Affaire Oyé Guillavogui : La Guinée en est-elle encore à « la guerre du feu ? »

Dans un décret rendu public le 03 juin 2018, le président de la République, le Professeur Alpha Condé a nommé l’ex ministre des Transports, OyéGuilavogui, au poste de ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Le titulaire du poste, Patrick Roger Millimono, nommé quelques jours plus tôt dans un décret du 26 mai 2018a été réaffecté au ministère de l’Elevage.Pour des raisons d’influence et de marchandage, le chef de l’Etat a préféré faire une permutation entre ces deux personnes,afin de ne pas « perdre » Kindia, ville adoptive du désormais ministre de l’environnement. La communauté Kissi,se sentant flouée, exige la démission de Patrick Roger Millimono. Ce dernier fait fi des exigences de sa communautépour rester avec le pouvoir : « Pour moi, il n’y a pas de petit ministère. Quand on veut travailler, on travaille pour sortir le pays des difficultés qu’il rencontre dans tous les secteurs. Donc, je ferai ce que je peux pour le pays au niveau de ce ministère tant que j’y serai »a-t-il déclaré.La montée du communautarisme est-elle soluble dans la République ou au contraire constitue-t-elle une menace pour tout l’édifice républicain ?

Le communautarisme, souvent dénoncé comme facteur de division de la société, ne touche pas uniquement la population. Les élites, qui ont par fonction ou par délégation le pouvoir de « dire » et de « faire » au nom et pour les autres, sont elles aussi frappées par ce phénomène de repli sur leur groupe d’appartenance. Alors qu’on attend d’elles un esprit d’ouverture, une vision originale, la capacité de se remettre en cause, ce dangereux « entre- soi » produit à l’inverse le conformisme, la peur de la nouveauté et plus gravement encore la déconnexion d’avec la société dans sa globalité.

Comme pour tous les communautarismes, les effets dissolvants de l’« entre-soi » des politiciens sont loin d’être anodins. Le repli des catégories les plus élevées mine à bas bruit le pacte de coexistence démocratique qui lie les groupes sociaux dans les sociétés évoluées. Raisonnant dans un circuit fermé, où tout le monde est du même avis, la pensée du groupe n’est soumise à aucune contradiction constructive, ce qui génère un conformisme général et son corollaire, l’absence de prise de risques. Les voix discordantes sont rejetées en dehors du “cercle de la raison”. Dans l’entre- soi, on préfère raisonner en théorie plutôt que par l’épreuve de l’expérience, cela conduit inéluctablement à de graves erreurs de jugement collectives. D’où, cette incroyable emballement politico-médiatique lors de l’affaire OyéGuillavogui. De tels écarts soulignent le déphasage actuel de ceux qui ont le pouvoir, celui de « dire » et de « faire » au nom des autres. Pour y remédier, l’élite politique croit avoir trouvé la solution, en se réfugiant derrière les fameux « éléments de langage » chers aux communicants.

Un remède pire que le mal car il vient assécher tout apport d’intelligence personnelle au nom d’une vaine quête d’efficacité, à un moment où l’on a plus que jamais besoin d’idées neuves.  Les bienpensants sont dans l’incantation. Mais comme ils ne sont pas convaincus eux-mêmes par ce qu’ils racontent, ils n’arrivent naturellement pas à convaincre. Serait-ce une raison de la perte de crédibilité des élites ? Crise de représentativité, d’efficacité, et de confiance : l’« entre-soi » des élites aggraverait-il les maux de la société guinéenne ?Un pays est formé de l’ensemble de ses petits « pays » qui, unis, solidifient le socle de la République.

Vivre à l’âge de pierre en petits groupes se jalousant les uns les autres, repliés sur soi, sans échange autre que le troc et la poignée de main remplaçant le contrat ; influencer pour placer son « poulain », marabouter pour occuper le terrain, braconner sur les terres du voisin, enlever sesfillettes pour en faire des mères ; brûler le champ de l’« autre » que l’on déteste parce qu’il n’est pas comme nous…. Jetez vos téléphones portables, arrachez les lignes électriques et crevez les conduites d’eau potable si vous estimez que votre « clan » est supérieur aux autres… La Guinée en est-elle encore à « la guerre du feu ? »

A quelle communauté faut-il appartenir pour faire plier le pouvoir ? Le père devient-il plus fort si son fils gagne à la lutte ?

Ousmane Boh Kaba

6
Poster un Commentaire

avatar
5 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
AOT Dialloshams deenYoussouf BangouraNfamara Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
AOT Diallo
Invité
AOT Diallo

@O.B. Keita, a la lecture de votre poste du 08 juin sur Guinee7.com (voir URL ci-dessous) je vous trouve a géométrie vraiment trop variable en moins de 3 jours : il suffit que le PPAC et Don Kass démettent deux petits poissons qui énervaient tout le monde au niveau du parti, pour raison de malversations minimes par rapport a tout ce qui se passe y compris dans leurs propres entourages pour que vous les félicités comme preuve que la corruption est bientôt finie chez nous ? – En quoi ces actions d’éclat auront le moindre effet sur le problème de… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

Shams Deen, oui les communautés ne sont pas nées hier en 2010, comme tu le soulignes, elles avaient très peu d’influence sur le tissu social, elles n’intervenaient et ne manifestaient pas avec une telle ampleur .C’est AC et son obsession de s’éterniser au pouvoir, qui amplifie le phénomène . la communauté forestière, était la plus humble et docile en Guinée( elle ne réclamait rien), aujourd’hui, par l’effet de contamination et poussée par AC, elle réagit comme les autres .Il ( AC ) calcule tout, n’est -ce pas qu’il a tout fait pour que les autres soussous pensent que les morianais… Lire la suite

shams deen
Invité
shams deen

@ AOT Les communautés ne sont pas nées hier c’est a dire 2010 ,mais cette façon de se faire est une invention de ALPHA CONDE . Doyen BILLO s’est fait insulter dans les temps en mettant en doute les attaches non existantes de PRAC et je crois bien que le temps démontre de façon claire que doyen Billo n’avait pas tort ,c’est dommage pour le pays. Personne ne se fera élire en Guinée avec pour programme les communautés et tuti quanti,Mr PRAC n’ayant peut pas de programme et haïssant profondément ce pays est obligé au moins de laisser cette marque… Lire la suite

AOT Diallo
Invité
AOT Diallo

Je pense que par son post Mr O.B. Kaba démontre bien a quel point les coordinations communautaires ethnicisées sont devenus le plus grand danger au développement du pays.
– Si celui/celle qui remplacera le PPAC ne commence pas son mandat par les destituer dans les 100 premiers jours de son mandat il deviendra alors leur otage pour le reste de son mandat – quelque soit par ailleurs ses qualités gestionnaires et démocratiques a son arrivée au pouvoir…

Nfamara
Invité
Nfamara

Les élites ethnicistes sont de véritables vermines à extirper du paysage politique Guinéen avant la déflagration complète du tissu social nettement menacé par les semeurs d’apocalypse, les pyromanes et autres va t’en guerre marchands d’illusions.La république est en danger, ses fondements tendent à s’effondrer par le laxisme, l’amateurisme et les multiples maladresses d’un pseudo professeur en déphasage profond avec les contingences locales.La Guinée est à la croisée des chemins, des lendemains incertains liés à un hypothétique mandat supplémentaire en faveur de l’empereur des mines sont à craindre.