnalité des lois avant leur promulgation ;
  • le contentieux des élections nationales ;
  • la validité des dossiers de candidatures aux élections nationales, ainsi qu'à celle des opérations de référendum ;
  • le Règlement Intérieur de l'AN, du CES, de la HAC, de la CÉNI, de l'INIDH, du Médiateur de la République, du HCCL quant à leur conformité à la Constitution ;
  • les conflits d'attributions entre les organes constitutionnels ;
  • l'exception d'inconstitutionnalité soulevée devant les juridictions ;
  • les recours formés contre les actes du Président de la République pris en application des articles 2, 45, 74 et 90, ainsi que les recours formés contre les Ordonnances prises en application de l'article 82, sous réserve de leur ratification ».

7- Article 27: « … de même sont transmis à la Cour Constitutionnelle, soit par le PRG, soit par l'AN, soit par l'INIDH, par la CÉNI, soit par la juridiction devant laquelle l'exception d'inconstitutionnalité est soulevée, les lois censées porter atteinte aux droits fondamentaux de la personne humaine et aux libertés publiques, et en général, sur la violation des droits de la personne humaine ».

8- Article 35 : « … la CENI et l'INIDH peuvent saisir la Cour pour son avis consultatif pour les questions relevant de leur compétence ».

9.- Article 43 : « la Cour Constitutionnelle, en contrôle de Constitutionnalité, peut être saisie par le Président de la République, le Président de l'AN ou un dixième des députés, la CÉNI, l'INIDH, la juridiction devant laquelle une exception d'inconstitutionnalité est soulevée ».

Commentaires   

+16 #22 Oumar Mâci Bah 17-08-2017 08:55
Citation en provenance du commentaire précédent de Nfamara :
Décidément, Mamadou ne supporte pas l'adversité, autrement à quelle logique obéit sa décision de quitter cet espace d'échanges?

Ce n'est pas la première fois qu'un forumiste s'énerve face à la verve percutante du Doyen Bokoum qui, faut-il le rappeler peut-être, est un homme de lettres. Quand on accepte de venir sur un forum surtout lorsqu'il s'agit du thème sensible de l'ethnie, il faut s'attendre à recevoir des coups. Récemment, un forumiste pourtant connu pour être susceptible à fleur de peau et pleurnichard à la moindre attaque me traitait de "charognard".
Je dois dire que j'ai été étonné de lire que le diallonké qui est une forme de sossokhui archaique déja difficile à comprendre pour un Sosso était compréhensible pour un Maninka car il s'agit de deux langues différentes, malgré certaines similarités lexicales et grammaticales dues à une commune origine. Néanmoins je regrette le départ de Mamadou car j'appréciais son style calme et pondéré. J'espère qu'il reviendra sur sa décision puisqu'un forum vit du débat qui par définition signifie l'affrontement, la contradiction.
Citer
-10 #21 Mamadou 16-08-2017 22:26
Je salue ts ceux qui m invitent a rester; je commence d ailleurs a avoir la grosse tete. Croyez moi j ai le cuir tres epais mais je n aime pas etre desagreable vis a vis de mon prochain. Qd je me surprend en train d insulter quelqu un qui peut avoir l age de mon pere je me dis que je me laisse entrainer sur un terrain deshonorant. Lisez mon post et lisez l attaque de Mr Bokoum et dites moi s il y a un lien entre mon post et ses propos si puerils et pleins de cliches. Something must have gone really wrong. J estime que je dois faire meilleur usage de mon temps libre. J ai l impression qu il me confond avec @Couleur Tropicale sa bete noire de ts les temps. Qui sait, je sortirai un jour de mon terrier qd l addiction a Gbassikolo me poussera a la recherche de la precieuse dopamine. Je ne vais ni me battre ni jouer au tamani; je prefere desormais le confort du spectateur.
Citer
+19 #20 Nfamara 16-08-2017 19:06
Décidément, Mamadou ne supporte pas l'adversité, autrement à quelle logique obéit sa décision de quitter cet espace d'échanges?
Citer
-18 #19 MBemba 16-08-2017 03:05
Citation en provenance du commentaire précédent de Mamadou :
J'ai quitte guineeactu à cause de la censure et aussi l'extrémisme de forumistes comme @Amina que l on retrouve d ailleurs ici ss des pseudos et sexes différents. Je pense qu il est temps pour moi de me mettre à l abri. Ceci est mon dernier post sur Gbassikolo que j encourage ds son refus de la censure et son ouverture à la pluralité d opinions. Ce fut un gd plaisir. May God inspire you

@ Mamadou,
Pourquoi vous cedez aux chantages?
Mais bon! Tout homme honorable est obligé de céder au chantage une ou deux fois dans sa vie, juste pour le maintien de la paix dans la communauté.

Je dis à vos détracteurs que l'arrogance créée pour projeter une image (de soi) de supériorité est le même trait qui démontre à nous autres une infériorité profondément cachée.

Best wishes!
Citer
-26 #18 Ousmane Diallo 14-08-2017 21:24
Citation en provenance du commentaire précédent de Africain :
Vous décrivez bien le comportement de l'homme. Un peu de sagesse surtout de sa part; si ce n'est pas trop demandé.


Comme disait l'autre : " Fumer, chiquer le tabac et croquer la cola en même temps sont dangereux pour l'organisme humain et les nerfs olfactifs".
Citer
-16 #17 TRONKA 14-08-2017 20:22
Mamadou écrit:
*Mamadou 14-08-2017 10:47
J'ai quitte guineeactu à cause de la censure et aussi l'extrémisme de forumistes comme @Amina que l on retrouve d ailleurs ici ss des pseudos et sexes différents. Je pense qu il est temps pour moi de me mettre à l abri. Ceci est mon dernier post sur Gbassikolo que j encourage ds son refus de la censure et son ouverture à la pluralité d opinions. Ce fut un gd plaisir. May God inspire you*
Citer


Mon cher Mamadou
Si c'est votre dernier mot!!!!!
c'est vraiment dommage pour tous ceux qui se mouillent les neurones pour un débat civilisé respectueux intelligent, citoyen....
Vous avez beaucoup d'intelligence dans la plume!
En espérant que ce ne serait pas votre dernier mot.
Mes respects pour votre culture
Cordialement.
TRONKA
Citer
-22 #16 COMOLAM 14-08-2017 19:23
Citation en provenance du commentaire précédent de Africain :
Citation en provenance du commentaire précédent de Mamadou :
J'ai quitte guineeactu à cause de la censure et aussi l'extrémisme de forumistes comme @Amina que l on retrouve d ailleurs ici ss des pseudos et sexes différents. Je pense qu il est temps pour moi de me mettre à l abri. Ceci est mon dernier post sur Gbassikolo que j encourage ds son refus de la censure et son ouverture à la pluralité d opinions. Ce fut un gd plaisir. May God inspire you


Ce n’est pas Goundouba alias amina, alias « esclave d’Allah »ou Madina qui va vous faire fuir, tout de même.

Si vous partez comme T.DIALLO, Foulou et bien d’autres fidèles de gbassikolo ; j’ai bien peur qu’il ne devienne un « GUINEEACTUBIS ». Yandi, revenez sur vos décisions ; ce n’est pas le moment d’autant plus que mon ex champion fait de plus en plus n’importe quoi et semble complètement engluer dans un immobilisme pour ne pas dire dans la mauvaise gouvernance.

P.S : Ce que vous écrivez au sujet de Doyen Bokoum est de notoriété publique sur la toile guinéenne. Son « complexe de supériorité intello-littéraire etc… » reste sa marque de fabrique.

Je ne sais pas ce qu’il pense d’un de ses auteurs préférés (Frantz Fanon) sur cette question « …le complexe de la langue française » https://www.youtube.com/watch?v=etOu2V6h2vM Visualisez la vidéo, les paroles siéent bien à son agissement ou à son comportement sur la toile, digne d’un antillais qui veut se faire passer pour Molière.


Effectivement Africain, ils nombreux sur ce forum, ses soi-disant académicien membre de l'école de Platon et Molière etc... En cours d'argument, utilisent le dénigrement, le mensonge et l’insulte, qui sont souvent l’argument final de ceux qui ne trouve plus rien à dire. Nous somme les plus intelligent, les plus beaux, les plus riches et les plus complexés et nul dans la vie!

@ Mamadou ne cédons pas aux chantages et l'indignation des gens qui ont tout perdu à cause de leur orgueil et vanités congénitales!
Citer
-23 #15 Africain 14-08-2017 15:51
Citation en provenance du commentaire précédent de Mamadou :
J'ai quitte guineeactu à cause de la censure et aussi l'extrémisme de forumistes comme @Amina que l on retrouve d ailleurs ici ss des pseudos et sexes différents. Je pense qu il est temps pour moi de me mettre à l abri. Ceci est mon dernier post sur Gbassikolo que j encourage ds son refus de la censure et son ouverture à la pluralité d opinions. Ce fut un gd plaisir. May God inspire you


Ce n’est pas Goundouba alias amina, alias « esclave d’Allah »ou Madina qui va vous faire fuir, tout de même.

Si vous partez comme T.DIALLO, Foulou et bien d’autres fidèles de gbassikolo ; j’ai bien peur qu’il ne devienne un « GUINEEACTUBIS ». Yandi, revenez sur vos décisions ; ce n’est pas le moment d’autant plus que mon ex champion fait de plus en plus n’importe quoi et semble complètement engluer dans un immobilisme pour ne pas dire dans la mauvaise gouvernance.

P.S : Ce que vous écrivez au sujet de Doyen Bokoum est de notoriété publique sur la toile guinéenne. Son « complexe de supériorité intello-littéraire etc… » reste sa marque de fabrique.

Je ne sais pas ce qu’il pense d’un de ses auteurs préférés (Frantz Fanon) sur cette question « …le complexe de la langue française » https://www.youtube.com/watch?v=etOu2V6h2vM Visualisez la vidéo, les paroles siéent bien à son agissement ou à son comportement sur la toile, digne d’un antillais qui veut se faire passer pour Molière.
Citer
-19 #14 Mamadou 14-08-2017 10:47
J'ai quitte guineeactu à cause de la censure et aussi l'extrémisme de forumistes comme @Amina que l on retrouve d ailleurs ici ss des pseudos et sexes différents. Je pense qu il est temps pour moi de me mettre à l abri. Ceci est mon dernier post sur Gbassikolo que j encourage ds son refus de la censure et son ouverture à la pluralité d opinions. Ce fut un gd plaisir. May God inspire you
Citer
+21 #13 Saïdou Nour Bokoum 14-08-2017 10:02
Maître Goundoba, à la seconde même, après une courte absence pour cause d’obligations littéraires en France, je viens d’ouvrir mon ordinateur avec l’appréhension d’être saisi par la sanie des verrats qui ont encore dû « faire » trop près de moi. Heureusement que c’est dans la fange que prospère le lotus, la plus belle fleur du monde, dit-on. Cette perle de la bible que tu as dénichée m’aide à reposer les mêmes questions restées sans réponse à Mamadou et congénères.
- Qu’est-ce que les Diallonkès viennent chercher dans le débat où il était question de Diakhankès ?
- Dans quel pli de son faux-cul se cache la longue liste PEULE de l’ETAT-UFDG, après avoir « découvert »l’interminable chapelet mandingo du GOUVERNEMENT et de l’ETAT RPG (en y fourrant les godillots de l’Assemblée nationale) ?
Au claviste analyste programmeur docteur macro-économiste qui ignore qu’il y a un clavier « azerta » sur le Net, je dis que le « mal qui me ronge » me fait pasticher cette sortie d’un baron du Gaullisme : « j’ai mal à la Guinée » des Mamadounkirè.
Grâce à toi chère Goundoba, ce matin, j’ai moins mal. Was-Salam Maître, Was-Salam à tou(te)s. PS je reviendrai au claviste pour parler macroéconomie, poésie, négritude, Senghor et jaculations AST..
Citer
+23 #12 Goundoba 13-08-2017 22:11
Eminence Saidou Nour Bokoum,
Lorsqu'un écrit de votre haute éminence s'affiche sur un écran de chez moi,l'alerte est de suite passée à l'ensemble de la famille qui aussitot s'agglutine et se presse de lire,d'analyser,de decouvrir,de savourer,de puiser dans cet océan infini,qui regorge de perles d'emeraudes,de saphir et de toutes sortes de tresors.
Mais une phrase de la Bible que j'ai apprise dans ma tendre enfance et dont je n'ai saisi la substantifique moelle que quand j'ai parcouru le monde est celle-ci:On ne jette pas des perles aux pourceaux.
Et je pense souvent, quelle sagesse était celle de ma grand mère,quand elle disait en riant:si tu remets de l'or à un cultivateur ne t'etoones pas qu'il te demande si cela peut suffire à faire une daba.
Citer
-19 #11 Africain 13-08-2017 18:53
Citation en provenance du commentaire précédent de Mamadou :
Monsieur Bokoum je ne sais pas de quoi vs parlez mais le mal qui vs ronge actuellemt doit etre tres profond. Ns vs menageons parce que vs etes plus age que nous mais si vs pensez que la connaissance se limite a la maitrise parfaite de la langue du colon c est que vs avez ete brainwashed comme d autres complexes-Senghor en tete. Vs pouvez m enseigner la langue francaise et je le reconnais sans honte. Je peux vs enseigner ds mon domaine d expertise. Je vs ferai assoir sur un tabouret pr vs administrer des cours magistraux. Je vais etre gentil et commencer par des notions tres elementaires de techniques quantitatives. D autres peuvent vs enseigner la programmation l anatomie ou la macro economie. Qui vs dit que la vie se limite a l ecriture? Ns tuons le temps a debattre superficiellemt de problemes de societe et vs parlez comme si ns etions vos etudiants. Gbassikolo n a jamais ete un forum academique. Vs venez de me demontrer que l age et la sagesse ne st pas tjrs lies. Je commets et des fautes d orthographe et des fautes de grammaire; si cela vs gene pendez vous. Vs pensez que c est la France qui me nourrit? Moi je samawolo de Moliere. Un peu d humilite yandi! Je vis ds un pays anglophone et j utilise un clavier sans accent sauf qd j utilise un portable. Il est impossible de respecter quelqu un qui ne se respecte pas.


Vous décrivez bien le comportement de l'homme.

Un peu de sagesse surtout de sa part; si ce n'est pas trop demandé.
Citer
-19 #10 MBemba 13-08-2017 04:23
Mr Bokoum,

Yandi, laissez moi en paix avec votre aigreur incurable!Votre role de conseiller dans le regime de president Conté a été désastreux pour la Guinée.

De grace, permettez-vous de voir du bien chez les gens qui ne partagent pas vos avis..

.
Citer
-1 #9 sow 13-08-2017 02:38
[quote name="fred"]mr mamadou , le probleme n'est pas avec mr gandhi , mais avec la cour constitutionnelle .
elle n'est pas dans son role sur le probleme interieur de la ceni , voila la question limpide que pose ce mr gandhi .
pouvez vous infirmer ou approuver cette assertion ?
si oui , cela apporterait de l'eau au moilin .
le caractere personnel , les attitudes de ce mr , n'ont rien a voir la
faites un effort , discutez des idees .[/quot

Non Mr FRED, l'article 18 de la Cour Constitutionnelle stipule qu'elle peut statuer sur le Règlement Intérieur de la CENI. Mais est ce qu'elle a compétence de désigner le Président de la CENI? là est la question. Malheureusement je ne suis pas juriste
Citer
-18 #8 Mamadou 12-08-2017 23:14
Monsieur Bokoum je ne sais pas de quoi vs parlez mais le mal qui vs ronge actuellemt doit etre tres profond. Ns vs menageons parce que vs etes plus age que nous mais si vs pensez que la connaissance se limite a la maitrise parfaite de la langue du colon c est que vs avez ete brainwashed comme d autres complexes-Senghor en tete. Vs pouvez m enseigner la langue francaise et je le reconnais sans honte. Je peux vs enseigner ds mon domaine d expertise. Je vs ferai assoir sur un tabouret pr vs administrer des cours magistraux. Je vais etre gentil et commencer par des notions tres elementaires de techniques quantitatives. D autres peuvent vs enseigner la programmation l anatomie ou la macro economie. Qui vs dit que la vie se limite a l ecriture? Ns tuons le temps a debattre superficiellemt de problemes de societe et vs parlez comme si ns etions vos etudiants. Gbassikolo n a jamais ete un forum academique. Vs venez de me demontrer que l age et la sagesse ne st pas tjrs lies. Je commets et des fautes d orthographe et des fautes de grammaire; si cela vs gene pendez vous. Vs pensez que c est la France qui me nourrit? Moi je samawolo de Moliere. Un peu d humilite yandi! Je vis ds un pays anglophone et j utilise un clavier sans accent sauf qd j utilise un portable. Il est impossible de respecter quelqu un qui ne se respecte pas.
Citer
-18 #7 COMOLAM 12-08-2017 21:17
Règlement Intérieur de la CENI; http://www.ceniguinee.org/doc/CENI_reglementinterieur.pdf
Citer
-23 #6 COMOLAM 12-08-2017 21:01
Nous reconnaissons tous la capacité d’interprétation des textes juridiques par Gandhi, mais est-ce que, ça veut dire, qu’il est un bon praticien du droit ?

Le droit suppose, pour son élaboration, la connaissance des techniques sur lesquelles il s’applique.

La Cour Constitutionnelle, rendent son arrêt, elle a mis fin au bicéphalisme au sein de la CENI, en disant dans son arrêt rendu public, le lundi 7 août 2017, qu'elle désigne un Président intérimaire de l’institution chargée de l’organisation des élections politiques en Guinée. Il s’agit d’Aziz Kader Camara, un des représentants de la société civile, suite à la requête de Mr Bakary Fofana ex-Président de CENI ( http://www.africaguinee.com/sites/default/files/cour_constitutionnelle.pdf)

La Cour, fait référence à l'article 10 de la loi organique, al.4, relative à la CENI, et à l'article 16 du Règlement Intérieur de la CENI :

Par ces motifs,elle décide de la suspension de toute passation de service au sein de la CENI, jusqu'à ce qu'elle statue au Fond.

Je ne trouve, aucun problème hors la loi de la Cour , peut-être une question d'interprétation. Voici les articles 10 et 16

Article 10 : En cas de vacance consécutive au décès, à la démission ou à toute autre cause d’empêchement définitif d’un Commissaire constatés par la cour constitutionnelle, saisie par le Bureau de la CENI, il est procédé à son remplacement dans les mêmes conditions que celles de sa désignation pour le reste du mandat en cours.

Dans les cas d’absence ou d’empêchement temporaire du Président, celui-ci désigne à tour de rôle, un des vice-présidents pour assurer l’intérim.

En cas d’empêchement consécutif au décès, à la démission ou à toute autre cause d’empêchement définitif du Président, il est procédé dans les quinze(15) jours à son remplacement dans les mêmes conditions que celles de sa désignation, pour le reste du mandat de commissaire.

Il est procédé dans les huit (8) jours de ce remplacement, à l’élection d’un nouveau président parmi les commissaires issus de la société civile. Pendant cette période, l’intérim est assuré par le doyen d’âge parmi les commissaires issus de la société civile.

Le doyen des vice-présidents préside la séance de l’Assemblée Plénière consacrée à l’élection du nouveau Président
Citer
+23 #5 Saïdou Nour Bokoum 12-08-2017 20:13
Bas les masques Mamadou !
Mamadou
@Tountouroun Je voudrais juste signaler que les Djalonkes parlent l ancien Malinke qu on retrouve ds les collines de Siguiri en Casamance ou en Gambie. La plus gde injure que l on puisse adresser a un Mandingo de Gambie c est lui dire qu il n est pas Manding. J ecoute Moh Kouyate et Ba Cissoko qui chantent en Djalonke et je comprends l essentiel. Bien sur vs trouverez des expressions Peuls ou Soussous ds cette langue que l on peut classer ds la famille Manding. Je concede que l identite d un peuple participe de plusieurs parametres qui ne st pas forcemt linguistiques. Le Bambara et le Malinke st quasimt identiques comme langues mais un Bambara ne se fera jamais appeler Manding. »

Mamadou, d’où sortez-vous les Diallonkès comme l’a si justement noté Tountounroun ? («Le sujet qui fait l'objet du débat ici porte sur les " Diakanké " et non sur les " Dialonké " bien que les deux noms soient similaires.

1) Que viennent-ils chercher ici ? Ou s’agirait-il des cliquetis du clavier anglo-américain qui chez vous (où ?) n’a pas d’apostrophe ?
2) Vous avez étalé la liste très mandingo de l’Etat RPG-Arc-en ciel, j’attends que vous me sortiez la liste UFDG peule de l’ETAT et non pas le PARTI UFDG.
Ces deux questions préjudicielles évacuées, je viendrai plus largement, depuis votre coming-out-AST, pour montrer que contrairement à ce qu’affirme benoitement Mbemba, ai lieu d’être précis, je trouve que votre pensée est la plus veule, la plus pleine de vacuité hormis vos coquetteries faites de nettoyage des accents, de mots devenus sigles dt l’abus « n est » pas qu’une simple obsession, L ABSENCE D APOSYTROPHES DS presque TS VS COMMENTAIRES trahit plutôt la platitude de votre polygone de sustentation : au ras des pâquerettes, bras-dessus, bras-dessous avec les fourmis magnans, des minus pour tout dire. Mais vs ave chuté de pas très ht depuis longtemps que j’attendais que vs tombiez le masque : être AST n’est pas un crime. S’agissant de vos cabrioles curvilignes ; d’autres, comme Alphadjo vous ont ramené à votre dimension intellectuelle : syntaxe à peu près correcte qui vous permet de renvoyer tjrs tt le monde dos à dos quitte à aller du coq à l’âne savant. Quand on confond Diallonkè et Diakhankè, on peut dire que la plus gde ‘njre qu’on p isse f re à un « Mandingo » de Gambie, c’est de lui dire qu’il est m dingue et non pas m nika. Au total, M. fred .. a tout dit de votre « mthode » : « le caractère personnel, les attitudes de ce M. (Gandhi) , n'ont rien a voir là, faites un effort , discutez des idées.. ».
En attendant vos dvpts, je vous laisse le choix des armes ou du « ton » comme vous disiez du ht de vtre « superve »,
Was-Salam
Citer
+20 #4 fred 12-08-2017 18:29
mr mamadou , le probleme n'est pas avec mr gandhi , mais avec la cour constitutionnelle .
elle n'est pas dans son role sur le probleme interieur de la ceni , voila la question limpide que pose ce mr gandhi .
pouvez vous infirmer ou approuver cette assertion ?
si oui , cela apporterait de l'eau au moilin .
le caractere personnel , les attitudes de ce mr , n'ont rien a voir la .
faites un effort , discutez des idees .
Citer
-15 #3 Mamadou 12-08-2017 15:25
Le problème avec @Gandhi c est son aversion pour la contradiction. Qd il n a plus d arguments il n hésite pas à lancer des paroles désagréables. Être intellectuel c est aussi avoir l humilité d admettre ses erreurs. Il a le verbe d un juriste mais un tempérament de militaire tjrs prêt à vs assommer avec son livre de droit.
Citer
+4 #2 Abdoul 12-08-2017 12:48
Citation en provenance du commentaire précédent de Youssouf Bangoura :
C'est le professeur GANDHI, on était jamais d'accord sur GUINEEACTU mais, j'adorais le lire, il a une très jolie plume, dommage qu'il ait systématiquement un parti pris dans ses textes, j'ai beaucoup appris avec lui en matière de droit .

Pareil pour moi Youssouf.. On peut ne pas être d'accord avec lui, mais l'on est forcé de reconnaitre la clarté de ses positions et sa methode pedagogique d'argumenter. Sur le fond, je ne peux que me contenter de le lire, le droit n'étant pas mon domaine. Pour le grand bonnheur des lescteurs, il serait souhaitable qu'un autre juriste infirme ou confirme cette analyse, même si,à mon avis, ce dernier aura peu de chance, vu les multiples references de Gandhi aux articles de la constitution pour etayer ses arguments.
Mais bon, attendons de voir.
Salam
Citer
+6 #1 Youssouf Bangoura 12-08-2017 09:10
C'est le professeur GANDHI, on était jamais d'accord sur GUINEEACTU mais, j'adorais le lire, il a une très jolie plume, dommage qu'il ait systématiquement un parti pris dans ses textes, j'ai beaucoup appris avec lui en matière de droit .
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir