« Falsification » de la Constitution: « des spéculations devenues le sport de l’opposition », selon le RPG-AEC

Décidemment, la tribune de Mè Pépé Antoine Lama revelant une nette différence entre le texte soumis au référendum du 22 mars 2020 et celui promulgué par le décret D/2020/073/PRG/SGG du 06 Avril 2020 et publié au journal officiel, ne laisse la mouvance indifférente. Dans un entretien avec un confrèrede la placece jeudi 28 mai, l’honorable Souleymane Keita de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale, a déclaré qu’il n’apportait aucun crédit au papier de l’Avocat. « Ce sont des des spéculations devenues le sport de l’opposition à travers ses embranchements et organisations satellites mises en place à cet effet.

Moi j’ai lu ça dans la presse comme tout le monde ; ou on parle de falsifier. Mais écoutez, on a quel intérêt à falsifier un texte constitutionnel ?

Il y a un texte qui a été proposé par le président de la République, et soumis à referendum. Un premier jet a été fait autour duquel les différentes entités qui sont rentrées en possession ont donné leurs avis, ont fait des propositions, des réserves, des amendements, qui sont ensuite revenus à la commission d’experts mise en place à cet effet pour le travail.

Je crois que la seule institution qui peut parler de falsification de texte, c’est bien la cour constitutionnelle, qui en a reçu la dernière mouture. Il n’appartient pas à un avocat, qui s’est suffisamment illustré aux côtés du FNDC de faire un jugement de valeur. Moi je ne prends pas en compte cet écrit », a-t-il dit.

Et de poursuivre: « De l’autre côté, quel intérêt la mouvance présidentielle a, à se rendre coupable ou alors à s’associer à un tel exercice ?

Vous comprendrez que nous avons battu campagne pour la mise en place d’une nouvelle constitution, selon les motivations que nous avons suffisamment expliquées. Si on a besoin de quoi que ce soit, on le met là-dedans de manière transparente et on discute là-dessus.

L’article dont il est question, ne figure pas certes dans la constitution qui a été publiée dans le journal officiel de la République, mais, il faut se rendre à l’évidence que le texte définitif qui a été soumis à referendum, seule la cour constitutionnelle peut nous dire c’est quoi. 

Maintenant que le ministre de la Justice a fait une sortie officielle, ou il a expliqué que ses services sont à pied d’œuvre pour essayer de faire des vérifications. Bien entendu, on attend les résultats de cela.

Du reste, nous on a aucun intérêt encore une fois, à participer à une telle démarche. Mais par contre celui qui l’a dit, on le sait tous qu’il a battu campagne auprès du FNDC pour empêcher la tenue du referendum. Donc, moi, je n’apporte aucun crédit à son écrit », a conclu ce membre du parti au pouvoir.  

Nous y rereviendrons.

Gbassikolo.com

4
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
TiekouraniBaldeBaren SOUMAH Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Tiekourani
Invité
Tiekourani

Baren, bien noté.

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH

# Tiekourani,
L’heure est grave. Il faut rester vigilant. Mais malheureusement notre marge de manœuvre est très reduite à cause de la pandémie du covid 19 et de ses conséquences.
Les réactions de l’opposition doivent être réfléchies mais proportionnelles aux manoeuvres du pouvoir. Il n’est pas question par exemple prolonger le mandat en cours du président de la république. Cela devrait être un casus belli.

Tiekourani
Invité
Tiekourani

Souleimane Keita, à chaque fois que je l’écoute me donne froid au dos. Je connaît des personnes malhonnêtes mais des personnes commes cet fanfaron, je n’en avait pas encore vu. Ils ont pris leur chemin, ils avancent et rien ne vas les arrêter, même s’ils doivent tuer tous les guinéens. Les démocrates de ce pays doivent intègrer cette donne et se donner la main pour sauver ce pays. Nos ambitions personnelles doivent se taire et faire place à l’avenir de notre pays. Que voulons nous? Un Etat libre et démocratique ou une dictature qui nous conduira tôt ou tard au… Lire la suite