Présence massive « suspecte » d’étrangers à Labé : une centaine d’interpellations

LABE-Présence suspecte de maliens et de Burkinabé dans la cité Karamoko Alpha mo Labé ! Des maliens et des burkinabés arrivés par vague dans la ville de Labé viennent d’être interpelés. Leur présence suscite des inquiétudes dans la cité. Actuellement ils sont en train d’être interrogés par les services compétents pour comprendre les motifs réels de leur présence en si grand nombre.

Selon nos informations, c’est le bureau du syndicat des transporteurs(CNTG) de Labé qui a été informé de l’arrivée massive de ces étrangers à Labé. Ils sont présentement détenus dans un centre de rétention de Labé, alors que la psychose commence à gagner la population.

 « Nos chauffeurs qui sont sur la ligne Labé-Bamako nous avait informé que des burkinabé en masse souhaitent venir à Labé. Nous avons dit tant que nous ne les voyons pas chez nous, nous ne pouvons rien dire.

Néanmoins nous avons pris des dispositions. Le matin un groupe de surveillance nous a alerté avoir vu certains dans deux véhicules à la rentrée de la ville, par la suite nous avons appris qu’il y a un autre véhicule qui arrivent derrière avec un nombre important. Nous avons attendu que tout le monde arrive, nous connaissons celui qui était venu chercher le premier groupe à la gare, il n’est pas guinéen mais on apprend qu’il s’occupe de l’installation de la fibre optique. Nous avons envoyé tout le monde à la sureté pour savoir de quoi il s’agit. Nous avons dit à la sureté de voir comme actuellement l’insécurité est grandissante avec les problèmes de djihadistes et de terrorisme aussi, il ne faut rien banaliser, ils étaient en audition.

Il n’est pas interdit que des maliens ou des burkinabés viennent chez nous mais la situation oblige de chercher à savoir pourquoi leur destination c’est Labé. D’habitude des étrangers passent par ici pour aller au Sénégal ou ailleurs,» a confié Elhadj Maladho Zawia Diallo syndicat des transports CNTG.

Le gouverneur de Labé Sadou Keita que nous avons interrogé indique qu’il a donné des instructions. « J’ai demandé à ce qu’ils soient tous identifiés ceux qui sont à Labé et les autres qui sont allés à Diountou dans Lelouma et de les garder en attendant que je me réfère à ma hiérarchie. Je viens de me rendre compte que les motifs évoqués ne sont pas évidents. J’attends le compte rendu de l’identification pour savoir ils sont au nombre combien. J’ai demandé à la police de surveiller bien les gens jusqu’à ce qu’on soit rassuré », a confié le Gouverneur de la région administrative de Labé.

A suivre…

Avec Africaguinee

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Kaou LabéBaren+SOUMAH Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Kaou Labé
Invité
Kaou Labé

Réactif :
–Depuis 2 semaines que j’y suis .
-_-Je preferai mon village .
Désolé .

Kaou Labé
Invité
Kaou Labé

C’ est qd même rigolot.
Une Cinquantaine (50)de Burkinabes venus chercher de l emploi dans le cadre de l’ installation de La FIBRE OPTIQUE a Labé , « créent une Psychose  » ! LOL !
Je puis vous assurer que de Psychose , il n’y en a point dans la ville de Labe .
Depuis 2 semaines que h’y suis , je vois des gens faire du négoce , ttes ethnies , très nationalités confondues .
Tres très anime , et paisible , mon village . (C’en est plus un . plutôt une grosse agglomération . Dommage . je préférait Mon village ) .

Baren+SOUMAH
Invité
Baren+SOUMAH

Les guineens n’ont aucun interet a promouvoir la xenophobie vue que presque le quart de leur population se trouve a l’exterieur de leurs frontieres. Et puis la CEDEAO garantie la libre circulation des personnes et des biens pour ses ressortissants dans tous les pays membres. Ceci dit, la Guinee en general et le Fouta encore plus que les autres regions naturelles, se vide progressivement de sa jeunesse, de sa force vitale. Cest un secret de polichinelle. Et si le flux migratoire ne s’inverse pas a court terme, les populations du Sahel viendront, legalement, occuper nos terres fertiles… Le reveil risque… Lire la suite