Crise à l’UFD: le Secretaire General annonce une « demission collective des nouveaux membres »- (Communiqué)

Dans un communiqué qui vient de parvenir à notre redaction, les nouveaux membres de l'Union des Forces Démocratiques (UFD), dont son bouillant Secretaire Général M. Sadio BARRY, ont signifié leur démission du parti. Ils reprochent à leur Président  M. BAH Baadiko d'avoir engagé des manœuvres pouvant lui donner la légitimité de mettre en  application son projet d'alignement de l'UFD derrère le President Alpha CONDE… Lisez!

 

{jcomments on}

COMMUNIQUE

 

DEMISSION  COLLECTIVE DES NOUVEAUX MEMBRES
AYANT INTEGRE L’UFD DEPUIS LE 14 JUIN 2015
A L’OCCASION DU CONGRES DE LA REFONTE DU PARTI.

 

Mesdames et Messieurs, chers responsables et collègues de l’UFD,
Chers compatriotes guinéens,

 

A l’occasion du Congrès de la refonte du parti les 13 et 14 juin 2015, nous avons intégré l’UFD qui nous avait rassuré sur sa vocation d’être un parti qui combat la dictature du régime RPG et milite pour une alternance démocratique à la fin de cette année 2015. Nous avons intégré le parti reformé avec de nouveaux statuts, un BEN de 77 membres (dont 41 pour notre équipe) et un Conseil Permanent de 15 membres (dont 6 pour notre équipe) comme organes dirigeants.

 

Depuis sa sortie opportuniste du début de 2011 suite à la négociation de sa nomination au Ministère de l’Agriculture (qu’Alpha Condé refusera après), l’opposition se méfiait du président de l’UFD, M. Mamadou Bah Baadiko. Suite à notre intégration à l’UFD et grâce à notre travail lors du dialogue officiel de juin 2015, M. Bah a brillé et a été intégré dans la commission restreinte de l’opposition. 

 

Depuis le mois de juillet, nous recevons des informations de sources  différentes selon lesquelles M. Bah Baadiko voudrait aligner l’UFD derrière  Alpha Condé et son parti au pouvoir le RPG. Non seulement le Président Baadiko  n’a pas voulu en discuter au sein du parti et ne l’a pas démenti, mais il a  engagé des manœuvres pouvant lui donner la légitimité apparente de mettre en  application son projet auquel nous ne pouvons adhérer et que nous ne pouvons  accepter.

 

Ainsi, dans un communiqué signé au nom du  parti le 15 août 2015, M. Bah Baadiko convoque un congrès extraordinaire à la date du 5 septembre 2015, en violation des statuts en vigueur.

 

Dans le communiqué de convocation du Congrès extraordinaire, sans concertation avec le BEN, M. Baadiko, avec la complicité de son petit frère, Dr Abdoulaye Korsé au Secrétariat administratif du Conseil Permanent, déclare se fonder sur le résultat du décompte des consultations des membres statutaires du congrès, indiquant qu’au total sur 241 membres Statutaires, 211 membres ont été consultés et parmi ceux-ci, 161 ont répondu positivement à la question qui leur a été posée sur l’opportunité de convoquer un congrès extraordinaire, 2 se seraient prononcés contre et 48 se seraient abstenus. Avant d’ajouter : « Le détail du décompte reste disponible pour toute fin utile ».

 

Nous avons alors demandé les preuves de cette consultation, c'est-à-dire les documents ou PV correspondants pour envisager notre acceptation de ce congrès convoqué en violation flagrante des statuts. N’ayant pas eu accès aux documents, nous avons eu recours au service d’un huissier pour les sommer de nous présenter ou remettre lesdits documents. M. Baadiko et son frère Dr Abdoulaye Korsé, Secrétariat administratif du Conseil Permanent, n’y ont pas répondu.

 

L’affaire sera alors portée devant la justice (le Tribunal de Première Instance de Dixinn à Conakry) pour obtenir l’annulation dudit congrès ou la présentation des preuves de la consultation qui sert de justification à cette convocation. Devant le tribunal, ils ne pourront pas non plus sortir lesdits documents. Le délibéré du juge est fixé au lendemain, vendredi 4 septembre 2015 à 16 h.

 

Contrairement aux fanfaronnades de M. Mamadou Bah Baadiko, la justice n’a pris aucune décision. Elle s’est abstenue d’en prendre. Elle s’est déclarée incompétente. Comme la Cour Suprême l’a déjà fait. Et M. Baadiko en est fier ! Autant louer l’incompétence de la justice.

 

M. Baadiko sait pertinemment que les chiffres, les tableaux et la consultation dont il s’est prévalus n’existent pas ou ont tous été falsifiés. Il ne pouvait donc pas présenter les documents devant le juge.

 

En effet, si l’UFD après ¼ de siècle d’existence n’a jusqu’à présent pas pu avoir le moindre élu à quelque niveau que ce soit, cela est dû à la malhonnêteté et la médiocrité intellectuelles et morales de quelques individus qui ont fait de ce parti une affaire de famille et un fonds de commerce. Ce parti est donc reparti pour probablement un quart de siècle supplémentaire de sommeil profond. Et s’il ne s’éteint pas avant, il ne s’en réveillera plus jamais. Même avec la potion magique Alpha.

 

Par ailleurs, le Président de l’UFD, M. Bah Baadiko n’a pas voulu prendre part à la rencontre de l’opposition de ce vendredi 4 septembre pour la mise en place de l’Alliance pour l’Alternance Démocratique 2015 qui est pourtant le fondement de lutte et de notre présence dans l’UFD.

 

Nous venons donc à la conclusion que notre place n’est plus dans l’UFD « de Mamadou Bah Baadiko ». C’est pourquoi nous, nouveaux adhérents depuis le Congrès des 13 et 14 juin 2015, avons décidé de tous démissionner en bloc de l’UFD.

 

Vendredi 04 septembre 2015

Pour le Collectif des nouveaux adhérents,

Le Secrétaire Général du Bureau Exécutif National de l’UFD

Abdoulaye Sadio Barry

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des