Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) dissout!

0 0 votes
Évaluation de l'article

Peu après l’annonce par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) de la tenue prochaine des manifestations, le ministre de l’Administration de l’Administration du territoire et de la décentralisation, Mory Condé, a, à travers un arrêté signé depuis le 6 août dernier, mais rendu public ce lundi, annoncé la dissolution du mouvement dirigé Foniké Mengué. Lisez!

« Considérant que depuis sa création le 14 octobre 2019 pour, dit-il, protester contre l’éventuelle modification de la Constitution de 2010, le mouvement de fait dit Front National pour la Défense de la Constitution s’est toujours illustré par la voie de violence sur les personnes, la dégradation et la destruction des biens publics et privés, des actes d’incitation à la haine ou à la discrimination contre les personnes en raison de leur origine ou leur idéologie.

Que mieux, ce groupement de fait, à travers ses activités, provoqué des manifestations armées sur les voies et lieux publics, ayant les agissements d’un groupement de combat ou de milices privés. Qu’en outre, ce groupement utilise les réseaux sociaux comme vitrine de ses idées et agissements.

 Qu’il s’identifie par ailleurs à travers des symboles communs, tels que son nom, son logo régulièrement affiché sur les publications des réseaux sociaux et autres moyens d’expression du groupement ou de ses membres, leur permettant ainsi de se reconnaître lors des actions qu’ils mènent et revendiquent au nom du groupement.

Que leur mode opératoire se structure par des actions violentes au cours des manifestations interdites ou non autorisées telles que des attaques contre des individus qui ne partagent pas leur idéologie, d’actions ciblées contre les forces de l’ordre, des publications mettant en scène et favorisant les agissements violents et l’utilisation des mineurs dont l’âge varie entre 10 à 13 ans dans les manifestations en violation des conventions internationales de la protection de l’enfance.

Considérant que ce groupement de fait, organisé de manière hiérarchisée, disposant d’administrateurs et des membres violents, mettant en péril l’unité nationale, la paix publique et le vivre ensemble, ne figure pas sur la liste des organisations non gouvernementales en République de Guinée, ni sur la liste des collectifs d’association en République de Guinée et encore moins dans le répertoire des organisations non gouvernementales agréées en République de Guinée ». Par conséquent, il décide de la dissolution du FNDC.

Gbassikolo.com

guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
10 août 2022 13:15

De toutes les façons, ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on soigne la fièvre.
Ces jeunes ministres incompétents se laissent manipuler par les putchistes du CNRD pour prendre des décisions impopulaires. Ils risquent de le payer très cher un jour.

Africain
Africain
10 août 2022 09:37

Ils n’ont même pas honte.

Un pire plagiat d’une décision prise en France dans le cadre d’une dissolution d’une association raciste.
Nous sommes mal barrés dans ce pays.

« Décret du 5 janvier 2022 portant dissolution d’un groupement de fait »https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044844463

Mory Sylla
9 août 2022 18:23

Certes des illégitimes ne peuvent pas dissoudre d’autres illégitimes.Mais retenons que c’est le fndc manipulé qui a fait le tour de l’Afrique pour dire aux gens d’accepter les meurtriers du cnrd.C’est vraiment bien fait pour la gueule du fndc. Prochainement ils vont condamner un coup d’état. Du temps d’Alpha Condé on a appelé à la libération des éléments embastillés du fndc. Cette fois ci maintenez les la bas jusqu’au retour à l’ordre constitutionel. Ce sont des perturbateurs. El Hadj milliardaire de l’ufdg comptait sur le fndc. Et non sur Dieu. Il y’a koundouno qui manque à l’appel.

Last edited 1 mois plus tôt by Mory Sylla