A mon humble avis: Du droit de manifester, au devoir de respecter la liberté du non-manifestant (Par Alpha Oumar Barry-Dayèdio)

Je m’invite au débat politique, moins pour défende une cause que pour donner un avis sur la situation guinéenne, devenue préoccupante.  Ce débat politique  boudé par l’élite guinéenne  qui affiche une indifférence totale, soit pour laisser pourrir la situation, soit pour encourager  les leaders politiques dans leur errance.  

Je dirais qu’en Guinée, nous vivons une des situations les plus dangereuses, avec cette conquête perpétuelle du pouvoir politique, entrainant  des communautés ethniques, devenues malgré elles, des troupes à lever pour atteindre  l’objectif visé. Il n’est plus question de jeu politique, mais de rivalités insensées entre deux communautés qui, dans le passé, avaient tout en partage. La communauté peule et la communauté malinké, qui sont, aujourd’hui, dressées l’une contre l’autre, du fait, du dessein  machiavélique qui hante l’esprit de certains  hommes politiques. Voilà ce à quoi il faut  mettre fin, en dénonçant les ambitions perverses  qui sont devenues des recours périlleux pour le citoyen guinéen, victime de tous les troubles préjudiciables à la paix sociale.

Du fait de manifestations de rue, disons qu’elles sont consacrées par la Constitution, à la condition qu’elles se fassent dans le respect de la liberté du citoyen qui n’en est pas concerné. Dès lors, les barricades érigées  et autres objets incendiés, sur la voie publique,  rendent  ces manifestations illégales et assimilables à des troubles à l’ordre public dont les organisateurs  doivent répondre devant la  Loi.

Du fait de l’usage d’armes à feu, susceptibles de donner la mort, c’est un fait illégal, étant donné que le maintien d’ordre définit les moyens logistiques de recours. Des interpellations et autres arrestations de manifestants et même des  organisateurs des  manifestations illégales sont autorisées. Les  commanditaires et les auteurs sont livrés à la Justice.

« Le mal en Guinée est que  les partis politiques, notamment  les deux plus  grands, sont basés sur la communauté ethnique. Le peulh croît répondre à l’appel de son destin, en manifestant pour l’UFDG, même s’il n’en est pas militant. Le malinké se croit interpellé par la charte de Kouroukanfouga,  en s’agitant en faveur du RPG, même s’il n’aime pas Alpha Condé. » 

Le mal est d’autant profond que ce sont nos ethnies qui en sont les victimes. Le peulh pourra-t-il  jamais comprendre que Cellou est loin d’être le chef de sa communauté, et que même historiquement  il ne saurait revendiquer un tel droit ? Le Fouta théocratique connaît ses princes.

Le malinké pourra-t-il jamais se dire qu’Alpha Condé n’est pas l’héritier de la couronne du Mandé  et qu’il ne saurait faire renaître l’empire ?  Même si Sogolon  Kédjou Condé est la mère de Soundiata Kéita.

 Il est alors, au vu de ces réalités, difficile  de comprendre comment peulh et malinké  accepteraient-ils  de se désunir, pour  défendre des causes  politiques qui ne les concernent pas, sinon qui les divisent, alors qu’ils doivent préserver ce  cousinage sacré  qui les unit, depuis la nuit des temps ?

C’est à l’élite guinéenne de jouer son rôle d’historien  et de politique avisé, pour  faire renaître la joie de vivre ensemble dans une Guinée unie et paisible.  Nos hommes politiques devront user du dialogue, pour sauver le pays qu’ils  prétendent  aimer. Autrement, nous avons le devoir sacré de refuser  d’être sacrifiés  sur l’autel  de leurs ambitions politiques. Toute solution est dans le temps !

Par Alpha Oumar Barry- Dayèdio

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Nfamara Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Nfamara
Invité
Nfamara

Très belle analyse, la bipolarisation du paysage politique par les deux grands partis est à l’origine de la véritable chienlit à laquelle le pays est confronté actuellement Il est grand temps de remédier à cette situation qui risque de briser l’équilibre vital de la nation A mon sens, seule une révolution profonde des mentalités à travers des campagnes de sensibilisation et l’éducation civique auront le mérite d’inculquer une conscience citoyenne opérationnelle à une population au taux très élevé d’analphabètes .A chacun de jouer pleinement sa partition en fonction de l’enjeu.