L’urbanisation de Conakry et la sauvegarde du mont kakoulima, un défi d’une fermeté solennelle (par Dr. Solian Konaté)

0 0 votes
Évaluation de l'article

L’iconographie de Conakry est depuis plusieurs années affligée par l’urbanisation sauvage, un phénomène qui se traduit par une croissance anarchique et dangereuse des villes avec comme conséquence la mise en péril de la libre circulation des véhicules, des piétons et le drainage pluvial.

 Aussi et comme dit Daniel Pennac je cite : « La prévention de la criminalité commence par une réflexion humaniste sur l’urbanisme. »

En dépit de l’engagement de son excellence, le Président de la république depuis son arrivée au pouvoir en faveur du processus de modernisation de Conakry, il faut absolument souligner par acquit de conscience, la complicité regrettable et obstinante de certains citoyens à l’échelle de l’administration, voire des autorités communales  dans la pérennisation de ces tares en urbanisation.

Pour rappel, à une certaine époque de la 2ème république, en dépit de la volontéd’engager une réforme urbaine à Conakry de l’ancien Ministre en l’occurrence Bana Sidibé, histoire de redonner à la ville,sa nostalgique iconographie d’autrefois, le formalisme absurde aux arguments fantaisistes avait malheureusement supplanté l’évènement et le projet fut enterré.

Les conflits d’intérêt, l’obstination déraisonnable sont, entre autres, les maillons de cette chaine de la rétrogression urbaine.

Aujourd’hui et plus que jamais nous l’espérons, la bataille est engagée, il faut la gagner !

Brièvement deux situations sous  projecteur :

1-La Feuille de route sur la refonte urbaine à Conakry engagée par le Ministre de la Ville

Cette feuille de route résolument impérative et qui se concentre sur la viabilisation de la ville de Conakry, est l’un des grands chantiers phares du Président de la république.

Son récent discours ayant comme emblème le « gouverner autrement »doit servir d’antichambre à la mise à jour intelligente des aptitudes  et libérer les consciences pour redonner plus de sens à la réussite de ce projet, à la fois indispensable et fastidieux.

Fastidieux bien évidemment parce qu’il faut casser, déguerpir pour rebâtir les routes et redonner ainsi vie à la voie publique.

Rationnellement, le bon schéma était de prévenir, et donc empêcher toute occupation préalable anarchique de l’espace public.

Son exécution nécessite une mise à jour de la conscience collective car, la Guinée est bien le pays de la vermine de la déformation de l’information et des fausses rumeurs.

Oui Mr le Ministre, cette mission assignée est un grand défi, celui de redonner de la couleur à Conakry, cette ville miroir dont l’iconographie reste avant tout, un critère  sine qua non de jugement de la Guinée.

Oui Mr le Ministre, Conakry, notre capitale a besoin de ces travaux d’envergure et de reconquête de l’espace public pour libérer enfin les emprises,en otage par la complicité des uns et l’obstination égocentrique des autres.

Oui Mr le Ministre, c’est maintenant ou jamais le marquage en lettre d’or de votre passage comme Ministre de la république.

Un avenir certain est un passé qui n’a pas failli à ses obligations.

Les embouteillages ne sont que la partie émergée de l’iceberg !

Imaginez une seule seconde, la mission presque impossible d’un sapeur-pompier à Conakry, qui doit venir  à bout d’un incendie dans un quartier à croissance immobilière anarchique où les rues sont complètement prises par les constructions insouciantes !

Imaginez un cas suspectd’arrêt cardiaque,à secourir par l’équipe médicale qui doit se déplacer d’un centre hospitalier vers le quartier de la victime comme à Yattaya pour ne citer que cet exemple !

Malheureusement dans beaucoup de cas, c’est le Médecin après la mort.

Les accès sont compliqués par la construction débordant sur la voie publique, perte de temps et donc inévitablement accroissement du taux de mortalité.

Imaginezles inondations à répétition à Conakry avec, fréquemment,de nombreux cas de décès par noyade commece fut le cas lors de la dernière saison des pluies. J’étais à Conakry pour la convention du parti.

En cause,l’obstruction des voies de drainage des eaux pluviales  par les constructions anarchiques :habitations,  écoles privées à tout vent,  kiosques etc.

Les accidents réguliers de la voie publique parce que piétons et conducteurs de véhicules sont en vraie guerre des rapaces sur la même rue évidemment réduite à sa plus petite expression.

«Le dégagement sans réserve de toutes les emprises aussi bien sur les voies rapides que sur les nombreuses rues qui colonisent les quartiers, est un absolu impératif. ».

Ne jamais faire le syndrome du goût d’inachevé ou de l’inertie dans l’action : déguerpir et laisser les gens se réinstaller quelques temps après.

Savoir également que les grandes villes ayant un gros risque de bouchon sont sujet à de la pollution produite par les véhicules, souvent des épaves.

Je précise également qu’une étude récente avait montré une augmentation inquiétante des cas de cancer du poumon dans les grandes villes africaines à cause justement en grande partie, des polluants rejetés par les véhicules.  

Je salue au passage avec honneur et respect le décret d’interdiction de l’importation des véhicules de plus de 8 ans promulgué par le Président de la république, et, avec le nouveau vent de  « gouverner autrement », j’ose, sans aucun doute garder espoir que cette interdiction soit appliquée dans sa rigueur absolue.

Bien évidemment, le citoyen qui résume la nation guinéenne à l’expression de son petit espace d’intérêt quotidien personnel, dira toujours sauf prise de conscience, que ce chantier de libération des espaces publics est une nuisance, une chasse aux sorcières.

Absolument non !

Ce grand chantier d’urbanisation à plus-value économique, sanitaire, sociale etc. Est un acte inscrit dans la légende du bien être de notre pays.

Une morale se dégage à l’échelle des communes villageoises : « Ne jamais laisser les chantiers de lotissement des communes villageoises au bon vouloir de la population, le risque de désordre est grand. ».

2 – La préservation de l’écosystème du mont Kakoulima

Mieux vaut prévenir que Guérir !

Le mont kakoulima, ce majestueuxécosystèmede la faune et la flore, dressé comme une sentinelle ange gardien,est un rempart entre Conakry et Coyah, le barycentre de la pluviométrie la plus dense de la Guinée.

Semble-t-il,les signes avant-coureurs de menace sur ce patrimoine naturel, le baromètre de la pluviométrie, se font sentir en raison de la vitesse de prolifération anarchique des domaines immobiliers au voisinage dudit site.

Toutes les mesures doivent être prises si ce n’est pas encore fait, pour éviter toute intrusion dangereuse dans cet écosystème.

Le risque est grave par la dégradation du couvert végétal, grave par les éboulements mortifères.

Entre l’obstination déraisonnable des citoyens et la complicité enracinée dans l’administration, il y a un couloir qui risque de franchir le Rubicon.

J’ai de grands espoirs que dans cette nouvelle donne détaillée par le Président, dans un discours aussi profond que retentissant et qui se symbolise par « gouverner autrement », rien ne sera laissé au hasard dorénavant.

Au Ministre de la ville, bon courage.

Docteur Solian Konaté

Praticien Hospitalier des hôpitaux de France

 

guest
15 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Tiekourani
Tiekourani
22 février 2021 14:41

Ah Docteur Konaté,votre problème c’est le manque d’empathie. Je me damande souvent pourquoi les guinéens sont si haineux? Pourquoi des guinéens aiment tant voir leurs prochains dans le malheur, dans le désorrois? Vous détruisez sauvagement et là je dis sauvagement des maisons que des gens ont mis des années pour avoir sans aucune mesure d’accompagnement et vous osez venir nous tympaniser ici.Nous parler de conservation de la nature au moment ou la Haute Guinée est entrain de devenir un desert où ce sont les trous qui prennent la place des arbres. Cela se passe actuellement sans aucune mesure de sauvegarde… Lire la suite

Kaou Labe
Kaou Labe
15 février 2021 20:36

Le Forgeron ,
Un peu de karite , une ceinture chauffee , beaucoup de repos et la  » Route d’enfer  » est derriere vous .
Vous inquietez pas , c’est comme le roseau : Ca plie , ca casse pas !
En passant , Cky-Dabola , c’est COOL !
LABE-TOUGUE , c’est 12 Heures .
121 Kilometres . 12 km par heure .
Et dire qu’il eut ete plus facile d’aller a Dinguiraye et Siguiri par ce trajet .
Bof …Vive le Communiste !

Mory Sylla
15 février 2021 17:26

@ Forgeron, il faut cesser de me coller ce sobriquet et l’histoire de celui qui le porte dans les contes et legendes.Je ne suis pas communiste.Ce n’est pas de ma faute si dans votre tete il faut forcement que je sois communiste. Je ne controle pas votre pensee’. Ce que je controle par contre,c’est mon choix de refuser d’etre un togogniniste,qui combat son propre peuple,ce qui est encore pire qu’etre communiste, comme toi et toi leader Senghor,l’academicien.Le communiste a au moins le merite de vouloir le bonheur de son peuple,meme si on peut decrier ses methodes d’arriver a cette fin.… Lire la suite

Le Forgeron
Le Forgeron
15 février 2021 16:15

J’arrive de Conakry , ce matin. Dixit Le Doyen

Et vous n’aviez pas eu besoin du service de votre traumatologue à l’ arrivée? Quel moyen de locomotion aviez vous emprunté (l helico communiste)? Et surquel route?

Les passagers de Dabola font deux jours sur ce troncons (17h net de voyage), s’il ne souhaitent pas affronter les coupeurs de route de nuit. Et à 40 Km de la ville ils font escale chez les Bérétes (traumatolgues) de Kurufinbaa pour un massage obligatoire de remise en forme. Sinon c est directement l’hopital prefectoral.

Le Forgeron, inquiet

Le Forgeron
Le Forgeron
15 février 2021 14:03

Si l’electricite’ est coupee a cause d’une tornade en Floride,ce n’est pas a Obama qu’on va demander des comptes.La chaine de responsabilite’ est connue de tous. Mais au midi en Guinee’ tout doit forcement etre Alpha Conde’. Dixit Mory Wulen alias Dyinna Mory Tout à fait c’est au communiste de rendre compte, car dans le midi (contrairement aux States) c’ est lui qui nomme par decret le prefet, le gouverneur et indirectement le Directeur de la SEG (nommé par le ministre communiste). Le communiste designe mêmes les maires et les deputés à la places des vrais élus. Cette revolte ma… Lire la suite

Kaou Labe
Kaou Labe
15 février 2021 13:53

Mr Soumah ,
L’estocade , c’est que C’EST LA CHINE QUI FINANCE CES TRAVAUX PUBLICS !
Allez y comprendre !
Prenez la ROUTE INTERNATIONALE , Labe-Dakar , financee par la Banque Mondiale . Elle repond a TOUTES LES NORMES que nous connaissons internationalement .
Eh bien , il reste 25 KILOMETRES du cote Guineen pour qu’elle soit achevee .
Il vous faut 2 heures pour ce troncon Je me demande quelle est la vision de cette equipe pour notre pays .
Il a raison , PETIT KANDJA quand il chante BOKE ! (Je recommande cette chanson )
EDIFIANT !

Mory Sylla
15 février 2021 12:39

Oui @Tronka Manden Mansa,je me demande pourquoi les Africains s’autoflagellent inutilement alors que rien ne justifie une telle attitude. @Mr. Bah, tout le monde sait qui dirige cette equipe. On connait son nom en Guinee’:Obama Mandela Conde’.lol.Vous montrez le nom inscrit sur le tableau sans le « prononcer. » Non,vous l’avez deja prononce’ rien qu’en l’indixant du doigt. La Maison centrale a ete cree’ sur la base d’un code juridique et ce code juridique est de Napoleon,donc pas Guineen. C’est pourquoi dans leur code on peut arreter quelqu’un,le mettre en prison en attendant de le « juger »,alors qu’on applique deja la sanction sur… Lire la suite

Tronka
15 février 2021 04:37

@Mory Sylla
Le rappel du schéma de la contestation au sens civilisé du terme!!!
Belle leçon de logique.
Merci.
Tronka

Kaou Labe
Kaou Labe
15 février 2021 02:25

Mr Sylla ,
Je n’ai nul part dans mon posting parle de ALPHA CONDE !
Je reprends :
TRES DIFFICILE POUR CETTE EQUIPE QUI NOUS GOUVERNE .
Simple !
Et puis , Mr Sylla , ici dans  » Les Rivieres du Sud  » , vous critiquez
 » LE ALPHA  » , les Tontons macoutes arrivent dare dare , et bienvenu au
 » Mouroir  » qu’est devenu la prison centrale .
PRISON D’AFRIQUE !
Honnetement , Mr Sylla , devrions nous manquer d’ EAU quand on est assis sur « LE CHATEAU D’EAU D’AFRIQUE  » ?
PLEASE !

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
15 février 2021 01:23

@ Kaou Labé, Presque tous les projets de travaux publics sont à l’arrêt pour défaut de paiement. L’argent est parti dans l’organisation du référendum pour le 3ème mandat, dans les élections présidentielle et législatives et surtout dans les poches des ministres. La saison des pluies commence dans 3 mois et leurs porte-parole nous expliqueront ce que nous savons déjà, à savoir que les travaux sont impossibles pendant l’hivernage. Donc, techniquement, les routes vont continuer à se dégrader pendant les 9 prochains mois. Ils veulent préserver le Mont Kakoulima qui n’en a pas besoin mais pas un mot sur les ravages… Lire la suite

Mory Sylla
14 février 2021 20:10

Si on n’a pas l’eau pendant une semaine,ou l’electricite’ pendant deux,en occident ou en orient,en passant par le septentrion on va protester chez le maire. Si on n’obtient pas gain de cause,on appelle le gouvernorat ou le ministere grace a google(ca marche en Guinee’ pourvu qu’on essaye de bonne foi.) Si l’electricite’ est coupee a cause d’une tornade en Floride,ce n’est pas a Obama qu’on va demander des comptes.La chaine de responsabilite’ est connue de tous. Mais au midi en Guinee’ tout doit forcement etre Alpha Conde’.Meme quand un moustique siffle dans les oreilles de quelqu’un la nuit,c’est forcement Alpha… Lire la suite

Kaou Labe
Kaou Labe
14 février 2021 17:22

Mr Soumah, Oh oui qu’il est difficile , en guinee , de construire des routes ! J’arrive de Conakry , ce matin . Le troncon ,  » Pont des Pendus  » – Pont de Dixin , est a l’arret (le jeune NAITE y paradait souvent ) . L’ Autoroute Conakry-Kindia , est a l’abandon : Aucune machine en vue ! Pas de Chinois visibles non plus sur cette fameuse Autoroute . Peut etre qu  » Ils sont morts  » .Lol ( allusion a Ce bonhomme de la primature .) Tres difficile en Guinee ! Par ailleurs , par ici ,… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
12 février 2021 15:56

Il est plus facile de détruire les maisons des pauvres que de construire des routes, des autoroutes, des hôpitaux, des universités, des écoles, des usines… Quand cette destruction des maisons coïncide avec une nouvelle augmentation générale des grades et des salaires de presque tous les membres des forces armées, alors que les enseignants (par exemple) croupissent dans la misère depuis des années, il y a de quoi s’interroger sur les réelles motivations de ces destructions qui ne vont pas résoudre les problèmes de la circulation routière à Conakry. NB: Il y a des voitures de plus de 8 ans qui… Lire la suite

Tronka
12 février 2021 09:45

Bien raison Mr Sylla
Cordialement.
Tronka

Mory Sylla
12 février 2021 02:00

C’est le formalisme qui brise l’elan de l’Afrique dans la conquete de son bien etre.