Cas des retraités à la police : le ministre de la fonction publique se loupe bigrement (Mognouma)

0 0 votes
Évaluation de l'article

Son talent oratoire séduisant à chacune de ses prises de parole dissimule en réalité, chez lui, sa capacité très questionnable de la gestion de la fonction publique. Le ministre Julien Yombouno vient de donner de quoi remettre totalement en question l’appréciation qui est faite jusque-là dans l’opinion, de sa connaissance des dossiers dans le secteur, avec cette faute de trop découverte dans l’envoi massif à la retraite de nombreux policiers.

Dans une note de service publiée hier dans les colonnes de votre média en ligne, cet ancien agent du système des Nations unies catapulté à la haute fonction administrative du fait du coup d’Etat perpétré le 05 septembre, vient de faire son mea-culpa à propos de ses retraités à la police. Tenez-vous bien, sur 568 policiers qui ont été déclarés comme devant faire valoir leur droit à la retraite, 280 l’ont été illégalement. En d’autres termes, sur les 568 policiers envoyés à la retraite, 280 ont été victimes d’injustice en se retrouvant dans le lot. Cela ne doit pas rester impuni. Soit le ministre a été grugé par ses cadres, dont certains, à coup sûr, sont encore réfractaires au changement. Soit il a été pris dans le piège de son envie à démentir ceux qui doutaient de sa méthode, en ayant très vite un résultat tangible. Dans tous les cas, il est difficile de ne pas questionner sa capacité à pouvoir mener à terme les réformes envisagées dans un secteur qui a été le tombeau de l’échec de beaucoup de ses prédécesseurs.

C’est ainsi dire que Julien Yombouno doit se ressaisir pour pouvoir bien arriver, sans charivari, à bon port.

Mognouma

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
27 janvier 2022 23:34

Les gens là ne sont pas nos ministres.
Il faut cesser de les appeler ministres.
Ce sont des autoproclamés. C’est ce qu’ils sont. Ils s’imposent par la bayonette,contre la volonté du peuple de Guinée 🇬🇳.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla