Opinion/ Gouverner autrement ; non le ridicule ne tue pas ! (par Elhadj Aziz Bah)

Investi pour un troisième mandat controversé, Alpha Condé se trouve un nouveau slogan : « gouverner autrement » ; alors qu’il n’a pas réussi à atténuer les clivages communautaires et régionaux.Dans l’euphorie de sa troisième mandature, Il lance ainsi une main tendue aux politiciens véreux, et demande au peuple d’oublier le passé. Oui, pour Alpha Condé, il faut perpétuer ce système qui est caractérisé par des institutions débiles et inféodées à un seul homme à la tête de l’exécutif. Il n’est un secret pour personneque la Guinée sous Alpha Condé est devenue une république politiquement instable, socialement tragique, et économiquement désastreuse. C’est dans cette situation qu’il entreprend un troisième mandat consécutif, acquis en piétinant la constitution à travers un référendum chaotique.

Incapable d’exprimer mes émotions profondes face à ce troisième mandat de trop, je sombre depuis dans un silence et je m’abrite de ridicule. On dit que le ridicule ne tue pas. Eh bien moi, ça me rend plus fort ! C’est cette force qui me pousse d’ailleurs à m’adresser pour la première fois au président Alpha Condé en lui rappelantque le machiavélisme conforte les esprits pour un temps mais pas tout le temps. Ce combat pour le troisième mandat, vous semblez l’avoir gagné ; mais le peuple n’a pas encore dit son dernier mot. Le peuple ne surgira pas forcément dès le lendemain de votre investiture à la tête de l’exécutif. Vous n’êtes pas sans savoir que votre victoire plonge ses racines dans bien trop d’injustices. Les repressions sanglantes contre les militants et opposants au troisième mandat, les institutions inféodées au pouvoir exécutif, et surtout ce silence troublant de la communauté internationale donnent l’apparence que vous aviez le contrôle de la situation. Tout porte à croire que l’opposition a abdiqué et nous sommes déjà dans l’effervescence d’une république bananière contrôlée par un Parti Etat. Monsieur le président, cette situation vous rend confiant jusqu’à ce que parvienne le pire.

Monsieur le président, votre passage en force lors de cette élection présidentielle du 18 octobre 2020 laisse un pays divisé. Les clivages ethniques et régionaux ont atteint un point culminant.Vos discours ethniques poignants durant la campagne électorale, les atrocités policières ciblées contre des citoyens dans les fiefs de vos adversaires politiques, et les incarcérations arbitraires de cadres et militants de l’opposition ont gravement terni l’image du pays. Votre silence et inaction face à ces manquements graves ont piétiné les principes républicains que vous défendiez lorsquevous étiez un opposant farouche contre Sékou Touré et Lansana Conté. Certes, vous ne pouvez point être un Mandela ! Mais de grâce, soyez cette fois-ci le président de tous les guinéens. Le peuple ne peut oublier le passé comme vous le demandez, mais il peut certainement pardonner. Libérez-vous donc des esprits démoniaques et réconciliez les communautés. Faites honneur àvos compagnons de lutte le doyen Ba Mamadou, Siradio Diallo, Alfa Sow, et pourquoi pas votre idole Nelson Mandela. Il n’est un secret pour personne que seule une Guinée réconciliée en elle-même peut nous conduire vers un progrès durable.

Le combat contre le troisième mandat, je le soulève avec beaucoup d’amertumes. Je suis farouchement opposé à la façon dont Alpha Condé s’est octroyé ce troisième mandat. Je suis contre ce changement de constitutionqui a donné lieu à des mois de manifestations et de violences qui ont causé la mort de dizaines de personnes, pour la plupart des civils. Malgré cela, la Cour Constitutionnelle inféodée, et sous le regard complice de la Communauté Internationale, a rejeté les recours des candidatsà l’élection présidentielle du 18 Octobre. Elle a déclaré Alpha Condé élu dèsle premier. Et puisque la décision de la Cour Constitutionnelle est sans appel, Alpha Condé va pouvoir exercer un nouveau mandat de six ans. On avait tous voulu une alternance démocratique en Guinéeà travers d’élections libres et transparentes. Malheureusement, Alpha et son clan ont pu s’octroyer une légitimité et semblent avoir tourner la page relative à la question du troisième mandat.

A plus de 82 ans, le minimum qu’Alpha Condé peut nous offrir durant ce nouveau mandat est de respecter et faire respecter cette nouvelle constitution. Cela signifie entre autres, bannir l’injustice, établir les institutions fondamentales de la république enrenforçant leur indépendance par rapport au pouvoir exécutif, et garantir les droits des citoyens.

A l’état actuel des choses, parler de démocratie et de bonne gouvernance parait utopique pour le cas de la Guinée. Certes, la Guinée d’Alpha Condé n’est pas du tout différente de celle de ses prédécesseurs. La corruption et la délinquance juridique se font dans une impunité totale. Le slogan « gouverner autrement » pourra bien s’appliquer ici. Il faut immédiatement mettre fin au clientélisme dans l’administration. Le militantisme politique ne doit pas être un critère pour jouir de ses droits et libertés en tant que citoyen. Aujourd’hui, nous constatons des arrestations et incarcérations massives de militants de l’opposition. Des leaders politiques et leur famille sont empêchés de quitter librement le pays ; leurs passeports confisqués sans justifications valables. Il faut mettre fin à cette parodie ; et libérer les opposants incarcérés en attendant que la justice fasse son travail de façon indépendante. C’est cela aussi « gouverner autrement ».Et ce serait tant mieux pour ce troisième mandat tant décrié !

A bon entendeur salut. D’ici-là, merci de contribuer au débat.

Note de l’auteur : Acceptons la pluralité d’idées. Pas d’injures ; rien que d’arguments !

Elhadj Aziz Bah

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
NfamaraAfricainKaou Labe Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Nfamara
Invité
Nfamara

« Gouverner autrement », le slogan creux expression de l’échec des dix années de la gouvernance approximative, de la gestion catastrophique minée par une corruption institutionnalisée de l’empereur des mines. Sous d’autres cieux, le sénile octogénaire au bilan globalement négatif aurait été contraint à la retraite, déboulonné quoi qu’il advienne, hélas, au pays des sempiternels paradoxes, des éternels recommencents et des rendez vous manqués, ce qui est une norme standard universellement admise constitue une exception.Allez savoir pourquoi !Au demeurant nous jugerons le maçon au pied du mur, les promesses fallacieuses fantaisistes, les douceurs entrevues, et le brassage du vent ne seront plus… Lire la suite

Africain
Invité
Africain

« …A plus de 82 ans, le minimum qu’Alpha Condé peut nous offrir durant ce nouveau mandat est de respecter et faire respecter cette nouvelle constitution. Cela signifie entre autres, bannir l’injustice, établir les institutions fondamentales de la république enrenforçant leur indépendance par rapport au pouvoir exécutif, et garantir les droits des citoyens… » dixit lhadj Aziz Bah

Soit vous avez rater quelques choses dans cette histoire de nouvelle constitution ou soit vous êtes d’un naturel optimiste.

La nouvelle constitution est une vraie « rétrograde » comparativement à l’ancienne celle de 2010.

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

Salam Elhadj Bah ,  » Des leaders politiques et leurs familles sont empeches de quitter le pays . Leurs passeports confisques … » C’est comique ce qui arrive a ces ploucs de flics guineens , pour le cas ABE SYLLA . Ils confiquent un passeport qui ne lui APPERTIENT PAS . PROPRIETE DE UNCLE SAM ! Passeport n’est pas UN DROIT , plutot UN PRIVILEGE ! Trouille de leur vie quand le DEPARTEMENT D’ETAT reclame SA PROPRIETE . Ils se sont executes illico presto ! Si  » CES BBIG BRO  » voulaient , je le pense profondement , ALPHA CONDE GOUVERNERAIT… Lire la suite