Arrestation d’Abdoulaye Bah: « c’est un problème administratif…il m’a appelé pour me présenter des excuses » (Mory Condé)

0 0 votes
Évaluation de l'article

En partance pour Dakar avec son père malade, le dimanche 25 septembre 2022 à Koundara Abdoulaye Bah Bah un des conseillers politiques de Cellou Dalein Diallo, a été retenu depuis 13 heures au poste de contrôle de Boundoufourdou à Koundara.

Pour le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation Mory Condé, il s’agit plutôt d’un problème administratif qui n’a rien à voir avec une arrestation d’Abdoulaye Bah, contrairement à ce que laissait entendre Joachim Millimono de l’UFDG.

« C’est regrettable que des personnalités au sein d’une formation politique comme l’UFDG puisse se permettre de se prononcer sur un sujet dont il n’a pas la maîtrise. En l’écoutant même on sent qu’il n’a aucune maîtrise de cette situation. Monsieur Abdoulaye Bah citoyen guinéen se rendait à Dakar avec son papa malade, à bord d’un véhicule immatriculé R-C. Pour se rendre dans un pays de la CEDEAO, si vous avez un véhicule immatriculé RC de Guinée, MD du Mali, ou encore du Sénégal le principe de circulation recommande que le citoyen soit muni d’un laissez-passer délivré par la Douane. Il y a une tarification douanière et des recettes prélevées au niveau des douanes de chaque pays membres de la CEDEAO sous forme de contribution. Mais monsieur Abdoulaye Bah est arrivé au poste de Bhoundoufourdou avec un laissez-passer délivré par la police régionale de Kindia. Lorsqu’il est arrivé, le papa étant malade, il a 81 ans, les agents se sont passés de bien vérifier toute la documentation. Un agent de la police a demandé à revoir toute la documentation cela a énervé Abdoulaye Bah. Finalement, l’agent a trouvé que le doute qu’il avait était fondé. Il a demandé ainsi au chauffeur de retourner et s’assoir. De discussions en discussions, Abdoulaye Bah ne voulait pas se soumettre, l’agent lui a fait remarquer que le document qu’il dispose n’est pas en règle, il lui a demandé de retourner, Abdoulaye Bah est resté en attente, en attendant l’arrivée du chef. Le commissaire de la police frontière étant arrivé il a demandé à Abdoulaye Bah de retourner à Koundara pour se munir d’un laissez-passer de la douane pour pouvoir revenir et partir à Dakar. Abdoulaye Bah est revenu à Koundara, j’ai appelé le préfet de Koundara pour lui dire que Abdoulaye Bah n’est pas recherché par la police, j’ai mis Abdoulaye Bah au téléphone et un cadre de l’UFDG en conférence, il a dit qu’il pensait qu’on veut l’arrêter. Je lui ai répondu que nous sommes des citoyens guinéens on n’a pas besoin d’attiser la tension entre le gouvernement et les citoyens. Abdoulaye Bah a dit qu’il n’est pas arrêté, mais qu’on l’a fait assoir pour attendre. Je lui ai dit que c’est un problème administratif qui n’a rien à voir avec l’arrestation de votre personne. Il a dit qu’il a compris, le responsable de l’UFDG était au téléphone, il a suivi notre conversation. J’ai demandé au préfet d’assister Abdoulaye Bah pour qu’il puisse avoir le laissez-passer et avant la nuit vu que le papa est souffrant. Le préfet les a hébergés jusqu’à ce matin, ils sont partis et Abdoulaye Bah m’a appelé pour me présenter des excuses. Donc les partis politiques doivent veiller sur l’éthique », a-t-il expliqué ce lundi au cours de son intervention dans l’émission Mirador de FIM FM.

Mosaiqueguinee

guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Gandhi
Gandhi
28 septembre 2022 23:34

Il est ministre à tout faire ce Condé ? Il est vrai qu’en français populaire, condé veut dire flic. Il a le physique de l’emploi, mais surtout l’esprit tordu d’une ancienne époque…

Jacques
Jacques
28 septembre 2022 11:17

Me soumah. Je vois que vous n’avez jamais Franchi la frontière terrestre dans la sous région. Pour vous rendre en cote d’Ivoire ou a ailleurs dans l’espace CEDEAO il te faut un laisser passer pour toi et un certificat pour ta voiture délivré par les douanes. Même avec un laisser passer en ordre on te fait payé de l’argent dans cet espace CEDEAO. Si sais que c’est pas normal mais c’est ça la CEDEAO bcp de bla bla mais rien de concret. Mais si Mr bah passait il pouvait pas continuer avec sa voiture. Alors soyons lucide et ne pas… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
27 septembre 2022 19:50

Deux observations:
1. Une tentative d’escroquerie ou une hésitation à laisser un opposant franchir la frontière. Parceque des consignes ont certainement été données dans ce sens.
Même le « ministre » n’a pas l’air de savoir qu’il y a une « libre circulation des biens et des personnes à l’intérieur des frontières de la CEDEAO ».
2. Il n’est pas normal que dans un pays, les lois, les réglementations et les directives administratives soient si méconnues par les fonctionnaires que toutes les situations nécessitent une intervention d’un ministre.

Mory Sylla
Mory Sylla
26 septembre 2022 22:14

Ces lois cedeao sont irrationnelles.
Donc pour un problème de simple “papier” ,suite à une loi MD,RC,ou WYZ de la cedeao,le Monsieur doit retourner jusqu’à koundara encore,malgré la souffrance atroce du Doyen?
Ce commandant de cercle,le commissaire police frontière,n’a t’il pas autorisation lui même de délivrer ce sésame de papier si la circonstance l’exige? Pourquoi faire retourner le Vieux a plus de combien de kilomètres? Les mutins doivent démissionner. Ils sont sans cœur.Immédiatement. Les Africains circulaient librement du temps de nos Ancêtres. Sans papier.

Last edited 2 mois plus tôt by Mory Sylla