Quelle transition politique pour la Guinée ? (Par Bah Oury)

0 0 votes
Évaluation de l'article

La Guinée, le premier des Etats francophones a accédé à l’indépendance suite à la victoire du non au référendum du 28 septembre 1958, tarde toujours à enclencher une dynamique vertueuse pour la construction de son économie, d’institutions démocratiques solides et pour sa stabilité. L’autoritarisme et le déni des principes fondamentaux de l’Etat de droit ont été les traits marquants des gouvernances politiques qui se sont succédées à la tête du pays.

Est-ce une fatalité atavique qui plombe tout essor de redressement national ?

Dans un premier temps, il est facile de répondre par l’affirmative pour conforter les idées reçues. En réalité les analyses structurelles de l’Etat et de la société en Guinée sont parcellaires et surfent sur l’appartenance ethnique du chef de l’exécutif du moment. Or, il s’avère indispensable de savoir ce qu’il faut changer pour ne pas restaurer des passés révolus « mythifiés » pour flatter des orgueils claniques clivants. Ainsi que faut-il faire?

La mise en force de la pleine citoyenneté pour tous les guinéens: Il est incontestable que la société guinéenne est fracturée et divisée. Cette situation est voulue et entretenue par les tenants du pouvoir pour « diviser pour mieux régner » en exacerbant les contradictions ethniques et régionales.

La transition politique engagée depuis le 05 septembre 2021 doit à cet égard rompre avec les pratiques ethno-stratégiques. Il est intéressant d’avoir un discours rassembleur et fédérateur, de poser des actes mémoriels inédits et de faire une profession de foi « de veiller au respect des intérêts nationaux ».

La Guinée attend des mesures pragmatiques et efficaces pour conforter la pleine citoyenneté de chacun et de tous.

A cet égard le recensement général de la population guinéenne aussi bien celle de l’intérieur que de celle de l’extérieur du pays en est le premier jalon. A la suite de l’édification du fichier général de la population, une extraction de la population âgée d’au moins de 18 ans permettra d’avoir le fichier électoral national assorti de la délivrance d’une carte d’identité nationale digitalisée et d’une carte électorale (recto-verso).

La citoyenneté est acquise d’abord par la possession de la carte d’identité nationale sécurisée. C’est aussi l’élément essentiel de la refondation de l’Etat. Les discours antérieurs du Président de la Transition militaient dans ce sens, toutefois depuis quelque temps une inflexion notable est perceptible au profit seulement d’un recensement électoral. Un Etat qui ignore le nombre et les spécificités de sa population aura du mal à s’engager dans le développement et la consolidation de la cohésion nationale.

La problématique du fichier électoral a été durant les 11 années de pouvoir du Président Alpha Condé la raison principale des conflits politiques qui ont ensanglanté et endeuillé le pays. La corruption du fichier électoral sur la base de l’appartenance ethnique et régionale des guinéens a fortement divisé la Guinée et a créé la méfiance au sein des élites. Donc, dans le contexte actuel, la refonte complète du système du recensement électoral est le pilier cardinal du chantier de la transition. En effet l’impérieuse nécessité de rassembler, de restaurer la confiance dans la durée, de ressouder le tissu social , de conforter la cohésion nationale et enfin de préserver la stabilité et la paix nécessite la pleine jouissance de la citoyenneté pour chacun et pour tous.

La clarification des chantiers de la transition : La Guinée est à sa troisième transition politique. La répétition de l’intervention des Forces de Défense et de Sécurité dans le champ politique s’explique par les échecs des gouvernances au pouvoir et aussi par les impasses créées par les transitions elles-mêmes. Ce qui a le plus dominé est la volonté de conserver ou de confisquer le pouvoir politique afin de satisfaire des intérêts particuliers et claniques au détriment de l’intérêt national.

Aujourd’hui, le CNRD doit s’inscrire dans une trajectoire permettant d’assurer, la stabilité du pays, le renforcement de la cohésion nationale et la mise en place des mécanismes institutionnels, concertés permettant le succès de la transition en cours. La durée de celle-ci est devenue la préoccupation essentielle des guinéens d’une part et de la communauté internationale d’autre part. Deux options agitent le débat. Les partisans d’une transition de courte durée (entre 6 et 15 mois) privilégient un retour rapide à l’ordre constitutionnel considérant ainsi la transition comme un simple passage à témoin d’un régime à un autre. Dans ce cas-ci, une forme d’amnésie pousse à oublier les leçons de la transition de 2009-2010 qui a créé des impasses et a aggravé les fractures de la société guinéenne.

Après l’éloignement du Capitaine Dadis Camara, le Général Sékouba Konaté engagea la deuxième étape de la transition de manière calamiteuse en 10 mois. Le résultat de cette transition n’a pas été bénéfique pour la Guinée puisque l’essentiel de la mission de la transition a été bâclé.

La transition actuelle doit impérativement tirer les leçons des raisons des échecs des transitions antérieures pour s’orienter avec détermination vers une véritable sortie de crise durable et efficace. A cet effet nous considérons qu’une période de 24 à 30 mois pourrait suffire à condition de clarifier d’ores et déjà la démarche.

Une transition qui durera au-delà des 3 années générera elle-même les facteurs de son enlisement et de son implosion. La transition politique au Soudan est à cet égard une leçon à méditer. Le CNRD doit prendre en compte ces paramètres pour accélérer le processus de la mise en œuvre des moyens politiques pour réussir à instruire une transition apaisée, réussie et efficace pour la Guinée :à savoir l’installation du CNT et la responsabilisation dans la conduite des affaires de l’Etat du Gouvernement.

La réussite de la transition est impérative : Le véritable enjeu pour la Guinée est la sauvegarde de sa stabilité et du maintien de la paix civile. En effet le risque sécuritaire est élevé, car les facteurs d’implosion de la société sont nombreux. L’exacerbation des tensions communautaires d’une part, l’aggravation de la pauvreté et de la mauvaise gouvernance d’autre part seront ipso facto les catalyseurs du développement des forces déstabilisatrices asymétriques comme au Sahel voisin.

Alors il faudra craindre la systématisation d’Etats faillis dans l’Ouest-africain. Ceci est une menace pour la sécurité régionale et internationale. Les acteurs politiques et les dirigeants de la transition guinéenne doivent se rendre compte de la gravité des menaces qui guettent notre pays si nous ne privilégions pas l’intérêt national, le patriotisme et le sens de la responsabilité.

La transition guinéenne est en devenir. Rien n’est encore joué. Le CNRD est face à ses responsabilités vis-à-vis des guinéens et de ses engagements initiaux. Le culte de la personnalité sous-jacent dans la pratique politique est un danger car favorisant la reproduction systématique des gouvernances antérieures qui sont caractérisées par l’autoritarisme, la mauvaise gouvernance et les pratiques ethno-stratégiques. A cet égard, il faut prendre garde à ce phénomène qui a anéanti beaucoup d’espoirs et brisé beaucoup de vies. Il ne faut pas également perdre de vues que les guinéens sont fatigués des atermoiements et aspirent aux changements. Les impatiences sont justifiées.

Bah Oury

Président UDRG

guest
44 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Youssouf Bangoura
10 janvier 2022 23:01

Africain,

ok, je n’ai rien dit, il y a pas de problèmes politiques entre peulhs et malinkés .Dans quelques mois, Si Dieu le veut bien, on sera là à en parler .Ce n’est pas parce qu’on ne le dit pas comme je le dis, que ça n’existe pas, ça existe bel et bien et tout le monde le sait .

Bonne à toi aussi .

Africain
Africain
10 janvier 2022 21:06

@Youssouf Bangoura

« …Le problème en Guinée, on le sait tous, c’est entre les politiques malinkés et peulhs , il suffit juste que les leaders politiques de ces deux communautés s’entendent pour que tout aille mieux dans ce pays… »

Je vous ai connu plus pertinent que ça.

Par ailleurs, bonne année 2022 et bonne santé.

Youssouf Bangoura
10 janvier 2022 09:26

Foulou, ce que Facinet avait dit, était une faute monumentale, même si les peulhs ne font pas 40 % de la population guinéenne( je pense que les deux ethnies sont à peu près au même pourcentage entre 30 à 32 pour les malinkés et 34 à 36 pour les peulhs) , on ne peut les exclure de la présidence peu importe qu’ils ont le pouvoir économique ou pas . Pour le cas rwandais, même si la paix et la prospérité sont reposées sur une dictature, force est de reconnaitre que ce pays a fait un bond en avant en espace… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
9 janvier 2022 01:59

Malgré ses énormes potentialités (hydrauliques, agricoles, minières, météorologiques…), la Guinée n’avance pas vraiment. C’est un constat qui est juste et palpable. Pourquoi ? Parceque nous avons eu des dirigeants incapables. Youssouf Bangoura pense que cela est dû à la mésentente et à l’affrontement entre les deux ethnies majoritaires du pays (peulhs et malinkés). Il a le droit de le penser et franchement on pourrait en discuter avec un peu plus de bonne foi … Je pense que nous avons eu des dirigeants incapables parcequ’ils n’ont jamais été assez clairvoyants pour prévoir l’avenir en instaurant la démocratie. Ce qui est la… Lire la suite

Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
9 janvier 2022 00:39

@Mory,
De la même façon que vous aimez AST, les enfants de ses victimes aiment leurs parents aussi et ne peuvent pas aduler un homme responsable d’avoir privé leurs droits civiques .

Falikou Bérété
Falikou Bérété
8 janvier 2022 11:55

« Youssouf Bangoura n’a pas totalement tort »

Je ne pense pas du tout comme vous que la différence sémantique nette et claire soit ici aussi négligeable entre ‘tous les problèmes sont dus entre peuls et malinkés’ et ‘la Guinée a un problème ethnique’.
Par ce que le problème ethnique est bien le propre de presque tous les pays africains. Mais faire résumer tout ce problème à uniquement des affrontements peuls-malinkés ( malgré tous les affrontements récurrents entre forestiers-koniakés, peuls-sossos et j’en passe) , là on en fait trop dans la déformation et dans la simplification injustifiée.

A bon entendeur, salut!

Falikou Bérété
Falikou Bérété
8 janvier 2022 11:33

« 63 ans d’indépendance bientôt 64 ans, on parle encore de réconciliation, alors, je veux savoir moi si ce n’est pas un problème ethnique c’est quoi donc ? » Mais M. Bangoura, vous faites expressément de la diversion là. Par ce que vous ne répondez pas à la question posée: est-ce que les 24 années d’abime et d’appauvrissement de la Guinée sous le Sosso Lansana Conté, étaient aussi uniquement dus aux problèmes entre Peuls et Malinkés? S’il vous plait, répondez à une question aussi simple au lieu de chercher désespérément des échappatoires comme cet artifice qui consiste de passer de ‘problème entre… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
8 janvier 2022 05:42

@Panafricain,le chef des assaillants le 22 Nov. 1970 se nommait David Soumah. Il s’est autoproclamé “commandant.”Sekou Touré n’a jamais été contre les Peuls,les Landoumas ou Mikhiforè(vers Bissau).Il gérait tout le monde. Peul,Landouma,Mikhiforè,nènè gôtô,baba gôtô en Guinée 🇬🇳. Les Landoumas sont tous Peuls et tous les Peuls sont Landoumas en Guinée 🇬🇳. Le Peul est Mandénka. Va au Wassoulou. Sekou Touré est calomnié. Ses enfants que nous sommes ne pouvons pas rester les bras croisés et voir notre Père traîné dans la boue. Dans ce cas nous serions indignes de lui. Des gnamôgôdén. 😊On ne peut jamais accepter ça. Il faut… Lire la suite

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
8 janvier 2022 03:54

@Youssouf Tu te trompes au sujet du General Facinet Toure. Il jouait bien, a cette epoque, au faiseur de roi et utilisait la coordination de la Basse Guinee a cette fin. Il organisait des reunions de la coordination a son domicile. Ce n’est pas pour rien qu’il etait a couteaux tires avec Mamadou Sylla. Et voici, mot pour mot, ce que declarait le General : « Pour qu’il y ait la paix, il faut partager ce qui est partageable. Les Peuls, c’est eux qui ont tout dans ce pays, personne ne peut nier çà. Ils ont le cordon de la… Lire la suite

Youssouf Bangoura
7 janvier 2022 22:55

Mory Sylla,

je suis en minorité sur gbassikolo mais tu n’as pas répondu à ma question .

Pourquoi on parle de réconciliation si notre pays n’a pas de problèmes ethniques ? Pourquoi Doumbouya qui me connait pas, insiste la dessus ?

Youssouf Bangoura
7 janvier 2022 22:52

Foulou non,

lorsque Facinet faisait sa déclaration, il était un soutien d’Alpha Condé .Il défendait juste sa position .

En tout cas moi, je voudrais bien qu’on prenne l’exemple sur le Rwanda . Ce petit pays a donné un bon exemple à tous les pays multiethniques . Qu’on panse nos plaies, qu’on pardonne le passé ( pas oublié mais pardonné ) pour qu’enfin ce pays avance .En cette année 2022, j’apprends par Guinéenews, il y a pas d’eau potable à Conakry, que l’électricité se fait encore rare .

Youssouf Bangoura
7 janvier 2022 22:41

Baren Soumah, pour avoir des institutions fortes, il faut d’abord qu’on s’entende, qu’on s’accepte, qu’on soit unis, ce qui n’est absolument pas le cas . On peut élaborer la meilleure constitution du monde, si ceux qui doivent l’appliquer ne s’entendent pas, ça produira toujours des effets négatifs .L’entente dans un pays, est le meilleur outil pour son développement . L’exemple rwandais est sous nos yeux, ce pays qui a connu la pire atrocité est devenu en espace de deux décennies seulement, l’un des meilleurs en Afrique, stable, une économie prospère pourtant, ce n’est pas une démocratie .L’entente a permis à… Lire la suite

Youssouf Bangoura
7 janvier 2022 22:25

Falikou,

je n’ai nullement l’intention de choquer qui que ce soit, j’exprime simplement ce que je pense .63 ans d’indépendance bientôt 64 ans, on parle encore de réconciliation, alors, je veux savoir moi si ce n’est pas un problème ethnique c’est quoi donc ?

Youssouf Bangoura
7 janvier 2022 22:16

Mory Sylla, Arrêtes s’il te plait, Alpha est tout sauf un démocrate, s’il l’était vraiment, il se serait jamais retrouvé dans la situation qu’il vit actuellement . Il n’a jamais été un démocrate, c’est un dictateur, un vrai . Il ne s’est jamais battu pour la démocratie et les droits humains en Guinée, il s’est battu pour prendre la place du Gal Conté . Son Combat durant les quarante ans de sa vie politique, était uniquement pour être président . Ce n’est pas parce que toi Mory Sylla, tu t’intéresses pas aux problèmes ethniques que ça n’existe pas en Guinée… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 21:42

Sekou Touré n’a jamais détesté aucun Guinéen. Il était ouvert à tout le monde.Évidemment si tu as un mauvais comportement,c’est pas Sekou Touré seulement mais personne ne peut t’aimer. Même le pape au Vatican.
Il faut absolument le bon comportement. Partout sur la terre.Quiconque a un mauvais comportement aura forcément des problèmes. Ça c’est garantit.De quelque nature que ce soit. Pas seulement en politique ou en chimie.
😊Ayons un bon comportement. Le bon comportement peut nous sauver la vie.
La vie c’est le bon comportement. Rien d’autre.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 21:30

@Le panafricain,le Président Saifoulaye Diallo a travaillé avec Sekou Touré jusqu’à sa mort. Ce sont certains peuls minoritaires mais vocaux qui sont contre Sekou Touré. Je connais beaucoup de Malinkés qui abhorrent Sekou Touré . C’est à leur niveau. C’est vous qui faites de ça une affaire de peul ou bassari. Moi je dis que c’est l’Etat Guinéen sous Sekou Touré qui est en grabuge avec certains de ses citoyens. Maintenant c’est vous qui savez si ce sont les peuls. Pour nous ils sont des Guinéens. C’est vous qui êtes dans affaire d’éthnie. Avec votre allié Bangoura.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 18:32

Ahh wàlà,
merci Falikou.
Les 24 ans de Conté ont clairement démontré que la Guinée 🇬🇳 n’a pas un problème ethnique.
Ce sont les français qui veulent qu’on pense en terme d’ethnies, comme ça il sera plus facile pour eux de nous diviser. Quand on va se débarrasser de ses politiciens ethniques,la france 🇫🇷 va trembler. Ces faux leaders ethniques travaillent pour la 🇫🇷 contre la Guinée 🇬🇳.
Bangoura est en minorité. Personne ne partage sa théorie.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
7 janvier 2022 17:29

@Baren Soumah

Merci de m’avoir rappele le nom du General Facinet Toure. Lorsqu’il faisait cette declaration, il se faisait passer pour un des leaders de la Basse Guinee. Mais je sais qu’ils s’autoproclament toujours a ses positions, ils ne demandent jamais l’opinion des gens qu’ils sont supposes representer. On se doute bien que le General ne parlait la que de son opinion a lui.

En fait, le General Facinet Toure est un mamounais. Il habitait le quartier Kimbely pour ceux qui savent.

Lanfia
Lanfia
7 janvier 2022 16:45

Malinkés, Peuls, Forestiers, et Soussous veulent le pouvoir, chaque groupe avec ses avantages et ses inconvénients. Les Soussous ne se battent pas car ils savent que personne ne peut maîtriser Conakry et les villes minières qui comptent sans eux. Les Peuls ont l’argent et le militantisme mais l’armée leur échappe. Les Malinkés ont l’armée et sont de la même famille ethnique que les Soussous. Les Forestiers sont en général instruits mais sont minoritaires. Youssouf Bangoura n’a pas totalement tort mais les caricatures y compris celle ci ont leurs limites. Alseny Fofana a ouvertemt dit aux Malinkés qu’ils les extermineront et… Lire la suite

Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
7 janvier 2022 16:23

@Baren,
Je suis au courant de ce discours a Kankan mais il s’addressait aux commercants. Si aujourd’hui, un president s’attaque a une frange socio professionnelle du pays, je trouverais probleme mais aumoins on aura deplace le discours politique du champ ethnique vers celui de l’economie ce qui rend les choses bien plus interessantes. Mais AST s’est ouvertement attaque aux Fulbe. Et cela est inexcusable Mr. Soumah. De la meme facon que je disais des choses desagreables englobant tous les Soussous ou Bagas, il faudra que je m’excuse a defaut d’etre vomi par eux.

Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
7 janvier 2022 16:17

@Mory, A ce que je sache, ces Guineens qui ont ete tues avaient des Peuls parmi eux et ceux qui ont combattu les mercenaires comptaient aussi des Peuls dans leurs rangs. Donc arretez avec ce discours et concentrons nous ici sur le sujet principal. Pourquoi est ce que la majorite des Fulbe rejettent Sekou Toure? Et comme je l’ai dit dans un precedent commentaire, il nous a insultes et a decide de nous prendre a partie. Les Fulbe le detestent pour la meme raison que les Maninka detestaient Conte apres le « Wo Fatara » suite aux evenements de Juillet 85. Il… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 16:01

Le pouvoir c’est comme une belle femme.Plus tu insistes et veut passer en force,plus tu réduis tes chances de la gagner véritablement. Les mutins veulent passer par la force.La Guinée 🇬🇳 n’a pas un problème ethnique. Moi mon père est Soussou,ma mère Mandénka,moi je suis ni Soussou ni Malinké,mais Guinéen. Je ne m’identifie à aucune ethnie dans ce pays. Mon ethnie c’est la Guinée 🇬🇳.On n’a pas un problème ethnique. On a un problème de malhonnêteté en Guinée 🇬🇳.Des individus font des bêtises,incapables de se justifier,ils courent s’abriter derrière leur “ethnie.” C’est toujours les mêmes individus dans les débats ethniques… Lire la suite

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Falikou Bérété
Falikou Bérété
7 janvier 2022 12:08

‘..Le problème en Guinée, on le sait tous, c’est entre les politiques malinkés et peulhs , il suffit juste que les leaders politiques de ces deux communautés s’entendent pour que tout aille mieux dans ce pays .’ Ce monsieur a vraiment une obsession pour la simplicité irrationnelle! Par ce que si tous les problème de ce ‘foutu’ pays, incapable d’être une nation, étaient tous dus aux ‘politiques malinkés et peulhs’, alors pourquoi les 24 années d’un pur sosso Lansana Conté, n’avaient pas permis à la Guinée d’être uniquement une nation? Mon frère, je ne sais pas quel âge avez-vous, mais… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 04:46

Mr. Bah Oury cette transition va échouer.
Bah oury ne condamne pas le coup d’état. Il n’est pas un démocrate.
Ces faux leaders font du reniement de leur parole leur programme.
Le faux leader n’est que misère et abrutissement d’un peuple.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
7 janvier 2022 04:11

@Youssouf Je trouve juste que tu sur-simplifies le probleme guineen au point d’aller a l’encontre de la realite de la Guinee. Le probleme n’est pas l’absence de soumission totale de tout le monde au diktat d’un seul groupe ethnique, mais bien ledit diktat. En posant mal le probleme, tu prends le risque d’offrir une mauvaise solution. En 63 ans d’independance de la Guinee, il y a eu 6 personnes a la tete de la Guinee: 4 malinkes (38 ans et toujours en cours), 1 soussou (24 ans) et un forestier (1 an). Sachant que la comunaute peule represente presque 40%… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 03:06

Oui j’ai lu le texte de Bah Oury,mais il n’y a rien de nouveau dedans. C’est bandé khita. Je dirai même le riz avarié.
Il fait juste un bricolage de rappel historique des événements et essaye de justifier son rêve d’une transition de 36 mois. Ce qui est inapplicable.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
Mory Sylla
7 janvier 2022 03:00

Bangoura je suis né et j’ai grandit en Guinée 🇬🇳.Né à kaloum,c’est le cœur de Conakry. Je n’ai jamais soutenu un leader en Guinée 🇬🇳 parce que nous sommes de la même ethnie. Ça c’est bidon.Je soutien un leader par rapport à sa vision.L’ethnie c’est une création des blancs pour nous diviser. En Afrique,ce sont les alliances et le sanakouya. Tu parles comme un blanc Bangoura. Tu as trop duré chez les blancs.Je soutien Alpha Condé parce que c’est un democrate.Bangoura je ne connais pas pour toi,mais les 95% des Bangoura que j’ai rencontré sont soient Baga ou affiliés. La… Lire la suite

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
7 janvier 2022 00:24

@ Youssouf Bangoura Les « leaders » peulhs et malinkés n’ont pas à « s’entendre ». Il nous faut juste des institutions qui fonctionnent et un contexte démocratique dans lequel les élections sont honnêtes et les lois sont respectées. Les alliances se feront alors sur d’autres bases qu’ethniques. @ Panafricain, Il ne faut pas oublier « Cheytane 75 » et le discours de Kankan criminalisant le commerce qui était à l’époque presque l’exclusivité des kankanais… @ Foulou, Facinet Touré, de mère peulh, et qui respectait beaucoup les peulhs, n’était pas « un sage de la Basse Guinée ». C’était un officier guinéen, piètre politicien qui ne maîtrisait pas… Lire la suite

Youssouf Bangoura
6 janvier 2022 23:25

Mory Sylla,

dis moi, s’il y a pas des problèmes ethniques en Guinée, pourquoi on parle de la division de la société guinéenne ? Pourquoi parle t-on de la réconciliation ? As -tu bien lu le texte de Bah Oury là ? Décidément non, tu ne l’as pas lu et puis tu sautes pour me donner des coups . Lui, parles des ethnies et de la division de la société guinéenne, ce qui est tout à fait vrai car, il vit en Guinée et il connait ce pays ce qui n’est apparemment pas ton cas .

Youssouf Bangoura
6 janvier 2022 23:13

Foulou,

je n’ai dit nulle part que les peulhs on dirigé la Guinée mais, leurs désaccords politiques avec les différents pouvoirs malinkés ont eu des conséquences terribles sur notre pays .

Je persiste, il suffit juste que les leaders politiques de ces deux communautés s’entendent pour que ce pays bouge .

Youssouf Bangoura
6 janvier 2022 23:06

Mory Sylla,

où tu as appris que je suis un baga ? Et depuis quand tous les Bangoura sont devenus Bagas ? En Guinée, on a pas besoin de connaitre quelqu’un pour le soutenir, il suffit juste qu’il soit de même ethnie . Tu parles on dirait que tu es né et tu as grandi ailleurs qu’en Guinée . Tous ceux qui font de la politique en Guinée, se rabattent sur leur ethnie et sont suivis en majorité par ceux-ci .

Tout ce que nous vivons aujourd’hui, vient de là .

Foulou
Foulou
6 janvier 2022 22:25

@Youssouf Je crois que le salut de la Guinee passe par une reforme constitutionnelle qui permettrait a toutes les composantes du pays de participer de maniere egale a la gestion des affaires du pays. La Suisse et la Belgique y parviennent tres bien; il n’y a pas de raison qu’on n’y arrive pas. Quand Doumbouya parlait de reforme constitutionnelle au lendemain du coup d’Etat du 5 Septembre, je pensais que c’etait a quelque chose comme cela qu’il pensait. D’ou ma grande deception de le voir s’occuper de tout sauf de cela. Il denonce l’hyper presidence, mais veut decider tout seul… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 21:18

@Le Panafricain,
les mercenaires sont venus le 22 Nov. 1970 abattre plus de 360 Guinéens en 24 hrs.
Ils n’ont pas organizé de tribunal ni rien. Ils les ont simplement exécutés. En plein mois du carême musulman.
Vous vous n’êtes pas choqués par ça? Pourquoi vous ne parlez jamais de ces 360 Guinéens abattus par les mercenaires à la solde des apatrides ? Ces gens là n’existent pas pour vous?? Je suis choqué d’entendre ces gens reduirent ces 360 Guinéens abattus par les mercenaires en portion congrue. Ces gens là ne méritent pas vos compassions? Ces 360 victimes.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 17:56

Bah oury ne peut jamais gagner une élection en Guinée 🇬🇳. Meme communal ou député.
Il n’a même pas pu gagner au sein de l’ufdg.
Un faux leader qui marche avec les mutins.
On ne peut pas écouter quelqu’un comme ça qui cherche à exister sur le dos des mutins.
Il faut condamner le coup d’état si vous êtes démocrate. Sinon tout le reste c’est woba woba.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
6 janvier 2022 16:41

@Youssouf Je pense que tu mets en equivalence deux choses qui ne le sont pas. Un peuhl n’a jamais dirige la Guinee. Donc un peuhl n’a jamais eu l’occasion de nommer un autre peuhl a un poste parce qu’il est peuhl. La violence de l’Etat s’est exerce sur les peuhls, un peuhl n’a jamais ete en position de faire cela a un malinke. Et surtout les peuhls ne sont pas contre la rebaptisation de l’aeroport parce Sekou Toure est juste malinke; non, ils le sont parce que Sekou Toure a fait tuer beaucoup de peuhls et il n’y a pas… Lire la suite

Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
6 janvier 2022 16:06

@Youssouf, Nommez moi un seul discours ou le president AST a insulte tous les malinkes comme il le fit en 1976 au cours de trois discours dans lesquels il a insulte les Peuls. AST a decime l’elite Peul et cela etait bien calcule pour priver a cette ethnie un leadership pouvant le guider. Et en plus, dites moi, donc puisque Sekou a tue partout, nous devons tous garder le silence et le venerer ? Comment comptez vous construire un pays avant de panser ses plaies? Pour ma part il nous faudra clarifier cette periode de notre histoire et dire que… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 15:13

El Bango,si on suit ta logique,c’est pas doumbouya un malinké,qui allait renverser Alpha Condé.On vit dans l’illusion ethnique en Guinée 🇬🇳.Les gens se réfugient derrière une ethnie quand ils n’ont rien à proposer. Aucun malinké ne connaît tous les malinkés de Guinée 🇬🇳. Idem pour un peul. Ce sont des masses d’inconnus qui prétendent se connaître. Quand un individu se rabat sur son groupe ethnique dont il ne connaît meme pas tous les membres,c’est le signe de la carence. Toi Bangoura tu es Baga. Tous les Bangoura sont Bagas. En quoi es tu lié au Baga qui vit a N’Zerekoré?… Lire la suite

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 14:48

@Bangoura,pourtant ton soi disant antagonisme entre peuls et malinkés n’empêche nullement la Guinée 🇬🇳 de poursuivre son chemin.C’est pas les peuls et malinkés qui décident de la Guinée 🇬🇳. Tu es le seul à croire ça. Ces groupuscules ethniques ne sont en rien supérieurs ou inférieurs aux autres groupes.Tu dis que les peuls ne seraient pas d’accord pour Sekou Touré. Mais nous on s’en fout de ça. C’est pas les états d’âmes bidons qui nous intéressent. Nous c’est la Guinée 🇬🇳 qui nous intéresse. Pas un groupe ethnique. Je vois beaucoup d’exagérations et d’à propos. Aussi,ça plus de 10 ans… Lire la suite

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla
Youssouf Bangoura
6 janvier 2022 12:10

Bah Oury dit que la Société guinéenne est fracturée et divisée . Ce qui est vrai mais j’aurais voulu qu’il ait le courage de dire que lui-même a participé à cette fracturation et division à un moment donné . Il a dit publiquement que les commerçants peulhs pouvaient affamer les Guinéens . Lui et Gaoual n’ont pas du tout aidé l’UFDG . Le problème en Guinée, on le sait tous, c’est entre les politiques malinkés et peulhs , il suffit juste que les leaders politiques de ces deux communautés s’entendent pour que tout aille mieux dans ce pays .Depuis l’indépendance,… Lire la suite

BADOU
BADOU
6 janvier 2022 09:22

très belle analyse qui nous rappelle nos imperatifs: recensement de la population à l’intérieur et à l’extérieur, depolitisation et deethnisation de l’administration et passage aux élections. 18 à 24 mois devraient suffire à faire ce travail avec l’appui de la communauté internationale. A vouloir ruser et traîner la communauté internationale peut nous plomber dans tous les sens et ce sera une perte sèche surtout pour les populations rurales pauvres et exasperees qui veulent vivre comme les paysans ivoiriens ghanaens ou senegalais avec des routes des postes de santé des écoles fonctionnelles de l’eau potable de l’électricité et de la sécurité.… Lire la suite

Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 05:38

Le peuple de Guinée 🇬🇳 doit se lever pour exiger la libération sans condition d’Alpha Condé et le retour des mutins en caserne.
Halte au faux débat de transition de faux leaders.

Mory Sylla
Mory Sylla
6 janvier 2022 01:44

Moi je ne crois pas du tout à une transition en Guinée 🇬🇳.
Je pense plutôt que ce coup va capoter. Les contradictions sont énormes.
La légitimité est le talon d’Achilles des putshistes.

Last edited 8 mois plus tôt by Mory Sylla