Sénégal : Ousmane Sonko arrêté à Dakar

Arrêté mercredi alors qu’il se rendait à sa convocation dans le cadre d’une plainte pour viol, l’opposant a été arrêté et placé en garde à vue dans l’après-midi pour « troubles à l’ordre public » et « participation à une manifestation non autorisé ».

L’opposant Ousmane Sonko a été arrêté ce mercredi par des éléments des forces de l’ordre pour « trouble à l’ordre public » alors que son convoi se trouvait dans le quartier de Mermoz, à Dakar, a annoncé l’un de ses avocats à Jeune Afrique. L’information a été confirmée également par un cadre du Pastef, le parti du député. Il a ensuite été conduit dans les locaux de la section de recherche de Colobane.

« Ousmane Sonko sera présenté devant le juge pour n’avoir pas répondu à la convocation », a affirmé l’un des membres de son équipe de défense, Me Djiby Diagne, qui attendait son client devant le palais de justice. Dénonçant « une procédure expéditive », il juge que les autorités « ont préféré inventer une infraction pour pouvoir le déferrer » au plus vite.

Ses avocats l’ont rejoint en début d’après-midi à la section de recherches de Colobane, où l’opposant a été placé en garde à vue par les gendarmes. En plus de l’infraction de « trouble à l’ordre public », Ousmane Sonko est également accusé de « participation à une manifestation interdite ».

Le député avait quitté son domicile en début de matinée, escorté par une foule de partisans. Un important dispositif avait été déployé tôt le matin aux alentours du palais de justice. Vers 10 heures, le convoi de l’opposant a été bloqué par les autorités, et des affrontements sporadiques ont opposé pendant une partie de la journée les forces de l’ordre à des partisans de Sonko.

Accusé de viol et menaces de mort par l’employée d’un « salon de beauté » dakarois, le député a plusieurs fois changé d’avis quant à cette convocation. S’il avait dans un premier temps déclaré être prêt à répondre à la justice dès que son immunité parlementaire serait levée, il était ensuite revenu sur sa décision, arguant de l’illégalité de la procédure parlementaire.

Médiation

L’opposant a par la suite fait volte-face, suite à une « médiation » de son marabout Serigne Abdou Mbacké et de personnalités de la société civile. Il a ainsi reçu mardi l’ancien directeur régional d’Amesty International, Alioune Tine. « Je viens de sortir de chez Ousmane Sonko après une discussion très fructueuse pour le conjurer, au nom des organisations de la société civile, d’aller répondre à la convocation du juge demain matin », a déclaré cette figure de la lutte pour les droits humains au Sénégal.

L’opposant a également reçu plusieurs délégations constituées de personnalités religieuses, ainsi que des membres du Front de résistance nationale [FRN, opposition] qui ont tenu un discours similaire.

Le même conseil lui avait aussi été donné par ses avocats, qui avaient convoqué mardi 2 mars la presse au cabinet de Me Bamba Cissé, coordonnateur du pool d’avocats du député. « Soucieux d’empêcher que le refus de déférer à la convocation ne soit un prétexte à des provocations dont le but serait de lui imputer des nouvelles infractions, le collectif des avocats a estimé, de conseiller à Ousmane Sonko de déférer à la convocation », a expliqué ce dernier.

« Pas d’abdication »

Ousmane Sonko s’est ensuite exprimé pour confirmer sa décision de se rendre à la convocation du juge, afin d’éviter un mandat d’amener. « Nous irons répondre et écouter le juge, a affirmé le leader du Pastef. Mais ça n’est pas une abdication et nous n’accepterons aucune injustice. »

Il en a profité pour renouveler ses attaques contre Macky Sall, « comploteur en chef », accusé d’avoir manipulé la justice afin que son adversaire  soit radié des listes électorales et bloquer sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Il a aussi fait fait appel au soutien aux « Sénégalais lambda », apolitiques ou membres d’autres partis d’opposition.

« Nous ne croyons pas à cette justice mais nous avons confiance en certains magistrats », a déclaré Ousmane Sonko, décrivant « la vacuité du dossier » et une « procédure viciée ». L’opposant avait perdu son immunité le 26 février à une large majorité, lors d’un vote boycotté par l’opposition. Une vingtaine de députés de l’opposition ont saisi mardi le Conseil constitutionnelle pour annuler la procédure.

Avec JA

11
Poster un Commentaire

avatar
11 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
AfricainKaou LabeMory SyllaYoussouf Bangoura Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

Africain, tout à fait d’accord les autorités sénégalaises depuis sous Senghor, n’ont jamais aimé la Guinée, des présidents aux ministres, ont toujours voulu des chaos en Guinée . Je suis très très content qu’il ait des chaos chez eux, comme cela, ils ont vu que les manifs violentes et saccages ne sont pas propres uniquement aux autres . Je prie Dieu nuit et jour pour que ça continue car, après les élections du 18 octobre chez nous, il y a pas ce qu’ils n’ont pas dit et souhaité pour notre pays . Je ne considérerai jamais ce pays comme un… Lire la suite

Africain
Invité
Africain

« …Ce matin, j’ai écouté la ministre des affaires étrangères sénégalaises, qui accuse ouvertement selon elle, les forces étrangères qui sèment les chaos ne veulent pas leur démocratie …. » dixit Youssouf Bangoura J’ai failli m’étouffer de rire quand j’ai écouté les mêmes ritournelles de la part du ministre de l’intérieur sénégalais. Le même Sénégal qui a été le valet de la France pour semer le chaos en Guinée, dénoncé à l’époque par Mamadou Dia, ancien premier ministre du président sénégalais, Léopold Sédar Senghor. P.S : Certains dirigeants de ce pays n’aiment pas la Guinée; ce sont des faits. La première épisode… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Tout le monde sait que c’est Macky Sall qui est caché dérriere cette jeune fille.Il n’arrive à tromper personne,même s’il se cache dérrière l’appareil judiciaire.Quand les Sénégalais voient le visage du juge à la télévision,ils voient le visage noir de Macky Sall.C’est ce qui les énerve de plus.En veritable sorcier,il veut manger l’enfant des autres. Mais même le lion,l’animal qui aime la viande plus que tout, sait que toutes les viandes ne se mangent pas.Le Syli ne mâche pas toutes les herbes car certaines herbes sont des poisons. Macky Sall ne sait pas ça. Il veut éliminer un sérieux adversaire,mais… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

Le peuple Africain du Sénégal est légitimiment en colère contre un roitêlet incompétent qui est contre l’Afrique,mais il ne faut pas franchir le rubicon.Pas de demande de départ du Président de la République.Au nom de l’interêt supérieur de l’Afrique,nous demandons le retour à la paix civile au Sénégal.Macky Sall après avoir semé les coûps bas avec Karim Wade,Kalifa Sall,récolte la tempête de la révolte populaire contre Oussoumani Sonko.La politique politicienne finit par tuer le politicien.Il ne peut s’en prendre qu’à lui même.À vouloir éliminer les autres en « minant »le terrain,il risque de marcher sur sa propre mine anti-personelle par « érreur » car… Lire la suite

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

Youssouf , Je me dis que tout ce chaos vient de SONKO . ET S’IL AVAIT REPONDU A LA CONVOCATION DE LA JUSTICE PENDANT QU’IL ETAIT DEPUTE ? JE RESTE CONVAINCU QUE SES COLLEGUES N’AURAIENT PAS LEVE SON IMMUNITE . Le cas Alpha Conde est eloquent : BIRO ,president de l’assemblee nationale avait pris fait et cause pour lui, en tant que DEPUTE . LA JUSTICE VOUS CONVOQUE , REPONDEZ A CETTE CONVOCATION . Voyez les UFDGISTES en Guinee . Il n’ ya pas ce mouvement de foule comme l’a cree Sonko , parce qu’ils ont repondu a la convocation… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

Kaou Labe,

ok, vous ne l’êtes pas .

Ce matin, j’ai écouté la ministre des affaires étrangères sénégalaises, qui accuse ouvertement selon elle, les forces étrangères qui sèment les chaos ne veulent pas leur démocratie .Alpha Condé peut dormir tranquille, lui qui a pourtant connu 600 manifestations violentes en 10 ans et qui tient toujours, ne peut rêver mieux . Heureusement que les frontières avec le Sénégal sont fermées sinon, le gouvernement Macky aurait accusé la Guinée d’y avoir envoyé les manifestants, le ridicule ne tue pas .

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

Youssouf , ESTOMAQUE dites vous ! Alors pas du tout . En 1972 , un tres bon ami a moi est mort dans des circonstances pareilles a celles auquelles nous assistons actuellement au Senegal . Il etait tres populaire dans le milieu estudiantin FANN , (la fac ) fut ferme toute l’annee . Il s’appellait OUMAR BLONDIN DIOP .( renseignez vous sur ces evenements ) Je suis loin d’etre un enfant de choeur , et je me suis fait a l’ idee que l’HIMME EST UN LOUP POUR L’HOMME . Neanmoins , entre 2 maux il faut choisr . Le… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

Kaou Labe, la condamnation de Sarkozy est strictement politique .Aussi, il est en conflit ouvert avec les grands magistrats parisiens depuis qu’il était président, il voulait reformer des trucs qui ne plaisaient pas à ces grands magistrats .Ils l’ont jamais lâché, sous Hollande, ils ont accumulé des dossiers contre lui et ça continue sous Macron .Sinon, il est interdit nulle part dans la loi française qu’un avocat puisse mettre en place une manoeuvre en secret pour pouvoir communiquer avec son client .L’affaire pour laquelle il est condamné à deux ans dont un ferme, aurait été un fait banal si ce… Lire la suite

Mory Sylla
Invité
Mory Sylla

La Guinée,pays libre dans la pauvreté. La premiere richesse de l’homme c’est sa liberte’. Libre,l’homme est inarrêtable.Le Guinéen est connu pour tout accepter sauf mettre sa souveraineté individuelle en danger. Au sénégal ils sont materiellement plus en avancés que la Guinée,mais le peuple n’est pas libre de s’exprimer car quand les français parlent,tout le monde la ferme dans ce pays. Ils imitent les blancs mais je n’appelerai pas le sénégal une démocratie car ce n’est pas le peuple sénégalais qui dirige ce pays. Certes il ya des élections,mais élections et démocratie font deux.L’élection c’est pour le formalisme sinon il n’y… Lire la suite

Kaou Labe
Invité
Kaou Labe

Mais Youssouf , doit on dire que la democratie en France est  » bidon et de facade  » , parceque NICOLAS SARKOZI ,ancien PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE , EST CONDAMNE a de la prison ferme , pendant la magistrature de gauche ? Doit on parler de REGLEMENT DE COMPTES ? Pour ce qui est de Ousmane Sonko , IL N’EST MEME PAS ENCORE JUGE . Pourquoi n’attendez vous pas le proces et sa fin , parceque labas au SENEGAL , IL Y A PROCES ET JUSTICE ! Aux USA , qui ont invente LA REPUBLIQUE telle que nous la connaissons… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Invité
Youssouf Bangoura

On nous disait qu’au Sénégal, il y a pas de réglements de compte politique, aussi, qu’il y a pas de morts lors d’une manifestation . La situation politique encours dans ce pays, vient contredire de tous ceux qui nous disaient cela .Macky a toujours chercher à salir et à emprisonner ses opposants, de Wade junior à Sonko, les mêmes méthodes sont utilisées .La démocratie bidon de ce pays qu’on nous vante, n’est qu’une façade .