Opinion//Le temps de gouverner autrement? (par Mory Sylla)

0 0 votes
Évaluation de l'article

La 9eme legislature de Guinée’ sous l’égide de Mr. Damaro Camara, au regard de certains actes posés par son leadership, augure de lendemains prometteurs. Damaro et ses collègues seraient-ils en train de donner corps et chair au slogan,d’habitude creux,du “gouverner autrement” tant trompette’ à travers l’Afrique? 

Gouverner autrement c’est aussi redéfinir le rôle des institutions par rapport à ses mandants,pour écrire non pas une nouvelle page de l’histoire,mais une nouvelle histoire.

Bref historique….

Comme indiqué plus haut,nous sommes a la 9eme Assemblee’ Nationale depuis l’indépendance de la Guinée’ selon wikipedia,et mes recollections personnelles qui ne sont pas forcément manuscrites car l’histoire a mon humble avis est d’abord vécue,avant d’être écrite. J’ai vécu sous certaines législatures en Guinée’ mentionnées plus bas,et je me réserve le droit de retenir mes propres observations de ces différentes périodes de notre histoire.Point besoin de s’engouffrer dans une abondance de détails,car ne l’oublions pas,l’excès du détail nullifie en fin de compte la raison qui justifiait ce détail en premier lieu.Restons dans le cadre du sujet.

De 1958 à 1963,disait-je, Saifoulaye Diallo se retrouve dans le siège de président de l’Assemblée Nationale de Guinee .Quand il se lève de ce siège en 1963,c’est Léon Maka qui s’assoit de 1963 à 1974. Pendant 21 ans,a l’image de la cacophonie institutionnelle qui règne en Guinée'(1974 à 1995)c’est le blackout sur l’histoire de l’AN de cette période. On reprend la saga avec El Hadj Biro Diallo qui saisit la barre en 1995 pour ne la lâcher qu’en 2002 après s’être embrouillé’ avec son mentor,le Général Lansana Conte’,potentat de la Guinee’ en ces jours.Au sujet justement de celui qui,a l’image des ses homologues de l’Assemblée’ Nationale,prendra à son tour la place du Général Lansana Conté au Palais de SekouToureya.

Quand Biro est forcé vers la porte en 2002, celui qui rentre par la fenêtre pour prendre le perchoir c’est Bakary Somparé qui va ainsi diriger le 2eme pouvoir de 2002 à 2008 au compte du PUP, le “parti champion” selon ces caciques à l’époque.

2008 qui est une année’ charnière,avec la mort du Général Lansana Conte’ qui laisse le pouvoir vacant, et ce état de fait, comme dans un remake du tournant historique  de 1984,plongé la Guinée’ dans les affres d’un chaos institutionnel inédit.

Le pays sort  finalement d’un ombrageux tunnel institutionnel en 2013 avec l’installation d’une Assemblée’ pluraliste .Claude Kory Kondiano,un cadre jusque là inconnu du parti au pouvoir,originaire de Kissidougou,dans le Kissi Faramaya,au sud de la Guinée’ est chef du législatif.C’est Kory Kondiano qui passe le bâton à Damaro en 2020.

Une Assemblée’ mobile,de terrain,au contact des citoyens…

“Ce mercredi 10 février 2021, ces parlementaires guinéens se sont rendus dans les locaux du groupe SONOCO, qui produit de nos jours de la farine (Moulins d’Afrique), des boissons (SALAM) et tant d’autres produits. Ce groupe emploie de nos jours, “1000 travailleurs directs et 5000 travailleurs indirects.”(https://mediaguinee.org/damaro-sur-les-installations-du-groupe-sonoco-fait-la-lecon-au-ministere-de-zenab/)

C’est un extrait du compte rendu par Mediaguinee.com d’une visite d’un groupe de deputes de l’AN dans une unité d’ industrie locale.

Je ne connais pas le calendrier de travail de l’Assemblée  Nationale. Je ne suis pas député,donc je ne travaille pas là- bas. Ce que je sais par contre,vaguement mais certainement,c’est que l’Assemblée Nationale en Guinée n’ a pas plus de 5 sessions ordinaires au cours de l’année’. Je risque de me tromper. Si un député lit ces lignes,qu’il ait toute la latitude de me rectifier.

Pour une année qui compte 8760 heures,nos députés qui ne se rendaient au bureau que pour 100 heures de travail maximum par an,se retrouvaient grassement payés à coût de millions de francs Guinéens. Sans véritable justification,ces députés gagnent presque plus que bon nombre de corps de métiers. 

Ne parlons pas des policiers qui travaillent tous les jours,dans un environnement d’insécurité permanente,et tout ce sacrifice pour moins que ne gagnerait le dernier des députés en “bons” de carburant,de sinistre renommée’.

 Un homme qui gagne en revenus moins ne produit en retour cree’ un desequilibre dans les caisses de l’Etat et affecte le caractère moral de la Nation. A dépenser sans créer on court en toute vitesse dans les déficits de tous ordres. Le pire des déficits étant le déficit de la moralité’ car on enverrait à la société’ dans sa globalité’  l’image qui normalise l’idée’ qui voudrait que l’on prenne tout de la société’,sans rien donner en retour.

“Premièrement, je suis convaincu  que c’est dans les industries qu’il y a des richesses. Je suis convaincu que c’est dans l’industrie qu’il y aura de la valeur ajoutée.

 Et deuxièmement, en tant que praticien, c’est de leur demander en quoi la représentation nationale peut les aider. 

Et enfin de visite, il y aura un rapport circonstanciel qui sera adressé au président de la République et au Premier ministre, chef du Gouvernement, et pour ce cas précis, au ministre de l’Industrie…Ce que nous allons faire pendant les débats d’orientation budgétaire, c’est d’inviter ces praticiens pour  venir partager avec nous, leurs préoccupations. “

De mémoire,c’est une première d’entendre et de voir l’Assemblée Nationale,a travers la voix de son Président,venir a la rencontre des citoyens pour leur demander en quoi elle peut leur être utile. 

On dirait que la pyramide retrouve sa vraie position car auparavant ce sont les citoyens,excédés par l’immobilisme et le manque de résultats criard de leurs députés,qui bravaient les policiers et leurs matraques pour demander aux députés quel travail ils font exactement au cours de leurs fameuses sessions pour consommer autant de fonds et ne délivrer aucun résultat? 

Mieux, un rapport sera dressé’ à la fin de la mission et ce rapport,selon les propos de Mr. Damaro,sera expédié’ à la Présidence,la primature et au ministère concerné’.

Dans le même article,le Président de l’AN et sa délégation promettent de ne pas s’arrêter en si bon chemin et de continuer sur la même lancée’ pour visiter d’autres secteurs d’activités’ pour recueillir les avis des premiers concernés. Cette démarche aura le mérite de refermer le fossé qui se creuse dangereusement entre les gouvernants et les gouvernes sans l’appui desquels les gouvernants ne sauraient gouverner.

Ce sont les avis et recommandations des citoyens qu’une Assemblée’ digne de nom érige en lois. 

A ce stade, on peut parler de convergence de vision entre les élus et les électeurs.Quand c’est comme ça,le respect de la loi est garanti dans la mesure où ce sont les citoyens eux-mêmes qui seront à l’origine des recommandations qui ont informé la loi en question. Il faut cesser avec cette mauvaise tradition politicienne qui ne consiste a venir auprès des citoyens que pendant la campagne électorale 

On ne s’assoit pas dans un siege de Depute’ a l’Assemblee’ Nationale,tenir de gros mots dans un langage incompris par la majorité’ de vos concitoyens,sans aucune valeur concrète,sans consultation avec ceux qui sont censés respecter cette loi et espérer le respect de la loi.

Finalement, envoyer ces questionnaires aux ministres et cadres concernés a pour avantage de planter le décor dans le cadre de leur futur passage devant l’AN. C’est une innovation à saluer et à multiplier.

Maintenant que Mr. Damaro et ses collègues  ont ainsi mis la barre du “gouverner autrement” a ce niveau,,il leur faudrait à présent absolument la maintenir en l’état pour que cette dynamique ait un effet domino sur le reste des institutions pour leur tirer de leur léthargie et les obliger à jouer leur rôle.

Gouverner autrement,il faut encore une fois le rappeler,c’est de redéfinir le rôle des institutions par rapport à ses mandants,pour écrire non pas une nouvelle page de l’histoire,mais une nouvelle histoire.

Mory Sylla, citoyen lambda Guinéen

guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
13 février 2021 19:11

Badou, ce n’est pas vrai. Je n’insulte pas quelqu’un. Je refuse par contre que quelq’un m’insulte sans que je ne reagisse. Je ne vais jamais accepter cela. Sinon je converse tout le temps en toute civilite’ avec beaucoup de persones ici. 2 ou 3 bonnes graines sur le tas de mauvaises dans tes propos confus: #1.Dans le monde,on le sait,quand on dit Maison Blanche,meme a Dakar,tout le monde sait de quoi on parle. On n’a pas besoin d’autres maisons blanches encore. De la meme maniere,SekouToureya suffit.Pourquoi tu ne demandes pas aux Americains pourquoi pas 10 Maisons Blanches puisque c’est le… Lire la suite

BADOU
BADOU
13 février 2021 11:51

Mory Sylla, je te connais tres insultant, meme si tu t’essaies a plus de civilite…bon courage. Tu mets sur le meme paralelle sekou et senghor, 2 hommes que tout oppose, l’education, le cursus et l’image laisses a la posterite Senghor, un homme eclaire de son epoque, Intellectuel confirme, humaniste, auteur de plusieurs ouvrages, Docteur HCausa de plusieurs universites dont certaines portent son nom: Alexandrie en egypte, des colleges et lycees en France et au Canada, des stades et des aeroports au senegal, des ponts et des places partout dans le monde, notamment a Bruxelles capitale de lEurope dont une place… Lire la suite

Mory Sylla
13 février 2021 10:46

Merci Manden Mansa.
Je t’ai dit que tu es certes mon ami,mais tu restes mon Maitre dans l’ecriture.
Oui,Damaro a innove’.Pour un Camara,j’etais surpris. C’est 9/10,rien qu’avec les idees qu’il est entrain de materialiser. Je suis content de lui,malgre’ que c’est un Camara il faut encore le dire. A ce rythme,je vais « voter » pour lui encore pour un autre mandat.lol

Tronka
12 février 2021 19:16

Bien appréciable cette démarche républicaine de Honorable Damaro et son équipe.
Merci pour cette plume.
Tronka