Exploitation de la bauxite en Guinée : un collectif accuse la CBG d’accaparement de terres

En Guinée, l’exploitation de la bauxite connaît une croissance fulgurante, mais sans toujours prendre en compte les besoins des populations. Dans la région de Boké, qui concentre la majeure partie des mines d’or rouge, un collectif de villageois dénonce expropriation et destruction de l’environnement.

À qui profite l’or rouge guinéen ? « Certainement pas à la population », assène Pascal Tanguiano, directeur du Centre du commerce international pour le développement (Cecide). « Quand les entreprises s’installent, elles s’accaparent des terres, parfois sans compensation à la hauteur des superficies perdues. Après les opérations de déguerpissement, une grande partie des paysans héritent de parcelles plus petites que celles qu’ils ont été forcés de quitter. »

Dans le viseur de l’ONG guinéenne, notamment, la Compagnie de bauxite de Guinée (CBG). Et en particulier les mines que cette entreprise, détenue à 49 % par l’État et à 51 % par Rio Tinto et Alcoa, exploite dans la région de Boké, dans le nord-ouest du pays. Mais plutôt que d’attaquer frontalement l’entreprise, Cecide a accompagné un collectif représentant 13 villages, qui a décidé de déposer plainte devant le Bureau du médiateur de la Banque mondiale à l’encontre de la Société financière internationale (SFI), une de ses filiales.

« Graves violations des droits de l’homme »

En 2016, la SFI a en effet accordé un prêt de 135 millions d’euros à la CBG. Prêt qui, selon la plainte, a entraîné une aggravation de l’impact négatif des activités de l’entreprise sur les communautés voisines. Les habitants de ces zones « sont victimes d’accaparement de terres, de la destruction de leur environnement et de leurs moyens de subsistance », accuse la plainte, qui estime que ces faits « constituent de graves violations des droits de l’homme tels que consacrés par les instruments de droit international ».

La plainte du Cecide recense « des pertes de terres, y compris agricoles » pour ces paysans, qui ont eu « des conséquences dramatiques sur leurs moyens de subsistance ». Outre « la destruction de l’environnement naturel, y compris les ressources en eau », l’ONG guinéenne s’inquiète des « risques importants pour la sécurité physique des communautés » que fait peser la proximité avec les sites d’exploitation de bauxite.

Dans la commune de Hamdallaye, la CBG a amélioré les conditions de vies des habitants, qui seront relogés dans des maisons en pierre au lieu de cases

En octobre 2018, déjà, une étude menée par Human Rights Watch avait pointé dans cette même région la réduction des surfaces cultivables et une baisse des rendements agricoles impliqués par l’activité des sociétés minières.

La CBG « prend acte » de la procédure

L’objectif de la plainte de la Cecide est « de pousser la CBG à dialoguer avec les communautés villageoises, pour pouvoir négocier de manière équitable la répartition des terres données en compensation aux paysans ».

Contacté par Jeune Afrique, le directeur général de la CBG, Souleymane Traoré, a formellement démenti ces allégations. S’il « prend acte » de la procédure, et affirme « rester à l’écoute de toutes les réclamations », il affirme également que « dans la commune de Hamdallaye, la CBG a amélioré les conditions de vies des habitants, qui seront relogés dans des maisons en pierre au lieu de cases ».

La CBG est loin d’être la seule à exploiter la bauxite dans la région de Boké. La Société minière de Boké (SMB) – un consortium franco-sino-singapourien créé en 2014 – , a massivement investi, contribuant ainsi au boum de l’or rouge dans cette zone. En octobre dernier, l’entreprise a, elle aussi, été pointée du doigt dans un rapport d’Human Rights Watch, qui dénonce notamment son « incapacité à anticiper et atténuer l’impact de ses opérations d’extraction ».

Avec JA

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
AOT DialloShams Deen Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
AOT Diallo
Invité
AOT Diallo

 » HRW et son partenaire CECIDE travaillent pour le compte de SORROS c’est bien connu ça.  »

EEEEhhh @SD, laissez tomber SORROS maintenant : votre gars Steimetz revient avec encore plus de force donc tout s’arrangera bientôt pour vous…

NB: juste un peu d’humour pour vous faire sourire (jaune) ce w-e.

Shams Deen
Invité
Shams Deen

HRW et son partenaire CECIDE travaillent pour le compte de SORROS c’est bien connu ça.
C’est pas CBG qui est visé mais plutôt les autres opérateurs de la zone.