La marche du FNDC émaillée de violences. Bilan provisoire: tois morts, plusieurs bléssés, d’important degats matériels..(actualisé)

Comme annoncé la veille, les opposants au projet de changement constitutionnel initié par le President Alpha Condé ont lancé ce mercredi leur marche sur l’Autoroute Fidel Castro à partir de Gbessia, ignorant ainsi la correction apportée à l’itinéraire par les autorités. Du coup, les forces de l’ordre ont dégainé leur gaz lacrymogène, obligeant les manifestants à rebrousser chemin en catastrophe.

« Le premier groupe de manifestants arrivé au carrefour de Kondébounyi a tenté de forcer le passage sur l’itinéraire non autorisé. Face à cette situation, les responsables du dispositif en place ont sommé les meneurs de se conformer à l’itinéraire autorisé », explique le gouvernement dans un communiqué.  » Suite à la persistance des jets de pierres nourris sur les forces de l’ordre, une deuxième sommation leur a été faite suivie de l’utilisation de gaz lacrymogène pour les disperser », indique le même communiqué.

 

Selon Cellou Dalein Diallo, les forces de l’ordre ont dégainé alors que les marcheurs n’étaient pas encore arrivés au point de passage interdit par le gouverneur de Conakry. « Ils ont foncé sur le cortège, gazé le cortège et hélas tiré à balles réelles sur les manifestants parce qu’il y a eu des blessés (…) « , dénonce-t-il avec fermeté.

Le porte-parole du FNDC, parle désormais de trois jeunes tués en marge des violences intervenues. La première victime répondait au nom de Alpha Souleymane. Ce jeune collégien a été touché par une balle au niveau de l’abdomen. Abdiurahamane Diallo, la deuxième victime était conducteur de taxi-moto à Bomboli. C’est là qu’il a également reçu la balle qui lui a été fatale. Ce jeune garçon était orphelin de père et de mère. 

Tard la nuit, c’est un autre jeune qui a succombé à ses blessures après avoir reçu une balle. Amadou Oury Barry, la troisième victime était âgé de 32 ans. 

La police quant à elle, ne déplore pour l’instant que d’importants dommages matériels causés par les manifestant. « Dans leur fuite, les manifestants se sont attaqués à cinq (5) bus de transport public dont l’un a été entièrement calciné. », précise le communiqué.

Nous y reviendrons.

Gbassikolo.com

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des