Le Mal guinéen : le poids de l’histoire, la hantise des autres (Tibou Kamara)

0 0 votes
Évaluation de l'article

Ce n’est dans l’intérêt et l’honneur de personne de faire de la Guinée une terre de paix et d’amour impossibles, comme c’est le vœu, hélas, de certains Guinéens qui semblent hantés par les démons de la haine facile et des divisions inutiles.

Comme si toutes ces années perdues à se haïr et se rejeter ne suffisaient pas à raviver en chacun l’esprit de sagesse et de retenue. Le « Guinéen nouveau » promis à tous, « une autre Guinée » à laquelle tous disent travailler dans leur profession de foi messianique, pour devenir une réalité devront peut-être attendre d’autres générations qui, elles, seraient libérées des chaînes de rancœurs et de blessures (psychologiques ou non) les plus atroces accumulées tout au long d’une histoire tumultueuse.

Qui peut prétendre à l’innocence, ou se prévaloir de n’avoir jamais pêché, durant toutes ces années pendant lesquelles le pays a subi les effets directs ou collatéraux de nos faiblesses individuelles et collectives ?

Qui n’a pas été acteur ou témoin de cette histoire ou ne s’est pas baigné dans toutes ces époques troubles ?

Qui n’a pas eu un proche, un ami ou un allié “indexé” dans le procès permanent des élites ou dans les caricatures de notre peuple ?

Chacun est enclin à croire que ” l’enfer, ce sont les autres”, avant de se raviser devant les échecs et le dépit personnel d’être, à son tour, mal jugé et incompris dans les opinions exprimées et les convictions défendues et assumées.

Et pourtant, il n’y a guère de fatalité dans la crise de confiance et les conflits persistants entre les Guinéens, si proches par le brassage des communautés, trop éloignés à cause de toutes les diversités de leur histoire politique mouvementée et des pesanteurs sociales chroniques.

Tous, on ne le sait que trop pour ne pas être capable d’un sursaut.

Pourquoi donc chercher les solutions ailleurs par les autres, alors qu’ici même il suffit d’un peu de bonne foi et de patriotisme pour dépasser les difficultés d’aujourd’hui, et bâtir un avenir commun plus prometteur dans un monde où chacun balaierait devant sa porte ?

Ce n’est pas dans les propos belliqueux et provocateurs de « procureurs » improvisés, ni dans les comportements déviants d’anarchistes imprudents, encore moins à travers le désordre et la violence qu’on voudrait semer que le pays trouvera la force de se réinventer, la sagesse de se rassembler pour faire face aux défis et les bouleversements d’une époque folle.

Quand on le comprendra tous dans l’empathie qui nous fait tant défaut depuis toujours, on s’en sortira, chacun et tous dans la franchise de l’unité retrouvée et avec l’énergie de la solidarité (re)conquise ensemble.

Comme la haine nous affaiblira, l’Amour nous rendra fort et nous fera revivre !

Tibou Kamara

guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Kaou Labe
Kaou Labe
14 mai 2021 14:30

Je suis enclin a croire qu’il avait raison Mr Billo Savane ììidddddďßdzbßag
FARBA TIBOU KAMARA !
CA , c’est VRAI , au sens PEJORATIF , parce que , au sens 1er FARBAa toute sa noblesse .

shams deen
shams deen
12 mai 2021 19:49

Baren J’ai eu les prémisses de l’ capacité de cette équipe 2011 c’est pourquoi je ne suis pas surpris du comportement des membres du gouvernement et d’autres qui se sentent OBLIGÉS de toujours justifier l’injustifiable. La presse dite libre guinéenne a été façonnée par des gens de très peu de cultures en générale et journalistique en particulier. Alpha a cru bon et Tibou veut de la lumière et toujours la lumière pensant tous les deux que ce texte peut faire mouche. Il n’y a qu’en Guinée que des gens de tel inculture peuvent se permettre ce genre liste des justificatifs.… Lire la suite

Tiekourani
12 mai 2021 11:24

La question que me revient quand j’ai lu ce beaux texte de Tibou est la suivante: Peut on être l’ami de l’hyène et attirer les poulets? Tous les maux que vous décrivez dans ce texte sont portés et promus par votre vénéré guide alpha premier. Cet homme qui laisse libre court à ses sentiments au détriment de la raison et du bon sens dans un pays en voie de décrépitude. Et pourtant cet homme est à la fin du 3eme âge (il a plus de 82 ans). Cet homme à connu trois régimes sur cette terre de Guinée: -il a… Lire la suite

Mory Sylla
12 mai 2021 03:59

Quand tu décharges ce fardeau de plusieurs tonnes que tu as trainé toute la journeé,il faut se reposer le soir.

Mory Sylla
12 mai 2021 03:25

C’est le karma qui joue sur lui comme ça. Karma nara.
Il a mangé quelque chose qu’il ne devait pas,sinon,entre nous,qu’est ce qui explique ça avec toutes nos charges à tous les niveaux,ministre-conseiller-député-chef d’Etat major-commandant-planton kia kia kia.😁😁
Avec tous ces bagages qui peuvent courber le dos,si on n’est pas magicien, comment peut on avoir le temps de venir encore sur Gbassikolo?

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
11 mai 2021 20:23

Encore une fois, Tibou Kamara est aussi ministre de l’industrie, et on aimerait aussi avoir une idée de l’état de nos industries. Les perspectives etc… L’assemblée nationale de Damaro Camara vient de rejeter le plan de reprise des activités de Salguidia par des lybiens proposé par Tibou Kamara. Il paraît que ça sentait tellement mauvais, avec son projet de plantation de 20 millions de pied d’ananas, que même les guinéens ne pouvaient accepter. On aimerait avoir des explications. Le drame de Tatakourou (Doko, Siguiri) avec sa vingtaine de mort dont plusieurs universitaires diplômés et sans emploi nous rappelle que les… Lire la suite

Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
11 mai 2021 18:28

Mais de quoi parle ce monsieur? Il a le profile typique du cadre Guineen. Il est dans toutes les sauces et est ami avec tout le monde. L’ennemi , celui qui divise les Guineens et qui empeche le pays d’avancer n’est jamais denonce ouvertement parceque c’est un personnage abstrait que chacun se cree dans son esprit pour expliquer le retard du pays. Il y aurait des gens qui oeuvrent dans l’ombre et qui empechent les fils de la Guinee de donner enfin les mains pour eviter le pillage de nos ressources, pour qu’il y ait plus d’ecoles, d’hopitaux equipes, des… Lire la suite