Gestion du Hage 2018: »Non, M. Le Président, vous ne pouvez continuer à garder un système dégradant… », dixit, l’ONG « La Voix des Sans Voix »

Monsieur le Président de la République,

Nous vous écrivons pour la 2ème fois depuis votre accession à la magistrature suprême de notre pays la Guinée.  Souvenez-vous, nous avons été la première Ong à vous écrire et vous féliciter. Nous vous avons adressé la première lettre en date du 11 Octobre 2010 dès le lendemain de votre prise de pouvoir le 10 Octobre 2010. Dans laquelle lettre nous avons ce qui suit : « Nous ne vous demandons pas une baguette magique, vous êtes un Président nouvellement élu, mais vous devriez avoir le courage et la volonté politiques d’œuvrer pour mettre les bases réelles de la Démocratie et du Développement en donnant surtout la priorité aux priorités et cela à votre sagesse. Vous ne pouvez pas régler tous les problèmes guinéens pendant ce mandat de 5 ans, cela vous est pratiquement impossible, nous le savons, mais prendre certaines mesures d’urgence dans le cadre du redressement national vous le pouvez. Nous espérons.

Nous savons aussi que ce qui est gâté pendant plus de 50 ans ne peut pas être réparé subitement en 5 ans. Mais faut-il continuer à maintenir le même système dégradant pour continuer à gâter de plus ?     Nous, nous dirons : Non ! C’est pour quoi dès maintenant il faudrait commencer à prendre le taureau par les cornes. Nous avons besoin des signaux forts vers le Changement maintenant.   L’Association Guinéenne des Sans Voix – Aguisav ou La Voix des Sans Voix est à votre disposition, non pas pour vous servir, mais servir le Peuple de Guinée avec vous. Monsieur le Président de la République de Guinée, pour ne pas abuser trop de votre temps précieux, nous nous arrêtons ici pour le moment, tout en vous promettant que nous vous écrirons chaque fois que nous le jugeons nécessaire. Incha’Allah ! » Extrait de la lettre Ouverte au Professeur Alpha CONDE   en   date du 11 Octobre 2010.

Nous écrivons cette lettre, c’est pour vous faire un compte rendu de voyage dans les lieux Saints de l’Islam à Makka Mugarrama (La Mecque).  Par la grâce de Dieu Le Tout Puissant Allah, un Grand Homme généreux, nous a mis parmi les pèlerins du Hajj 1439 – 2018. Nous prions Dieu pour qu’Il protège cet Homme et exauce ses Vœux. Amen.

En effet nous étions parmi les pèlerins du Hajj 1439 – 2018 à Makka Mukarrama.

Monsieur le Président de la République,

Permettez-moi de m’expliquer devant vous les conditions telles que nous les avons vécues et avons effectué le Hajj, depuis Conakry jusqu’à notre retour au bercail.  Soit Quarante (40) jours passés aux Lieux Saints de l’Islam.  Nous ne sommes contre personne, ni contre l’intérêt de personne, nous n’accuserons personne. Nous prenons le Tout Puissant Allah comme Témoin.

C’est vers le 24 Juillet 2018 que nous avons fini toutes les formalités du départ pour la Mecque au Centre Islamique Roi Fayçal a Donka. Il nous restait de connaitre la date exacte du départ. L’on nous a dit de suivre la Rtg ou  de venir de temps en temps au Centre Islamique vérifier les différentes listes. Entre temps nous avons vu une liste en circulation, en vente 5 000 GNF la copie. Nous avons réussi à parcourir cette liste nous n’avons pas vu notre nom. C’était Vendredi le 28 Juillet 2018.  Nous sommes rentré tranquillement à la maison en laissant notre numéro de téléphone à qui de droit.  Samedi, le 29 Juillet j’ai téléphoné à un de mos fils qui loge à côté d’y aller voir. C’est ce dernier qui nous a appelé en catastrophe qu’il y a notre nom, et que ledit vol nous a laissé. Nous sommes venu en catastrophe. Nous avons trouvé effectivement que nous devrions faire partir du 2ème convoi. Nous avons été remplacé par un autre. Nous n’en revenons pas.  Cette fois –ci nous y avons passé la nuit dans une chaise.  Dimanche le 30 Juillet, nous y avons passé la journée. C’est tard la nuit que nous avons été embarqués dans un bus pour l’aéroport Gbessiah où nous avons pris l’avion à 4 heures du matin pour Médine.   Tout un calvaire laissé derrière : surtout des femmes et des personnes âgées qui attendent encore dans des conditions hygiéniques déplorables il y a plusieurs jours la date du départ.  La scène fait pitié et réfléchir.

Nous sommes arrivés à l’aéroport de Médine à 13 heures (Heure locale). Après les formalités il était 17 heures quand nous sommes arrivés à Médine et logés à l’Hôtel Al Mokktar. Nos bagages sont ailleurs par la faute de quelqu’un. Au lieu de les chercher, nous avons décidé en groupe de chercher une Mosquée où prier.  Nous étions obligés de demander certains passants qui nous a montré la route de la Mosquée. Arrivés à cette splendide Mosquée. Nous sommes posé la question si c’est la grande mosquée de Médine. Nous sommes tombés au hasard sur un jeune étudiant malien qui s’est mis à notre disposition et nous a donnés d’amples informations sur la Sainte Mosquée.  Pour nous le Hajj vient de commencer. Nous y avons prié et fait ce qu’il faut faire avant de rejoindre notre hôtel et chercher nos baga ges. Nous ne savons pas à qui s ‘ adresser à de pareilles circonstances.   Le lendemain nous avons fait nos propres enquêtes et   nous avons   cotisé pour aller chercher nos bagages. 

Toujours nous sommes à l’hôtel Al Mokktar. Les gens s’organisaient en groupes pour aller à la recherche des informations surtout des lieux symboliques de l ‘ Islam : tels que le cimetière de Médine qui est ouvert seulement pendant les enterrements et autres.   C’est ainsi un de nos groupes est tombé sur un important contingent malien à la tête duquel un homme qui montrait et expliquait de manière professionnelle tout sur son passage, en français. Cet homme, c’est le guide malien. Au retour à l’’hôtel, le problème de guides guinéens fut posé entre nous. Où sont les guides guinéens ?   Un homme jusque-là timide à coté de nous avec sa cigarette qu’il fumait tranquillement nous dit qu’il ne faut pas tout demander au guide. Le guide ne peut que montrer la route de la Mosquée.   Et qu’il a déjà montré la route de la mosquée à d‘autres. Nous l’avons tous regardé.  Je lui ai posé la question s’il est guide, il a dit : oui… Après il a disparu. Nous ne l’avons plus vu.

Durant tout notre séjour à Médine soit du 31 Juillet au 04 Aout nous n’avons pas eu à faire à un guide.  L’unique sortie sur le terrain que nous avons effectuée a été dirigée par un étudiant guinéen volontaire qui nous a fait visiter  la première  Mosquée  construite par   le Prophète Mohammad (Paix  et Salut  sur Lui)   Mosquée   Koubah, la colline de Uhud     où les Musulmans ont perdu la bataille face aux Infidèles, où  70 vaillants guerriers y ont perdus leur vie dont  Hamza (Que Dieu soit satisfait de  lui)   et  la  Mosquée Quibla Taini  où  le Quibla vers Jérusalem a été changé par le Quibla vers la  Kaaba . C’est nous-mêmes qui avons cotisé à la hauteur de 10 Rials chacun pour déplacer   le bus à cet effet.

Le 04 Aout 2018 nous avons quitté Médine pour Makka Mukarra ma. Arrivés à la Mecque l’on nous a logé à l’hôtel Dyafah 5 à 6 personnes par chambre.   Là nous avons vu quelques guides. Maintenant il  était question d ‘aller à la Kaaba pour faire le Tawaff et courir entre Saffa et Marwa.  Nous avons pris le bus avec un guide. Arrivés au l ieu à la Sainte Mosquée de la Kaaba, notre guide s’est plaint que nous sommes trop nombreux pour lui seul.  Qu’il faut un 2ème guide pour mieux nous encadrer. Nous avons attendu longtemps aucun guide n’est venu au secours. Il a été obligé de nous prendre en charge seul.   Effectivement quand nous avons commencé le Tawaff le groupe s’est scindé en sous-groupes. Nous, notre groupe est resté sans guide.

Après le Tawaff et le Mataff nous avons repris le bus pour   l’hôtel Dyafah. Nous avons mis fin à notre Oumra.  Nous nous sommes lavés et rasés, car c’est le Tamattou que nous avons pratiqué. Puis nous sommes redescendus au rez-de-chaussée pour contempler les choses.  Nous avons vu que la devanture de l’hôtel est littéralement envahie par des marchandises de toutes sortes. Nos braves femmes de Guinée Conakry sont là avec leurs pacotilles. De l’autre côté de la rue, les marchands ambulants sont installés pour vendre les leurs. Ces femmes bougent difficilement pour la prière.  Cela nous a tiqué   .    C’est un constat, une remarque.

La police Saoudienne opère à des descentes devant l’hôtel pour déguerpir, procéder souvent à des arrestations.

A l’intervalle des prières et à la marge de cette ambiance de Yenguéma, nous, les pèlerins, causons, discutons et parlons de tous. Surtout c’est là aussi que nous gagnons des informations relatives au Hajj. C’est là nous avons été informé de l’arrivée des officiels guinéens, qu’ils sont logés à l’hôtel Barka. Nous avons appris aussi beaucoup de pèlerins restent bloqués à Conakry par manque d’avion. Le président Professeur Alpha CONDE est obligé de s’impliquer pour chercher d’autres avions complémentaires pour faire venir le reste des pèlerins à la Mecque. Malgré beaucoup de pèlerins se sont retournés par manque de place.  La ligue islamique est au bout de ses   efforts.

Nous avons appris que le nombre de tentes prises à Minah par la Ligue islamique est insuffisant 4500 contre plus de 7000 pèlerins.  Cela s’est vérifié. A Minah nous étions couchés en sardine.  Pas d ‘allées sous les tentes. Tout était occupé. Malgré, plusieurs dizaines de pèlerins dormaient dehors. Nous avons vu de nos propres yeux.

Après Minah, Arafah, Muzdelfa, Minah nous sommes rentrés à Makka Mukarrama pour attendre notre programmation pour le retour. Toute une maffia.

Nous, personnellement, no tre avion a quitté l’aéroport de Jeddah à 18 Heures 56 mn pour être à l’aéroport de Gessiah à 23 Heures le 09 Septembre 2018.

Monsieur le Président de la République,

Après avoir accompli, par la Grace d’Allah, nos obligations religieuses à la Mecque dans les conditions que nous venons d’expliquer, permettez-moi d’exposer les dysfonctionnements que nous avons pu constater durant notre voyage aux Lieux Saints de l ‘ Islam.

I – C’est la Ligue Islamique capotée par le Secrétariat Général   des Affaires   Religieuses qui fait la liste des convois et les programme à sa guise.  Toutes les manipulations sont possibles. Ce qui fait que tu peux remplir les formalités pour le Hajj, être inscrit le premier et être dans le dernier convoi.  Ce n’est pas normal.  C’est une faute lourde que vous avez laissé perdurer depuis que vous êtes au   pouvoir. Mieux la Ligue Islamique ne peut et ne saurait être une agence de voyage.   Si vous tenez à votre Ligue Islamique, elle ne   peut qu ‘être une super agence de  régulation des autres agences de voyages qui payeront certes des taxes au Gouvernement à travers elle.   La ligue Islamique comme son nom l’indique doit s’occuper   seulement de l’Islam et non des voyages.  Sinon elle finira par courir derrière l’arg,ent  donc derrière Satan Iblis.  C’est ce qui passe effectivement dans votre Ligue islamique.  Les patrons de la ligue jouent au favoritisme. Ils favorisent leurs parents, amis, proches et connaissances.  Vos proches et certains Ministres sont derrière ce réseau maffieux.  C’est pour quoi ils n’accepteront jamais que  la ligue islamique se retire du v oyage des pèlerins.  Car c’est juteux.  Ils ne savent pas que Allah n’exaucera jamais le Hajj de quelqu’un passé dans ces conditions maffieuses.   Donc inutile de tricher.

Le Hajj est le 5ème pilier de l’ Islam. Tout musulman doit le faire s’il a les moyens.  Si le musulman a les moyens pour effectuer le Hajj, l’empêcher c’est agir par la volonté de Satan. Votre Ligue Islamique, de par ses méthodes, empêche des musulmans à effectuer l e Hajj. Donc les gens auront raison de la taxer de Ligue satanique.

En Côte D’Ivoire par exemple il n’y a pas ligue islamique là-bas. Le premier inscrit premier convoi, le dernier inscrit, le dernier convoi.  C’est le Ministère de la Sécurité qui s’occupe du Hajj. Plus de 40 agents de sécurité accompagnent les pèlerins.   Le jour que le pèlerin est inscrit, il a son manifeste dans lequel il y a le numéro de son convoi, celui de sa chambre d ‘hôtel à la Mecque, la date du voyage, etc. Au Sénégal idem. Pour quoi pas en Guinée ?

Monsieur le Président, nous ne voudrions plus qu’un pèlerin guinéen se plaigne comme cett e   pauvre femme qui se plaignait le jour de notre départ pour la Mecque en   ces   termes en langue nationale malinké : « J’ai payé l’argent 15  jours avant  le mois de Ramadan.  Jusqu’à  présent  je   n’arrive  pas à entendre  mon nom » . Nous étions au 7ème convoi. 

II – Le choix des guides. Une véritable magouille. Pour un travail de 40 à 50 personnes, l’on   parle de 400 éléments constituant le personnel s’occupant du Hajj à la  Mecque y compris les guides payés à 2.000 dollars Us chacun. (Soit 800.000 dollars Us, soit  environ Huit milliards de nos francs). Des hommes d’affaires et des femmes marchandes sont choisis comme guides. Arrivés à la Mecque, ils font autres choses. Ils se cachent des pèlerins. L’on ne les voit que pendant le paiement des primes. L’on voit peu de guides sur le terrain à la Mecque, à Médine ils sont quasi absents.

Or, il y en a en Arabie Saoudite des guinéens résidents qui sont aptes à cela à de moindres frais. Il suffit de les organiser et les mettre en 2 groupes (Groupe pour Médine et   groupe   pour la Mecque) et les mobiliser à temps. Comme la Cote D’Ivoire : à plus de 20 jours du Hajj les étudiants ivoiriens et autres ivoiriens résidents en Arabie Saoudite sont mobilisés et organisés. On leur donne même l’adresse des pèlerins.  La Guinée peut faire autant.

III –  Le dessous du choix de l’Avion ETHIOPIAN.  Pour la ligue Islamique, ce n’est pas le nombre de pèlerins que l’avion peut envoyer   par voyage qui l’intéresse, mais la quantité de bagages.  La ligue gagne dans le transport des marchandises des femmes marchandes.  La Compagnie Turque a perdu le contrat parce qu’elle va accorder beaucoup plus d’importance au nombre de pèlerins qu’aux quantités de bagages et tiendra à respecter les normes internationales du transport aérien. Ce qui n’arrange pas la Ligue Islamique. D’où le choix de la Compagnie Ethiopienne ETHOPIAN qui accordera beaucoup plus d’importance aux bagages des femmes marchandes au détriment des pèlerins et de leurs bagages. Ce qui arrange la Ligue Islamique. Nous ne sommes pas contre les intérêts des femmes. Mais faut-il qu’elles payent correctement ce que payent les autres pèlerins.  Arrivées à la Mecque, elles sont libres de faire ce qu’elles veulent.

  IV – La restauration, pourquoi ne pas la confier à nos femmes résidentes en Arabie Saoudite ? Nous avons vu des étrangers nous donner à manger. Ce n’était pas normal.   Surtout quelque chose de paradoxe s’est passé quelques jours avant notre départ de la Mecque : Dès que le départ du 1er convoi fut annoncé, nos rations ont commencé à manquer à l’hôtel Dyafah. Paradoxalement plus nous diminuons en nombre plus nos rations manquaient.  Il faut voir les pères de famille courir derrière leurs plats de riz.   C’est plus que honteux. Nous personnellement nous ne saurions donner d’explications à cela. Seule la ligue islamique peut nous édifier sur cet état de fait.

V – La fabrication des badges, Nous personnellement nous n’avons pas eu de badge comme beaucoup d’autres pèlerins. La ligue islamique   doit nous donner des explications.

VI – L’équipe médicale doit toujours rester plus assidue et plus disponible.  Leur bureau était quasi désert.  Les pèlerins les absentaient beaucoup à leur poste.  Le chef de l’équipe est vite rentré  avant la fin de   la   mission. Il devrait  être le dernier  à quitter  la   Mecque.

Ce n’est pas exhaustif. Certainement d ‘ autres observateurs plus avertis que nous vous feront des comptes rendus plus détaillés et plus consistants que le nôtre.  Nous le souhaitons.

Nous nous excusons très sincèrement pour la longueur de cette lettre et vous remercions de votre aimable attention.

Tout en espérant que nos propos même mal exprimés vous intéresseront, à plus d’un titre, Monsieur le Président de la République, nous vous prions de croire à l’expression de nos sentiments musulmans.

Egalité – Patriotisme – Fraternité

Faranah, le 15 Septembre 201

Docteur El  Hadj Fran T. Morri  SAMMOURAH
 Président  de l’Aguisav – La Voix des Sans Voix
Contact : (+224) 664 339 780

 

Association Guinéenne de la Voix des Sans Voix –  AGUISAV existe pour faire entendre la voix des Sans Voix.

Les Sans Voix, c’est la majorité silencieuse, une couche sociale incontournable

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des