Coup d’Etat au Burkina Faso : le président Kaboré arrêté

0 0 votes
Évaluation de l'article

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté, confirme notre correspondant sur place. Une déclaration officielle est attendue dans la journée.

11h 33 : La situation au Burkina Faso est confuse, c’est ce qu’indique l’ambassade de France au Burkina Faso. L’ambassade appelle par ailleurs les Français vivant au Burkina Faso de ne pas sortir de chez eux. L’ambassade indique que les écoles françaises resteront fermées jusqu’à demain.

Plus tôt dans la journée, l’ambassade américaine a déclaré qu’elle restait « fermée en raison de l’incertitude des problèmes de sécurité en cours dans tout Ouagadougou ».

Notre correspondant à Ouagadougou, Richard Tiéné, confirme que le président Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté.

Il aurait été transféré dans un camp militaire dans le centre de la capitale. Est-il entre les mains de gendarmes qui assurent sa sécurité ou aux mains des mutins ? Les sources interrogées divergent. Il semblerait en tout cas que les discussions menées dans la nuit de dimanche à lundi entre les mutins et les autorités n’aient pas abouti.

Selon l’AFP, le président du Parlement et des ministres du gouvernement Lassina Zerbo sont aussi détenus à la caserne Sangoulé Lamizana. 

Autour du palais présidentiel, pas de dispositif particulier, outre un hélicoptère qui survole la zone. Dans les rues de la capitale, les gens vaquent à leurs occupations et sont dans l’attente. Une déclaration officielle a été annoncée pour ce lundi.  

Flou également concernant la situation autour de la Radio télévision burkinabè (RTB). Un véhicule blindé est certes positionné devant la télévision mais les programmes ne sont pas interrompus. Un nom circule aussi déjà : selon le journal News Ouaga, « le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a évincé Roch Kaboré ». 

Informations à suivre 

Retour sur un weekend mouvementé

Tout est parti de tirs sporadiques puis nourris ce dimanche, à l’aube. Des tirs qui ont réveillé les Ouagavillois qui, la veille, avaient vu une manifestation en soutien au Mali réprimée par des courses poursuites et l’usage de gaz lacrymogène.

Sur les antennes de la télévision nationale, le ministre des armées, le général Barthélemy Simporé dans des propos paradoxaux ravive la rumeur relative à un profond malaise dans les casernes : 

« Nous ne savons pas ce qu’ils revendiquent. Nous sommes en train de suivre pour entrer en contact avec ceux qui sont à la manœuvre. Le chef de l’État n’a pas été arrêté. Aucune institution de la République n’a pour le moment été inquiétée. Ce sont des tirs bien circonscrits qui sont sous contrôle. »

Des tirs nourris sous contrôle. Pourtant, dimanche, un couvre-feu est décrété de 20h à 5h30, jusqu’à nouvel ordre et sur toute l’étendue du territoire.

« Nous ne savons pas ce qu’ils revendiquent » (Barthélémy Simporé)

Les populations restent inquiètes et peu rassurées par cette sortie du ministre des armées.

« Il faut que la population ait l’information juste. Il ne faut pas essayer de la camoufler. C’est une situation compliquée et c’est sûr que même le président, à un certain niveau, il se cherche. Ce n’est pas que je le soutiens. »

« Des crises dans d’autres crises, je pense que si on va de mal en pis c’est nous tous qui allons payer le prix fort. Nous sommes déjà dans un contexte très difficile; contexte d’insécurité avec les menaces terroristes, contexte sanitaire assez difficile. »

Lire aussi → Burkina : lourdes peines dans le procès du putsch raté de 2015

Tirer les leçons de la Guinée et du Mali

Les soldats, selon certaines sources non officielles, exigeraient le départ du directeur de l‘agence des renseignements. Ils dénonceraient également la mauvaise qualité des équipements, la mauvaise prise en charge des familles des victimes du terrorisme.

L’expert en sécurité Mahamoudou Sawadogo prévient : « Les forces de défense et de sécurité sont aujourd’hui, historiquement d’ailleurs, le dernier rempart face aux désordres créés par les politiciens. Je pense que nous devons tirer leçons de tout cela et de ce qui se passe en Guinée et au Mali pour ne pas tomber dans les mêmes dérives. »

La célébration de la qualification des étalons du Burkina en quart de finale de la coupe d’Afrique des nations aura été de courte durée. A 20h, le couvre-feu était en vigueur avec des tirs par endroit. Les écoles, elles, restent fermées. 

 

Source la Deutsche Welle (www.dw.com/)

guest
16 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
28 janvier 2022 22:08

Libérer le Président Kaboré.
Allez arrêter les djihadistes. Le Président Kaboré n’a rien fait de mal.
C’est pour ça on paie les gardiens. Pour les djihadistes.
Pas pour renverser les institutions nationales.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
momo
momo
28 janvier 2022 16:57

Les coups d’Etat ne sont pas la solution, malheuresement certains regimes civils aussi sont trop decevants

Mory Sylla
28 janvier 2022 00:27

La vie c’est pas l’argent ou les billets d’euros seulement. Autant nombreux les sacs.
😌La vie c’est plus que l’argent et les coffres forts remplis d’or et de diamants,irrésistibles pour certains.
“L’argent est un bon servant mais un terrible maître.” C’est un philosophe Anglais qui le dit,Monseigneur Francis Bacon.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
27 janvier 2022 14:48

Mory Sylla, le CNRD a tout mon soutien pour extirper la Guinée dans les griffes des prédateurs financiers et économiques qui saignent ce pays depuis au milieu des années 90 . La dessus, je suis intraitable . je ne suis pas pour Doumbouya parce que je pense qu’il y a mieux sur le terrain mais concernant la lutte contre le vol des deniers publics, je suis 100 % de son coté . Ce pays a tout pour être heureux mais certains de ses fils( une toute petite poignée ), ont décidé que c’est seulement eux qui doivent l’être, que l’écrasante… Lire la suite

Mory Sylla
25 janvier 2022 21:55

😊Nous demandons le départ du cnrd burkinabé et le retour à la légalité Constitutionelle.
La Constitution a justement prévu ces cas de figures.
Les militaires doivent se calmer et retourner en urgence au front où leur présence est demandée .
La Constitution a tout prévu. Si le Président a démissionné,on prend acte,mais c’est pas un mutin qui vient après.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
25 janvier 2022 16:33

Les soldats burkinabé la ont peur d’affronter les djihadistes. C’est ça qui est la vérité.
C’est la raison unique de ce coup d’état qui ne se justifie pas.
Nos armées ne sont pas disciplinées. Les putshistes doivent être fusillés dans un pays. Rien ne sera perdu.Un putshiste est tres nocif pour la santé d’une nation.Mieux vaut 10 mandats qu’un coup d’état. Les putshistes sont des attardés mentaux. Je n’’ai jamais vu un putshiste qui a la tête sur les épaules. Ils sont tous dérangés. On n’a pas besoin de ces perturbateurs. L’Afrique vit mieux sans eux.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
25 janvier 2022 07:37

Vraiment triste ce qui arrive a l’Afrique de l’Ouest. Nous voila revenus aux annees 70-80 avec tous les 6 mois un groupe de petits soldats quasi-analphabetes qui s’amenent et remettent tout en cause. Ceux qui applaudissent ces coups d’Etat devraient savoir qu’il n’y a pas plus manipulable que des dirigeants illegitimes, impopulaires a l’interieur et a l’exterieur et non reconnus. Ce genres de dirigeants se vendent a quiconque leur promet de les aider a garder le pouvoir. Ils mettront dans la balance les ressources du pays si ils peuvent rester au pouvoir. Voila pourquoi des mercenaires russes ont debarque au… Lire la suite

Mory Sylla
25 janvier 2022 06:25

Les militaires là sont des kaba diawara des soldats 😁😁😁C’est comme ça meme on doit appeler un mutin:un kaba diawara(il n’a pas le niveau pour diriger,mais il s’impose. Le résultat: meme la Gambie bat le Syli.)doumbouya et les mutins burkinabé sont des kaba diawara.Vive une grande confusion parmi les mutins pour précipiter leur départ du pouvoir usurpé.C’est Lappé Bangoura qui mérite de diriger le Syli. Avec le Sénégalais Amara Traoré. kaba diawara est un ancien joueur français. Ce monsieur n’a jamais remporté un seul trophée 🏆. Les mutins comptaient sur le Syli pour se légitimer 😁Ils
ont tapé poteau.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
25 janvier 2022 00:07

Bangoura,c’est pas le Président seulement qui s’occupe de la population. C’est tout un ensemble. C’est la synergie de ce travail qui produit un résultat. Si un des elements(l’armée)ne joue pas son rôle,aucun régime ne pourra atteindre son objectif.Les blancs ont compris. Voici pourquoi ils ont tous banni les coups d’états. Il n’y a pas de coup d’état en Europe ni en Amérique,encore moins en Russie ou en Chine.Le coup d’état est la pire des calamités qui puisse s’abattre sur un pays. Quand des gueux s’emparent du pouvoir illégalement par les armes. La solution: créer des unités pour les neutraliser.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
24 janvier 2022 23:51

Mais Bangoura,l’armée est elle même un organe du pouvoir exécutif. Tu es entrain d’exclure les militaires du bilan du Président. Non. C’est l’exécutif qui contrôle l’armée et celle ci en retour fait son travail légal:défendre et protéger le pays.Si ces militaires avaient battus les djihadistes,tout le monde aurait dit que c’est le Président Kaboré qui a battu les djihadistes.Ces militaires là ne sont pas nouveaux. Toi tu les présentes comme des acteurs “neutres.” Non. Ils ne le sont pas. C’est ça le drame des coups d’états: des éléments usés comme les mutins se présentent en hommes “neufs”. C’est faux.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
24 janvier 2022 20:54

Mory Sylla,

quelle légalité ?Elle n’existe pas cette légalité, du moment où le pouvoir exécutif est incapable de s’occuper le bien être de sa population et la sécurité de celle-ci .

Mory Sylla
24 janvier 2022 19:42

Les Présidents Africains doivent mettre en place de vrais services de renseignements pour identifier tous ces putshistes dans nos armées pour les traquer et les neutraliser.
Je préfère 100 mandats à un coup d’etat.
Il faut en finir avec ces putshistes une fois pour toute.
Tant qu’on ne corrige pas ces maudits soldats,l’Afrique ne s’en sortira pas.

Last edited 3 mois plus tôt by Mory Sylla
Le Pan-Africain
Le Pan-Africain
24 janvier 2022 19:15

Et oui Mr. Diallo. Je n’apprecie pas le Sekou Toure post independance mais il faut quand meme reconnaitre qu’on aurait du garder l’AOF en place comme il le voulait. Malheureusement, Boigny voyait les choses autreement. Nos pays ne peuvent pas s’industrialiser et donc manquerons toujours de stabilite. Faut revoir les choses. Le pan-africanisme des peuples est une option a exploirer. Qu’on reconnaisse et qu’on accepte l’existence de groupes ethniques qui pourront s’organiser pour la promotion de leur culture. Qu’on ait un governement federal de type parlementaire avec une basse chambre qui represente les peuples et une haute pour nos micro… Lire la suite

Mory Sylla
24 janvier 2022 16:11

Ces armées en Afrique sont de véritables depotoirs d’ordures.

Mory Sylla
24 janvier 2022 15:50

Mais où est le reste de l’armée Burkinabé pour restaurer la légalité ?

T.Diallo
T.Diallo
24 janvier 2022 12:58

Quand la bande à Alfa et autres ADO se jouait de leurs peuples et confisquait le pouvoir, la CEDEAO, ses grandes sœurs (UA) et ses grands frères (ONU, UE, USA, France…) sont restés muets. La réalité les rattrappe au Mali, en Guinée et maintenant au Burkina. Un ami malien me demandait de l’accompagner à Berlin pour la manif contre les sanctions de la CEDEAO sur le Mali. Il m’a raconté plein de choses sur le double jeu de la France dans les guerres qui sévissent dans ce pays. Il me disait que dans les jours qui viennent le président burkinabé… Lire la suite