Guinée : majorité et opposition peinent à s’entendre sur la révision du fichier électoral

Les parties prenantes au dialogue politique guinéen se réunissent ce vendredi autour des recommandations du rapport d’audit du fichier électoral. Mouvance présidentielle et opposition sont divisées sur la solution à apporter aux différentes anomalies observées. Décryptage.

La date des élections législatives, qui devaient initialement se tenir en septembre 2018, demeure toujours inconnue. Parmi les principaux points d’achoppement : la révision du fichier électoral, sur lequel la mouvance présidentielle et l’opposition ne parviennent pas à s’entendre. La première plaide pour une révision du fichier, la seconde défend le principe d’un nouveau recensement.

Une épine dans le pied de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui doit établir et mettre en œuvre le chronogramme, et qui « fonctionne sur la base du consensus de la classe politique », rappelle un membre de l’institution.

« Rencontre cruciale »

Parvenir à ce consensus est justement l’ordre du jour de la « rencontre cruciale » du comité de suivi de l’accord politique d’octobre 2012, qui reprend ses activités ce vendredi après six mois d’inertie. Et pour base des discussions, les participants ont reçu lundi le rapport de l’audit du fichier électoral réalisé en août 2018 par un pool d’experts de l’Union européenne, de l’OIF et du PNUD.

Peu importe la répartition géographique des électeurs fictifs, l’essentiel c’est d’y mettre fin

Selon Sidya Touré, de l’Union des forces républicaines (UFR, opposition), le fichier électoral « comporte plus d’un million et demi d’électeurs fictifs répartis dans les régions de Kankan, Faranah, Nzérékoré et même Labé ».

Et l’ex-Haut représentant d’Alpha Condé, qui a claqué la porte en décembre dernier, d’insister sur le fait que les trois premières « sont acquises au RPG [Rassemblement du peuple de Guinée, au pouvoir], et la dernière à l’Union des forces démocratiques de Guinée [UFDG, de Cellou Dalein Diallo] ». S’estimant lésé, l’UFR réclame donc « absolument un nouveau recensement », martèle Sidya Touré.

Même position défendue par le secrétaire général de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Aliou Condé. « Peu importe la répartition géographique des électeurs fictifs, l’essentiel c’est d’y mettre fin », estime-t-il. « Le fichier électoral comporte 77 % d’anomalies, trois millions de personnes, soit la moitié de l’électorat, n’ont pas de données biométriques ! », renchérit-il.

Révision ou recensement ?

Pour le  président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel, Amadou Damaro Camara, un nouveau recensement coûterait de l’argent et du temps. « Il faudrait débourser un minimum de 40 millions de dollars pour procéder à un nouveau recensement », argue de son côté Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel.

Chaque parti tente de tirer la couverture à soi. Je ne pense pas qu’ils s’entendront à l’issue d’une seule réunion

Lui plaide au contraire pour « une révision ordinaire du fichier électoral, pour en retirer les électeurs décédés ». « Cela prendrait entre deux et trois mois. Mais si l’on suit l’opposition, on n’aura pas d’élections législatives même en 2025 », assure-t-il.

« Chaque parti tente de tirer la couverture à soi. Je ne pense pas qu’ils s’entendront à l’issue d’une seule réunion. Il faudra du temps pour harmoniser les positions », estime notre source à la Commission électorale.

Parmi les points relevés dans l’audit du fichier électoral, et sur lesquels mouvance et opposition devront parvenir à s’entendre, figurent également l’impossibilité de faire supprimer les doublons identifiés, l’absence ou l’impossibilité de lire les empreintes digitales, l’absence de photos d’identité ou encore la problématique de l’enrôlement de mineurs.

Autre point souligné par les experts : le changement d’opérateur d’enrôlement à chaque scrutin. Sagem pour la présidentielle 2010 ; Waymark pour les législatives de 2013 et Gemalto pour la présidentielle de 2015… Chacun d’entre eux ayant un système de traitement des données différent.

Pour mettre fin à cette situation, Salif Kébé, le président de la Ceni, avance une solution : « L’acquisition d’un logiciel de gestion de la base de données appartenant à la Guinée. Jusque-là, on s’adapte au système de l’opérateur, ce qui nous fait perdre des données. Avec un logiciel guinéen, nous n’aurons plus besoin de migrer d’un système à l’autre ». Par ailleurs, à moyen terme, la Ceni envisage de lier le fichier électoral à celui de l’état-civil pour mieux gérer sa population électorale.

Avec JA

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
AfricainAOT DialloM.Sacko Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Africain
Invité
Africain

« …Comme ceux qui insultent ici le PPAC a chaque commentaire mais qui ensuite applaudissent autant Satan Toure quand il faisait exactement la meme chose. Et pourtant la seule difference etant que le second le fait sous le microscope des NTIC et donc est oblige de mettre un peu d’eau dans son vin et le second avait aisement ferme totalement le pays sans microscope externe et donc y faisait ce qu’il voulait…. » dixit M. DIALLO AOT Je ne sais pas si vous, vous avez évolué mentalement en acceptant l’autocritique et donc l’évolution de votre pensée analytique quand il s’agit… Lire la suite

AOT Diallo
Invité
AOT Diallo

@M.Sacko, merci de ce rappel qui me permet de revenir sur le fond de ma pensée sur ce sujet. – Vous avez raison, j’avais pris en vous répondant ainsi une « voie facile » juste pour permettre au débat contradictoire qui etait en cours de se poursuivre mais il est vrai que ce n’est pas normal de devoir se cacher « ethniquement » pour pouvoir debattre. – Moi-meme n’ai jamais voulu utiliser un pseudo mais j’ai compris depuis le debut que j’avais helas 2 choix sur nos forums : 1) savoir le fond reel de la pensee de la majorite de nos compatriotes avec… Lire la suite

M.Sacko
Invité
M.Sacko

C’est regrettable que ce probleme du fichier continue a ressurgir dans le processus electoral. Ce sujet concernant le fichier electoral taraude encore mon esprit depuis 2015 avant l’election presidentielle de la meme annee suite a une simple question que j’ai posee a un ressortissant de Bantignel en l’occurence Abraham bantignel, a savoir que savez vous du fichier electoral? Et sa reponse a ete brutale. Quelque chose qui devrait etre un debat politique, s’est vite transporte dans les caniveaux ethniques. Il commenca a utiliser les termes de division « vous et nous », attendez seulement qu’on fasse mettre de l’encre sur les doigts… Lire la suite