Sanctions contre la junte en Guinée: « cette décision n’est pas de nature à faciliter une sortie de crise » (Ousmane Gaoual)

0 0 votes
Évaluation de l'article
Les sanctions de la CEDEAO à l’encontre de la junte guinéenne ont visiblement été prises au serieux à Conakry. Tenez! après les sorties musclées qui ont précédél’annonce desdites sanctions, le porte-parole du gouvernement s’est éfforcé à rectifier le tir sur la radio France internationale (RFI), ce vendredi 23 septembre 2022.

Parlant des sanctions contre la junte, M. Ousmane Gaoual Diallo a dséclaré que le gouvernment guinéen réagi avec beaucoup de sérénité, même si la décision n’est pas de nature à contribuer au dénboument de la crise en Guinée.

« Nous réagissons avec beaucoup de sérénité, c’est une décision qui avait déjà été annoncée par le président Bissau guinéen qui assure la présidence de la CEDEAO en ce moment. Mais elle n’est pas de nature à faciliter une sortie de crise de la Guinée. La Guinée a besoin de moins de sanctions que d’accompagnement et cet accompagnement doit absolument prendre en compte la compréhension du contexte et la spécificité de la crise guinéenne », a-t-il lancé en amont.

« Nous attendons de la CEDEAO qu’elle n’applique pas un traitement paracetamol à l’ensemble des crises qui secouent la sous-région parce que chaque pays a ses problèmes et ses spécificités et la Guinée la problématique qui est imposée tourne autour des élections, de la qualité des élections et de la gouvernance issue des élections. Donc, c’est un problème qui est vieux depuis 30 ans, il y a quelque chose qui structure cela, c’est l’absence de confiance ou la qualité du fichier électoral », souligne-t-il.

En ce qui concerne la question du timing Gaoual a été tranchant.

« Nous l’avons dit au médiateur de la CEDEAO, le président Yayi Boni, ainsi que le président en exercice quand il est arrivé. La transition guinéenne ne se discutera pas sur des paramètres périodiques, simplement sur la durée, elle doit se discuter sur le contenu. Que voulons-nous faire entre maintenant et la fin de la transition ? Alors, ça veut dire établir des listes électorales, ça veut dire un toilettage institutionnel, constitutionnel et puis séquencer les élections c’est cela que nous voulons. Combien de temps cela prendra, c’est à cela que nous devons nous atteler dans un exercice de transparence et d’objectivité », a-t-il laissé entendre, tout en ajoutant.

« La discussion est toujours possible à partir du moment où, ils peuvent nous apporter des éléments objectifs sur le contenu on peut tout discuter, nous l’avons dit clairement en combien de temps la CEDEAO estime que la Guinée puisse se doter d’un fichier électoral, issu d’un fichier d’état civil qui garantisse la qualité et l’adhésion de tous, parce qu’il faut le faire de façon à ce que chacun puisse avoir les moyens de contrôler ce fichier et de s’assurer que les parties qui lui concernent y sont. Donc, c’est cela qui nous intéresse. Si la CEDEAO estime que ça c’est faisable en trois mois la transition prendra trois mois. Donc, ce n’est pas la durée qui pose problème, c’est, qu’est-ce qu’il faut faire ? », dit-il.

Gbassikolo.com

guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
Mory Sylla
24 septembre 2022 20:27

Un lot de galimatias.
La Guinée 🇬🇳 n’a aucun problème d’élections. Elle a un problème de légitimité. Vous n’êtes pas qualifiés pour prendre ces décisions.
A l’intention de la cedeao,
tous les Guinéens ne sont pas membres du cnrd. Les membres du cnrd se connaissent,même s’ils font semblant de se cacher et de ne pas donner la liste de leurs membres. Donc les sanctions doivent cibler ceux là,pas le peuple de Guinée 🇬🇳 qui n’est pas membre du cnrd. Ciblez uniquement le cnrd et ses membres. A commencer par le caporal.

Last edited 2 mois plus tôt by Mory Sylla
Tag
Tag
24 septembre 2022 17:52

Ousmane Gaoual fait semblant de ne pas comprendre ce qu’on leur demande: organiser des elections en 18 ou 24 mois et degager. S’ils ne sont pas capable de le faire, eux, la CEDEAO est prete a les aider. Ils ont un delai d’un mois a partir du 22 Septembre pour s’y engager, a defaut de quoi, j’espere que le niveau de saction sera la fermeture des frontieres terestres, maritimes et aeriennes ainsi que l’exclusion de la Guinee de SWIFT (pas de transactions bancaire avec l’international). La junte reviendra vite de meilleurs sentiments.