Décès de M’Mah Sylla : le Premier ministre instruit la ministre de la Justice d’accélérer l’enquête

0 0 votes
Évaluation de l'article
Le Gouvernement a appris avec tristesse le décès de Madame 𝐌’𝐌𝐀𝐇 𝐒𝐘𝐋𝐋𝐀 ce Samedi, 20 Novembre 2021 à Tunis où elle était évacuée pour des soins, suite au viol dont elle avait été victime dans une structure clandestine de Conakry.
A cette douloureuse circonstance, le Gouvernement au nom du 𝐂𝐡𝐞𝐟 𝐝𝐞 𝐥’𝐄𝐭𝐚𝐭, 𝐏𝐫𝐞́𝐬𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐓𝐫𝐚𝐧𝐬𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐂𝐨𝐥𝐨𝐧𝐞𝐥 𝐌𝐚𝐦𝐚𝐝𝐢 𝐃𝐨𝐮𝐦𝐛𝐨𝐮𝐲𝐚 adresse ses sincères condoléances à la famille éplorée et au peuple de Guinée.
Par la même occasion, le Gouvernement a instruit Madame la Ministre de la Justice Garde des Sceaux à prendre toutes les mesures urgentes afin d’accélérer l’enquête en cours pour que les coupables répondent de leur forfaiture.
Que Dieu accueille la défunte dans son paradis. Amen
𝐂𝐨𝐧𝐚𝐤𝐫𝐲, 𝐥𝐞 𝟐𝟏 𝐧𝐨𝐯𝐞𝐦𝐛𝐫𝐞 𝟐𝟎𝟐𝟏
𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐌𝐨𝐡𝐚𝐦𝐞𝐝 𝐁𝐄𝐀𝐕𝐎𝐆𝐔𝐈,
𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢𝐞𝐫 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞, 𝐂𝐡𝐞𝐟 𝐝𝐮 𝐆𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭
𝐋𝐚 𝐂𝐞𝐥𝐥𝐮𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐢𝐜𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐮 𝐆𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭.
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Kaou Labe
Kaou Labe
22 novembre 2021 10:59

 » le GOUVERNEMENT a INSTRUIT la MINISTRE de la JUSTICE …. » !
Bon Dieu ,
Quand est-ce que VOUS allez fiche la Paix a la JUSTICE ?
Moins vous l’instruirez , mieux elle fera SON JOB !
Pas d’IMMIXION !
JUSTICE INDEPENDANTE !

Mory Sylla
Mory Sylla
21 novembre 2021 23:49

Paix à l’âme de cette pauvre femme,victime de la cruauté humaine.Allez plus loin: il faut aussi lancer les enquêtes pour les plus de 100 soldats Guinéens victimes de la cruauté sanguinaire et impitoyable des “forces spéciales” et froidement assassinés par votre chef doumbouya le maudit 5 Septembre 2021.Eux c’est quand la justice pour eux et leurs familles?? Ou bien eux ils ne comptent pas?? 😊Ces gens là se moquent de nous encore. Ce faux gouvernement fait de la récupération.Pour se légitimer. Quittez le pouvoir. Vous n’avez aucune légitimité. Vous allez tomber. Les vraies autorités sont revenues au Soudan. Préparez vous.🎉🥳

Last edited 5 jours plus tôt by Mory Sylla