Urgent// l’UFR de Sidya Touré favorable à un dialogue avec le pouvoir…

L’orage qui planait sur le paysage politique guinéen depuis la réelection controversée d’Alpha Condé à la présidentielle du 18 octobre dernier, semble désormais s’éloigner. Et pour cause, cette déclaration inattendue de l’Union des Forces Républicaines (UFR) de Sidya Touré estimant que la décision de la cour Constitutionnelle validant cette élection est un “fait acté”, et qu’il convient, par voie de conséquence, de ” s’inscrire dans le cadre d’une entente cordiale entre les filles et fils du pays.  Lisez plutôt cette déclaration du bureau exécutif national de l’UFR:

L’UFR S’ENGAGE POUR LA GUINEE

La Cour Constitutionnelle s’est prononcée sur les résultats de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 sur la base de la nouvelle constitution en prenant un arrêt qui permet au Président ALPHA CONDE de rester à la tête du pays.

Cette élection a focalisé l’attention des citoyens que nous sommes sur les nombreux antagonismes sociopolitiques qui rongent la Nation.

Si les guinéens n’y prennent garde, ces antagonismes dont ils peuvent se passer, risquent de marquer durablement l’avenir du pays.

Il est important de rappeler que l’Union des Forces Républicaines (UFR), dans le cadre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), s’était opposée dès avril 2019 au projet d’une nouvelle constitution dont le seul but était d’octroyer un troisième mandat au Président Alpha CONDE. Notre parti a joué les premiers rôles dans cette lutte en s’inscrivant du côté de ceux qui prônent l’Alternance démocratique à la tête du pays.

Pour l’UFR, la même logique a prévalu en 2001 lorsque nous nous étions opposés au troisième mandat que voulait s’octroyer feu Président Général LANSANA CONTE dans quasiment le même contexte. C’est ainsi que l’UFR et d’autres partis de l’opposition dont le RPG avaient successivement boycotté le référendum constitutionnel de 2001, les élections législatives de 2002 et l’élection présidentielle de 2003.

Aujourd’hui, la décision de la Cour Constitutionnelle est un fait acté.
À partir de ce moment, que faut-il faire ? La réponse à cette question ne peut en aucun cas consister :

– À mettre à l’écart de la gestion du pays une bonne partie des guinéens proches de l’opposition. Que ces citoyens soient dans le pays ou ailleurs dans le monde ;

– À faire des promesses dont la réalisation sera déconnectée des réalités administratives et socio-économiques du pays ;

– À occulter les conséquences du scrutin du 18 octobre, ignorer les retombées difficiles pour l’indispensable cohésion nationale dont la Guinée ne peut se passer ;

Tenant compte du fonctionnement actuel de nos institutions, il revient au Président de la République de prendre l’initiative d’une large consultation en vue d’une meilleure gestion du pays.

La réponse de sagesse et de responsabilité, ici, comme ailleurs, impose de recourir aux vertus du DIALOGUE NATIONAL.

L’UFR, de par sa vocation de parti transversal, s’inscrit fondamentalement dans le cadre d’une entente cordiale entre les filles et les fils du pays.
L’UFR a toujours œuvré à ce que chaque parti reconnaisse l’autre, en tant qu’entité avec laquelle il faut vivre et travailler pour le seul objectif qui n’est autre que le bien-être de nos compatriotes.

Notre parti est convaincu que la Guinée unie autour de l’essentiel est capable de trouver des solutions qui lui permettront de vivre en paix et se développer de façon harmonieuse et durable.

L’UFR se veut être le catalyseur des actions favorisant ce vivre-ensemble qui permettra la prospérité pour chacun et pour tous.
Autrement, personne ne trouvera son compte dans le chaos qui résultera des antagonismes actuels : ni opposition, ni partisan du pouvoir, ni partenaires du pays.

Notre chère Guinée, ne peut produire des résultats que dans la paix et la justice, en ayant une vision éclairée de son avenir et en se dotant d’institutions fortes et démocratiques dont, entre autres, un Exécutif qui agit au quotidien et simultanément dans tous les secteurs névralgiques de la vie du pays.
Pour cela, il faut :

– Un État réformé comme le dit avec insistance l’UFR depuis deux (2) décennies ;

– Un État qui aura la lourde obligation de garantir les libertés des citoyens, de les protéger contre les injustices et les agressions de toute nature ;

– Un État capable d’assurer la prospérité de la société tout en veillant en toute responsabilité sur la gestion des ressources collectives.

Travailler pour la Guinée, c’est travailler pour les quatre Régions Naturelles dans leur diversité. Toutes les filles et tous les fils du pays doivent se sentir concernés, au début comme à la fin.

L’UFR a la ferme conviction que la Guinée est UNE et INDIVISIBLE et que sa diversité linguistique et géographique, doit être considérée comme un avantage et non un handicap.

VIVE L’UNION DES FORCES REPUBLICAINES (UFR) !

VIVE LA REPUBLIQUE

VIVE LA GUINEE

LE BUREAU EXECUTIF NATIONAL

Conakry le 30 Décembre 2020

8
Poster un Commentaire

avatar
8 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
Mory SyllaBADOUBADOUMANZOTronka Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

@Badou Diallo.
Sur Guineeactu,tu t’appelais badou lodia. Lodia,c’est l’anagramme de Diallo. Tout le monde sait cela. Comme Allys est l’anagramme de mon nom. Défo c’est Fodé.Krycona c’est Conakry.On a compris pour toi là.
Cher Monsieur,écoutez,si vous ne voulez plus être Guinéen,soyez Sénégalais,Bissau Guinéen,Français,c’est votre problème. Ce Guinée bashing permanent,on est fatigué. On est en 2021. Non au pessimisme chronique. Le monde,c’est pas seulement la nuit.Quitte dans ça. Ton char de la haine contre ton propre pays,tu l’arrêtes now.D’ailleurs sors du char,tu es un danger publique spirituel. La Guinée,2ème puissance économique de l’Afrique après le Nigeria,Yes We Can.

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Tu es ennuyant Badou Diallo avec tes commentaires bidons et nuls.Personne ne t’écoutes sur Gbassikolo car tu es rempli du bas sentiment de la haine. Tu n’es qu’un togognini inconnu.Tant pis pour toi.On s’en fout.
Happy new year 2021.

BADOU
Invité
BADOU

LES RESULTATS DU NIGER nous arrivent remplis de verite, un deuxieme tour à lhorizon avec 0 MORT, entre le mensonge et la verite, CENI et Justice guineenne doivent aller à lecole du NIGER, cela est salue dans le monde entire, BIG UP à ISSOFOU par le people BURKINA lors de linvestiture de KABORE

BADOU
Invité
BADOU

IL FAUT ETRE DEUX POUR DIALOGUER ET ETRE SINCERE. CE NEST PAS LE CAS, l’experience nous a appris à connaître qui est Alpha Conde. C’est un ethno supremaciste clanique et raciste qui ne doit son pouvoir qu’à sa milice de tueurs qui ont plus de 500 jeunes guineens notamment peuls tues. Une ethnostrategie qui montre sa cruaute et son cynisme au travers des actes et paroles que posent CONDE. je pense que c’est tout le peuple de guinee qui souffre de la misere et de la dictature. Oui dans des pays civilises, c’est la societe civile qui se leve pour… Lire la suite

MANZO
Invité
MANZO

Juste du médecin après la mort 🤣!
Politiquement l’ufr est morte et enterrée et là le truand-chef cherche désespérément une bouée de sortie après avoir tout tenté pour déstabiliser le pays en recourant sans la moindre gêne à la manipulation de jeunes soldats analphabètes.
Non monsieur le truand-chef, la République a besoin de patriotes, mais pas de pilleurs à la morale souillée!

Tronka
Invité

@Mariama Dalanda Bah
Je suis bien d’accord avec vous.
Notre vie n’est pas la trajectoire d’une équation linéaire y=ax+b.
Mr Cellou doit se poser des questions a présent.
Tronka

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

Amnesie , amnesie !
Alpha s’en fout de  » ce patriotisme  » la
Tu es plus fort que lui ou il t’eclabousse .
REPRESENTANT DU CHEF DE L’ETAT . C’etait hier , ca !
Toujours la , a louvoyer , Sidya !

Mariama Dalanda BAH
Invité
Mariama Dalanda BAH

Les carottes sont ramollies pour le président Mamadou Cellou Diallo. Dans ce nouveau contexte, il doit obligatoirement changer de stratégies s’il veut continuer à survivre sur la scène politique guinéenne. Dans le monde de la politique, tous les coups bas sont permis et qui me dira le contraire !