Appel aux forces vives (partis politiques et société civile), et aux autorités guinéennes de la transition !

4 1 voter
Évaluation de l'article

Chers leaders et responsables de la nation,

Après avoir attentivement écouté et réécouté les témoignages ci-dessous de notre compatriote le Dr. Fama Kanté (lien en bas), ils me reviennent en souvenir ceux tenus par notre compatriote Mamadi Condé  dit « Madic 100 frontières » en novembre 2019.

Mesdames et Messieurs, je vous invite à réaliser que nous sommes aujourd’hui dans une période d’exception, semblable à celle dans laquelle nous nous trouvions en 2009. Pour avoir sous évalué les enjeux de la transition sous la direction du CNDD à cette époque, nous nous sommes brutalement réveillés avec le drame du 28 septembre. Les  crimes commis ce jour-là, qualifiés de crimes contre l’humanité, avaient été perpétrés par des éléments de notre armée contre une partie de son propre peuple. Suite à ces crimes, les accords d’Abuja, sous l’égide du Groupe international de contact sur la Guinée (GIC-G) – coprésidé par la CEDEAO et l’Union africaine (UA), prévoyaient de faire partir la junte (CNDD) du pouvoir par la force ou par la négociation. Ils prévoyaient également l’envoi  d’une force africaine neutre pour la sécurisation du processus électoral (FOSSEPEL).

Alors que la Commission Européenne s’était engagée à assurer le financement de cette force, le gouvernement guinéen de la transition a, avec l’accord des principaux leaders politiques d’alors, préféré constituer ladite force avec des éléments des forces de l’ordre guinéennes uniquement. Ce fut une énorme erreur de la part des leaders politiques. La force constituée n’avait ainsi plus rien de neutre. En effet, après le premier tour de la présidentielle, cette FOSSEPEL fera un usage excessif de la force, et se montrera d’une partialité ethnique évidente dans sa mission; comme le dénoncera l’ONG américaine Human Rights Watch (HRW) dans sa publication du 5 novembre 2010.

Alors que la FOSSEPEL agissait avec grande violence contre les partisans du candidat Cellou Dalein Diallo (UFDG) à Conakry, dans la capitale, le parti du candidat Alpha Condé (RPG) organisait des pogroms anti-peuls en Haute Guinée et dans une partie de la Région Forestière sans la moindre réaction des forces de l’ordre et de la FOSSEPEL. Les médias d’Etat, de leur coté, observeront un silence assourdissant sur ces crimes sur ordre du gouvernement de la transition, comme le reconnaîtra en 2012 le Premier ministre de l’époque, Jean Marie Doré. En effet, révolté par les massacres de Zogota, des violences de l’Etat qui ont visé des ressortissants de sa région, le Premier ministre de la transition, Jean Marie Doré, au cours de la conférence de presse qu’il organisa le 20 aout 2012, a explicitement fait savoir que l’Etat guinéen, au plus haut niveau, était derrière les crimes ethniques  qui ont visé les Peuls en 2010 parce qu’un Peul était parmi les deux candidats du second tour de la présidentielle. La présidente du CNT qui faisait office de parlement de transition, Madame Rabiatou Séra Diallo, interpella publiquement le procureur de la République sur ces révélations de l’ex-Premier ministre, sans succès. C’est cette partialité manifeste et active de l’Etat guinéen qui a conduit à l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir à l’issue de la transition de 2010.

Plus de 10 ans de règne d’Alpha Condé, l’Etat guinéen est plus tribalisé aujourd’hui qu’en 2010.

L’ethnocentrisme érigé en mode de gouvernement du régime d’Alpha Condé était si flagrant et violent que le journaliste français Christophe Châtelot, dans le journal « Le Monde » du mercredi 17 novembre 2010, écrivit :

« L’ethno-stratégie opportuniste de Condé n’a pas été mise en œuvre que pour gagner la présidentielle. Elle est, à l’instar de ce qu’a été « l’ivoirité » (en Côte d’Ivoire), le fondement de son action ».

Plusieurs indiscrétions concordantes rapportent que des hommes de clan sont à pieds d’œuvre autour du Colonel Mamadi  Doumbouya pour le convaincre de faire les choses comme le général  Sékouba Konaté le fit en 2010. Les menaces  à l’encontre du Colonel sont à peine voilées, s’il ne suivait pas l’agenda de ce clan, selon le témoignage vidéo de Monsieur Fama Kanté et d’autres sources confidentielles crédibles.

Un État  guinéen ainsi pris en otage par un clan ethnique, armé et hégémonique, n’offre aucune garantie d’impartialité pour organiser, dans la transparence, des élections démocratiques crédibles en Guinée. Or, la situation a considérablement changé entre temps : ceux qui se sont résignés en 2010 ne semblent pas prêts à le faire une nouvelle fois. Au contraire, tout le monde semble se préparer désormais contre toute forme de favoritisme électoral ou d’usurpation des résultats réels des urnes.

Le CNRD serait-il tombé dans le piège du CNDD ?

Après sa prise du pouvoir le 5 septembre 2021, le président du CNRD, colonel Mamadi Doumbouya, a promis de faire de la justice, la boussole de son action. Il posera ensuite des actes salutaires d’apaisement et de rassemblement national. « Il faut tuer l’ethnie », dira-il aux Guinéens. Mais très vite suivront des décisions clivant qui alimentent la polémique et divisent la nation. Il n’a malheureusement pas écouté les conseils de Monsieur A. Camara, fonctionnaire de l’Office des Nations Unies à Genève à la retraite qui, le mardi 7 septembre 2021, lui dira dans une lettre publique de se méfier du syndrome Dadis :

« Colonel Doumbouyah méfiez-vous du syndrome Dadis. …. Bientôt commenceront à converger vers Conakry différentes corporations pour venir vous saluer et remercier les membres du CNRD. Puis suivront des propos tels que: « vous êtes le Mady que la Guinée attendait ». Les « visiteurs du soir » viendront distiller leur venin et tenter de  vous vendre leur propre prescription. Anticipez mon colonel si vous voulez vous protéger de ce poison d’opportunisme qui gangrène la société guinéenne. Que chacun reste là où il est. L’adhésion du peuple de Guinée vous est acquise. Vous n’avez nullement besoin de comités de soutien, cette autre façon de phagocyter et rançonner un président. Le défi à relever est si énorme que seule la concentration sur les objectifs que vous vous êtes assignés vous permettra de réussir ».

Malgré tout, nous assisterons à un revirement du colonel, dont la bonne foi ne faisait pourtant aucun doute, par rapport à ses promesses et engagements. Des séries de décrets controversés inopportuns et le recyclage des zélés du régime défunt au détriment des cadres honnêtes qui ont risqué leur vie en défendant la République et la Constitution créent la confusion et le doute sur la véritable mission du CNRD. Aucun ancien responsable du régime défunt RPG ne sera inquiété, malgré les crimes économiques graves que le CNRD lui-même ne cesse de révéler.

Par ailleurs, il est surprenant que des citoyens qui se sont distingués dans le combat contre le troisième mandat et pour la démocratie en risquant leurs vies, tels que, entre autres, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Foninké Manguè etc., aient été tenus loin des structures en charge de la refondation de l’Etat par le CNRD. Nous nous retrouvons avec des éléments zélés de l’ancien régime en position de force, aussi bien dans la haute administration, dans les régies d’Etat, que dans le CNT où le RPG aura la part belle des partis politiques. L’UFDG  avec ses alliés se retrouvent avec seulement un siège. Cette iniquité à l’endroit du plus grand parti du pays porte assurément un coup dur à la crédibilité de la suite de vos actions, mon colonel. En effet où se trouve donc la rupture annoncée et répétée depuis le 5 septembre 2021 ? Cette partialité du CNRD et du gouvernement de transition doit nous interpeller.

Le président de la transition subirait-il des pressions pour satisfaire les exigences du clan ethnique et régionaliste incarné par le RPG d’Alpha Condé ? Il fallait bien s’y attendre. C’est pourquoi lors de notre réunion avec des représentants de la Commission Européenne, nous avions plaidé que la junte et le jeune colonel soient plutôt soutenus et accompagnés que d’engager des sanctions et pressions internationales contre eux, parce qu’ils seront soumis au poids de leur communauté pour les empêcher de mener à son terme une bonne et équitable transition.

« Le système contre lequel ces jeunes se sont soulevés était tenu par les gens de leur propre ethnie. Lorsqu’on connaît le poids de la famille en Afrique, l’on comprend qu’ils se sont fait violence pour s’affranchir de ce poids. La majorité du peuple de Guinée les considère comme des sauveurs. Mais dans leur communauté beaucoup les qualifient de traîtres; traîtres à leur cause, à la famille ethnique. Sans soutien conséquent, ils résisteront un temps mais pas tout le temps »,

avions nous dit à nos interlocuteurs Européens.

Le problème sécuritaire demeure et les risques sont plus grands aujourd’hui qu’en 2009

Après le putsch qui a porté le CNDD au pouvoir, la communauté internationale a décidé de créer, dès fin janvier 2009, à Addis Abeba, le Groupe international de contact sur la Guinée (GIC-G) pour accompagner notre pays dans la transition. Le CNRD est au pouvoir depuis plus de  5 mois sans aucune initiative concrète dans ce sens, malgré des signes inquiétants de dérapage.

Le problème sécuritaire reste cependant entier voire plus préoccupant aujourd’hui dans la mesure où ce coup d’Etat ressemble fort à une révolution de Palais. Ceux qui l’ont fait sont de la même ethnie que le Président déchu et les généraux mis à la retraite. Ces généraux et les anciens dignitaires du régime défunt, restés libres, ont accumulé pendant plus de dix ans des trésors de guerre qui leur permettraient d’entreprendre des actions pour défendre leurs intérêts. Ce risque n’est pas à négliger. D’où la nécessité de soutenir la transition et confier l’organisation des élections aux Nations Unies, avec une force africaine neutre pour la sécurisation du processus électoral, des autorités de la transition et du peuple, dans l’intérêt de toute la sous-région, déjà fortement instable.

Chers compatriotes, leaders et responsables de la société civile, étant politiquement avertis, sachons définir nos priorités et œuvrer pour la transparence et l’impartialité dans l’ensemble du processus électoral prochain. C’est seulement ainsi que nous pourrons éviter des violences pré- et postélectorales à notre peuple déjà assez éprouvé ces 11 dernières années.

Allemagne, le 01 février 2022

Abdoulaye Sadio Barry,

Président du parti Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG).

 

Les témoignages du Dr. Fama Kanté : https://www.youtube.com/watch?v=Gnb7QwzKiJM

guest
15 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
12 février 2022 00:52

Le sénégalais et l’argent,surtout l’euro,une histoire d’amour sans fin.
Si tu donnes 1.000 euro 💶 à un sénégalais tu seras son “dieu “. Surtout à paris.
Pour le français c’est 10.000 euros 💶.
A part Sékou Anta Diop,tous les sénégaulois vénèrent leur dieu euro.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
9 février 2022 23:17

@Baren Soumah Merci pour la precision. J’ai ausi systematiquement subi la censure de Sadio Barry sur Guineepresse.info. Il n’a aucune chance en politique parce qu’on ne rassemble pas en etant aussi impermeable a la contradiction et aux idees des autres. @Youssouf On a tort d’ignorer Madic 10 Frontiere et tous ceux, comme lui, qui sont actifs sur Facebook. Que nous les ecoutions ou pas, ils forment l’opinion de milliers de guineens qui les ecoutent religieusement chaque jour. Moi aussi, je ne les ecoute pas, mais ma femme les ecoute regulierement. Je suis bien oblige de les entendre de temps a… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
9 février 2022 21:45

Foulou, hé Foulou, tu n’as pas bien compris Baren Soumah, ce n’est pas sur cet article là qu’il traite Sadio d’ethno mais bien d’autres avant , Sadio est sur les réseaux sociaux depuis des lustres . Il est connu de tout le monde car, contrairement à nous tous, lui, a un site à son nom et il y publiait régulièrement avec ses photos , ce n’est pas un anonyme . Concernant la transition ( notre transition ) chaque jour que Dieu fait, Doumbouya donne raison à ceux qui disaient depuis le départ qu’il n’est pas là pour passer . Ses… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
9 février 2022 21:33

@ Foulou, Non. Je faisais allusion à Sadio Barry lui-même à propos de « Madic 100 frontières ». Je fréquentais aussi guineepresse.info où j’étais systématiquement censuré. Sadio Barry est un personnage très complexe. Par exemple il déteste tellement Cellou Dalein et Ousmane Gaoual pour des raisons que je n’ai jamais compris… @ Youssouf Bangoura, Je n’ai pas vraiment la patience d’écouter les blogueurs mais je les subi. J’ai découvert ces gens il y a seulement quelques mois en faisant des recherches sur les Gneloy. Maintenant mes amis m’envoient des tas de monologues que je n’ai jamais vraiment le temps d’écouter. Sinon je… Lire la suite

Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
9 février 2022 17:21

Baren Soumah,

tu as vraiment le temps d’écouter des gens insignifiants, ce garçon dont tu parles ( Madic 100 ), n’a aucune importance, il y a rien d’intéressant de ce qu’il dit, ce n’est pas parce qu’il gueule sur les réseaux sociaux qu’il faut perdre son temps à l’écouter .

Foulou
Foulou
9 février 2022 08:07

@Baren Soumah Si l’alluasion aux « guinéens (qui) ne s’offusquent que quand c’est leur ethnie qui est victime d’insultes  » s’adresse a moi, tu me fais du tord. J’ai mes propres reserves a l’egard de Sadio Barry.qui, sur la base de mon experience personnelle sur son site internet Guineepresse.info, est quelqu’un d’extremement hermetique aux idees qui n’abondent pas dans son sens. Mais pour ce qui est de cet article, je me contente juste de saluer son coup de claxon a la derive de cette transition. Pour les memes raisons, j’ai salue la tribune de Gassama Diaby. Ceci dit, je ne crois pas… Lire la suite

Baren SOUMAH
Baren SOUMAH
8 février 2022 14:51

Sadio Barry n’a aucune crédibilité quand il joue au politicien rassembleur des guinéens. Présent sur les forums de discussion depuis leur création, il s’est fait une solide réputation d’ethnocentriste « insulteur professionnel » des autres ethnies et j’ai des dizaines de citations de lui pour le prouver. C’est vraiment dommage que les guinéens ne s’offusquent que quand c’est leur ethnie qui est victime d’insultes sinon j’ai écouté une heure de diarrhée verbale de « Madic 100 frontière » sur la « fainéantise des soussous qui ne font rien contre Alpha Condé qui leur donne un sac de riz… ». Il ne mérite pas toute l’attention dont… Lire la suite

Foulou
Foulou
8 février 2022 06:26

@Salifou Si tu continues ces (!), je vais sortir de ma retraite uniquement pour toi. Je vais t’apprendre a vivre. Tu racontes tes (!) a conotation ethnique comme si tu es seul a connaitre la vraie histoire recente de la Guinee. Eh bien nous etions la aussi, et jusqu’a preuve du contraire c’est Alpha Conde qui a lance un pogrom anti-peuhl en Haute Guinee en propageant cette fausse histoire d’eau empoisonee. Et ce sont tes parents qui ont execute cette dangereuse campagne de haine. Ils se sont tournes contre leur voisins peuhls depuis des generations et les ont chasse de… Lire la suite

Salifou
Salifou
7 février 2022 14:27

Nous allons l’empêcher de diriger…
En 2010 malgré la main tendue suggérée par toutes les forces vives et religieuses de la Guinée au sortir des présidentielles, Dalein a fait fi d’une volonté de réconcilier les guinéens en jurant d’empêcher Alpha Condé de Diriger.
Nous savons la suite, les jours étaient rebaptisés selon que c’est:

  • Grêve
  • Ville morte
  • Marche PACIFIQUE
  • Meeting sur places publiques
  • La défience
Mory Sylla
5 février 2022 16:44

Lui là c’est un ancien élément de Condé,son mentor qu’il n’a jamais cessé de crucifier. C’est Alpha qui l’a entraîné.
Au lieu d’appeler son parti comme celui du leader colonial Barry Diawadou,il devrait l’appeler BOC = Bloc de l’Alternance pour Condé 😁😁😁ha ha haaaaa….
Le Président Alpha Condé n’est pas ton camarade. Il ne connaît pas sa place.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
4 février 2022 16:45

Le cnrd n’a pas “pris le pouvoir” le 5 septembre 2021. Il a fait un coup d’état. Le pouvoir c’est pour le peuple et celui ou celle que ce peuple a élu. Les mutins n’ont pas pris le pouvoir. Ils usurpent le pouvoir. Par les armes. Contre la Loi. 😊La différence entre ces deux cas de figures vaut son pesant d’or. La majorité des Guinéens condamne ce coup farfelu. Ces pauvres mutins sont la honte de ce pays. Ils ne sont pas légitimes. Quand on ne condamne pas,on a déjà adoubé. Dommage mais votre obsession du pouvoir vous perdra. C’est… Lire la suite

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
3 février 2022 23:06

Tout était bon jusqu’à ce que je lise je cite : une force africaine neutre : ah bon !!! Une force étrangère en Guinée pour sécuriser le processus électoral dit Sadio Barry . Décidément, aucune leçon Sadio n’a retenue concernant les forces étrangères dans un pays .Ca n’a jamais abouti à quelque chose de bon, ça va plutôt augmenter des problèmes . Pour le reste, entièrement d’accord .

Foulou
Foulou
3 février 2022 17:05

Je sors encore de ma retraite volontaire pour saluer cet excellent papier de Sadio Barry. Je suis heureux de constater que de plus en plus de personnes commencent a voir ce que j’ai vu le lendemain de ce Coup d’Etat, tout au plus des la farfelue prestation de serment. Mamadi Doumbouya et son entourage percoivent la Guinee comme un butin de guerre dont ils se reservent la propriete exclusive. Mais Doumbouya se trompe lourdement. Lorsque les choses iront mal, les hommes de l’ombre disparaitront comme par enchantement, et il sera le seul face a l’histoire et a endurer les consequences… Lire la suite