Hommage aux victimes du massacre de Zogota

Dans la nuit du 3 au 4 août 2012, dans la préfecture de Nzérékoré et particulièrement dans la localité de Zogota, des habitantsont été victimes d’une attaque digne des invasions barbares du Moyen-âge. Surpris dans leur sommeil entre minuit et 2heures du matin par des éléments des forces de défense et de sécurité guinéennes, exécutés sommairement, déshabillés puis traîner dans la boue comme pour humilier leurs cadavres, tel a été le sort réservé à six habitantsde Zogota restées, malheureusement, anonymes jusqu’à présent.

Le motif de cette expédition punitive macabre serait que les personnes exécutées parles forces de l’ordre auraient saboté les installations de Vale,compagnie minière brésilienneinstallée à l’époque à Zogota. À ce jour, le nombre de blessés suite à cette expédition punitive est inconnu.

Au demeurant, faut-il faire remarquer que cette attaque barbare est intervenue dans un contexte où les habitants de Zogota exclus du processus de recrutement pour les emplois offerts dans leur localité par la compagnie minière Vale au profit des clients du régime Alpha Condé sont montés au créneau pour dénoncer et s’opposer à cette pratique discriminatoire.

Il est temps que ces personnes exécutées passent du statut d’anonymes à celui de victimes identifiables avec des noms et des témoignages sur eux.

Le lien YouTube ci-dessous montre en vidéo des moments poignants de cet événement effarant qui mérite une réponse à sa hauteur[1].

Salim Gassama Diaby

Canada

[1]https://www.youtube.com/watch?v=xpCal_O6CYI&t=1001s

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Oumar Mâci Bah Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Oumar Mâci Bah
Invité
Oumar Mâci Bah

Merci à l’auteur de rappeler ces douloureux événements. Sincères condoléances aux familles des victimes. Les habitudes sont tenaces en Guinée: nous oublions rapidement les victimes de l’injustice surtout lorsqu’elles ne sont pas de notre famille, région, ethnie ou sensibilité politique. Nous sommes vraiment une nation en perdition.