kassoryDans un entretien qu'il a accordé à notre partenaire Guineenews, le Ministre d’État chargé du partenariat public-privé est revenu en détail sur l’accord d’un prêt de 20 milliards US signé le 4 septembre 2017 entre la Chine et la Guinée sur une période de 20 ans; un accord qui a fait l’objet de beaucoup d’interprétations, de suspicions, voire même des spéculations.Les ressources minières de la Guinée ont-elles été bradées à travers cet accords ? Lisez ces précisions de M. Ibrahima Kassory Fofana...

En droit, quel est le poids ou la valeur juridique exacte de cet accord cadre lorsqu’on sait qu’il est conclu non pas entre les deux parlements chinois et guinéen, mais seulement entre le conseil présidentiel de la Guinée et la commission nationale du développement et de la réforme de la Chine ? En d’autres termes, le présent accord est-il contraignant et opposable ?

Kassory Fofana : Tout accord-cadre de ce genre n’a pas de conséquence juridique directe. C’est comme si vous parliez les dans le cadre des relations de coopération économiques, des grandes lignes d’un cadre de coopération. Dans le domaine du secteur privé, on parlerait du « memorandum of understanding (MOU) ». Au niveau publique, on utilise très peu cette expression, on parle plutôt de protocole d’accord, d’accord-cadre ou de convention. Ces arrangements conventionnels expriment les intentions des parties et les orientations qui définissent leurs relations sur tel ou tel sujet. Quand vous lirez l’accord-cadre en question, il est dit clairement que les deux gouvernements veulent aller vers une situation telle qu’à  l’horizon de 20 ans, ils vont pouvoir collaborer progressivement sur les financements et sur les investissements. C’est comme en droit privé, vous avez l’investisseur, vous avez l’argent avec le banquier qui fait l’intermédiation et vous avez le marché. Par exemple vous êtes un opérateur qui a une plantation de pomme terre et vous voulez vous équiper pour construire une usine de transformation de celle-ci en chips, mais vous n’avez pas d’argent. Vous aurez deux options. La première est de dire, je vais produire petit à petit, faire de l’accumulation de capitaux et construire mon usine. La deuxième option est de dire, j’espère que par mes moyens propres, il me prendra 15 ans pour me permettre de le faire. Mais puisqu’il y a quelqu’un dont le métier est de faire l’intermédiation financière, je vais prendre son à argent aujourd’hui et faire mon investissement pour arriver à mon objectif  à court terme et lui rembourser à moyen et long termes. La meilleure option, c’est de travailler avec l’argent des autres, vous rentabilisez les capitaux et vous remboursez vos dettes. C’est un principe connu en matière de finance ! Au niveau des États, c’est la même chose.

La Guinée a des ressources aujourd’hui qui sont sous terre, souvent pas évaluées. L’échelle de connaissance de leur teneur en terme d’utilité économique est très faible. Tout le monde doit savoir qu’on a un potentiel économique certes important mais valeur marchande, parce que ce non évalué. Quand vous lirez l’accord, vous verrez qu’en terme de ressource qu’il n’y a que trois sociétés qui sont visées à ce stade : le projet d’exploitation des blocs de Boffa Sud et Boffa Nord par Chalco, le projet bauxite alumine de CDM Henan Chine et le projet bauxite alumine de SPIC.

« …Ce sont les revenus fiscaux tirés de ces exploitations qui donnent une sorte garantie à la Chine pour se convaincre que La Guinée sera capable à faire face ses obligations d’emprunts…»

Le remboursement est garanti comme le dit l’accord non seulement par l’exploitation des ressources naturelles de la Guinée mais aussi par d’autres revenus autres que ceux qui proviennent du secteur minier. Au final, peut-on dire que  la Guinée tire un avantage particulier de cet accord-cadre ?

Kassory Fofana : L’esprit de l’accord c’est quoi ? Nous n’avons pas d’argent et nous voulons aller vite, on ne veut pas attendre qu’on ait Simandou demain avant de commencer  à réaliser nos infrastructures pour atteindre notre objectif de taux de croissance à deux chiffres. En demandant des emprunts, les institutions financières chinoises ne peuvent s’engager sans la garantie de l’Etat chinois. Dans cette opération, l’Etat chinois se porte donc garant tout en aidant son secteur privé : entreprises et banques chinoises.

Il faut que cela soit clair, le gouvernement guinéen ne donne pas en gage les ressources minières en terme de tonnage mais plutôt des revenus fiscaux à tirer des ressources minières concédées. Alors la partie chinoise est en droit de se demander qu’adviendrait-il si lesdits revenus fiscaux tirés des concessions ne suffisaient pas pour rembourser leurs prêts ? C’est en cela que la Guinée s’engage à combler tout gap par ses propres ressources.

L’un des aspects importants à souligner est que cet accord est incitatif pour accélérer la prospection minière en Guinée dont l’évaluation des ressources n’est pas connue à part Simandou et quelques sites de bauxite et d’or. Grâce à cet accord, l’État chinois donnera des moyens à ses entreprises pour aider à faire des études de prospection conformément au code minier guinéen. Cela signifie que les entreprises chinoises vont se bousculer à faire des demandes de permis d’exploration. Ce qui nous économise du temps et des efforts dans la recherche des moyens destinés à la prospection minière. Il n’y pas d’exclusivité. C’est l’un des avantages d’un tel accord, car la prospection c’est souvent cher et à fonds perdu. Dès lors que la probabilité de trouver des ressources exploitables est hypothétique   !

Un accord comme ça permet aux grandes sociétés chinoises de prendre des risques, parce qu’elles savent que l’État chinois est derrière. Puisque ce sont essentiellement des entreprises chinoises d’Etat,  s’il y a une perte, c’est l’État chinois qui en paye le prix. Ça c’est un avantage très important pour la Guinée.

Un autre avantage pas des moindres, à chaque fois qu’une entreprise découvrira un gisement exploitable, c’est la moitié qui lui sera cédée conformément au code minier guinéen. L’autre moitié reviendra à l’État qui a la faculté dès lors de donner à d’autres investisseurs. Vous le savez bien.

Une fois que les concessions sont données et les sociétés créées avec les investisseurs chinois, c’est la phase d’exploitation qui génère des revenus fiscaux pour la Guinée. Ce sont les revenus ainsi tirés de ces exploitations qui donnent une sorte de garantie à la Chine pour dire que la Guinée sera capable de rembourser cet important prêt de 20 milliards US.

« …La fourchette du taux d’intérêt applicable sera comprise entre 4 à 6% dépendant de la nature des projets. C’est absolument un bon taux par rapport a la prime de risques sur la Guinée et des reconditions du marché financier, toute chose qui induirait un taux autour de 8 à 15% en général.. »

 L’accord cadre ne dit pas si les prêts qui seront accordés le seront selon un taux préférentiel ou celui avantageux. Concrètement, c’est quoi le taux d’intérêt sur ce prêt de 20 milliards US ?

Kassory Fofana : Les Chinois ont été clairs avec nous. Ils ont suggéré une approche progressive. D’où l’objectif de 20 milliards sur 20 ans. C’est pour cela qu’au titre de l’année 2017-2018, la première tranche est fixée  à un milliard quatre cent millions de dollars américains (1.400.000.000 USD) avec une anticipation sur les revenus des trois premières sociétés chinoises ciblées. Demain, si les négociations sur Simandou, qui ne fait pas partie de cet accord, aboutissaient, l’on pourrait augmenter l’enveloppe annuelle à deux, trois ou quatre milliards de dollars US par an.

L’on peut dire que les conditions financières ne sont pas concessionnelles. Elles ne sont pas non plus commerciales, parce qu’elles comportent une part de subventions indirectes de l’Etat chinois par voie de bonification des primes d’assurance. En terme clair, il y a une décote d’au moins 20% par rapport aux conditions du marché.

Maintenant, en ce qui concerne l’opérationnalisation des accords de financement, c’est l’approche projet par projet qui est retenue. Chaque projet aura un accord de financement spécifique. Et chaque accord de prêt fera l’objet de ratification par l’Assemblée nationale. C’est à ce niveau qu’on pourra parler d’engagement ou d’obligation financière de l’Etat. Vous avez donc un accord général, celui qui est signé et qui exprime le cadre, les intentions et le modus operandi des parties. Aucun des deux pays concernés n’amènera l’autre devant une juridiction parce qu’il n’y pas d’obligation « binding » au sens financier du terme. Mais demain, pour faire la route Coyah-Mamou-Dabola pour une enveloppe de près de 400 millions US, il y aura un accord de financement qui sera signé entre le ministre guinéen des Finances et le consortium des banques chinoises. Lequel accord va être soumis à l’Assemblée nationale guinéenne pour ratification. Ladite Assemblée fondera sa décision sur l’objet de l’endettement et sur l’assurance ou non qu’on pourrait faire face au service de la dette par les revenus fiscaux tirés des entreprises chinoises ou d’autres revenus de l’Etat. C’est fort de cet argument que l’assemblée donnera son quitus et ratifiera l’accord. C’est comme ça que ça va fonctionner ! C’est un cadre général de coopération qui se passe entre les États, comme je l’ai déjà dit tantôt. Les obligations financières seront par projet et en fonction de la viabilité de chaque projet.

Donc, concrètement, la fourchette du taux d’intérêt applicable sera comprise entre 4 à 6% dépendant de la nature des projets. C’est absolument un bon taux par rapport à la prime de risques sur la Guinée et des conditions du marché financier ; toute chose qui induirait un taux autour de 8 à 15% en général.

Si vous prenez par exemple Afri Exim Bank de Caire ou le guichet commercial de la banque africaine de développement (BAD) ou les conditions de prêt de la société financière internationale (SFI), vous ne verrez pas de taux en dessous de 6%. La ministre des Finances a bien négocié les conditions générales de financement avec le consortium des banques chinoises dont le résultat est un taux bonifié qui est en deçà des conditions du marché.

Il est donc important de souligner que ce n’est pas une ligne de crédit tout azimuts qu’on nous donne. Chaque projet éligible à la ligne de crédit sera soumis à une étude technico-économique de faisabilité pertinente. Si Le projet est rentable, le jugement est à la discrétion des banques chinoises en dernier ressort. Le dernier mot ne revient pas au gouvernement guinéen. Il soumet les dossiers de financement aux banques chinoises dans les mêmes conditions qu’un privé demanderait des prêts. S’il est démontré que les cash-flow à terme sont positifs et la rentabilité garantie, les banques acceptent le dossier de financement.

«…Aucun centime ne transitera ni dans un compte du trésor public ni dans celui de la banque centrale de la République de Guinée… »

Guinéenews© : Les Guinéens ordinaires pensent que les Chinois vont donner directement ces 20 milliards US au gouvernement guinéen tout de se suite pour faire sa propagande politique. Parce qu’un tel accord tel que vous l’avez étayé reste très avantageux pour la Guinée, mais il se trouve qu’il est très mal perçu par eux…Qu’en dites-vous ?

Kassory Fofana : Justement, c’est le rôle d’une presse sérieuse telle que la vôtre pour faire comprendre à nos compatriotes l’esprit et les mécanismes qui sous-tendent l’esprit de cet accord important pour le développement économique de la Guinée. Aucun centime ne transitera ni dans un compte du trésor public ni dans celui de la banque centrale de la République de Guinée (BCRG). Ce sont des projets spécifiques qui seront soumis aux banques chinoises, qui, une fois la rentabilité démontrée, acceptent et financent. Et les appels d’offres seront lancés aux entreprises chinoises. Là aussi, on doit comprendre qu’aucun pays ne donne du financement dans le cadre d’un accord bilatéral et que les entreprises de pays tiers  en profitent. C’est une règle universelle ! Quand la France donne de l’argent, c’est aux entreprises françaises que ça profite ; quand  l’Amérique donne, c’est aux entreprises américaines que ça profite. Mais lorsque la banque mondiale ou la BAD donne, les marchés sont ouverts aux entreprises des pays actionnaires dans ces institutions. Ce n’est pas l’argent cash qu’on donne au gouvernement  guinéen. Cela doit être très clair ! Une fois que les projets sont approuvés, les contrats signés, l’argent quitte des comptes des banques chinoises pour les comptes des entreprises adjucatrices des différents marchés. Donc, rien ne tombe dans les caisses de l’Etat. L’argent est dépensé selon des mécanismes et procédures de transparence bien définis.

«…Tous les marchés sont examinés et validés par les cabinets occidentaux. Et tous les travaux seront supervisés par ceux-ci pour s’assurer du contrôle de qualité et de la sincerité des coûts…» 

 C’est bien beau de dire qu’on ne reçoit pas d’argent en liquide, mais on s’en dette tout de même pour financer nos projets de développement. Alors, comment l’État va s’assurer du contrôle de qualité des travaux d’infrastructures qui seront réalisés par les entreprises chinoises étant donné que notre expertise est limitée en la matière ?

Kassory Fofana : Les choses se passeront comme dans le cas du projet Souapiti (projet d’un coût d’un milliard et demi), où nous avons fait appel aux services de TEC, un cabinet franco-belge d’études et de contrôle. Ce cabinet a revu l’étude de faisabilité technique et financière du projet de barrage. Il a eu des séances de travail avec l’entrepise chinoise chargée  des travaux pour corriger les imperfections de l’étude de faisabilité. Le cabinet et l’entreprise chinoise ont ainsi optimisé les conditions de réalisation du projet Souapiti. Dans cet exemple, le contrat des marchés est donné à une entreprise chinoise (parce que le marché est chinois) et le contrat de supervision est revenu à un cabinet occidental. C’est à la lumière de cette expérience réussie que le président de la République a donné des instructions très claires sur le mode d’exécution de cet important accord bilatéral. À cet titre, les études de faisabilité effectuées dans le cadre de réhabilitation de la route Coyah-Mamou-Dabola, ont été vérifiées par un bureau d’études français (Regis) pour garantir la pertinence des études techniques et les coûts du projet. La revue technique par le bureau d’études a permis des ajustements techniques du projet et des économies sur son coût de réalisation. L’application des instructions du président de la République permettent ainsi de se prémunir contre des risques de surfacturations comme ça été le cas dans certains pays en Afrique.

Bref, tous les marchés seront examinés et validés par les cabinets occidentaux et tous les travaux seront supervisés par ceux-ci pour garantir la qualité des ouvrages et la sincérité des coûts.

«…Il appartiendra à l’administration guinéenne dont nous connaissons les insuffisances de faire preuve d’efficacité pour assurer la mobilisation de ces financements importants…»

 Quels sentiments vous anime après avoir été un des artisans majeurs de la signature de cet accord et surtout son opérationnalisation pour celui qui connaît la lourdeur administrative guinéenne ?

Kassory Fofana : C’est un sentiment d’optimisme pour l’avenir économique de la Guinée doublé d’un sentiment de confiance aux perspectives de croissance à deux chiffres projetées par le président Alpha Condé. En effet, cet accord garantit des ressources annuelles d’un montant minimum d’un milliard de dollars d’investissement et cela pour les 20 prochaines années. Ceci est très important pour l’avenir de la Guinée et des Guinéens. Et par cet accord, le président Alpha Condé aura donné à la Guinée les moyens substentiels de son développement économique. Il aura réussi son pari de changer la Guinée au delà de ses mandats présidentiels.

Bien sûr, il appartiendra à l’administration guinéenne dont nous connaissons les insuffisances de faire preuve d’efficacité pour assurer la mobilisation de ces financements importants. Là aussi, le président de la République m’a donné des instructions fermes en ma qualité de président du pool économique de lui présenter des propositions garantissant les conditions d’exécutions optimales de cet accord de coopération sino-guinéen. Je m’y emploierais en coordination avec le gouvernement de la République.

 

Avec Guineenews, partenaire de Gbassikolo.com

Commentaires   

-7 #17 COMOLAM 11-09-2017 06:41
Lu dans Médiaguinée, Avis de Mohamed Touré PDG

"Dans le cas spécifique de la gestion de la première République par exemple, parce que cela nous pouvons le dire, premièrement, les mines, les minerais étaient la propriété de la Guinée et comme tel nous avions droit à une part patrimoniale sur ce qui appartenait de droit naturel à la Nation et au Peuple de Guinée.

Conséquemment, les négociations se faisaient en fonction de ce précepte. Ce qui fait que par exemple dans les négociations de CBG, vous constaterez que la partie guinéenne avait 49% des parts, les autres partenaires (les partenaires B) comme on les appelait avaient 51%. Ce qui fait que la majorité des parts revenaient à la Guinée.

Ainsi, des mécanismes de payement des rentes, d’impôts et taxes minières permettaient à la Guinée en 1984 déjà, des revenus sur la CBG seulement plus de 200 millions de dollars par an, bon an mal an. Cela était pour des hausses conséquentes au fil des années avec la qualification et a l’accroissement de la production minière du pays, si les règles de jeu, comme elles avaient été établies avaient été maintenues.

Le troc se faisait aussi, c’est-à-dire qu’on a pris nos minerais et qu’on a échangé contre des biens et des services directement en faisant fi de la monnaie, c’est-à-dire que directement la valeur des biens et services qu’on recevait des pays tiers était rendus par les quantités de bauxite exportées. Et cela s’est matérialisé très nettement par la création d’un office (Office des Bauxites de Kindia) qui avait justement pour raison entre autres la production certainement de bauxite mais aussi le remboursement d’une certaine dette qui avait été octroyée à la Guinée par les pays de l’Est notamment à l’époque.

Le fait d’établir un troc n’est pas en fait quelque chose de mauvais en soi, le fait d’établir un échange quelconque, que cela soit par les biais des impôts ou des finances, des redevances que ces sociétés minières doivent à la Guinée éventuellement, ce n’est pas ça le problème. Le problème c’est de le savoir, de l’établir, que les règles du jeu soient éclaircies de ce point de vue."

En savoir plus sur https://mediaguinee.org/2017/09/10/accord-de-20-milliards-us-entre-la-guinee-et-la-chine-les-craintes-de-mohamed-toure/#6bq5DMqjyFVPBqlZ.99
Citer
-9 #16 COMOLAM 11-09-2017 05:52
AVEC LA SOCIÉTÉ D'ÉTAT CHINOIS DES BTP-CSCEC ( (China State Construction Engineering Corporation) QUI DOIT RÉALISER L'AUTOROUTE 2X2 CONAKRY-DABOLA, DANS UN PARTENARIAT GAGNANT-GAGNANT ENTRE 2 ÉTATS SOUVERAINS ET COMPLÉMENTAIRES ( RICHESSE NATURELLE CONTRE RICHESSE MONÉTAIRE) AVEC CES 20 MILLIARDS$ PENDANT 20ANS!

SI DEMAIN LES NÉGOCIATIONS DE SIMANDOU EN COURS, DEPUIS 2 ANS, QUI NE FAIT PAS PARTI DE CET ACCORD, EST CONCLUANTE, CE MONTANT PEUT ÊTRE MULTIPLIER PAR 2, OU PAR 3, SOIT 40 À 60 MILLIARDS$, JAMAIS VUE DANS L'HISTOIRE DES PAYS EN VOIE DE DÉVELOPPEMENT AU MONDE, CELA GRACE À LA VISION D'UN HOMME, QUE TOUTE L'AFRIQUE, SOUHAITE LA FILIATION ANCESTRALE, UN DON DE DIEU POUR LA GUINÉE, UNE FIERTÉ POUR AFRIQUE!

MERCI MR LE PRÉSIDENT ALPHA CONDÉ!

Le marché global du BTP devrait augmenter de 70% d'ici 2025, passant de 8 700 à 15 000 milliards de dollars au monde, prévoit une étude d'Oxford Economic publiée en 2013.

La part de la Chine, qui représente déjà 18% grimpera alors à 26%. Avec l'Inde, elle construira 270 millions de nouvelles maison, et plusieurs centaine de milliers de km de routes et d'autoroute dans les 4 coins du monde.

Pas étonnant, donc, que les 20 milliards$, soit confier à la géante et grosse entreprise mondiale de BTP soit chinoise, selon notre partenaire BVDInfo. CSCEC (China State Construction Engineering Corporation), détenue par l’État chinois à 100%, a réalisé plus de 66,2 milliards de chiffre d'affaires en 2015. Outre son marché intérieur, cette méga-compagnie opère dans plus de 100 pays à travers le monde, dont la Guinée avec sa filiale de construction des barrages hydro-électricité de Kaléta et Souapéti! Bonne chance à la Guinée

Source: étude d'Oxford Economic publiée en 2016.
Citer
-7 #15 COMOLAM 10-09-2017 17:34
Citation en provenance du commentaire précédent de Traoré :
@ M.COMLAM écrit "

" Dans la journée, Fodé Oussou Fofana a confié au site "Guinée-matin" qu’un l’hélicoptère de l’armée, d’une façon lâche, a survolé le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo.

Voici comment Mr Fodé Oussou Fofana, vice-Président de UFDG, interprète, cette opération.

‘’Ce matin, à son insu, d’une façon lâche, de 9 heures 40 jusqu’à 9 heures 55′, un hélicoptère de l’armée guinéenne était en train de survoler le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo. Non seulement l’hélicoptère a survolé son domicile ; mais, en plus, on a vu des gens qui prenaient des photos. Personne ne peut intimider l’UFDG.

On ne peut pas faire ça dans un pays normal. Nous savons que quand Cellou Dalein Diallo dit qu’il y a manifestation, au niveau de Sékhourouréya, personne ne dort. Mais, on ne peut pas nous intimider’’, s’est lamenté le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou Fofana"

Alors d'après vous M.Comlam, l'émotion n'est elle pas nègre avec cet exemple précis ?

Un vice président du premier parti politique Guinéen qui se permet de tenir un tel discours dans une émotion la plus totale sans chercher à avoir des explications auprès de l'autorité concernée, je pense que c'est grave mais bon en Guinée, rien ne me surprend.

Bien à vous !


@ Traoré;

Tout les hommes peuvent avoir une sensation émotionnelle face à une situation, l’émotion est humaine, mais la bêtise est stupide, si elle est récurrente et répétitive, comme chez Fodé Ousou!
Citer
-1 #14 Traoré 10-09-2017 15:04
@ M.COMLAM écrit "

" Dans la journée, Fodé Oussou Fofana a confié au site "Guinée-matin" qu’un l’hélicoptère de l’armée, d’une façon lâche, a survolé le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo.

Voici comment Mr Fodé Oussou Fofana, vice-Président de UFDG, interprète, cette opération.

‘’Ce matin, à son insu, d’une façon lâche, de 9 heures 40 jusqu’à 9 heures 55′, un hélicoptère de l’armée guinéenne était en train de survoler le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo. Non seulement l’hélicoptère a survolé son domicile ; mais, en plus, on a vu des gens qui prenaient des photos. Personne ne peut intimider l’UFDG.

On ne peut pas faire ça dans un pays normal. Nous savons que quand Cellou Dalein Diallo dit qu’il y a manifestation, au niveau de Sékhourouréya, personne ne dort. Mais, on ne peut pas nous intimider’’, s’est lamenté le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou Fofana"

Alors d'après vous M.Comlam, l'émotion n'est elle pas nègre avec cet exemple précis ?

Un vice président du premier parti politique Guinéen qui se permet de tenir un tel discours dans une émotion la plus totale sans chercher à avoir des explications auprès de l'autorité concernée, je pense que c'est grave mais bon en Guinée, rien ne me surprend.

Bien à vous !
Citer
+2 #13 K. Ba 10-09-2017 02:49
Citation en provenance du commentaire précédent de mosaic :
...Autre chose et cela est une question à Mr K Ba pourquoi jusqu'à present le gouvernement guinéen ne porte pas plainte contre Mr Thiam ? De plus il est curieux que ni la mouvance, ni l'opposition et encore moins le ministère de la Justice n'ouvre pas une enquête de clarification sur les signataires de CIF au temps de la période Dadis /Konaté? Il parait que des noms comme Boubacar Barry , Mamadou Sandé, Siba Lohalamou et Mohamed Lamine Fofana selon les enquêtes du FBI . Informatikns repris dans Financial Afrik


Mosaic,
Demander à des voleurs de porter plainte contre un des leurs c’est de l’absurde. Tu vois réellement le gouvernement guinéen porter plainte et attirer l'attention du monde sur leurs magouilles ? Cela risque même de faire rire comme la Guinee est parmi les 10 pays les plus corrompus du monde.
Ceci dit, il y a une indication que j’ai donnée dans mon posting. Je ne sais si elle est satisfaisante. Mahmoud a commis "l'erreur" de faire ses transactions avec des banques américaines. Les autres, (Komara, Cellou, Souare, Kassory, etc..) le font par personnes interposées. Notamment les libanais de Conakry via le Liban, les pays du Golfe, le Maroc etc.
Il y a aussi les Narco et les trafiquant de drogue (Mamadou Sylla et autres) qui ont un réseau de blanchiment d’argent avec les pays de l’Amérique latine via le Brésil. Hasard si Mohamed Condé y a pignon sur rue ? En tout état de cause, le Maroc est une des plaques tournantes dans le blanchiment de l’argent – presque tous les voleurs guinéens y achètent des villas.
Si seulement Mahmoud Thiam n’avait pas voulu jouer au malin et a son m’as-tu-vu habituel, en achetant des propriétés au Maroc au lieu de la banlieue chic de New-York, il serait peut-être en train d’opérer dans le vol de haut de gamme.
Donc n’espérons pas trop du côté justice. Par contre on a toujours l’insurrection populaire - car ces connards sont nos employés, nous le peuple. Même si on l’oublie. Et que fait-on d’un employé qui vole ? Dans un pays qui veut être normal je veux dire ?
Wa Salam.
K. Ba
Citer
-6 #12 COMOLAM 10-09-2017 02:35
Le chargé de communication du Ministère de la Défense Nationale ( Aladji Cellou-Communique) #Démenti formel #MiseAuPoint

"Un responsable politique de l'Ufdg a affirmé ce matin sans sourciller qu'un hélicoptère militaire guinéen a survolé à basse altitude le domicile de Cellou Dalein Diallo. Vérification faite, il s'avère qu'un hélicoptère bien identifié (qui n'appartient pas au ministère de la Défense) avec un cameraman de la Rtg à bord a effectivement survolé à très basse altitude... tout le littoral de Conakry (les corniches nord et sud), la route de Prince jusqu'à Lansanaya ainsi que le bord de mer de Kaloum.

Aucun domicile particulier d'aucun citoyen en particulier n'était donc visé. L'hélicoptère en question était chargé (images à l'appui), de déterminer faire la cartographie et les points "critiques" où les ordures sont entreposées de façon sauvage dans la capitale guinéenne. En vue de leur "évacuation" et "traitement" dans les brefs délais par des partenaires étrangers. Toute information contraire est totalement infondée"
Citer
+3 #11 Zaga 10-09-2017 00:26
Tout acte pose dans la transparence pour la construction du pays est vivement apprecie, cela permettrait aux uns et aux autres de peser les consequences positives et negatives d'un tel acte qui engage l'avenir de toute nation. Et aussi permettrait d'ouvrir un debat sincere et franc au sein de la nation afin de connaitre tous les contours lies a cet engagement.

Par contre, si c'est encore les memes fossoyeurs de l'economie guineenne, qui dans un passe recent ont completement mis a genoux ce pays et qui se presentent aujourd'hui comme les nouveaux acteurs d'un contrat qui doit engager le pays pendant deux decennies, l'un a le droit d'avoir la connaissance totale sur les contours de ce contrat. Et cette realite doit imperativement renforcer des doutes sur les velleites qui se trament derriere cet engagement de tout un pays parce que tout simplement les tenants et les aboutissants n'ont montre aucune une probite morale dans leur gestion du passe.

Cette fourberie aussi au sommet de l'Etat est vraiment inquietante, surtout dans un pays ou l'institution de recours pour demander des comptes a la classe dirigeante est un instrument politique au service du pouvoir.

Cette image ci-dessus constitue un message intentionnellement envoyee aux irresponsables qui applaudissent a la moindre etincelle d'effets d'annonce, des veritables tam-tam aux imageries humaines et constituent un veritable terreau pour la dictautre dans ce pays.

J'etais parmi de ceux qui etaient sceptiques a chaque fois que le nom de Kassory etait associe aux veilletes d'un troisieme mandat, mais aujourd'hui je n'ai aucun doute que cet individu apparait de plus en plus a mes yeux comme l'une des pieces maitresses pour la destruction de la constitution guineenne.

Cependant il oublie que les temps ont change, les eres de la revolution et le koudeisme sont revolues et tout engagement qu'il a pris devant Alpha Conde dans l'intention de detruire la constitution guineenne afin qu'il l'aide a se perenniser au pouvoir, comme lui et ses sembables avaient reussi avec le koudeisme, serait voue a l'echec.

Ce que huit ans de gestion en matiere de vision, de rigueur et d'amelioration des conditions de vie de nos compatriotes n'a pas apporte, je ne crois pas que deux ans de precipitations afin de jeter le pays et de toutes ses ressources minieres dans la gueule du penda chinois pourraient valider une autre dictature sous les tropiques parce qu'il faut appeler le chat par son nom, toute cette foire est intentee pour prolonger la fiesta au sommet de l'Etat.

Au niveau de l'assemblee nationale, s'il y en a encore des patriotes, ils doivent se lever et etudier ce dossier de fond en comble pour savoir tout ce qui est ficele derriere ce contrat, la guinee ne doit absolument pas ceder ses ressources minieres a vil prix et detruire son environnement geographique pour servir les ambitions d'un individu.

C'est fini le pays d'un individu, c'est maintenant le pays des institutions. Et la constitution guineenne est claire la dessus un mandat au plus deux mandats non renouvables.

Halte a la republique bananiere!
Citer
-11 #10 COMOLAM 09-09-2017 20:37
CE SAMEDI 09 SEPT DE 09H À 10H45, UN AÉRONEF DE LA COMPAGNIE Air Photo Max, À SURVOLÉ LA VILLE DE CONARKY, POUR ÉTABLIR LA CARTOGRAPHIE AÉRIENNE DE LA VILLE, RECUEILLIR LES DONNÉS STATISTIQUES SUR L’HABITAT, L'OCCUPATION DE L'ESPACE URBAIN POUR L'AMÉNAGEMENT ET L’ASSAINISSEMENT DE CONAKRY- LE PLAN D'URBANISATION DU GRAND CONAKRY À HORIZON 2017-2030 ( plan d'urbanisation, l'occupation anarchique, recensement domanial, assainissement, programmation des infrastructures stratégique, des zones industrielles et d'habitation etc....)

Voici pourquoi un aéronef a survolé ce matin SAMEDI de 9h à 10h, toute la ville Conakry, de Sékhoutoureyah en passant par Dixinn ou habite Cellou Dalein Diallo, à SIG-Matina, Matam, Ratoma,Matoto, kipé, Nongo, Kagbélen, Coyah, Dubréka, Forécaria etc......

Toute la ville de Conakry et préfectures environnantes ont passé crypte aérien de la société Air Photo Max, une entreprise Franco-Canadienne!

La photographie aérienne se fait généralement à partir d'un aéronef : avion, hélicoptère, Ulm, montgolfière, drones etc...

Conakry et ses habitants se sont réveillés ce samedi avec un petit avion sur leur tête. La famille Dalein aussi.

Comme d’habitude, des proches du leader de l’UFDG -dont le vice-président Fodé Oussou Fofana- ont argué que le petit avion a survolé la famille de l’opposant guinéen qui dormait tranquillement à Dixinn en bordure de mer.

En plus, des clichés ont été pris. De quoi s’agit-il réellement ?

Selon une source généralement bien informée, c’est un hélicoptère qui faisait le plan d’assainissement et la cartographie, sur l'organisation de l'espace géographique de la Ville Conakry, qui a survolé à basse altitude.

« Sur les réseaux sociaux, presses en ligne ou radio, ça fait débat. En fait, ce n’est rien. C’est dans le cadre de l’assainissement de la ville de Conakry. Tous ceux qui habitent la corniche et en banlieue, ont dû remarquer cet avion ».

Dans la journée, Fodé Oussou Fofana a confié au site "Guinée-matin" qu’un l’hélicoptère de l’armée, d’une façon lâche, a survolé le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo.

Voici comment Mr Fodé Oussou Fofana, vice-Président de UFDG, interprète, cette opération.

‘’Ce matin, à son insu, d’une façon lâche, de 9 heures 40 jusqu’à 9 heures 55′, un hélicoptère de l’armée guinéenne était en train de survoler le domicile privé du président Cellou Dalein Diallo. Non seulement l’hélicoptère a survolé son domicile ; mais, en plus, on a vu des gens qui prenaient des photos. Personne ne peut intimider l’UFDG.

On ne peut pas faire ça dans un pays normal. Nous savons que quand Cellou Dalein Diallo dit qu’il y a manifestation, au niveau de Sékhourouréya, personne ne dort. Mais, on ne peut pas nous intimider’’, s’est lamenté le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou Fofana"

Maintenant question : l’UFDG cherche-t-il un alibi pour décaler sa marche du 20 septembre prochain ?

UFDG est la combinaison des comportements de milliers de personnes répondant aux informations, à la désinformation et à leurs caprices.

Décryptage de Comolam // Média-guinée/ Caroline SACKO
Citer
+3 #9 mosaic 09-09-2017 19:18
Est-ce que d'ici 2020 la question de l'amelioration de la gestion dez ordures sera palpable et la destruction des edifices et maisons illegalement batis sera opéré sans parti pris et pour le bien être de la population guinéenne? Autre chose et cela est une question à Mr K Ba pourquoi jusqu'à present le gouvernement guinéen ne porte pas plainte contre Mr Thiam ? De plus il est curieux que ni la mouvance, ni l'opposition et encore moins le ministère de la Justice n'ouvre pas une enquête de clarification sur les signataires de CIF au temps de la période Dadis /Konaté? Il parait que des noms comme Boubacar Barry , Mamadou Sandé, Siba Lohalamou et Mohamed Lamine Fofana selon les enquêtes du FBI . Informatikns repris dans Financial Afrik
Citer
-5 #8 COMOLAM 09-09-2017 18:42
IL N'Y A POINT DE TRAVAIL HONTEUX, QUE LA CORRUPTION, ET LE FONCTIONNAIRE GUINÉEN EST CHAMPION TOUTE CATÉGORIE, MAIS PAS DE CHANCE AVEC LES 20 MILLIARDS$ D'ACCORD CHINOIS! HAHAHA....Mr TRAORE, DIALLO, BARRY, KEITA, CAMARA DE LA FONCTION PUBLIQUE GUINÉENNE....!

"Ce n’est pas l’argent cash qu’on va donné à la Guinée, mais les infrastructures, les contrats sont signés entre les entreprise Chinoise et les banques Chinoises, l’argent quitte des comptes des banques chinoises pour les comptes des entreprises adjudicatrices des différents marchés. Donc, rien ne tombe dans les caisses de l’État.

L’argent est dépensé selon des mécanismes et procédures de transparence bien définis. Tout les marchés seront examinés et validés par les cabinets occidentaux en appuis au Gouvernement guinéen. Et tout les travaux seront supervisés par ceux-ci pour s’assurer du contrôle de qualité et de la sincérité des coûts.

L’accord va être soumis à l’Assemblée nationale Guinéenne pour ratification. L'Assemblée Nationale fondera sa décision sur l’objet de l’endettement et sur l’assurance ou non qu’on pourrait faire face au service de la dette extérieure par les revenus fiscaux tirés des entreprises chinoises ou d’autres revenus de l’État. C’est fort de cet argument que l’assemblée donnera son avis et ratifiera l’accord.

C’est comme ça que ça va fonctionner ! C’est un cadre général de coopération qui se passe entre les États. Les obligations financières seront par projet et en fonction de la viabilité de chaque projet. Donc, concrètement, la fourchette du taux d’intérêt applicable sera comprise entre 4 à 6% dépendant de la nature des projets. C’est absolument un bon taux par rapport à la prime de risques sur la Guinée et des conditions du marché financier ;

Quand vous prenez par exemple des prêts accorder par Afri Exim Bank de Caire ou le guichet commercial de la Banque Africaine de Développement (BAD) ou la Société Financière Internationale (SFI) filiale de la Banque Mondiale, les taux d’intérêt appliqués sont généralement entre 8% à 15%"

Source: inter vue de Don Kass dans Guineenew!
Citer
+1 #7 Traoré 09-09-2017 16:47
Citation en provenance du commentaire précédent de COMOLAM :
Citation en provenance du commentaire précédent de Traoré :
@M. Comlam ( nouveau porte parole de M.Fofana Kassory)

On paie les impôts sur le bénéfice d'exploitation dans ce cas précis ( Sociétés minières).
Comment l'Etat pourrait rembourser ses emprunts si ces sociétés chinoises ne font pas de bénéfice en Guinée puisque rien n'est transformé sur place ?

M. Kassory Fofana ne nous explique pas quelles seront les autres sources du remboursement de ces emprunts qui seront débloqués si les déductions fiscales font défaut.

Quel sera le prix de vente d'une tonne de bauxite à ces sociétés et quelle quantité annuelle sera prélevée afin de connaître au moins si la Guinée peut respecter ses engagements.

M. Fofana Kassory nous prend pour des moutons ou quoi et j'ose espérer qu'il passera devant l'Assemblée nationale pour défendre ce dossier bancal puisque comptablement et selon les explications de M. Je Je Je, la Guinée sera perdante si on lit entre les lignes.

Ceux qui s'empressaient d'applaudir emotionnellement (l'émotion est nègre ou noire et la raison est hellene " M. Senghor) viennent d'être servis puisqu'il s'agit d'un protocole d'accord donc une possibilité d'accorder des prêts à la Guinée selon la volonté des Chinois.

Sachez messieurs émotifs que les 20 milliards sont probables et conditionnels selon plusieurs critères.

Comment peut-on donner ou octroyer 50% d'une zone minière à une société qui l'aurait découvert sans comparer les dépenses effectuées dans la recherche et la valeur de la zone découverte ?

Ces escrocs à col blanc ont tous leur société minière pour qui ils ont taillé cette loi sur mesure et j'espère que nos députés patriotes se saisiront de ce dossier.
Nous voulons tous le bonheur de notre pays et pour le peuple guinéen mais pas à n'importe quel prix.


@ Djonké;

Continue de cité M. Senghor "l'émotion est nègre ou noire et la raison est hellene " Ta maison au bord de la route Coyah-Mamou_Dabola, sera bientôt détruite, pour faire notre Autoroute 2X2, nous c'est l'action, pas kouma kouma toum!


Hahaha sacré M.Comlam !!!
J'attends vos réponses de pieds ferme de mes différentes remarques et inquiétudes.
Quand aux maisons ou autres, ne vous inquiétez pas si ça doit passer à l'intérieur de ma cour et que les conditions sont remplies, je me plierai car personne n'est au dessus de la loi et surtout pour un intérêt national.

Sur Gbassikolo c'est arguments et contre arguments détaillés sans passion mais hélas......
Citer
+4 #6 Goundoba 09-09-2017 16:44
Dieu est capable d'une action plus radicale qu'une insurrection.Dieu est Puissant sur toute chose.
Citer
+6 #5 K. Ba 09-09-2017 15:44
Il faut être cynique pour célébrer un simple mémorandum de coopération financière. Avec la Chine de surcroit et toutes les conséquences fâcheuses imaginables. Voir l’excellente analyse de ce mémorandum :
Pékin : la Guinée s’enfonce dans le gouffre chinois - par MAMADOU ALIOU DIALLO.
Même les yette Diallo voient le danger de cet accord de bradage de la Guinee par des prédateurs.
http://www.financialafrik.com/2017/09/07/pekin-la-guinee-senfonce-dans-le-gouffre-chinois/#.WbQBsciGOUl
La photo des deux prédateurs en Chine, Kassory et Condé, ricanant est un indicateur de ce qui est en train de se tramer. « On les a eus encore avec une annonce pour quelques mois. Les gens sont si misérables qu’ils n’ont pas le temps de se rappeler même du petit-déjeuner. Au cas où ils en auraient un. Les "intellos" sont des serpents bouillis. L’opposition un groupe de femmelettes mouillées par leur passé d’anciens magouilleurs. COPINI, Vive la république de l’amnésie et de démocratie de la léthargie ».
Apparemment, ces prédateurs ont une fixation sur le chiffre de 20 milliards de dollars.
• Mahmoud Thiam avait annoncé à grand fracas en 2009 ce même montant avec des promesses bidonnes qui l’ont mené en prison. Si j’avais à décider, il y passerait le reste de sa vie de misérable affameur du peuple. Il commit l’ « erreur » de faire ses magouilles sous les auspices du FBI.
• Le fils de Conté avait annoncé ces mêmes 20 milliards avec les pays du Golf. En 2014 si je ne me trompe. Kassory rebelote avec le même chiffre.
Mais comme ces larrons ne sont pas sous la surveillance du FBI, il nous reste l’insurrection populaire pour balayer cette chienlit ! Préparons-nous y. Que dieu assiste tous ceux qui y pensent. Amin.
Wa Salam.
K. Ba
Citer
-8 #4 TRONKA 09-09-2017 11:52
L'honorable Kassory ne peut pas dire mieux, même pour le citoyen profane en la matière, on comprend l'essentiel des explications données.

Face aux énormes défis, l'Etat s'engage à entériner un esprit d'accord Chino-Guinéen pour un développement accéléré. Pour rester dans la transparence, l'accord se fait sous l'égide de cabinets d'expertise internationaux.
Sauf si on veut tenir un discours politicien(chacun a le droit),je pense vraiment qu'il n'existe à ce stade aucun contour sinueux et l'esprit du projet est excellent pour la Guinée.
En cas de doute , aucun citoyen n'est interdit d'avoir plus d'explication de la part de l'autorité, il ne faut juste pas faire de mélange avec les ambitions politiciennes.

Dans les cafés en Guinée, l'explication va être tellement déformée intentionnellement que le citoyen finit par ne rien comprendre. Phénomène classique en Guinée. Détourner l'attention des citoyens par des discours biaisés.

Les discours politiciens accablent l'Etat concernant les poubelles, les routes etc..
Paradoxalement, les mêmes discours antagonistes rebondissent suite à un nouvel esprit d'accord Chino- Guinéen pour justement enclencher un développement accéléré pour soulager les citoyens(traitement des routes, l'assainissement etc..) C'est bizarre!! Que veulent nos politiciens?

Mr Faya Milimono, est un des rares politiciens de l'opposition, qui a compris l'intérêt essentiel de ce nouveaux contrat en matière de développement accéléré.
Il vaut mieux suivre la raison, le juste résultat des expériences comparées à la place de s'enfoncer dans des discours trop politisés, au risque de passer à coté.
Wa salam
Citer
-5 #3 COMOLAM 09-09-2017 00:44
Citation en provenance du commentaire précédent de Traoré :
@M. Comlam ( nouveau porte parole de M.Fofana Kassory)

On paie les impôts sur le bénéfice d'exploitation dans ce cas précis ( Sociétés minières).
Comment l'Etat pourrait rembourser ses emprunts si ces sociétés chinoises ne font pas de bénéfice en Guinée puisque rien n'est transformé sur place ?

M. Kassory Fofana ne nous explique pas quelles seront les autres sources du remboursement de ces emprunts qui seront débloqués si les déductions fiscales font défaut.

Quel sera le prix de vente d'une tonne de bauxite à ces sociétés et quelle quantité annuelle sera prélevée afin de connaître au moins si la Guinée peut respecter ses engagements.

M. Fofana Kassory nous prend pour des moutons ou quoi et j'ose espérer qu'il passera devant l'Assemblée nationale pour défendre ce dossier bancal puisque comptablement et selon les explications de M. Je Je Je, la Guinée sera perdante si on lit entre les lignes.

Ceux qui s'empressaient d'applaudir emotionnellement (l'émotion est nègre ou noire et la raison est hellene " M. Senghor) viennent d'être servis puisqu'il s'agit d'un protocole d'accord donc une possibilité d'accorder des prêts à la Guinée selon la volonté des Chinois.

Sachez messieurs émotifs que les 20 milliards sont probables et conditionnels selon plusieurs critères.

Comment peut-on donner ou octroyer 50% d'une zone minière à une société qui l'aurait découvert sans comparer les dépenses effectuées dans la recherche et la valeur de la zone découverte ?

Ces escrocs à col blanc ont tous leur société minière pour qui ils ont taillé cette loi sur mesure et j'espère que nos députés patriotes se saisiront de ce dossier.
Nous voulons tous le bonheur de notre pays et pour le peuple guinéen mais pas à n'importe quel prix.


@ Djonké;

Continue de cité M. Senghor "l'émotion est nègre ou noire et la raison est hellene " Ta maison au bord de la route Coyah-Mamou_Dabola, sera bientôt détruite, pour faire notre Autoroute 2X2, nous c'est l'action, pas kouma kouma toum!
Citer
+5 #2 Traoré 08-09-2017 23:03
@M. Comlam ( nouveau porte parole de M.Fofana Kassory)

On paie les impôts sur le bénéfice d'exploitation dans ce cas précis ( Sociétés minières).
Comment l'Etat pourrait rembourser ses emprunts si ces sociétés chinoises ne font pas de bénéfice en Guinée puisque rien n'est transformé sur place ?

M. Kassory Fofana ne nous explique pas quelles seront les autres sources du remboursement de ces emprunts qui seront débloqués si les déductions fiscales font défaut.

Quel sera le prix de vente d'une tonne de bauxite à ces sociétés et quelle quantité annuelle sera prélevée afin de connaître au moins si la Guinée peut respecter ses engagements.

M. Fofana Kassory nous prend pour des moutons ou quoi et j'ose espérer qu'il passera devant l'Assemblée nationale pour défendre ce dossier bancal puisque comptablement et selon les explications de M. Je Je Je, la Guinée sera perdante si on lit entre les lignes.

Ceux qui s'empressaient d'applaudir emotionnellement (l'émotion est nègre ou noire et la raison est hellene " M. Senghor) viennent d'être servis puisqu'il s'agit d'un protocole d'accord donc une possibilité d'accorder des prêts à la Guinée selon la volonté des Chinois.

Sachez messieurs émotifs que les 20 milliards sont probables et conditionnels selon plusieurs critères.

Comment peut-on donner ou octroyer 50% d'une zone minière à une société qui l'aurait découvert sans comparer les dépenses effectuées dans la recherche et la valeur de la zone découverte ?

Ces escrocs à col blanc ont tous leur société minière pour qui ils ont taillé cette loi sur mesure et j'espère que nos députés patriotes se saisiront de ce dossier.
Nous voulons tous le bonheur de notre pays et pour le peuple guinéen mais pas à n'importe quel prix.
Citer
+3 #1 fred 08-09-2017 19:42
quelle bouffonnerie !
ces gens - la prennent vraiment notre peuple pour des moutons ! ( evidenment , si lui aussi danse " yankadi " au moindre son de tam-tam ) .
il apparait dans les explications de ce mr kassory ( ancien cpmplice de cdd ) que la guinee n'a aucun sou de cet accord .
il s'agit ( c'est kassory qui le dit ) d'un accord de promesse de financement de differents projets , S'ILS SONT RENTABLES SELON LES CHINOIS . pas selon l'etat guineen .
il n'y a aucun sou qui transitera par la guinee .
bla bla bla , et circulez , c'est tout bon , rien a voir . Ouf !
Reveillez vous , c'est comme kaleta . alpha veut vous proposer le 3 eme mandat , contre notre constitution !
"ces gens-la " ( hello mr baren ) , nous trompent .
tiens , j'allais oublier : le site Guineenews est passé sous controle de alpha conde moyennant un peu d'argent . d'ou cette interview " amicable " .
je le sais , c 'est familial !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir