Grave crise au sein de la CENI: après le 1er Vice President (UFDG), Alhassane Makanera (UFR) prend aussi ses distances…

La crise s’agrave au sein de l’Institution en charge des élections en Guinée. Après  le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) -issu de l’UFDG, principal parti de l’opposition- c’est au tour de M. Alhassane Makanéra – issu des rangs de l’Union des forces républicaines (UFR)-  à se retirer du processus lié à l’organisation des élections législatives. Tous deux denoncent la conduite notamment des opérations d’enrôlement des électeurs.

Selon nos confrères d’Africaguinee rapprtant un proche du Commissaire, ce dernier« estime que ce recensement n’en a pas été un. Ça  été du n’importe quoi. Il s’est dit alors qu’il est devant l’obligation morale de ne pas accompagner un tel processus. Il s’est retiré de tout ce qui est préparatif lié aux législatives, mais il n’a pas démissionné ».
A rappeler que dans une délaration parvenue à notre rédaction, M. Bano SOW, premier Vice President de la CENI, avait, lui aussi, dénoncé le fichier électoral guinéen en cours de révision tout en recommandant  la reprise du chronogramme des élections législatives en deux étapes :
 « –  révision du fichier électoral, audit du fichier électoral révisé, correction des anomalies, évaluation sur le terrain des citoyens laissés pour compte pour leur donner la possibilité de s’enrôler ; certifier le fichier final ;
 –  élaborer le chronogramme des élections après la finalisation d’un fichier électoral consensuel« . 
Il avouera être impuissant face à ce qu’il qualifie d’interference de l’administration dans le processus par la complicité du President de la CENI, « Je suis désarmé face à un système puissant, bien élaboré, qui impliquerait le Président de la CENI, la mouvance et le Pouvoir par l’interférence de l’administration. Tout est bien orchestré ».

Pour de nombreux observateurs, cet autre retrait risque d’impacter davantage négativement  le fonctionnement de l’institution électorale guinéenne à seulement 60 jours du scrutin législatif. D’autant plus que M. Makanéra, étant Directeur du département Juridique de la CENI, est le président de la « commission réception des candidatures ».

Nous y reviendrons
Gbassikolo.com

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bamce Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Bamce
Invité
Bamce

L’opposition ne doit pas y aller avec ce fichier et même avec SK-c’est une marionnette du pyromane AC, quoi qu’on fasse pour se débarrasser d’AC il faut utiliser la force. C’est le seul moyen. C’est une tortue, il faut chauffer le dernière….