Guinée : enfin, le chef de la junte crée le Cadre de dialogue inclusif

0 0 votes
Évaluation de l'article

Réclamé depuis plusieurs mois par la classe politique et des acteurs de la société civile, le cadre de dialogue inclusif inter guinéen a été créer par un décret lu ce mercrei à la télevision nationale…  

Chapitre I : Dispositions générales

Article 1er : Il est créé un Cadre de concertation inclusif en République de Guinée.

Article 2 : Placé sous l’autorité du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, le Cadre de concertation inclusif constitue l’espace d’informations, d’échanges et de propositions entre les acteurs des forces vives de la nation sur la transition. Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation rend compte périodiquement de l’évolution de la concertation avec l’ensemble des acteurs au Premier ministre Chef du Gouvernement.

Chapitre II : Attributions et organisation

Article 3 : le Cadre de concertation inclusif est animé par un Secrétariat technique.

Article 4 : le Secrétariat technique est chargé de la préparation et de l’organisation du dialogue entre les forces vives de la nation. A ce titre, il pour mission de :

-servir d’interface entre les différents acteurs ;

-préparer l’ensemble des documents à soumettre à l’appréciation du Cadre de concertation inclusif ;

-définir le format et l’agenda des concertations ainsi que la liste des participants ;

-suivre la mise en œuvre du plan d’action du Cadre de concertation inclusif ;

-organiser les rencontres dans des conditions matérielles et sécuritaires appropriées ;

-préparer et envoyer les courriers et conclusions des réunions.

Article 5 : le Secrétariat technique du Cadre de concertation inclusif est animé par un Secrétaire technique et deux rapporteurs nommés décret du président de la Transition.

Chapitre III : Composition

Article 6 : le Cadre de concertation inclusif est composé de l’ensemble des forces vives de la nation reparti comme suit :

Secrétariat technique : 3 représentants ;

Coalitions de partis politiques : 20 représentants, soit un représentant par coalition ;

Gouvernement : 3 représentants ;

Structures faitières de la société civile : 5 représentants ;

Centrales syndicales : 3 représentants ;

Associations de presse : 2 représentants ;

-Les partenaires techniques et financiers en qualité d’observateurs.

Article 7 : les membres du Cadre de concertation inclusif sont nommés par arrêtés du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation sur proposition des structures respectives.

Article 8 : le Cadre de concertation inclusif se réunit une fois par mois en session ordinaire et en session extraordinaire sur convocation du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation. L’ordre du jour est envoyé aux participants 72 heures avant.

Chapitre IV : Dispositions finales

Article 9 : le Secrétaire technique du Cadre de concertation inclusif rend compte régulièrement par voie de courrier aux acteurs et aux partenaires techniques et financiers.

Article 10 : un arrêté du ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation complète les dispositions du président décret.

Article 11 : les dépenses de fonctionnement du Cadre de concertation inclusif sont imputables aux dépenses communes de l’Etat.

guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Mory Sylla
10 avril 2022 06:05

Un cadre stupide,illégitime et bidon.A l’image de ses sombres personages d’auteurs.
On doit se battre pour que tous ces sales et affreux mutins dégagent du pouvoir.
Ils ne sont pas nos élus.
Vive le retour à l’ordre Constitutionel en Guinée 🇬🇳.
À bas le coup d’état très stupide des lakoudous.Ce minable “coup” va échouer.

Last edited 5 mois plus tôt by Mory Sylla
Oumar Mâci Bah
Oumar Mâci Bah
9 avril 2022 20:49

Une autre structure budgétivore et inutile. Soit Doumbouya est mal conseillé, soit il est de mauvaise foi. On a l’impression qu’il veut faire la politique sans les politiques en Guinée. Sinon pouquoi ajouter les représentants des groupes socio-professionels et de la société civile, bref un CNT bis ?

Mory Sylla
9 avril 2022 04:07

C’est dégradant et misérable de voir ces lakoudous maintenir leurs sales bottes sur le cou de la Guinée 🇬🇳. Le pays ne peut même plus respirer à cause de ces rebelles sanguinaires,des prisonniers en sursis.
Il faut libérer ce pays de ces démons.

Last edited 5 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
9 avril 2022 00:03

Merci Bangoura.
Tu as tout dit.
Ce mutin veut faire passer tous ces soldats tués pas perte et profit.Ça ne marchera pas. Tôt ou tard il rendra des comptes. C’est obligatoire.Il le sait lui même. C’est pourquoi je dis que le temps joue contre les mutins. Ils n’échapperont pas. Ils fanfaronnent seulement à l’heure là car ils ont 2 ou 3 pistolets mais ils savent que le match est déjà terminé pour eux. Quelque soit l’issue,eux ils sont finis.

Last edited 5 mois plus tôt by Mory Sylla
Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
8 avril 2022 23:08

Décidément Alpha Condé n’a pas peur, il est revenu à de son propre chef à Conakry, contrairement à ce que beaucoup pensaient qu’il allait prendre la fuite et ne plus revenir en Guinée .Prêt à assumer sa gestion et ça va donner le courage à ses partisans .

Youssouf Bangoura
Youssouf Bangoura
8 avril 2022 13:13

Doumbouya ne peut créer aucun cadre de dialogue tant qu’il n’a pas dit le nombre des jeunes soldats qu’il a tués le 5 septembre 2021 et où il les a enterrés .Il se fout du monde, lui le grand criminel ne peut pas créer un cadre de concertation pour la paix en Guinée . Les parents de ces jeunes soldats doivent savoir où sont les corps de leurs enfants, c’est un passage obligé qu’il le veuille ou non . Ses tentatives de passer une éponge dessus ne passera pas comme l’a si bien dit Mory Sylla, la place de Doumbouya… Lire la suite

Shams Deen
Shams Deen
8 avril 2022 07:02

Si tu veux rendr insoluble le plus simple des problèmes genre ( 1+1=?) en guinée tu crée une commission ou une sorte d’institution autour du problème.
Un enfumage de plus en raison de la propension de certains guinéens à êtres toujours à la charge de l’état ( on parle ici encore de dépenses imputables au budget commun) .
Les partis responsables doivent refuser ce piège nouveau parcequ’ils se sont faits avoir à la cnt.

Last edited 5 mois plus tôt by Shams Deen
Mory Sylla
7 avril 2022 19:25

Du n’importe quoi.
Encore les simagries de ces mutins.
Rien que des conneries.
Dégagez simplement.

Last edited 5 mois plus tôt by Mory Sylla