Transition au Mali : la junte condamne les sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA

Kenya's Ambassador to the U.N. Martin Kimani, from Kenya, left, leads a United Nations Security Council mission meeting with Transition President Col. Assimi Goita, right, in Bamako, Mali, Sunday Oct. 24, 2021. The mission that is visiting Mali this weekend to assess the security situation is urging Mali's authorities to set elections for February 2022 to meet agreements reached with a West African regional bloc after a coup last year. (AP Photo/Harandane Diko)
0 0 votes
Évaluation de l'article

Le gouvernement de la transition dirigé par le colonel Assimi Goïta a réagi dimanche aux sanctions économiques et financières de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali.

A travers un communiqué, le gouvernement de la transition malienne dit avoir appris avec « stupéfaction » les sanctions prises à l’encontre du Mali.

Le communiqué indique que lesdites sanctions « contrastent avec les efforts fournis par le gouvernement et de sa disponibilité au dialogue en vue de trouver un compromis avec la CEDEAO sur le chronogramme des élections au Mali »

Dans le communiqué, le gouvernement malien condamne énergiquement les sanctions « illégales et illégitimes » de la CEDEAO et de l’UEMOA qui interviennent à un moment où « les Forces Armées Maliennes engrangent des résultats spectaculaires dans la lutte contre le terrorisme ».

Le gouvernement malien indique que les sanctions financières constituent une « violation manifeste du traité de l’UEMOA et des statuts de la BCEAO ».

Pour rappel, la CEDEAO et l’UEMOA ont à l’issue de leurs sommets extraordinaires tenus ce 09 janvier, à Accra, pris des sanctions économiques et financières contre le gouvernement de la transition malienne.

guest
9 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Youssouf Bangoura
12 janvier 2022 09:56

Tiekourani, sérieux, je suis vraiment surpris de ta réaction là, je ne m’entendais pas à lire en 2021 de ta part, le souhait de voir les militaires à la tête de nos états . Certes, nos états sont pourris mais, ce ne sont pas ces jeunes militaires sans expériences rien, qui pourront nous sortir de ces misérables situations non, on en a mieux quand même . La vraie place des militaires, c’est sur le front pas dans un palais surtout quand le pays va mal .Goîta et ses amis sont devenus en espace de quelques mois, des bourgeois, ils font… Lire la suite

Foulou
Foulou
12 janvier 2022 03:49

@Tiekourani Si tu veux me convaincre que la CEDEAO a des tares, tu preche un convaincu. Ceci dit, je ne suis pas du tout d’accord avec toi que ces deux pays sont sous influence fancaise et que les actions de la CEDEAO sont dictees par la France. La France a des interets au Mali, au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Je la vois tres bien activer ses reseaux d’influence dans la sous-region. Mais comme je te l’ai dit, je ne pense pas que le Nigeria et le Ghana fassent partie de ce reseau d’influence. Nana Akufo-Ado est un president… Lire la suite

Tiekourani
11 janvier 2022 15:13

Foulou, quand des hommes politiques et officiers corrompus envoient des jeunes soldats au front sans munition où était le Nigeria et le Ghanah. Ces pays minables que sont le Nigéria et surtout le Ghanah n’apparaissent pas comme des pays leaders capables d’aider l’émancipation des peuples africains opprimés. – Nana Akouffo Ado n’est pas un homme d’Etat de la trempe des autres chefs d’Etat ghanaens. Il est chefs d’un syndicat de sous-prefets. Il ne s’interesse qu’au sort des leaders politiques corrompus que du sort des peuples ouest africains. -Le Nigeria est un géant aux pieds d’argile qui n’arrive pas à résoudre… Lire la suite

Foulou
Foulou
10 janvier 2022 23:00

@Africain

J’avoue que je n’ai bien compris l’histoire des « 15 ». Je ne suis pas de pres la crise malienne, mais je sais que la France voyait d’un mauvais oeil l’aide militaire russe au Mali.

Je pense que le Nigeria et le Ghana ne sont pas sous influence francaise et n’ont donc pas pris ces sanctions contre le Mali en servant les interets francais.

Mes meilleurs voeux de sante et reussite en 2022.

BADOU
BADOU
10 janvier 2022 21:32

cet écervelé Goita s’offrir 5ans de transition en toute illégitimite mais cette afrique des Eyadema est révolue. nous sommes en 2022. souvent des populistes antifrançais des réseaux sociaux qui sont loin de la réalité. On les connaît tous ces militaires qui se prennent pour Zorro. en tout cas en Afrique actuellement les militaires putschistes sont très mal vus et même les adeptes du 3ème mandat sont détestes partout

Africain
Africain
10 janvier 2022 20:58

@ Foulou Tenez la liste des « 15 » contre la présence des Russes au Mali : « L’Allemagne, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Estonie, la France, l’Italie, la Lituanie, la Norvège, les Pays Bas, le Portugal, la République Tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède ». L’un ou plusieurs de ces pays n’ont-ils pas de « relations diplomatiques » avec le Nigeria ou le Ghana et donc d’influence sur les deux pays ? Aujourd’hui ces pays ont le courage de « sortir sans masque » quand il s’agit d’apporter une aide à un de leurs alliés pour anéantir un autre pays et de surcroit « faible ». Par… Lire la suite

Foulou
Foulou
10 janvier 2022 18:37

@Tiekourani Tu penses que le Nigeria et le Ghana sont des sous-prefectures de la France ? La CEDEAO ne veut aucun mal au peuple malien. Ils demandent simplement que le peuple malien choisisse lui-meme ses dirigeants. Si on enterine les coups de force militaire comme moyen legitime d’accession au pouvoir, on fait quoi si un autre groupe de militaires reprenait le pouvoir a la fin de la longue transition de Goita ? On ouvre une nouvelle transition de 5 ans encore ? Tu vois le cercle vicieux dans lequel on s’engagerait ? C’est carrement un retour vers l’Afrique des annees… Lire la suite

Tiekourani
10 janvier 2022 16:22

Soyez ferme contre ces fils indignes de l’Afrique, que sont cette cliques de chefs corrompus et vendus à la france.
La france veut à tout prix disloquer le Mali. Les terroristes sont armés et protegés par la france. Maintenant que l’armée malienne commence à avoir des resultats tengibles sur le terrain , la france n’a qu’à actionner ses sous-prefets afin de détruire la sous-région. Si le Mali tombe, les autres pays le suivront.

Foulou
Foulou
10 janvier 2022 14:22

La junte malienne est en train de passer par les differentes etapes de la douleur. La, on est a l’etape de la colere.

Ces sldats ne comprennent pas qu’ils n’ont aucune legitimite a engager l’Etat Malien au-dela de l’organisation d’elections pour assurer le retour a l’ordre constitutionnel. Qu’ils decident du retrait du Mali de la CEDEAO et de l’Union monetaire s’ils le desirent, mais cela ne changera rien au regime de sanctions mises en place.