Le Colonel Doumbouya répond à l’ONU : « Aucune marche ne sera autorisée… »

0 0 votes
Évaluation de l'article

Face aux pressions venant des Nations-Unies appelant  lundi 30 mai à la « révocation » de l’interdiction des manifestations dans le pays, la junte au pouvoir en Guinée a déclaré ce mardi 31 mai, qu’aucune marche ne sera « autorisée aussi longtemps que les garanties d’encadrement ne seront pas réunies ». Pour la junte, rien ne peut justifier l’organisation des marches en cette période. 

Lisez plutôt ce communiqué du CNRD lu ce soir ce soir à la télévision par la porte-parole du CNRD, le lieutenant-colonel Aminata Diallo…!

Le CNRD et son président tiennent à rassurer l’opinion nationale et internationale que le respect des libertés publiques a toujours été leurs préoccupations depuis le 05 septembre 2021. La libération des sièges de certains partis politiques et de tous les détenus politiques, la liberté d’expression, la restitution des documents de voyage et le retour des exilés politiques pour ne citer que ceux-là, illustrent bien cette volonté.

De 2010 à 2021, la Guinée a connu plus de 700 marches violentes qui ont occasionné des centaines de morts, des milliers de blessés et des dégâts matériels innombrables sur tout le territoire national dont les causes et les circonstances demeurent encore non-élucidées à date. Pire, le tissu social et la cohésion nationale ont été sérieusement éprouvées.

Plus loin, les malheureux évènements du 28 septembre 2009 causés par les mêmes marches attendent aussi un dénouement judiciaire.

Conscient de tous ces facteurs et ayant le souci et de la concertation entre les fils et filles du pays, le président de la transition a mis en place le conseil national de transition au sein duquel siègent les représentants de toutes les forces vives de la nation.

Dans la même foulée, le cadre de concertation inclusif a été aussi mis en place à la demande des partis politiques élargis aux représentants de toutes les forces vives de la Nation sous la coordination du Premier ministre. Ces deux entités sont bien indiquées pour servir de cadre de dialogue au sein duquel, les contradictions et les incompréhensions peuvent être débattues en toute sérénité et dans l’intérêt supérieur de la Nation.

De même, le Président de la Transition n’a jamais caché sa volonté de consacrer son temps personnel à la résolution de tout différend dont la solution n’a pas été trouvée au sein de ces deux instances.

En conséquences, rien ne pourrait justifier les marches en cette période sensible de la vie nationale où les guinéens ont repris de se parler en frères.

Tout en invitant les acteurs des forces vives de la nation autour de la table afin de débattre de tous les désaccords, le CNRD et son président réitèrent qu’aucune marche ne sera autorisée aussi longtemps que les garanties d’encadrement ne seront pas réunies.

Gbassikolo.com

guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Oumar Mâci Bah
Oumar Mâci Bah
31 mai 2022 23:04

Le Boss du CNDR utilise le même argumentaire que le PRAC pour interdire les manifestations. C’est inacceptable. Il revient à l’État d’assurer la sécurité des marches (au lieu de tirer sur tout ce qui bouge) et de sanctionner les fauteurs de troubles éventuels. La classe politique et la société civile doivent mettre leurs divisions de côté pour barrer la route à la nouvelle dictature qui est entrain de s’installer sur cette terre guinéenne si propice aux autocrates de toutes sortes.

Mory Sylla
Mory Sylla
31 mai 2022 22:13

Minable décision nulle et zéro.
Le peuple va marcher. Le moment venu. Soyez patients vous les rebelles là.
Le cnrd est une organisation informelle qui n’a pas mandat à parler au nom de la Guinée 🇬🇳.
🤔Vous allez faire quoi? Massacrer les gens? Cette fois ci ça ne marchera pas.
Vous allez le regretter pour le reste de votre vie. Tous les mutins sont en Guinée 🇬🇳. Ils ne vivent pas ailleurs.
Ces mutins seront chassés.

Last edited 6 mois plus tôt by Mory Sylla