Vandalisme des installations de la société « EDG » : À qui la faute ? (par Abdoul Diaïla BAH)

Il n’est pas rare de voir des installations de la société guinéenne EDG prises pour cibles par des populations guinéennes en représailles de la non-fourniture d’électricité. C’est notamment le cas lors des grands rendez-vous sportifs (coupe d’Afrique et du monde de football) et pendant la période des examens scolaires et universitaires.

Ces dégradations engendrent d’importants dégâts matériels obligeant la société EDG (déjà sous pression financière) à privilégierle choix de la réparation d’urgence au détriment de l’investissement pour l’amélioration de son réseau vétuste.

Pour les autorités guinéennes, c’est tout simplement de l’incivisme. Moi je serais plus nuancé car le civisme implique pour le citoyen la connaissance de ses droits et de ses devoirs vis-à-vis de la société et de la chose publique. Il se trouve que dans le cas présent, le gouvernement guinéen fait une communication biaisée à dessein de campagne électorale laissant penser qu’il dispose de suffisamment d’électricité pour alimenter tous les foyers de Conakry. On a fait croire à l’opinion que la Guinée a tellement investi dans la construction de barrages hydroélectriques qu’il était désormais capable de produire suffisamment d’électricité au point de pouvoir en revendre l’excèdent à d’autres pays. Ce qui est totalement faux et nous l’apprenons aujourd’hui à nos dépens. C’est cette communication partisane à des fins politiques qui se retourne aujourd’hui contre l’Etat.

La seule communication qui vaille est d’expliquer clairement aux guinéens (qui sont capables de le comprendre) qu’il n’y a pas suffisamment d’électricité pour fournir tous les foyers de Conakry au même moment. Cela ne met nullement en cause l’effort du gouvernement pour trouver une solution au problème de l’électricité en Guinée. Mais c’est un exercice de vérité et de transparence vis à vis des citoyens qui permettra d’apaiser les tensions et conscientiser le guinéen.

Par ailleurs, le comportement dépensier de l’Administration est aux antipodes d’un Etat incapable de produire de l’électricité pour ses citoyens. Au lieu d’utiliser des fonds publics et déplacer la moitié du gouvernement à PITA pour soi-disant organiser un tournoi de remerciement du Foutah au président de la république pour son travail, on ferait mieux d’utiliser cet argent pour sensibiliser les citoyens sur les raisons pour lesquelles ils ne peuvent pas tous avoir de l’électricité en même temps. Les citoyens guinéens sont suffisamment matures pour le comprendre.

C’est exactement comme dans une famille, si votre enfant vous demande de lui acheter une voiture c’est parce qu’il pense que (par votre comportement ou votre manque de clarté) vous en avez les moyens. Il faudra donc faire preuve de responsabilité, de pédagogie et surtout de transparence pour faire comprendre à l’enfant que vous n’avez pas les moyens pour le faire. La prochaine fois il reverra ses ambitions et vous demandera au plus un vélo.

Donc si à travers de vastes campagnes de sensibilisation (radio, télévision, presse papier, presse en ligne, porte à porte, etc.) le citoyen comprend que l’Etat n’a pas les moyens de fournir de l’électricité à tout le monde en même temps, il attendra sagement « son tour » comme il l’a d’ailleurs toujours fait. Bien évidemment, il faudra pour cela qu’il n’ait pas le sentiment que le peu d’électricité disponible n’est distribué qu’aux « privilégiés » au bon vouloir de EDG. Le rationnement de courant doit être connu de tous à l’avance et pas question de le modifier sans préavis à l’occasion notamment des fortes demandes.

Abdoul Diaïla BAH
Liège, Belgique
addoul.diaila@gmail.com

14
Poster un Commentaire

avatar
12 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
Le Pan-AfricainBaren SOUMAHLaure KarcherShams DeenDiaila Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Laure Karcher
Invité
Laure Karcher

Merci, Baren Soumah, pour ce lien. Je viens de lire l’article. Les ravages de ces croyances, comme le souligne le Dr Konaté, sont dramatiques, et trop souvent passés sous silence. Je viens d’écouler ce matin (dimanche)la partie de l’émission Religions du Monde de RFI (http://rfi-religions-du-monde.lepodcast.fr/ qui interviewait Jean-François Bayart, politologue et sociologue, sur son livre « Violence et Religion en Afrique », aux ed. Karthala. Entre autres choses, il parle de la sorcellerie: elle serait en progression, dit-il, aujourd’hui. La sorcellerie a pour terrain la famille ; se concentre sur les individus (les enfants dits « sorciers » sont tués par exemple). Il parle… Lire la suite

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH
Tronka
Invité
Tronka

Évidemment l’ignorance est un des cancers de la société guinéenne(Africaine en général). Les composants ne sont pas que des gens qui n’ont pas connu le chemin de l’école mais malheureusement beaucoup de soi-disant intellectuels. Dans les années 1987, le folklore ignorant faisait croire que le SIDA était une invention irrealiste pour décourager les amoureux. Hors les malfrats prolifèrent dans cet écosystème d’ignorance ou le raccourci et les solutions faciles sont privilégiés. C’est pour cette raison que chez nous, la maladie est vue à un stade tardif pratiquement incurable parceque le patient par conviction traditionnelle a séjourné plusieurs mois voir années… Lire la suite

Laure Karcher
Invité
Laure Karcher

BAREN SOUMAH: « histoire de sorcellerie associée à la médiocre performance de l’équipe nationale de football ». Non,je ne suis pas au courant; à Abidjan, du fait probablement d’une entente au niveau des décideurs, on ne captait plus la RTG ni même la chaine Evasion au moment des matchs tandis que la RTI ivoirienne diffusait tous les matchs de la CAN sans exception. Sur une autre petite chaîne, j’ai suivi un débat sur cette performance.J’y ai noté que les joueurs avaient été envahis, entre les matchs, par une foule de parents, amis, journalistes, alors qu’ils étaient censés, entre les matchs, s’entraîner, se… Lire la suite

Le Pan-Africain
Invité
Le Pan-Africain

@Laure Karcher, Aux USA, il y a ce qu’ils appellent « Town hall meeting » ou des politiciens ou compagnies sont mis face a face avec la population pour parler d’un projet particulier et les populations peuvent exprimer leur approbation ou desapprobation. Cela peut avoir des effets positifs dans certains domaines comme le secteur minier ou les populations pourront rejeter un projet qui ne preserve pas l’environnement. Par contre, dans d’autres secteurs comme l’immobilier, les populations locales peuvent rejeter un projet qui va contre leurs interets personnels mais qui beneficeraient a la societe en general. Le cas de San Francisco ou le… Lire la suite

Laure Karcher
Invité
Laure Karcher

Tout à fait d’accord avec vous, Baren Soumah, pour « l’éducation de la population ». Mais il me semble qu’il faut aller au-delà de la sensibilisation et des campagnes ponctuelles, pour envisager et préparer (avec son financement) un plan massif d’éducation publique incluant tous les jeunes (scolarisés, déscolarisés, ruraux et urbains,. Cela viserait à leur donner des connaissances générales (sciences et histoire, comment fonctionne un Etat, les droits et devoirs etc.) et pour les déscolarisés ou non- lettrés, les savoirs de base: lire et écrire, compter, etc. Et en même temps, un tel plan devrait viser à développer la solidarité et le… Lire la suite

Baren SOUMAH
Invité
Baren SOUMAH

@ Laure Karcher,
Lisez attentivement cet article et tous les commentaires (y compris le votre) et vous serez d’accord avec moi, encore une fois, que LA solution a nos problemes en Guinee est « l’Education de la population ».
PS: Avez vous suivi ces derniers jours cette histoire de « sorcellerie » associee a la mediocre performance de l’equipe nationale de football lors de la Coupe d’Afrique des Nations? Elle resume assez bien la profondeur de l’ignorance dans laquelle se trouve les guineens.

Laure Karcher
Invité
Laure Karcher

Vraiment un très bon article, M. Abdoul Dialla Bah, et vous mettez le doigt sur un mécanisme probable de ce phénomène de vandalisme: le gaspillage volontaire et une communication qui finit par se retourner contre le gouvernement, car déconnectée de la réalité du terrain. Le Dr Konaté (Tronka) dans ses commentaires, a aussi brossé un excellent tableau de ce qui sape, détruit la société guinéenne et entame le crédit du président Condé auprès du peuple guinéen. Nombre des réalisations d’AC sont non seulement louables mais extra-ordinaires au sens propre- hors de l’ordinaire(réussir à mettre en chantier trois barrages en dix… Lire la suite

Shams Deen
Invité
Shams Deen

C’est la mauvaise perception qu’ont les gens des dirigeants qui est la source de l’incivisme de notre société.
Pas un seul dirigeant ne trouve grâce aux yeux de la population,tous sont jugés pourris.

TRONKA
Invité

Désolé pour les erreurs de frappe:
-lire Président à la place de présent
-lire il y en a beaucoup à la place de il en a.
Etc…….
Avec toutes mes excuses.
Cordialement
TRONKA

TRONKA
Invité

@ Mr Abdoul Diaïla Bah
Je suis désolé et toutes mes excuses pour l’erreur dans votre nom.
Je demande humblement à Mr l’administrateur de corriger dans la mesure du possible. Doc écrire Bah à la place de Diallo.
Cordialement.
Docteur Konaté TRONKA

TRONKA
Invité

@Mr Diaïla BAH Bonjour Ce qui reste pertinent dans ce que vous dites c’est de poursuivre la sensibilisation de la population concernant la déserte en courant pas encore suffisante. *Il suffit de casser un verre pour perdre dix ans de bons services dit un proverbe français*. Voyons de très près et sans apriori politicien: 1- Depuis l’indépendance le courant a manqué en Guinée et à un stade significativement délétère comparativement à aujourd’hui. Ce n’est pas une excuse mais je pense que nous devons avoir le courage de faire valoir l’échelle du rationalisme et de la raison. 2-Je note une très… Lire la suite