Guinee – Les accords du 8 août 2018 «dénaturent les exigences fondatrices de la démocratie », dixit Aissatou Cherif BAH

Un consensus peut être un accord politique entre des partis politiques dont les vues sont différentes à propos d’une ou de plusieurs questions en vue de rapprocher les positions des unes et des autres de dépasser leurs différends, d’adopter une position commune qui les arrangerait toutes sans qu’aucune d’entre elles ne se sente vaincue. C’est ce qui survient lorsqu’on arrive à une impasse et que l’intérêt général se trouve menacé.

 Donc cette solution qu’imposent les circonstances du moment dans une phase de transition démocratique comme celle que connaît la Guinée, a le mérite de faire éviter le pays des crises  qui, si elles ne sont pas résolues à temps, risquent de s’accentuer et d’exploser à tout moment, au quel cas, personne ne serait épargnée.                                                           

Mais ce consensus politique qui demeure un principe pratique efficace pour résoudre des situations conflictuelles, ne peut et ne doit-être transposé dans le champ théorique de la démocratie sans lui ôter son âme. Adopter une telle pratique en politique c’est dénaturer les exigences fondatrices de la démocratie, car la démocratie originellement c’est le pouvoir ou gouvernement assuré par le peuple. C’est le gouvernement de tous pour tous. Et faire appel d’un consensus politique dans un contentieux electoral demeure une negation pure et simple de la démocratie. On ne peut pas continuer à gérer des situations et régler des différends émergents entre les protagonistes par un consensus politique.

 Dans un contentieux électoral, Il n’y a pas de place possible pour le consensus politique, à moins qu’on veuille supprimer les élections. Car les questions litigieuses liées à la phase électorale doivent être tranchées par les urnes et pas autrement. Il s’agit là de deux processus différents qui ne peuvent fonctionner ensemble. La présence de l’un annule celle de l’autre.

 Si mouvance et opposition en Guinée étaient des vrais démocrates, ils n’allaient pas se substituer à la volonté des électeurs. Mouvance et opposition sont entrain de mettre le peuple de Guinée sous tutelle et décréter leurs incapacité à choisir ce qui leur conviendrait le mieux.

Les élections sont l’occasion de départir démocratiquement les voix, c’est une competition volontaire où les électeurs sont invités à choisir ceux parmi les candidats les mieux aptes à les gouverner. Faire intervenir d’autres procédés et changer les règles sur le terrain de jeu égalitaire et responsable, c’est ôter toute qualité de citoyens aux guinéens et toute liberté à leurs volonté.

Mouvance et opposition comment voulez-vous responsabiliser le peuple de Guinée et leurs apprendre la démocratie, la culture politique si vous les privez de tels droits ? Une telle attitude ne pourrait que faire d’eux des sujets qui acquiescent servilement au bon vouloir de ceux qui veulent les guider comme un troupeau de mouton. Avec ce genre de comportement d’une élite irresponsable, égoïste et egotique, nous ne pouvons jamais avoir une transition démocratique stable avec des institutions démocratiques consolidées.

 

Aissatou Cherif BAH, politologue (Hambourg)

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Shams DeenLe Pan-Africain Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Le Pan-Africain
Invité
Le Pan-Africain

@ Shams, Les germes de ce que nous vivons aujourd’hui ont ete semes il y a huit ans par cette chose qu’on appela CNT. On aurait jamais du valider une telle constitution qui octroyait beaucoup trop de pouvoirs au president. Dans de telles conditions, seules les manifestations de rue ne peuvent servir a bouger les lignes. Le President peut literalement faire ce qu’il veut. Qu’il s’agisse de Alpha, CDD, OK, LK, vous ou tout autre Guineen avec un peu de bon sens, le resultat serait le meme. La CENI est sous controle du parti au pouvoir et donc elle n’organise… Lire la suite

Shams Deen
Invité
Shams Deen

Pan Africain
Les ennemis les plus irréductibles D’Alpha croyaient dans leurs forts intérieurs qu’il auraient fait appliquer la LOI ,son « parcours » dictait cela.
Malheureusement ,la Loi n’a jamais été aussi réduite a sa plus petite expression que sous son magistère,
Théoriquement il ne devait rien a personne mais il est champion toute catégorie de combines.
Avec les compromis on finit par la compromission.
Est ce c’est sérieux de demander a ceux qui ont votés pour toi de laisser leurs adversaires passer devant.
Ce monsieur restera une énigme politique.

Le Pan-Africain
Invité
Le Pan-Africain

Quand on a une constitution aussi bancale que la notre ( je me demande si les membres de la CNT n’avaient ete corrompus pour valider cette calamite), qui ne garantie aucune independance pour la justice, ne vous etonnez pas que des accords politiques fassent fi de nos « lois ». Il y a un probleme structurel derriere ces crises politiques et sociales, qui tant qu’il ne sera pas resolu maintiendra la Guinee dans un etat de sous developpement. Malheureusement en Guinee, on personifie les problemes. C’est Alpha Conde et CDD qui sont coupables, dit on. Bien avant eux, la Guinee a connu… Lire la suite