Dissolution du Gouvernement Gommou: »Qui voulait-on impressionner ou même terroriser ? », se demande BAH Baadiko

0 0 votes
Évaluation de l'article

La dissolution inattendue de l’ensemble du Gouvernement guinéen continuen de défrayer la chronique  en Guinée. La derniere réaction en date est celle BAH Baadiko, President l’Union Des Forces Démocratiques (UFD),  qui denonce un  » mépris des militaires pour tout ce qui ressemble à un régime républicain » .

“Ce qui frappe d’abord dans cet événement, c’est la forme employée pour délivrer l’annonce. Un moment, on s’est même demandé s’il n’y avait pas un coup d’État dans le coup d’État du 5 septembre 2021.

Pourquoi cette solennité toute militaire pour annoncer un événement qui est tout à fait ordinaire dans un Etat de droit, un Etat civilisé ? Qui voulait-on impressionner ou même terroriser ? Sinon qu’est ce qui empêchait de remettre le communiqué à la RTG, pour lecture par un journaliste ?”

Tout ceci montre le mépris des militaires pour tout ce qui ressemble à un régime républicain. C’est le lieu de se rappeler de ces scènes mémorables où on a vu les ministres du premier gouvernement de la transition de Mohamed Béavogui, en tenue militaire, en train de faire un parcours du combattant !”. Ce qui signifie pour lui que “dans ce système de dictature militaire, un ministre civil n’est pas mieux loti qu’un simple lakuru (nouvelle recrue)”.

Parlant es mesures dites conservatoires prises contre les ministres sortants,  “elles illustrent bien ce manque total de considération pour les ministres déchus, traités pratiquement comme de vulgaires bandits. Mais ces actions théâtrales ne peuvent pas faire oublier la corruption du système et l’impunité qui est toujours de règle”.

Toutes les activités économiques tournent au ralenti, faute de combustible et d’énergie en quantité suffisante. Les prix des produits de première nécessité se sont envolés. Une partie importante des couches populaires en ville et à la campagne commencent à souffrir de la faim, sans qu’aucune perspective d’évolution positive ne pointe à l’horizon”, explique-t-il.

Et d’ajouter que : « pour ainsi dire, la transition n’existe pas. Le pouvoir est installé pour une durée indéterminée. Les seules actions gouvernementales visibles sont relatives à l’étranglement des médias indépendants et le règne de la dictature de la pensée unique gouvernementale. »

«Tant qu’on ne reviendra pas à la construction d’un véritable Etat de large démocratie basée sur la Régionalisation Avancée, on n’en sortira pas. On ira ainsi de crise en crise jusqu’à l’effondrement total, pour le plus grand malheur des populations abandonnées à la misère, au désespoir », prévient-il.

Avec Gbassikolo.com

guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
TIEKOURANI
TIEKOURANI
22 février 2024 13:28

Monsieur Bah vous avez tout dit ici. Je plains ces cadres guinéens qui se battent pour être fonctionnaires, directeurs ou ministres dans ce bled. Même s’ils arrivent à remplir leur gros ventre sur le dos du peuple martyrisé ils vivent constamment dans l’angoisse la plus absolue. Ce n’est pas pour rien que les charlatans vivent bien dans ce pays. Je savais que la misère morale régnait pleinement dans ce bled mais là c’est vraiment grave. Eh cadres ayez un peu de dignité. Même le chien devant un morceau de viande arrive souvent à mieux se tenir que le cadre guinéen… Lire la suite

BAMCE
BAMCE
22 février 2024 09:27

Belle analyse Mr Baadiko, tout ce cirque c’est pour se maintenir et garder le pouvoir, déjà, on apprend par le journal IA que DOUMBOUYA négocie avec ses maîtres et patron occidentaux notamment la France pour rester jusqu’en 2025 et même placé un autre guignol qui va faire juste 5 ans afin que le putschiste criminel revient. La Guinée est loin de sortir des ténèbres

Last edited 5 mois plus tôt by BAMCE
Zaga de Gonzalo
Zaga de Gonzalo
21 février 2024 20:48

Par la dissolution du gouvernement Goumou,et sommer les membres du gouvernement de rendre immediatement leurs vehicules administratifs, les putschistes ont voulu lancer un message clair aux uns et aux autres qu’ils restent encore les priorietaires absolus du butin du troisieme mandat arrache le 05 Septembre 2021. Les hauts-parleurs, meagaphones et autres accordeons appeles a la derniere minute autour de la marmite bouillante de la soupe comme Oussou Gaoual Diallo et consorts ont appris de facon brutale a leur depens que pendant qu’ils jouaient leur theatre d’attaques personnelles a leurs familles politiques d’hier et pousser le cynisme au-dela de l’entendement, que… Lire la suite