Paul Kagamé au jeune guinéen:  » toi qui me lis ce matin, et qui as déjà limé ta machette, prêt à en découdre… »

Je me suis toujours demandé, en lisant les rapports de guerres communautaires sous d’autres cieux, comment des gens qui vivaient en bonne intelligence, en étaient arrivés à se massacrer comme des animaux. Comment les Bété et les Dioula en Côte d’ivoire, les Peulhs et les Malinkés de nos jours en Guinée ou les Tutsi et les Hutu chez moi au Rwanda avaient pu aller aussi loin. Comment des gens en arrivaient à tuer suite à un mot d’ordre de personnes qu’ils n’avaient jamais vues, avec qui ils n’avaient eu aucune relation, et dont l’unique chose qu’ils avaient en commun était la tribu…

En regardant la scène politique guinéenne actuelle, je crois que je commence à comprendre avant qu’elle ne prenne le chemin emprunté hier par mon peuple. Alors je t’écris aujourd’hui, jeune guinéen, pour te dire ce que tu sais peut-etre déjà.

La haine est un business, et aussi un formidable ascenseur pour les politiciens professionnels pour accéder aux privilèges qu’ils convoitent. Ce business repose sur un postulat simple: « Tu n’es pas ce que tu devrais être ou là où tu devrais être parce qu’un autre s’est mis entre toi et ton destin. Il faut donc l’éliminer. » C’est ainsi que les entrepreneurs de la haine réussissent à embarquer les gens dans leur entreprise.

Alors toi qui me lis ce matin, et qui as déjà limé ta machette, prêt à en découdre, toi qui attends impatiemment le Jour J pour en finir avec ceux qui sont responsables de ta situation, et qui se trouvent tous être de l’autre ethnie, je vais te dire dès maintenant ce qui t’attend au pas de la porte:

Tu vas rencontrer de l’autre côté, d’autres jeunes, braves comme toi et encore plus vicieux, eux aussi nourris à la mamelle de la haine comme toi et ne reculant devant rien. Tu en tueras un grand nombre, mais tu perdras aussi un grand nombre de frères, de soeurs, de parents, d’amis, de connaissances, de relations… Ton avenir t’attendra sagement au coin d’une rue en terre, dans une tombe ou dans la brousse, quand tu tomberas dans une embuscade, ou, si tu es chanceux, dans un hôpital de fortune, où tu seras pris en charge par un médecin de la croix rouge. Tu auras le visage défiguré, les marques de la guerre bien visibles sur ton corps déchiqueté.

Tous les jours RFi se chargera de faire le décompte des morts, en attendant qu’il atteigne le seuil qui déclenchera l’indignation de la « communauté internationale ». Certaines mauvais langues disent qu’il commence à 3000 morts.

Un matin, du fond de ton lit d’infortune, tu l’entendras dans le journal officiel: Création de la commission de réconciliation. Et qui sera nommé à la tête de cette commission ? Le même type qui t’avait dit que c’est l’autre qui est responsable de ton malheur. Tu le verras, tout sourire, promettre au JT de 20h, oeuvrer pour la réconciliation et t’appeler à pardonner. La commission sera créée avec un budget de 25 milliards qu’ils vont se répartir entre eux au travers des arnaques appelées consultations. Tu seras là, au fond de ton lit de fortune, le regard noir, la jambe amputée, perdu dans tes pensées, avec une longue liste de comptes à regler. Mais là dehors la donne a changé. Tu ne peux plus massacrer impunément. Et même si tu le voulais encore, tu n’en as plus les moyens ni la force.

C’est là que tu te rappelleras que, comme par magie, aucun de ceux qui t’ont mené là où tu es n’as été tué, ni eux, ni leurs familles. Peut-être bien que, pour te galvaniser, ils ont dû sacrifier un arrière petit fils du cousin de la tante de la soeur de la grand-mère du président de la République…

Mon frère, sache que dans ce business, tu ne seras qu’un pion. Demande aux dioula et bété de côté d’ivoire, aux Hutu et Tutsi de chez moi qui sont obligés aujourd’hui de se tolérer, de vivre ensemble par les mêmes qui leur avaient dit que ce n’était plus possible. Pense à ces gens qui sont obligés de vivre aujourd’hui avec les séquelles d’une guerre qui n’aurait jamais dû vivre, et qui sont obligés de garder leur frustration en sourdine, la rancoeur plein le coeur, et l’avenir en pointillés…

C’est ça que tu veux pour toi et ton pays ? C’est ce genre d’avenir que tu veux pour toi et tes enfants ?

Sache donc que dans une guerre civile, il n’y a que des perdants. Et que, quelle que soit la force de ton clan, à la fin, on vous imposera la réconciliation.

Voilà, tu ne diras pas que je ne t’avais pas prévenu. En limant ta machette ce matin, relis bien mes paroles, elles sont celles d’un type qui a vu ce qui s’est passé dans son pays.«

18
Poster un Commentaire

avatar
18 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
Laure KarcherBaren SOUMAHOumar Mâci BahKaou LabeBalde Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Mme Laure,
il faut regarder l’esprit de la lettre. Il appelle à la nonviolence.
Si on dit de chercher le vrai auteur de ce texte pour se présenter sur Gbassikolo,meme Dadis Camara risque de venir ici. Laissons le puritanisme de coté.

Laure Karcher
Invité
Laure Karcher

Gbassikolo, cette lettre prétendument de Paul Kagame, n’est pas de lui. C’est une infox, un fake news. C’est quelqu’un qui a rédigé un texte et qui pour donner à ce texte un retentissement, fait croire qu’il est de Kagame. C’est malhonnête de faire cela..
Il y a un site sur France 24 notamment où on peut s’informer.

MANZO
Invité
MANZO

@Mory Sylla
Juste un digne descendant de Gbankono-sadji dont la devise n’était autre chose que « dire là vérité ou périr ».
Mes respects mon frère « Syllaké », même si le Fonikaman(propriétaire du Manden) que suis-je, soit obligé de te respecter pour ton haut sens de la dignité 👍👍👍.

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Kramôh Manzo,
ta logique est pénétrante.
Moi je n’ai d’habitude aucun respect pour les Camara car ils ne sont rien devant nous. Ma grandmère paternelle est Camara. Elle s’auto-proclamait comme ma « 1ere femme » pour des raisons que j’ignorais.🤔
Mais toi,je te respecte. Tu es un Kramôh.

MANZO
Invité
MANZO

« . Et Kiridi Bangoura, Sankhon, Kassory, Keira, Bouréma Condé, bref toute la camarilla Contéenne recyclée par A. Condé? Qu’en dites-vous? En 10 ans, A. Condé n’a t-il pas suffisamment prouvé les limites de sa gouvernance? », dixit Oumar Mâci Bah. Cher « ami », là vous noyez un poisson désespérément! Par ce que vous n’êtes né de la dernière pluie pour que vous soyez incapable de comprendre un fait aussi banal dans ce pays et pour lequel certains d’ailleurs sont mêmes prêts à immoler des humains: la présidence et c’est elle seule qui compte, rien d’autre. Donc le fait d’essayer d’ignorer cette réalité… Lire la suite

Oumar Mâci Bah
Invité
Oumar Mâci Bah

@Manzo, vous revenez avec la vieille rengaine de la frange ethno-centriste du RPG : « Bref, les Guinéens dans leur ensemble ne veut pas d’un homme au passé trouble, même si cela ne semble pas vous déranger ni sur le plan moral et ni sur le plus intellectuel! ». Et Kiridi Bangoura, Sankhon, Kassory, Keira, Bouréma Condé, bref toute la camarilla Contéenne recyclée par A. Condé? Qu’en dites-vous? En 10 ans, A. Condé n’a t-il pas suffisamment prouvé les limites de sa gouvernance? Quant à vos remarques sur les jeunes de l’Axe froidement assassinés par les hommes en uniforme de votre fameux… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

@Kramô Manzo, Je ne crois pas du tout qu’il faut toujours résoudre les contradictions,fûssent elles politiques,dans un bain de sang. Toutes les guerres que ce monde a connu se sont terminées sur la table des negotiations. Pourquoi ne pas aller directement à table des négotiations,étant donné que quelque soit l’option prise,tout finira à la table des négotiations? Ces radios et télévisions qui ne maitrisent pas les ramifications de leurs dossiers créent des tensions artificielles pour exister. Si tu es à Paris va au siège de France24 ou Rfi. Demande à rencontrer le « spécialiste » français du dossier de la Guinée qui… Lire la suite

MANZO
Invité
MANZO

@Mory Sylla, tu sais les Maliens, les Rwandais et tant d’autres peuples qui se sont tous retrouvés dans une guerre fratricide dont ils n’avaient jamais vue venir, pensaient tous que cela n’arrivait qu’aux autres primo et secundo, je ne vois vraiment pas ce que nous Guinéens avons de plus vertueux pourque nous soyons épargnés et protégés de fait par la grâce!

MANZO
Invité
MANZO

 » Le jour où nos compatriotes soussous, malinkés et forestiers comprendront que le « 3 contre 1 » nous mène tout droit à la catastrophe,… »,dixit Oumar Mâci Bah. Là vous faites une gosse erreur d’appréciation et du coup une accusation sans fondement. Par ce que vouloir accuser les Malinkés, les Soussous et les Forestiers qui ne veulent pas de Celloul Dalien d’être des foulaphobes , est tout simplement de l’exagération fantaisiste. En outre ,depuis quand Celloul Dalein = communauté peule en Guinée (même si cette communauté le soutient à 99.99%)? Par contre, je suis certain d’une chose et elle est… Lire la suite

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

@!Mr Baren Soumah
hum , j’y avais jamais pensé :
ETHIOPISTES !
DAMARO en est. UN !
LOL !

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH

@ Oumar Mâci Bah, Le « 3 contre 1 » n’existe pas. C’est juste un concept pour justifier la fraude électorale et manipuler nos populations. La preuve est dans les résultats détaillés des élections présidentielles que l’on nous cache. Aucune ethnie guinéenne n’est homogène en soi. Toutes les composantes d’une ethnie aspirent au bien-être mais la définition même de ce bien-être est très différente à l’intérieur d’une même ethnie. La solution à l’ethnocentrisme est la démocratie. Si les élections sont honnêtes et transparentes, avec le temps, les forces politiques se formeront sur d’autres critères que l’appartenance ethnique. Et les alliances politiques trancenderont… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

@Kramô Manzo Camara, par définition le Guinéen est « imperturbable » et réfuse de laisser les commandes à l’inquiétude dans sa marche en avant. D’ailleurs le vrai synonyme de « Guinéen » en français c’est imperturbable😁. Plus sérieusement,ce n’est pas en s’inquiétant que la cause de l’inquiétude disparait. Il faut entrer vigoureusement en action pour tâcler la cause sans délai. Je salue l’esprit de cette lettre ouverte,même si je ne crois pas qu’il y ait péril en demeure en Guinée.On voit des gens chercher des cacahuètes sur la tête de Maitre Ablaye Wade. Porèèhh.Même si c’est Firawuna qui avait écrit cette lettre ouverte,il faudrait… Lire la suite

Oumar Mâci Bah
Invité
Oumar Mâci Bah

Ce beau texte est un faux. Il a déjà été « envoyé » aux Camerounais. L’auteur anonyme l’a tout juste adapté au contexte socio-culturel guinéen. Voir ce site pour plus de détails: https://fr.africacheck.org/fbcheck/la-fausse-lettre-de-paul-kagame-aux-guineens/ Il me rappelle ces fameux « conseils » de Poutine ou d’un obscur « professeur chinois » aux Africains. Parfois c’est aussi un Juif qui tente de réveiller les Africains en leur rappelant leurs prétendues tares. Des faussaires aux bonnes intentions! Personnellement, je pense que si l’homogénéité culturelle peut être un puissant moteur dans la genèse d’une Nation, elle n’en est pas toujours une condition sine qua none. Il y a beaucoup d’exemples… Lire la suite

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

QUI A TRADUIT CE TEXTE POUR PAUL KAGAME ? LOL ! Paul , les PEULHS et les MALINKES , tout au moins en Guinée , ne se MASSACRENT PAS et ne sont POINT SUR CE CHEMIN , mon pauvre PAUL ! Ici au FOUTAH – DJALLON , TOUT est fait pour que CE que tu  » COMMENCES À COMPRENDRE  » ( par déduction , parce que Ca c’est passé COMME ÇA chez toi ) n ‘arrive JAMAIS . Des  » RESSOURCES HUMAINES  » de TOUTES LES COMPOSANTES DE NOTRE JEUNE NATION font FRONT-COMMUN pour barrer la route à ces PROFESSIONNELS… Lire la suite

Balde
Invité
Balde

Ce texte existe il y a longtemps. Il était d’abord pretendument adressé aux ivoiriens, maintenant aux guinéens. Les gens ne font que changer le nom du destinataire pour le même message.

Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

Mory Sylla,
oui bravo à Paul kagamé, qui sait exactement ce qui est une guerre civile car l’ayant vécue lui-même, a parfaitement raison quand il dit que toute personne qui s’en prend à une autre pour des raisons politico-ethniques n’est rien d’autre qu’un pion au service d’un politicien ambitieux . Il résume en quelques mots les jeunes partisans de l’UFDG et du RPG . Espérons que les jeunes survoltés de ces deux camps ou leurs mentors entendent son appel pour le bien de notre pays .

MANZO
Invité
MANZO

« . Aucun Guinéen n’a une machette dans son dos contre son frère ou sa soeur »,dixit Mory Sylla. Mon frère je ne serais pas aussi imperturbable et moins inquiet que toi après ce que ce pays vient de franchir dans les violences haineuse( décapitations humaines commises par des jeunes dont l’âge varie entre 8 à 30 ans au plus)! En outre, tu le sais fort bien que le Rwanda avant guerre civile était plus homogène que la Guinée l’est aussi malheureusement. Par ce qu’il n’y avait pas ces barrières linguistiques, religieuses et culturelles comme elles existent au sein de la société… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Merci mr. le President. Vous êtes un panafricain.
Mais soyez rassurez. Aucun Guinéen n’a une machette dans son dos contre son frère ou sa soeur. Nous sommes un peuple pacifique. Nous n’allons jamais nous entretuer pour des politiciens qui ne nous connaissent pas. Tout sera résolu dans le cadre de la loi.