La Guinée face aux guinéens : S’en sortir ou périr ensemble ? (par le ministre d’Etat Tibou Kamara)

La Guinée, comme une fatalité, connait des crises successives et persistantes qui se ressemblent aussi, toutes liées aux contingences et humeurs politiques, aux visées personnelles et aux sentiments d’injustices et de frustrations profondes dans la société. Les populations ont le sentiment d’être abandonnées à elles-mêmes tandis que toutes les élites sont confrontées à un désamour manifeste, à cause de l’usure du temps, du vent de révolution politique et sociale qui souffle sur le monde, de la volonté des peuples de déranger les ordres établis et d’avoir d’autres leaders que ceux accusés dans l’opposition, sous toutes ses appellations, et au pouvoir, à toutes les époques, d’être la source de tous les malheurs.

En somme, la revanche des faibles, autrefois résignés à la fatalité, sur les puissants d’un moment, aveuglés par les positions acquises. Un retournement de situation qui met fin à un long cycle d’arrogance d’élites inconscientes et irresponsables, mais hélas aussi qui enfante des républiques de bouffons, d’imposteurs, de populistes, porteurs de fausses espérances et souvent responsables de la déliquescence des Etats et de la ruine des démocraties, voulant toujours précipiter la fin de l’histoire et forcer leur propre destin et celui de leur nation.

Le changement pour le changement, le pouvoir pour le pouvoir, la défiance à l’encontre de tout et le rejet de tous ont brouillé tous les repères démocratiques et banalisé la présidence de la république qui, si elle est ouverte à chacun dans toutes les démocraties, ne devrait pas être accessible à tous, pour préserver l’image de l’état et le mythe de la fonction présidentielle. On a connu dans le passé, les promesses, les espérances de la démocratie et pendant longtemps, celle-ci a profité aux droits des peuples et aux libertés des citoyens ; maintenant on en subit les excès, les travers, les leurres et drames insoupçonnés. Dans les pays où elle fait illusion encore et dans ceux où elle a montré ses limites, la démocratie semble le prétexte tout trouvé d’un désordre social sans précédent aux accents révolutionnaires et de grandes aventures politiques marquées par des choix inédits dans les élections et l’arrivée au pouvoir d’hommes et de femmes atypiques. Mais la plus grande menace demeure l’instabilité au pouvoir et la faillite programmée des institutions qui font que tous les états sont devenus fragiles et vulnérables et tous les pays tendent à être ingouvernables.

Alors, à un moment ou à un autre, si l’on se rend compte que ce n’est pas conciliable tout cela, il faudra déterminer la priorité entre l’autorité de l’Etat et les droits et les libertés des citoyens, l’aspiration à la démocratie et le besoin de sécurité des populations, la liberté d’expression et la stabilité des Etats.

Il est clair que ce sont des « nécessités » compatibles, indissociables et interdépendantes d’habitude, mais avec l’instabilité chronique du monde et la révolte devenue fréquente des peuples, ce n’est plus aussi évident que par le passé.

Et la Guinée, dans tout ça ?

La Guinée n’est pas en reste de l’histoire universelle et de tous les chambardements dans le monde. Comme souvent d’ailleurs, au cours de son histoire riche en évènements et façonnée par de nombreux acteurs, la Guinée interroge chaque fois pour les choix qu’elle fait, quand les guinéens eux-mêmes commencent à s’habituer aux épreuves de forces, le plus souvent sans fondements et sans fins aussi.

Chacun est guidé par la conviction qu’il finira par avoir  raison de l’autre, tous ont la certitude de détenir la vérité : les protagonistes de toutes les crises ne doutent jamais que l’issue leur sera favorable au prix de quoi pour eux-mêmes, et à quel coût pour le pays ?

Peu importe !

Une victoire à la Pyrrhus n’est pas souhaitable pour toutes les blessures à surmonter après, pas plus qu’une relève dans le chaos qui provoquerait la division du pays à travers un antagonisme plus prononcé entre les différentes communautés et des positions inconciliables des acteurs.

Comme la situation se présente aujourd’hui, l’opposition est convaincue de n’avoir d’autres choix que les manifestations et les actes de défiance à l’encontre du pouvoir pour se faire entendre et faire plier le régime, confiant en lui-même, et déterminé à faire face, sans désemparer , aux opposants. Quant au Président Alpha Condé, depuis son accession au pouvoir, subissant une confrontation quasi permanente et violente avec ses adversaires déclarés ou non, ne croit plus en son opposition, ne la croit pas surtout capable de l’atteindre, ayant survécu jusqu’à maintenant, à toutes les tempêtes politiques et sociales.

La défiance des uns, et le stoïcisme des autres sont-elles des postures définitives et tenables aussi ?

L’idéal aurait été sans doute de se retrouver dans un dialogue sincère et un accord responsable, certes difficile à obtenir dans un climat de suspicion et de conflit ouvert, mais cela aurait eu le mérite d’entretenir un minimum de confiance et d’empathie entre les acteurs afin de ne pas passer tous à côté de l’histoire et de ne pas hypothéquer aussi l’avenir, le sort de chacun étant forcément lié au destin du pays, et l’avenir ne pouvant se décider qu’ensemble, étant entendu que les exclusions et les discriminations demeurent le mal commun qui remet en cause le « commun vouloir vivre ensemble ».

Depuis des années en Guinée on parle de chacun et de tout le monde et de ce que l’on voudrait pour soi et parfois même de ce que l’on réserve aux autres quand ils ne seront plus là et qu’on les aura remplacés, mais qui parle de la Guinée dont les intérêts passent toujours après le sort de chacun au cœur de toutes les préoccupations et de toutes les prises de positions publiques.

« Le moi d’abord,  tous les autres après et la Guinée, enfin», est la chose la mieux partagée par tous les guinéens et qui semble autant arrêter la marche d’une histoire souvent prometteuse que plomber l’avenir proche et lointain.

La raison a foutu le camp et l’hystérie est en train de s’emparer de tout le pays : le débat public qui devrait porter sur les idées, les valeurs et même les opinions est dominé par les passions, la haine de l’autre, les invectives malsaines et les offenses gratuites.

Il est vrai que Dieu a toujours protégé la Guinée, mais il ne faudrait pas abuser trop de sa bonté et compter toujours sur la chance, ni insulter la providence par une désacralisation de la vie et une relégation du pays.

Si chacun veut incarner ou inventer l’avenir et le présent rêvés de chacun dans son ambition personnelle, tout le monde semble se comporter de manière à compliquer, voir à rendre impossible la vie aux guinéens.

En tout cas, les guinéens nous regardent tous, l’histoire jugera chacun au moment où des erreurs individuelles sont commises au quotidien, les fautes collectives se multiplient dans l’insouciance et la complaisance totale. Il faudra se rappeler en attendant que comme le temps perdu ne se rattrape jamais, les occasions manquées ne représentent pas non plus aussi bien pour les hommes que pour les peuples. Voilà l’interpellation d’aujourd’hui et la responsabilité de demain pour chacun et tous.

 

Tibou Kamara

16
Poster un Commentaire

avatar
12 Comment threads
4 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
TiekouraniBamceshams deenAfricainBalde Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Tiekourani
Invité

Parfaitement d’accord avec ton analyse Shams. On a des ponts de vu différents sur certains sujet mais tu es homme que je respecte et admire beaucoup.
Quand tu écris alpha condé dit qu’il hérité d’un pays et non d’un Etat, mais au mieux des cas il laissera une jungle où la lois du plus fort régnera. Que c’est fort Shams.
alpha est une plaie pour ce pays, c’est dommage qu’on ait pas laissé Conté le liquidé à son temps.

Bamce
Invité
Bamce

@Africain C’est votre avis…, mais si vous vous mettez à sa place en tant que PEUL-E-S (donc victimes ) de l’oppression du pouvoir Alpha Con 2 vous trouverez c’est pas exagérer.

Il ne faut pas dire tant que vous n’êtes pas victime personnellement ça va, si ça ne va pas pour votre voisin ça risque de vous atteindre voilà,

Les gens souffrent en Guinée du fait de l’attitude de certain-e-s Guinéenn-e-s…..

Parfois, on se pose la question à savoir si réellement il existe une classe intellectuelle (pas des handicapés intellectuels ) en Guinée ? ?

shams deen
Invité

Tiekourani Voici un texte de ce ministre NON SINGE pha condé dit, urbi et orbi, avoir hérité d’un pays et non d’un Etat. Lui, voudrait laisser en héritage, au mieux, une jungle où régnera la loi du plus fort, où la raison du plus fort sera toujours la meilleure. Au pire et s’il ne tenait qu’à lui, c’est un second mandat pour lui ou le chaos ou un torrent de déluge sur le pays. Tibou Kamara 2Depuis le jour funeste où il a accédé au pouvoir par la force du destin et grâce aussi à une manipulation diabolique des hommes… Lire la suite

Africain
Invité
Africain

« …On est plus en securite au mali, Burkina, niger en proie au terrorisme qu’en guinee… » dixit BALDE

Il ne faut pas exagérer non plus. « Branchez » vous sur les infos de ces pays, pour vous en rendre compte. On ne parle pas d’un mort ou d’un tué par balle dans ces pays; mais de 20 à 30 en moyenne par jours.
Il faut raison gardée, c’est très important.

Balde
Invité
Balde

Moi je suis etonne que certains s’étonnent aujourd’hui de cette gouvernance! En 2010, il y avait des signes qui ne trompaient pas, mais la passion avaient emporté sur la raison. Si ton patronyme était montagnard, ce n’est plus ce que tu dis compte. Tous les pays aficains ont generalement des problemes de gouvernance, mais avoir un president méchant et haineux en plus est un probleme plus serieux encore. On est plus en securite au mali, Burkina, niger en proie au terrorisme qu’en guinee.

Tiekourani
Invité

Shams je sais très qu’il n y a rien de bon dans ce gouvernement de alpha condé. Ils sont tous coupables et cela restera à jamais graver sur leur menton. Tous, des bandits de grands chemin qui ont décidé de boire le sang de leur peuple. Dès qu’ils sentirons que le navire prend de l’eau, ils seront les 1ers à prendre la fuite. Avec tous les sacrifices consentis pour avoir cet acquis démocratique, je ne pensais pas qu’il allait avoir un seul cadre guinéen pour soutenir une présidence à vie dans ce pays. Les membres de ce gouvernement sont plus… Lire la suite

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH

Cet article est un bijou du genre. Ni pour ni contre rien du tout. On en oublierait que le gars est le candidat uninominal du pouvoir pour les prochaines « elections legislatives » a Dinguiraye.
A mon avis, Tibou se positionne deja pour le prochain gouvernement issu de l’alternance politique de 2020. Un tres bon signe pour l’opposition car il montre que meme a « Sekhoutoureya » l’on commence a douter.

Youssouf Bangoura
Invité

Bojour Shams Deen, j’ai lu hier sur youtube le commentaire d’un sénégalais, il commentait le morceau de BEMBEYA en hommage à Almamy Samory Touré .Son premier commentaire ou plutôt sa question était  » que font les guinéens de la Guinée  » ? son deuxième commentaire était  » le sous sol d’une richesse incroyable, de l’eau partout, des terres d’une fertilité à faire pâlir, des hommes et des femmes entreprenants, hélas des querelles ethniques et politiques qui paralysent le pays  » .J’ai failli pleurer oui quand on sait l’immense richesse que détient ce pays et qu’on voit la pauvreté extrême dont… Lire la suite

Africain
Invité
Africain

Tibou se fout bien de notre intelligence. En outre il prend en soin de ne pas signer ministre chargé…

2 options dans son cas : démission ou silence pour être poli.

Bamce
Invité
Bamce

Tibou kamara ou l’escrocs de la République, honte à toi, ton patron Alpha Con-2 est tout son ensemble instrumental.

Tibou KA fait semblant d’être juste (plus malhonnête que lui on meurt ), or il cautionne les tueries.

Bizarre Tibou, il a été dans tous les gouvernements (Conte, Dadis, Sekouba K et aujourd’hui avec le dictateur pyromane alpha con 2)

Tibou veut se proposer comme médiateur après avoir aidé le mossi à allumer le feu dans le pays c’est un vrai pyromane ce type

Shams Deen
Invité
Shams Deen

Tiekourani Un lâche s’appelle LÂCHE de même un hypocrite n’a pas un autre nom QU’HYPOCRITE. Ce texte reflète celui qui est prêt à cracher sur son bienfaiteur en cas de défaite. Il écrit pour son frère pour s’attaquer aux autres profitards mais jamais lui. On se met d’accord pour dénoncer l’ESCROC et ses complices ou bien on fait la morale au même escroc ,pas les deux à la fois. Je suis très peiné du fait que des esprits brillants a l’image de BAREN SOUMAH ou de YOUSSOUF BANGOURA aient pu se trompés de l’escroquerie de ce monsieur parceque moi j’aurais… Lire la suite

Tiekourani
Invité

Monsieur le ministre mettez vous un seul jour à notre place. Nous qui voyons nos parents tués dans leur propres concessions et d’autres même dans les chiottes. Nous qui voyons nos mères, femmes et notables humiliés par des bandits se faisant passer pour des forces de l’ordre. Quand un Etat n’est pas capable de préserver la vie humaine et la dignité de son peuple, je ne vois pas la raison de son existence. Pour moi, la Guinée ne m’a rien donné si ce n’est l’amertume et la haine. Combien de fois je me suis battu pour alpha con-dé sans savoir… Lire la suite