Guinée : le référendum constitutionnel et les législatives troublés par des violences

Bureaux de vote attaqués, matériel électoral incendié, heurts entre forces de l’ordre et opposants : des violences perturbaient dimanche 22 mars en Guinée le référendum constitutionnel et les législatives, boycottés par l’opposition, qui accuse le président, Alpha Condé, de se frayer une voie vers un troisième mandat.

Le vote, prévu de 8 heures à 18 heures (9 heures et 19 heures, heures de Paris), a commencé à l’heure indiquée dans une école du centre-ville de Conakry, près du palais présidentiel. Mais à Ratoma (banlieue de Conakry), des partisans de l’opposition ont attaqué des gendarmes devant des bureaux de vote dans une école. Une autre école dans la même zone a été attaquée, et le matériel électoral saccagé, en l’absence d’électeurs, selon un journaliste de l’Agence France-Presse (AFP) et des témoins.

Des affrontements sont survenus dans des banlieues ou quartiers de Conakry comme Cosa, Hamdallaye, Dar-es-salam et Lambanyi, où des jeunes de l’opposition ont attaqué les policiers et les gendarmes sécurisant le vote. Les forces de l’ordre, caillassées, pourchassaient ces jeunes et lançaient contre eux des grenades lacrymogènes, des tirs ont été entendus. Un jeune homme de 28 ans a été tué et plusieurs personnes blessées par balle dimanche à Conakry, selon ses proches et l’opposition.

Des troubles ont également eu lieu à Mamou (centre), à Boké (ouest) et à N’Zérékoré (sud-est), selon des témoins. Du matériel électoral a également été détruit dans des localités comme Kobéla (sud), Dinguiraye (nord) et Konah (nord), selon d’autres témoins. Joints dimanche par l’AFP, des responsables de l’administration territoriale n’ont pas réagi.

Vers un troisième mandat ?

« J’espère que tout se passera dans la paix et la tranquillité et que le peuple guinéen, comme en 1958, montrera sa maturité », a déclaré, après avoir voté à Conakry, le président, Alpha Condé, en allusion au non de la Guinée, ex-colonie française, au référendum qui a ouvert la voie à l’indépendance de ce pays ouest-africain. Il n’a pas évoqué les incidents en cours.

Le référendum constitutionnel et les législatives avaient été reportés à la dernière minute il y a trois semaines dans un climat de vives tensions. C’est surtout la Constitution qui déchaîne les passions. Depuis la mi-octobre, des dizaines, voire des centaines, de milliers de Guinéens sont descendus dans la rue contre l’intention prêtée à M. Condé d’essayer de se succéder à lui-même à la fin de 2020. Au moins 31 civils et un gendarme ont été tués. Des dizaines d’opposants ont été arrêtés et jugés. Les brutalités policières sont constamment dénoncées.

M. Condé, 82 ans, a été élu en 2010 et réélu en 2015. L’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats, la nouvelle que propose M. Condé également. Mais, selon ses opposants, elle lui permettrait de remettre son compteur à zéro.

M. Condé assure qu’il s’agit de doter son pays d’une Constitution « moderne ». Elle codifierait l’égalité des sexes, interdirait l’excision et le mariage des mineurs. Elle veillerait à une plus juste répartition des richesses en faveur des jeunes et des pauvres. Mais M. Condé entretient le flou sur sa volonté de briguer un troisième mandat.

Crédibilité du vote en question

Dans un bureau de vote à Conakry, le 22 mars 2020.
Dans un bureau de vote à Conakry, le 22 mars 2020. CELLOU BINANI / AFP

Les remises en cause internationales quant à la crédibilité du vote se sont succédé, étayées par la présence sur les listes électorales de 2,5 millions de noms douteux, soit le tiers du fichier.

Les recommandations des organisations internationales sur le fichier ont été « intégralement prises en compte », a affirmé le président Condé dans un discours publié samedi sur la page Facebook de la présidence guinéenne, promettant des scrutins « transparents ».

« On n’a aucune preuve que cette opération (de nettoyage du fichier) a été effectuée », a souligné à l’AFP le principal opposant, Cellou Dalein Diallo. L’opposition avait promis de boycotter le vote et d’en empêcher la tenue. La persistance depuis plusieurs semaines des troubles n’a pas dissuadé le gouvernement d’organiser les scrutins, pas même l’apparition récente du coronavirus.

Deux cas de contamination au coronavirus

La Guinée a déclaré deux cas de contamination dont un a été guéri, selon le gouvernement. La présence du Covid-19 suscite l’attention dans un pays où la fièvre Ebola a fait 2 500 morts entre 2013 et 2016. 

« J’ai comme l’impression que notre pays prend les choses à la légère », s’émeut Amadou Oury Bah, banquier et homme politique. « Au lieu de donner congé aux enfants pour une période conséquente pour limiter la propagation de cette maladie, les autorités sont plutôt intéressées par leur campagne électorale. »

Le parti au pouvoir appelle la population à aller voter. « Nous insistons sur le strict respect des règles hygiéniques », a déclaré l’un de ses responsables, Fodé Cissé.

Des chefs d’Etat ouest-africains ont annulé leur mission de bons offices au cours de la semaine en Guinée. Avant le vote initialement prévu pour le 1er mars, deux grandes organisations régionales avaient renoncé à se déployer ou avaient rappelé leurs observateurs.

Le Monde avec AFP

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Youssouf BangouraTiekourani Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Tiekourani
Invité
Tiekourani

C’est vraiment dommage pour certains. Youssouf, c’est ça que vous appelez élection? Que dites vous des tueries en cours? Nous savions le manque d’empathie que vous caracterise mais je n’avait jamais imaginé ce côté cynique et lache de vous. Je m’explique, tanôt vous êtes contre le régime de alpha, tantôt vous êtes avec ce régime. Nous, nous avons choisi la vérité, la justice et l’état de droit en lieu et place de cet état de haine, d’injustce et de terreur. Effectivement la Guinée ne brulera pas car le peuple dans sa grande majorité connais le pyromane alpha.alpha qui règne avec… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Invité

Alpha Condé a gagné son pari et la Guinée n’a pas brûlé et brûlera jamais comme certains le veulent .

Tiekourani
Invité
Tiekourani

C’est pour cette démocratie que alpha a lutté pendant 40 ans, oh mon Dieu!
alpha est un imposteur, menteur et psychopathe. Sinon, pourquoi exposer le peuple de Guinée au covid19 POUR ça? alpha et son clan sont des psychopathes.
Le pire est devant nous mes frères guinéens, avec le corona nous sommes foutus.
Pour une question de 3eme mandat, alpha va tuer des milliers de guinéens, Sakoba tu peux maintenant nous donner les cas positifs du corona. Je dis merci à l’ambassadeur des usa, j’espère que vous allez nous aider à enterrer nos parent.