Décès d’une femme enceinte à l’hôpital de Kankan : les premières sanctions tombent..(Gouvernement)

0 0 votes
Évaluation de l'article

Le Gouvernement guinéen a annoncé ce mardi 18 mai des sanctions suite au décès par négligence d’une femme enceinte à l’hôpital régional de Kankan, en Haute Guinée. Lisez plutôt!

Le Gouvernement,  informé du décès d’une patiente, madame Kandé Mariame, dans des circonstances jugées contraires à l’éthique médicale et au sacro-saint serment d’Hippocrate a diligenté une enquête pour éclairer l’opinion publique. 

Le Chef de l’État,  son Excellence Professeur Alpha Condé, le Premier ministre ainsi que le Gouvernement,  présentent leurs condoléances les plus attristées à la famille éplorée, lui expriment leur solidarité et s’engagent à ce que la vérité soit établie et que justice soit aussi rendue.

Les investigations menées ont établi les faits suivants :

Madame Kandé Mariame , âgée de 30 ans, a été admise à la maternité de l’hôpital régional de Kankan,  le 13 mai .  Elle souffrait de ces maux : Aménorrhée de deux mois, douleur pelvienne, perte liquidienne.

Le diagnostic,  a révélé : une grossesse de 12 semaines avec menace d’avortement, selon le résultat de l’échographie du 15 mai, montrant un fœtus non viable.

Le dossier,  fait état d’un suivi médical et paramédical de 3 jours.

Le 16 mai, à 4h du matin, Madame Kandé Mariame est malheureusement décédée , par suite de complications. 

Suite à ce décès , le Directeur Régional de la santé par intérim, a convoqué une réunion d’urgence à l’hôpital régional le 17 mai.

La réunion,  a regroupé toutes les parties prenantes , afin de reconstituer les faits pour la manifestation de la vérité. 

Après avoir écouté , la sage-femme, le médecin chef de la maternité et le représentant de la famille,  il a été établi les faits qui suivent :

– La sage-femme , aurait demandé la somme de 700.000 gnf à la famille de la patiente, au titre de la prise en charge, mai qui n’a pas été acquittée.

– Le médecin chef, informé de la situation,  a rassuré la famille qu’elle n’avait pas à payer les soins sollicités.

-Une négligence dans le suivi médical de la patiente le 15 mai, correspondant au jour de garde de Madame Fatou Camara, sage-femme, de son état.

– La famille soutient que la  négligence coupable n’est imputable qu’au défaut de payement pour la prise en charge.

A la suite des explications données, par toutes les parties, les autorités sanitaires,  ont pris les décisions,  ci-après :

– une note de suspension du chef de la maternité et de la sage-femme de leurs fonctions,  Dr Mamadi Souaré et Madame Fatou Camara, respectivement.

– La mise à disposition des personnes incriminées à la police pour des fins d’enquête.

Le Gouvernement,  suivra de près l’évolution de l’instruction en cours de cette affaire dramatique. 

C’est le moment de rappeler à l’intention de tous, la volonté et la détermination inébranlables du Chef de l’État,  son Excellence Professeur Alpha Condé et de son équipe gouvernementale dirigée par Dr Ibrahima Kassory Fofana,  à ne pas faire de concessions ni tolérer la complaisance pour tous les manquements et les fautes professionnelles dans le service public,  en particulier, ceux dont dépendent la vie et la santé des populations. 

Tibou Kamara, 

Ministre d’État,  Conseiller Spécial du Président de la République,  Ministre de l’Industrie et des PME,  Porte-parole du Gouvernement.

Fait à Conakry,  le mardi 18 mai 2021

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Youssouf Bangoura
18 mai 2021 10:09

N’est-ce pas que depuis 2010, on nous annonce tous les jours que les soins médicaux pour les femmes enceintes sont gratuits sur toute l’étendue de la république de Guinee ? Donc AC, son gouvernement et sa rtg nous mentaient, rien n’est gratuit en Guinée, le plus grave, nos médecins constituent le corps le plus corrompu, ils partagent la palme d’or avec les policiers. C’est vraiment pitoyable.

Mes condoléances à la famille de cette dame.