Resultats provisoirs des legislatives: ”on a travaillé durement et Dieu nous a payés”, selon Mamadou Sylla

0 0 votes
Évaluation de l'article

Avec 4 députés obtenus par son parti selon les résultats provisoires publiés par la CENI, Mamadou Sylla, président de l’Union Démocratique de Guinée-UDG, est sur le point de devenir le prochain Chef de file de l’Opposition parlementaire en Guinée.

En attendant la confirmation de ces résultats par la cour constitutionnelle, le Président de l’UDG estime que cette performance de son parti est le résultat d’une dure labeur. 

Interrogé par nos confrères de mediaguinee.org. Elhadj Mamadou Sylla  a déclaré: « C’est le travail qui paie. On a travaillé durement et Dieu nous a payés. Donc, pour le moment, c’est ce qu’on peut dire. Comme c’est provisoire, on attend que les résultats soient validés par la Cour constitutionnelle .

Poursuivant, il précisera que « pour le moment, je ne peux pas attester s’il y a eu transparence ou non à partir du moment qu’on a pas pu assister au dépouillement. A la décentralisation, nos hommes se plaignaient souvent que ça n’a pas été comme ça. Mais bon, en ce moment, il y avait beaucoup de problèmes dans le pays.

Vous savez, notre parti est un parti indépendant et démocratique. Donc, on se retrouvera en famille politique pour essayer de tirer les leçons de tout ce qui s’est passé jusqu’à maintenant.  On attend, et après on donnera notre décision par rapport au score.  On va continuer à s’informer de ce qui s’est passé à la base jusqu’à maintenant. Nos militants à la base sont en train de nous remonter les choses. Donc, le moment venu, on dira carrément notre position » conclut El Hadj Mamadou Sylla, leader de l’UDG

Gbassikolo.com

guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Tiekourani
9 avril 2020 08:18

Ce Monsieur est le prototype même de roublard guinéen. Il n’a aucune âme, moralité ou conviction.Aujourd’hui il est ici, demain là au gré de son ventre.

Youssouf Bangoura
3 avril 2020 12:06

Je pensais que Mamadou Sylla était du côté de l’opposition radicale, c’est bien alors de comprendre que bouder n’a jamais été une bonne chose, que cela soit en politique ou dans la vie courante .