Présidentielle au Sénégal : le report n’est pas « légitime », selon Washington

0 0 votes
Évaluation de l'article

Les États-Unis « demandent instamment au gouvernement du Sénégal d’organiser l’élection présidentielle conformément à la Constitution et aux lois électorales ».

Après la Cedeao, qui a appelé au respect du calendrier électoral, c’est au tour de Washington d’exprimer ses inquiétudes. « Les États-Unis sont profondément préoccupés par les mesures prises pour repousser l’élection présidentielle du 25 février au Sénégal, une mesure qui va à l’encontre de la forte tradition démocratique du pays », a déclaré Matthew Miller, porte-parole au Département d’État, cité dans un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi.

Le Sénégal est plongé dans une grave crise politique depuis le 3 février et l’annonce, par le président Macky Sall, du report du scrutin présidentiel qui devait avoir lieu le 25 février. Ce report a été entériné par un vote de l’Assemblée nationale, lundi 5 février au soir, soir dans une ambiance chaotique : les députés de l’opposition, qui réclamaient de pouvoir débattre du fond du texte et faisaient donc obstruction au vote, ont été expulsés manu militari par la gendarmerie.

Les élus de la majorité et leurs alliés du Parti démocratique sénégalais (PDS, de Karim Wade) ont ensuite adopté la proposition de loi constitutionnelle, qui reporte donc le scrutin au 15 décembre 2024 et prévoit que le président Macky Sall demeurera en fonction jusqu’à l’élection de son successeur.

« Compte tenu des conditions dans lesquelles il s’est déroulé, le vote de l’Assemblée nationale ne peut être considéré comme légitime, estime Washington dans ce communiqué. Les États-Unis continueront de dialoguer avec toutes les parties et les partenaires régionaux dans les jours à venir. » Matthew Miller appelle également au respect des libertés de réunion pacifique et d’expression, y compris pour les membres de la presse.

la suite après cette publicité

« Une décision imprudente »

Mardi 6 février, c’est la commission des Affaires étrangères du Sénat américain qui avait exprimé son inquiétude quant à l’évolution de la situation au Sénégal. « Le retard de l’élection présidentielle au Sénégal place le pays sur une voie dangereuse vers la dictature et ne doit pas être toléré », avait tancé son président, le sénateur démocrate Ben Cardin.

« Le mépris flagrant du président Macky Sall pour la Constitution sénégalaise et son manque de respect pour le soutien du peuple sénégalais à la démocratie sapent des décennies de progrès depuis l’indépendance dans ce qui était autrefois considéré comme l’une des démocraties les plus fiables et les plus dynamiques d’Afrique, avait-il ajouté dans un communiqué. Le président Sall doit annuler cette décision imprudente et veiller à ce que les élections aient lieu avant la fin de son mandat constitutionnel. »

 

(Avec AFP)

guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Kaou Labe
Kaou Labe
13 février 2024 10:31

@BAMCE POURQUOI EMPECHER TRUMP D’ETRE CANDIDAT demandez vous ? Eh bien , faisons simple . Aux USA , quand on empêche le fonctionnement de la CONSTITUTION , dans le cas de Trump , empêcher L’INVESTITURE DU PRESIDENT DEMOCRAGIQUEMENT ELU ( JOE BIDEN ) , et ATTAQUER LE SIEGE DU CONGRES , on COMMET UNE HAUTE TRAHISON , PUNISSABLE d’au moins 10 ANS D’EMPRISONNEMENT ou à PERPETUITE . De ce point de vue , l’actuel Gouvernement des US ne devrait pas parler de MEPRIS de la Constitution Sénégalaise et PERMETTRE à ce CLOWN de TRUMP d’être dans la course électorale. C… Lire la suite

Gandhi
Gandhi
12 février 2024 22:51

« Fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais ». Cette maxime devient insupportable, quel que soit le pays où elle s’applique.
Où Macky Sall respecte les textes, il s’en va et n’a pas à choisir un successeur, la démocratie c’est le peuple qui décide.
Où il veut faire comme tous ces roitelets africains, et dans ce cas la population doit le dégager. Les règles on les discute collectivement avant, on ne les change pas en cours de route.

Shams Deen
Shams Deen
12 février 2024 20:59

Kaou Labé Salam La décision de MACKY a déjà trois morts de jeunes gens parce qu’il s’y a pris un peu tard pour son candidat qui est de facto éliminé. Il ne peut pas être aussi injuste dans sa démarche ; quant aux deux poids deux mesures américains (Gouvernement) ce n’est pas une surprise pour nous. Je vous ai dit la dernière fois que SONKO était malgré MACKY son sauveur apparemment les évènements me donne raison.   Le Sénégal est un pays majeur en Afrique et comme tel on (la sous-région) a intérêt qu’on l’ait comme bouée de sauvetage autrement… Lire la suite

Last edited 19 jours plus tôt by Shams Deen
BAMCE
BAMCE
12 février 2024 11:36

@KAOU !

Pourquoi empêcher la candidature de Trump ? TRUMP défend les intérêts de son pays.

Qu’est ce que la présidence Américaine change pour nous en Afrique?? (les USA ne visent que leurs intérêts à travers le monde, en Afrique, ils font affaires avec dictateurs, putschistes,..)

Kaou Labe
Kaou Labe
10 février 2024 20:22

 » Le mépris flagrant du Président Macky Sall pour la constitution..  »
LOL !
C’est l’hôpital qui se fout de la charité !
Empêchez d’abord Le Donald d’être candidat là-bas chez vous , pour TOUT ce qu’il a fait CONTRE LA VÔTRE DE CONtitution , ensuite vous parlerez du respect d’ une autre constitution.
Chiche!