Mory DoreC’est avec une grande tristesse que j’ai appris la disparition du Dr Bakary Diakité. Je n’ai pas personnellement connu le Dr Diakité. Mais je me souviens de ce qu’il écrivit en mars 2016 lors du décès de mon regretté père Ansoumane Doré ...

« Le Pr Doré, fait partie du cercle très restreint, trop restreint d’authentiques intellectuels de notre pays. En vrai Intellectuel il a toujours eu la rigueur dans l’analyse, le courage et la constance dans ses prises de positions. Sa profondeur de vue et sa clairvoyance étaient remarquables. Il était exigeant dans l’analyse. Le Pr Doré est de la trempe de son ami le Pr Alfa Ibrahima Sow … Ce qui n’est pas dire. Ce sont ces rares intellectuels qui ont réussi à se libérer de leur propre ego individuel, et s’échapper de la prison ethnique ! Ils sont comme ces grands oiseaux sortis de leur nid identitaire pour voler très haut dans le ciel de la liberté et de la vérité. Nous prions pour que leur lumière intellectuelle éclaire à jamais la jeune génération de la Guinée »

Je me permets également de rappeler un message de mon père sur le docteur Bakary Diakite écrit en novembre 2014

«  Mon cher Bakary. Je lis régulièrement les contributions stimulantes que tu présentes sur des sites guinéens sur les problèmes guinéens. Si je ne fais pas de commentaires sur ces textes, c'est parce que j'en partage entièrement les idées que tu exposes. Sur un plan particulier, j'apprécie les références que tu fais à mon condisciple Alpha Ibrahima Sow (paix à son âme) avec lequel j'ai été très lié au lycée de la seconde à la terminale à Conakry (1953-1956). C'était de son arrivée du Cours normal de Popodara à notre 2e partie du Bac. Après on s'est perdu de vue jusqu'en 1986. C'était un patriote admirable. Je partage les préoccupations qui sont les tiennes sur cette fondamentale question d'une réunion des Guinéens pour une conférence nationale. Sans une telle conférence je suis convaincu que les Guinéens navigueront encore longtemps à vue.

Les gens de nos générations ne peuvent qu'accompagner nos jeunes frères et soeurs qui doivent en être les timoniers. Pour ma part, bien qu'handicapé par des problèmes de genoux qui limitent ma mobilité géographique, je suis en mesure de participer à des discussions d'idées. Ce qui a toujours cruellement manqué aux dirigeants guinéens, ce sont des réflexions solides, desquelles peuvent être tirés des schémas directeurs d'une gouvernance moderne. Ils ont toujours pensé que l'alignement de mots en formes de discours pouvait conduire à ces schémas dont tout gouvernement a besoin pour des actions concrètes. Ce n'est pas en remplissant son gouvernement de personnages beni- oui-oui (à part quelques individualités), qui ferment les yeux sur tout, qu'Alpha Condé aurait pu entreprendre le changement qu'il a annoncé en 2010. Au total, l'ethnocentrisme, la politique politicienne, ont prospéré. C'est à toutes ces questions et d'autres que devrait s'attaquer une réconciliation nationale. Fraternellement » 

Tout comme mon regretté père, le regretté Dr Diakité pensait que les nombreux dysfonctionnements de nos sociétés (et particulièrement pour un pays comme la Guinée) correspondaient très souvent à une situation de suprématie des courtisans sur les compétents. Ils avaient tellement raison en faisant le constat que la société guinéenne – comme tant d’autres - souffrait de plus en plus de ces décalages entre la compétence et le savoir-faire des responsables politiques d’une part et la complexité des problèmes à résoudre d’autre part

La disparition de nos glorieux ainés doit toujours être l’occasion de mettre en avant un certain nombre de vérités pour la Guinée en particulier et l’Afrique et le Monde en général

  • l’ouverture à la société civile est non seulement un rempart contre la corruption (l’on a eu une vie avant la politique et l’on en aura une après et il n’est donc nul besoin de développer le clientélisme électoral) puisque finalement la politique ne serait plus un moyen de s’enrichir et il ne faut plus qu’elle le devienne ; L'exercice du pouvoir ne doit pas conduire à la perspective d'une carrière à vie mais doit être une parenthèse civique dans le cadre d'une carrière professionnelle.

 

  • des hommes aux compétences éprouvées dans la vraie vie comprennent mieux que quiconque à quoi doivent servir des responsabilités politiques : non pas un titre ronflant et le désir de rattraper financièrement « le temps perdu » mais plutôt l’obligation de résultat et la prise de décision en fonction de critères économiques et financiers et non politiques ;

 

  • bien entendu il y a eu, il y a et il y aura toujours des compétences sur le papier. Mais on ne doit pas demander au ministre de trouver telle ou telle solution à un problème relevant de la compétence de son ministère (le cap est fixé en général par le président de la république) mais de pouvoir trouver les moyens et l’organisation pour parvenir à cette solution. Il ne s’agit pas de savoir ce qu’il faut faire mais de savoir comment l’on va faire et, en ce sens, l’apport d’un professionnel du domaine d’expertise concerné est précieux

En tout cas, la disparition de dignes fils de la Guinée est malheureusement toujours un moment de regrets et frustrations. Regrets et frustrations que des hommes aussi solides et intègres n’aient pas pu mettre durablement leurs compétences et leur intégrité au service de notre pays. Je pense aujourd’hui au Docteur Diakité (et naturellement je pense en permanence à mon père)

Je présente mes condoléances les plus sincères et les plus attristées à la famille du Dr Diakité. Paix à son âme.

MORY DORE

 

 

Commentaires   

+7 #1 Tountouroun 23-11-2017 20:58
@Mory Doré,

Votre cher Papa, le Professeur Ansoumane Doré, ce héros, fut un grand militant et artisan de la lutte pour la liberté, l'unité nationale, l'Etat de droit, la démocratie, l'émergence et le rayonnement international de la Guinée.

La Guinée pour laquelle il consacra son âme, est et demeure sa patrie et celle de ses parents, de ses aïeux et ses enfants, mais aussi de ses petits enfants et leurs enfants.

Le Professeur Ansoumane Doré fut le guinéen et l'un des grands Africains spécialisés dans le domaine de " la naissance et de l'évolution du Tiers-Monde " et plus précisément des pays africains et aux expériences de développement économique et social qui y sont menées.

Dans les années 1990-1993, nous eûmes l'honneur de le côtoyer à la Faculté de Droit et les Sciences économiques de l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry et l'immense plaisir de bénéficier de son grand savoir.

Tout comme les maîtres Lamine Sidimé et Dr Salifou Sylla, entre autres grandes éminences venues produire le nouveau étudiant guinéen pour le rendre libre, décomplexé, libéral et tourné vers le nouveau Monde pour s'enraciner dans l'Afrique du 21ème siècle, les cours magistraux de ses grands savants guinéens qui enseignaient au Sénégal et en France, avaient été dispensés gratuitement aux étudiants en guise de cadeaux dédiés à l'éveil et à l'émergence d'une jeune génération libre, compétente, patriote et respectueuse des Droits humains et les libertés fondamentales universels.

Le Professeur Ansoumane Doré n'est pas mort. Ses gigantesques œuvres consacrés à la Guinée et à l'Afrique, nous accompagnent et nous guident dans le processus de la difficile construction de l'Afrique démocratque contemporaine, celle du 21ème siècle.

Parmi mes livres de chevets, je garde jalousement celui qu'il édita chez Bayardère, livre intitulé : " ECONOMIE ET SOCIETE EN REPUBLIQUE DE GUINEE - 1958 - 1984 ET PERSPECTIVES ...".

paix aux âmes du Professeur Ansoumane Doré et à Dr Bakary Diakité. Amen !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir