Réajustement des prix des produits pétroliers: le choix du peuple contre les lois du marché, par Tibou Kamara

0 0 votes
Évaluation de l'article

La vocation et la responsabilité d’un Etat et de tout Gouvernement, c’est d’améliorer, sans relâche, les conditions de vie des populations et de les protéger dans toutes les circonstances de tous les risques potentiels. Il n’est pas question d’idéologie ou nécessaire de polémiquer quand il s’agit de prendre des décisions, ou de faire des choix difficiles pour le bien de tous. A certains de continuer de commenter et distraire l’opinion, avec des discours qui laissent croire qu’ils savent tout et peuvent tout, alors qu’en attendant ils n’apportent rien ; à d’autres de continuer à décider et agir afin d’épargner le pire à tous.

Chacun savait que le réajustetement des prix des produits pétroliers était devenu inéluctable et chaque jour plus pressant. Cependant, le Gouvernement a pris le temps, long mais utile, de discuter avec toutes les parties prenantes dans un dialogue franc et direct. Il s’est donné surtout tous les moyens pour que les populations ne souffrent pas, outre mesure, d’une nécessité économique et des Lois implacables du marché international. Le Gouvernement a espéré, jusqu’au bout, n’avoir pas à prendre une décision dont il se serait passé volontiers, partageant la fibre sociale du Président Alpha Condé et resté très sensible aussi aux épreuves de la crise sanitaire mondiale. Mais, à l’impossible nul n’est tenu, et aussi la Guinée, malgré la volonté et la détermination de son Président à conjurer les problèmes pour son pays, fait partie du monde qui est confronté dans sa globalité au dérèglement économique et à ses conséquences sociales dramatiques.

Depuis le début, le Président de la République et son Gouvernement se sont préoccupés davantage des conséquences sociales d’une mesure indépendante de leur volonté que de l’équilibre des comptes publics.

Aujourd’hui, certes les prix des produits pétroliers en Guinée, comme ailleurs, ont augmenté comme d’autres prix de biens et services, tels ceux des denrées de première nécessité qui ont flambé dans le monde, mais comme l’a exigé le Chef de l’Etat, cela a été fait dans des proportions raisonnables, surtout, en obtenant au préalable des mesures d’accompagnement concertées et librement consenties. Le Gouvernement s’en réjouit et félicite chaleureusement les syndicats des transporteurs qui, pendant ces temps difficiles pour tous les Gouvernements et peuples du monde, donnent à tous une leçon d’humanisme et de patriotisme. En effet, c’est une première en Guinée de voir les syndicats des transporteurs appeler, unanimement, au maintien des tarifs de transport au lendemain d’une augmentation des prix du carburant. Ce fait inédit n’a rien de fortuit, cela prouve que les rencontres initiées entre les différentes parties prenantes ont porté fruits.

Ce n’est pas tant de se complaîre dans le confort de la critique facile, et du cirque des fausses solutions à de vrais problèmes, que de proposer des alternatives crédibles ou d’indiquer ce qu’il y aurait lieu de faire ensemble pour que la Guinée reste debout, pour que les Guinéens s’en sortent dans cette atmosphère de détresse universelle.

Ce qui est demandé à chacun et à tous, c’est de comprendre l’état du monde et la situation économique inédite consécutive à la pandémie de covid 19 qui a ruiné les acquis, et remis en cause toutes les certitudes et projections les plus optimistes et prometteuses. Naturellement, les Etats, comme tous les citoyens du monde, n’ont pas d’autre choix à ce stade de l’histoire de l’humanité que de s’adapter à une vie devenue plus difficile et incertaine, tant par le discours public que dans le comportement au quotidien. Le péril individuel et commun auquel l’on se retrouve tous confrontés aujourd’hui a cultivé, chez beacoup, la foi et l’humanité, a contribué aussi à susciter un effort de solidarité forcée. Car, à l’heure oú c’est l’impasse économique partout et la vulnérabilité pour tous, l’essentiel est de n’abandonner personne à son sort. Ce qui ferait le bonheur de tous, est que les plus forts se soucient des plus faibles, les plus nantis pensent aux personnes démunies. C’est dans nos traditions, c’est aussi l’option politique du Chef de l’Etat, à savoir, chaque fois placer l’Homme au coeur de toutes les politiques publiques, en particulier dans les économies de marché. Une politique humaniste et sociale qui n’a pas de prix pour la paix sociale et la cohésion nationale, mais qui chaque fois aura un coût élevé pour les finances publiques. Il en est ainsi pour le carburant, comme pour tout le reste. Même si on peut avoir du mal à le croire, à le comprendre et l’accepter dans un débat oú les personnes de bonne foi et éclairées ont parfois du mal à se faire entendre, face au clientélisme ambiant et le nihilisme politique et intellectuel de ceux qui n’ont de projet et programme que de rejeter tout ce qui ne vient pas d’eux et n’est pas fait par eux. Le Gouvernement est leur unique cible, les Gouvernants sont devenus, à la fois, leurs souffre-douleur et leurs boucs émissaires dans un psychodrame politique et une hystérie sociale accomodants.

Ils s’étonnent après que personne ne les écoute plus, que, jour après jour, ils s’isolent dans le déni systématique et l’illusion d’avoir toujours raison, d’incarner forcément la vertu.
Mais, comme aimait à le rappeler le Président Houphouët-Boigny,  » le vrai bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu ».

Tibou Kamara

guest
13 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Balde
Balde
14 août 2021 20:07

Pour ceux qui ont finalement ouvert les yeux, vous ne mentionnez même pas les graves violations des droits de l’homme et le sérieux coup qu’à pris notre démocratie et de notre était de droit ainsi que les assassinats. Enfin…chacun a ses valeurs.

Le Forgeron
Le Forgeron
12 août 2021 14:31

Monsieur Bnagoura dites-moi sincèrement ce que vous avez du voir en cette fameuse année de 2021 et qui n’avait jamais existé auparavant dans ce pays Dixit de l homme qui se trouve dans la même basse cour que l’ icône (english icon) de Dyinna Mory!

– Pas d’ Ebola
– Pas de Marburg
– Pas de poissons Bamakois sur le marché de Dabola
– Conakry jamais coupé du reste du territoire même en hivernage

Le Forgeron, le talibé de Ussu Huyrè de l’ UPR

MANZO
MANZO
12 août 2021 12:10

« …l’état général de notre pays en cette année 2021 selon moi est une honte….ce que j’ai vu de mes yeux » dixit . Monsieur Bnagoura dites-moi sincèrement ce que vous avez du voir en cette fameuse année de 2021 et qui n’avait jamais existé auparavant dans ce pays? Par ce que je suis bien curieux de savoir en quelle année cette Guinée qui faisait la fierté de tous les Guinéens en matière d’infrastructures avait existée avant l’arrivée d’Alpha Condé(même si ce dernier soit devenu le successeur digne de Conté en matière de laxisme face à la corruption et à l’impunité. Sinon… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
10 août 2021 14:37

Ok@ El Bango. Bien.😊

Youssouf Bangoura
10 août 2021 08:09

Mory Sylla, oui, gal Conté avait changé la constitution pour se maintenir au pouvoir mais n’est-ce pas une faute à ne pas reproduire par un autre surtout un soi disant professeur de droit public ? Oui hier j’ai supporté Alpha Condé, je le dis toujours mais ma courte visite en Guinée de cette année m’a fait complètement regretté ce soutien . Je le dis sans hésitation, l’état général de notre pays en cette année 2021 selon moi est une honte. Je ne peux pas me permettre en voyant ce que j’ai vu de mes yeux, de continuer à supporter Alpha… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
9 août 2021 19:35

Bangoura hier Alpha Condé était ton Dié. Politiquement et économiquement. Et je peux meme dire spirituellement. Aujourd’hui il est Ibliss, gourous sa,soubakha.Tu souffles le chaud et froid comme un forgeron .Alla kâbon. C’est Dieu lui même qui va juger ça. A chacun son opinion.

Mory Sylla
Mory Sylla
9 août 2021 19:25

@Bangoura, on ne gere pas un pays qu’avec les revenus seulement. Quelle que soit la source. Au délà des fonds,ce qu’ il y’a de plus important ce sont les hommes. Awa c’est là bas ou ton général a tapé poteau. Dis moi,en 1998 Lansana Conté a dit qu’il ne sera plus candidat. Pourquoi il a changé la Constitution? Pourquoi tu ne parles jamais de ça? Un Général qui n’a pas de parole d’honneur. Parlons de ça d’abord baa avant même de venir sur Alpha Condé. Tu es matérialiste. Conteiste. On dirait Jean Marie Doré. Je t’avait dit célà avant mais… Lire la suite

Youssouf Bangoura
9 août 2021 15:36

Mory Sylla, personne n’a dit qu’Alpha est Dieu, seulement voilà, si il avait de l’expérience administrative et de la compétence, notre pays en 11 ans aurait connu un meilleur sort que ce qu’il a aujourd’hui car, il a eu en 11 ans l’argent et les opportunités que le gal Conté n’a pas eus en 24 ans de pouvoir . Aussi nous ne lui demandons de miracle juste utiliser à bon escient l’argent que nos mines lui donnent .Ce n’est pas concevable que la Guinée soit sans routes et sans eau en 2021 avec 80 millions de tonnes de bauxite sorties… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
8 août 2021 19:36

Le pays est sur la bonne voie. Alpha Condé ne peut pas travailler pour tout le monde.Les Guinéens doivent cesser de penser de la sorte. Il n’est pas élu pour balayer les ordures ou souder les taules dans les quartiers.Il est comme un entraineur. C’est aux joueurs desormais d’occuper le terrain et de marquer les but. L’entraineur ne peut pas etre sur le banc et à l’attaque en meme temps.Il faut oublier ça completement.Aucune difficulté n’est éternelle féwu.😊 Evoluons positivement dans la tete physique et l’esprit.Alpha Condé n’est pas Dieu. Peut etre un dié.Impossible de regretter Lansana Conté. C’est impossible… Lire la suite

Youssouf Bangoura
8 août 2021 12:25

Bandou, avec honnêteté, je n’ai jamais cru qu’un jour, je serais d’accord avec toi sur le régime d’Alpha Condé . Mon court séjour entre janvier et février de cette année, t’ a entièrement donné raison, il y a aucune évolution notable . Ni routes et ni eau, la pauvreté elle, a quintuplée, nos parents sont plus pauvres qu’il y a 11 ans à l’arrivée de ce pouvoir . J’avais pris mon temps de regarder de plus près et de demander l’avis des gens autour de moi .En toute sincérité, pas un seul qui m’a parlé d’une quelconque amélioration de sa… Lire la suite

BADOU
BADOU
5 août 2021 16:16

un titre aussi pompeux pour un mensonge. Voila ce que nous a habitue, ce griot de la republique. blasphemer et regarder les concitoyens dans les yeux, c’est à ne rien attendre de telles personnes. Nous avons en Guinee, une classe politique au pouvoir qui depuis plus de 11ans n’a apporte que ruine et desolation. Ils savent qu’ils sont 1 immense echec, car chaque matin, devant sa glace, un homme s’autoevalue, à plus forte un politique, qui vendait un projet politique d’amelioration des conditions de vie des populations. Devant cette incompetence caracteristique, notoire, affirmee, cette classe politique ment, elle ment jour… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
5 août 2021 15:29

Le régime de Conakry pense que le verbiage creux peut remplacer les actions concrètes ou encore le vécu du guinéen ordinaire. Appeler cette augmentation du prix du carburant un réajustement et prétendre que les transporteurs privés, qui ne bénéficient même pas de routes en bon état, sont d’accord de ne pas augmenter les tarifs des transports, est juste un mensonge. Ils insultent vraiment l’intelligence des guinéens. Les guinéens souffrent et toutes les limites de l’incompétence et de l’indécence ont été franchies par ce régime. Maintenant, il s’agit non seulement de les dégager du pouvoir mais de les faire payer pour… Lire la suite

Kaou Labe
Kaou Labe
5 août 2021 11:57

POUR LE BONHEUR DU PEUPLE !
Mon oeil !
Mardi , le sac de charbon était vendu a 30000fgn . ici a Labe .
Ce matin , jeudi , il est à 32000 fgn .
POUR LE BONHEUR DE PEUPLE !
LOL !
Évidenment , PERSONNE ne dit rien .
Quand on sait que c’est pour l’augmentation du prix d’une miche de pain que BECHIR est parti , après tant d’années , je dis ATTENTION et SACREE GUINEE .