Burkina Faso: la durée de la transition prolongée pour cinq ans

0 0 votes
Évaluation de l'article

Au Burkina Faso, les assises nationales sur la transition, qui ont commencé ce samedi et devaient durer deux jours, ont finalement pris fin cet après-midi avec la signature d’une nouvelle charte prolongeant la transition pour 60 mois supplémentaires.

Les représentants des différentes couches de la société, chefs coutumiers, religieux, organisations de la société civile, partis politiques, forces de défense et de sécurité avaient rendez-vous pour faire un bilan de la transition depuis octobre 2022 et décider de la suite du processus. La rencontre, qui devait durer deux jours, s’est finalement achevée ce samedi après-midi.

La nouvelle version de la charte signée par le capitaine Ibrahim Traoré prévoit une transition de cinq ans, à partir du 2 juillet prochain. La première mouture du texte qui avait été soumise aux participants proposait « trois ans et demi », soit 42 mois. Ce sera finalement beaucoup plus.

Des élections marquant la fin de cette période pourront néanmoins « être organisées avant cette échéance, si la situation sécuritaire le permet », précise le document. Le chef de l’État, le Premier ministre et le président de l’Assemblée législative pourront au passage être candidats aux élections présidentielle, législatives et municipales. Par ailleurs, le chef de l’État s’appelle désormais président du Faso, chef de l’État, chef suprême des armées.

Durant les débats, des centaines de manifestants soutenant le régime se sont rassemblés autour de la salle de conférence et ont tenté d’envahir les lieux où se tenaient les travaux. Ils voulaient qu’on accorde un mandat d’au moins dix ans au capitaine Ibrahim Traoré. Ils ont finalement été repoussés par les forces de sécurité. Le ministre Emile Zerbo a jugé que les Burkinabè amorçaient « un tournant décisif » de leur histoire, nécessitant un sursaut patriotique pour réussir à reconquérir le territoire.

RFI

guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
29 mai 2024 10:04

BAMCE, vous aussi, vous savez très bien que le Burkina tout comme les autres pays ayant la monnaie le CFA et qui ont signé des accords militaires avec la France, ne sont pas du tout souverains. L’utilisation du CFA et les accords militaires, ne sont rien d’autres que le prolongement de la colonisation déguisée . Vous savez, il y a pas long temps, tout récemment, Fore Egnadéma ( Togo ) a révélé quelques points de ces accords militaires entre la France et les pays utilisant le CFA . Tenez bien, il est bien écrit et signé entre la France et… Lire la suite

BAMCE
BAMCE
28 mai 2024 16:50

Youssouf Bangoura

« il parle beaucoup aussi mais il a vraiment la volonté de rendre son pays souverain »
Le Burkina est indépendant et souverain depuis 1960 non ?

« SOUVERAIN » en quoi et contre qui (quel pays)?? Je sais que vous allez me parler de la France ou occidentaux en général. Le BURKINA a juste changé de TUTEUR que sont la RUSSIE, CHINE,…,les nouveaux colonisateurs en Afrique. Économiquement et politiquement le Burkina est très loin d’être souverain.

Last edited 26 jours plus tôt by BAMCE
Kaou Labe
Kaou Labe
28 mai 2024 11:30

5 ans , puis candidat pour la présidence !
Well , pourquoi ne pas faire juste comme Bokassa :
EMPEREUR TRAORE 1er ,
L’ILLUMINE l
Idiotie , quand tu nous tiens !

Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
28 mai 2024 10:02

Baren Soumah,

je souhaite vraiment que rien de mauvais ne lui arrivera certes, la durée de sa transition est longue et pas acceptable et certes, il parle beaucoup aussi mais il a vraiment la volonté de rendre son pays souverain . Aussi, contrairement à la Guinée qui n’a aucun problème de sécurité, les trois pays du Sahel dirigés par les militaires sont en guerre contre le terrorisme, terrorisme implanté dans ces pays par les occidentaux qui manipulaient les dirigeants civils .

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
28 mai 2024 00:28

Tout le monde sait qu’il ne fera pas 5 ans. Il a tous les traits d’une future victime d’un coup d’état à la burkinabé.

Tag
Tag
27 mai 2024 16:24

Il n’y a pas plus dangereux qu’un fou qui se croit genial. Ce mannequin en uniforme est particulioerement imbu de lui-meme.

Tiekourani
Tiekourani
27 mai 2024 12:50

Rien que le culte de la personnalité.

BAMCE
BAMCE
26 mai 2024 11:23

« Par ailleurs, le chef de l’État s’appelle désormais président du Faso, chef de l’État, chef suprême des armées ». No comment

Des assises nationales sur la transition au Burkina Faso comme les soi-disantes assises organiser par DOUMBOUYA et son CNRD.

L’Afrique de l’ouest est mal barrée