La Guinée : un pays d’hommes sans couilles ?

Le système autocratique du professeur Président a-t-il fini d’émasculer les hommes de notre pays?  Comment expliquer qu’un groupe de quelques personnes puisse tenir en joug une population de plus de 12 millions d’habitants?  Car, c’est bien avec le fusil sur la tempe du peuple, que le professeur Président, ses subordonnées ministres et membres de l’administration publique, nous confisquent sans vergogne, nos droits les plus élémentaires, priorisant l’ordre à la Loi, propos par ailleurs, démontrant de la bêtise de ceux-là dont le rôle est de faire de notre pays, un État de Droit.

Interdiction inconstitutionnelle de manifester, détournements scandaleux de deniers publics à coup de millions de dollars et de tonnes d’or, concessions déshonorantes de notre patrimoine national au profit d’intérêts étrangers, manœuvres dilatoires et manipulations éhontées des institutions dans le seul but de se pérenniser au pouvoir.  Quel dégoût!  C’en est répugnant et indigne d’un président, opposant historique ayant supposément milité et œuvré à l’instauration et au développement d’une  Guinée démocratique.

Alors, pourquoi diantre accepter tant d’insolence, d’arrogance, de mépris et d’abus d’un gouvernement n’ayant d’intérêts que pour ses membres et ceux d’étrangers, au détriment de ceux du peuple?  Pourquoi baisser l’échine face à un oppresseur fort que de la croyance factice qu’a l’opprimé de sa propre faiblesse?  C’est de ruse que ce gouvernement teste notre limite de tolérance et jauge notre niveau de résilience.  Car en vérité, face à une détermination effective de tout le peuple, son pouvoir n’est que chimère!
 
A l’instar des hommes du Burkina, du Sénégal et d’ailleurs, qui ont su imposer le respect de leurs droits et de leur personne face à l’arbitraire et aux dérives despotiques, hommes de Guinée, où êtes-vous donc pour défendre votre dignité, sauver l’honneur et les intérêts supérieurs de la Nation?  Ou attendez-vous que vos femmes le fassent à votre place?

Hommes de Guinée, sachez qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire.  Le temps est venu de dire NON, car trop c’est trop!  Le professeur Président vous défie et cherche à vous astreindre au respect de ses dictats.  L’heure de vérité a sonné.  Que le grain soit séparé de l’ivraie afin que les vrais hommes se lèvent avec bravoure et courage, aujourd’hui et maintenant, pour mettre fin à cette tyrannie. Il y va de la reconnaissance que vos enfants et l’histoire accorderont à votre mérite! 

Madame A. Barry
Une guinéenne exaspérée, excédée, révoltée !

5
Poster un Commentaire

avatar
5 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
AfricainMosaicLe Pan-AfricainBenn PepitoBaren SOUMAH Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Africain
Invité
Africain

Imaginez le scandale avec ce titre : »La Guinée, un pays de FEMMES sans CHATTES ».

Mosaic
Invité
Mosaic

Il y a un dicton selon lequel il est dit :  » Ce que femme veut, Dieu veut’. Faut.il changer de dicton Madame Barry ?

Le Pan-Africain
Invité
Le Pan-Africain

Pourquoi publier un tel article? Les lecteurs de Gbassikolo meritent mieux que ces injures.
Les femmes ne contribuent elles pas a la corruption en encourageant leurs maris a supporter leur belle famille?
Il faut s’attaquer au probleme a sa source sinon des artciles ecrient sous le coup de l’emotion comme celui ci, nous en verrons plusieurs.

Benn Pepito
Invité
Benn Pepito

On est là madame A. Barry ! Afakoudou ! on attend !… On va attendre haaaaa ! On va attendre que les femmes nous montre le chemin de la témérité. Le porboulème c’est affronter ces bidasses armés jusqu’aux couilles… Wallahi ! on n’en tremble. Et puis on est égotiste. Chacun pense d’abord à ses propres intérêts.

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH

Je suis sur que l’auteure de cette insulte est le genre de femme qui reclame l’egalite entre homme et femme. Sinon comment comprendre cette arrogante, inexcusable et iconoclaste intrusion dans cet univers masculin qu’est Gbassikolo?
Enfin, j’espere que son pere, son mari (si elle en a un), ses freres, ses oncles, ses cousins… ne sont pas guineens.