Tribune//Nous devons travailler à la reconstruction du citoyen guinéen.(Par Th. Aliou BAH)

0 0 votes
Évaluation de l'article

Conscient de la difficultéémotionnelleen situation de deuil, je témoigne toute ma sympathieà la famille Touré et amis suite au décès prématuré de Aminata Touré, fille de l’ancien présidentAhmed Sékou Touré. L’analyse sans préjugés de l’actualité politique est d’une grande utilité pour le rétablissement et le maintien de la cohésion sociale. Sans écarter les diverses lectures faites par les uns et les autres du caractère problématique ou non du régime Touré, il est légitime de soutenir que la Guinée assure un certain retard sur son passé. C’est pourquoi, il est difficile de trouver un juste équilibre dans les positions défendues par les uns et les autres. Surtout que sur la période 1958-1984, les historiens guinéens tardent à faire un réel travail de vérité.

L’importance singulière que l’économiste que je suis attache à l’histoiretient des perspectives que le recul offre dans la hiérarchisation des politiques de développement ou dans l’encadrement des codes de bonne conduite. La liberté laissée aux historiens (ou aux témoins du passé) de faire la lumière sur les faits historiques d’une société, tient de leur capacité supposée à prendre du recul et à rendre compte au peuple et sans parti pris. Pour ma génération, la recherche de la vérité sur les faits politiques marquants de notre société a un gout d’inachevé, du fait de sérieuses divergences de vue sur notre histoire récente.

Que puis-je véritablement apporter de nouveau à une réflexion déjà biaisée, dépourvue de toute appréhension équilibriste des faits ; les uns se basant sur des faits de violence, demande reconnaissance et justice, et les autres arborant la thèse de la raison d’État pour justifier les atrocités du régime Touré ? Si rien de tout cela ne doit remettre en question l’absolu besoin de justice des familles des victimes, il serait incongru d’incriminer un régime guinéen pour le salut des autres, car notre pays n’a connu que des périodes de désillusion depuis son accession à l’indépendance.

La Guinée existerait-elle si Sékou Touré avait laissé les français gagné ? La Guinée telle que nous la connaissons aujourd’hui serait-elle en meilleure santé économique si les régimes successifs avaient pris leur responsabilité en matière de développement et de consolidation de la société ? Que serait devenue la Guinée si nos dirigeants avaient fait du capital humain, de la valeur travail et du leadership des enjeux stratégiques ? Que deviendrait la Guinée si nous assurions la cohérence du discours politique avec les priorités nationales en repensant, par exemple, les orientations en matière de gestion des ressources humainesen vue de l’atteinte des objectifs de performance et leur pérennisation ?

Nous, en tant que collectivité, ne sommes-nous responsables de rien ? Qu’avons-nous fait ou que faisons-nous concrètement pour la patrie ? Voilà tant de questions que les Guinéens devraient se poser pour amorcer le vrai dialogue. En dépit des progrès enregistrés en matière de respect des droits de l’homme et liberté durant le deuxième régime, l’équilibre économique et le progrès social restent précaires. Des générationsentières ont été sacrifiées par despolitiquesguinéens en manque d’élévation morale induisantla mauvaise priorisation des programmes de développement.Au bout du compte, c’est la société tout entière qui en fait les frais. C’est pourquoi, dans un esprit de justice et d’équité, tous nos régimes devraient se justifier devant le tribunal du peuple, dans le cadre d’un dialogue national sans langue de bois.

Aucune raison d’État ne saurait légitimer l’immunité des dirigeants puisque c’est l’impunité de facto des crimes d’État qui exacerbe la mauvaise gouvernance et son corolaire, la pauvreté. Nous avons failli de faire le travail fondamental de reconstruction du citoyen et de moralisation de l’appareil d’État. Or, la lutte permanente entre le mal et le bien ne saurait faire fi de l’unité d’action nécessaire pour restreindre, circonscrire, voire contrecarrer les actions ignominieuses de l’État et celles des citoyens au service du mal. Une société où tout ce qui fait sensation (la mamaya, la haine, les fausses rumeurs, la politique, la division, le copinage, etc.) fait recette alors qu’il y a des priorités, est vouée à l’échec.

Le style de leadership (transformationnel) qui a favorisé le décollage des dragons (Corée du Sud, Singapour, Taiwan et Hong Kong)et celui du Rwanda, comporte des notions d’inspiration, de mimétisme contextuel (ou d’intelligenceéconomique), de vision de long-terme, et de création d’un écosystème de valeurs sur lesquelles tout le monde, y compris les institutions et le citoyen, doit s’aligner.Malheureusement, notre société n’a pas su mettre à profit l’énergie, les valeurs et la conviction nécessaires pour vaincre les réflexes qui sapent la cohésion nationale et retardent le développement du pays. Pour changer la Guinée, nous devons remettre en question certaines de nos convictions, prendre la balle au bond et nous mettre au travail, en évitant tout amalgame entre incrédulité et respect des valeurs de la République.

Malgré les couacs du processus en cours, cette transition peut être une réussite si chacun agit à son échelle et de façon responsable. Pour ma part, s’il n’y avait pas de débat d’idées, la vie ne serait pas agréable. Le principal, dans une sociétéau lourd passé comme la nôtre, c’est de s’accorder sur les valeurs qui font avancer un État, c’est-à-direl’humanisation du citoyen par le travail, la compétence, la rigueur, la conviction dans l’accomplissement des tâches, la coresponsabilité (ou l’imputabilité), la collaboration,le respect de soi et des autres (ou l’intelligence émotionnelle), et la denrée la plus rare dans notre pays, le leadership. La haine, les calculs politiques et les critiques acerbes ne construisent pas ; ils détruisent.La Guinée doit être un pays d’équilibre.

Thierno Aliou Bah

MSC., MBA

Gérant, Cogent Consulting

Expertiseet ressources en organisation, leadership, management stratégique et développement

Tél (Guinée) : 621 79 94 96 ¦ Tél (USA) : 919-627-8184 ¦ Courriel : Tbah71@gmail.com

guest
15 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Foulou
Foulou
25 janvier 2022 08:16

@Shams Deen

Je t’avais oublie, toi. Je sais ce que je suis, je n’ai pas besoin d’un vieux aigri pour me le dire.

Je sais que chaque fois que tu ecris un commentaire tu dois toujours te demander comment je vais reagir. Et bien, je te reitere ma promesse de ne jamais te laisser hair en paix ici.

Shams Deen
Shams Deen
23 janvier 2022 04:38

Foulou

Je suis quand même intelligent pour savoir qui se bat pour être plus royaliste que le roi, je ne pense pas que tu ai été fait pour me rendre la vie difficile, c’est pas possible

Encore une fois je ne te suivrai pas dans tes égouts, j’ai pas tété la haine ni le mensonge au berceau ;Capito amigo.

Trouves toi un interlocuteur cher monsieur.

Foulou
Foulou
22 janvier 2022 21:49

@Shams Deen De quoi parles-tu quand tu dis « assimile » ? Que je serais un peuhl assimile ? Waou!!! Tu es vraiment a court d’arguments, mon vieux. La derniere fois, ne disais-tu pas que je te rendais la vie impossible parce que je suis malheureux de n’avoir pas eu la chance d’etre mandingue ? Decidemment, tu ne vois le monde qu’au travers du prisme de l’appartenance ethnique. Et comme je te l’ai dit par le passe, si on est bien ne, on n’a pas besoin de le crier. Contrairement a toi, je ne pense pas qu’une ethnie est superieure a une… Lire la suite

Shams Deen
Shams Deen
21 janvier 2022 23:46

Foulou Je sais que les assimilés ont la propension de se faire passer pour plus que les originaux(qui ont la descence dans leurs manières de se tenir) c’est pour cela que je te méprise. Tu n’as aucune chance de te jouer de moi du fait que je ne suis pas un habitant d’égouts. Jamais tu ne réussira à me faire descendre dans tes détritus, non c’est pas possible. Pour le moment, l’histoire a retenue deux choses. Le président Sékou nous a donné l’indépendance, un supplétif reste supplétif . Le président Sékou, à triomphé de tous les ennemis de ce pays… Lire la suite

Last edited 4 mois plus tôt by Shams Deen
Foulou
Foulou
21 janvier 2022 16:04

@Shams Deen Tu ne sais pas comment fonctionne le mepris. En plus, tu n’as pas les moyens de mepriser quelqu’un qui se joue de toi comme d’un violon plusieurs fois par jour.. Notre esprit d’entreprise ne se limite pas qu’au commerce, et tu le sais tres bien. Quand bien meme ce le serait, c’est quasiment 70% de l’activite economique en Guinee. Le commerce vient avant l’exploitation miniere. J’ai habite Kakan pendant une annee entiere (j’adore Kankan soit dit en passant). Si tu vas dans le village le plus recule de la region et tu franchis la porte d’un magasin ou… Lire la suite

Shams Deen
Shams Deen
21 janvier 2022 02:06

Foulou
Je ne me laisserai pas de te MÉPRISER toi et tous ceux qui te ressemble .
C’est parceque le président SEKOU TOURÉ a pu être quelque chose de bien qu’on parle de lui.
Votre commerce a vécu monsieur du peu voire très peu.
Hier j’étais au symposium organisé pour notre soeur AMINATA et j’ai rencontré des gens intelligents qui savent où ils vont.
Restez figés dans vos DELIRES ;vous aurez nos réponses inchallah.
Ce pays n’est pas fait pour les pleurnichards.

Last edited 4 mois plus tôt by Shams Deen
Mory Sylla
20 janvier 2022 23:48

Mon grand père était un peu comme Sekou Touré. Très bon,drôle et généreux de cœur mais impitoyable en cas d’erreur. Il corrigeait proprement.C’est grâce à ça que nous avons eu la discipline.Je remercie mon grand père,mon Sekou Touré pour le grand travail de discipline.Quand on aime,on châtie car ce monde est dur. Seuls les durs s’en sortent.Sekou Touré nous a agguerri. Merci Président pour le travail de discipline. Tu t’es immortalisé toi même.Sans discipline,pas de liberté. La discipline c’est la fondation de la vie. Il faut sanctionner dans la vie. “ C’est pas forcé mais c’est obligatoire.” Sekou Touré. Vraiment… Lire la suite

Last edited 4 mois plus tôt by Mory Sylla
Mory Sylla
20 janvier 2022 18:56

Il y’a une véritable obsession de Sekou Touré. C’est minable et piteux.
Tout c’est Sékou Touré . Même la foudre.
Une mentalité d’irresponsable et d’individus qui cherchent à paraître en s’accrochant au nom Sekou Touré.C’est vraiment déplorable.
Il ne faut pas écouter de tels galimatias.

Last edited 4 mois plus tôt by Mory Sylla
Foulou
Foulou
20 janvier 2022 18:18

@Shams Deen

Il faut reserver ce genre d’histoire(H) a vos reunions d’amoureux de Sekou Toure comme celle du 9 Janvier dernier. On ne vous demande rien de plus, du moins jusqu’au jour ou on parviendra a vous accorder votre independance. Apres cela, vous pourrez celebrer votre Faama du 1er au dernier jour de chaque annee. Aussi longtemps que nous partagerons cette Guinee, nous repondrons toujours a vos legendes avec la vraie histoire de la Guinee, a savoir, entre autres, celle de l’episode du boucher de Faranah a la tete de la Guinee.

TRONKA
20 janvier 2022 16:07

@Africain Fantastique réplique du citoyen Africain sur cette affaire de feu AST(paix à son âme). Merci. En Guinée et depuis belle lurette, l’honnêteté devient un délit et surtout la subjectivité devient le tropisme de ceux qui pensent arrêter les rayons du soleil par la paume de leurs mains!! On peut travestir la vérité pour tromper une partie du peuple pour une partie du temps, mais jamais tout le peuple éternellement. Le crime de feu AST pour certains:c’est son combat pour l’indépendance guineenne en 1958. Après le NON au référendum, L’algorithme de la puissance coloniale était de tout faire pour anéantir… Lire la suite

T.Diallo
T.Diallo
20 janvier 2022 15:18

Comme l’a dit Baren Soumah, ramener Sekou Touré dans le Débat en ce moment précis n’est que diversion. Je ne comprends pas trop ce que Col. Mamadi Doumbouya veut tirer de cette galère. En tout cas pas la cohésion nationale. Très loin de diviniser l’homme, pour le moment l’histoire avec un petit h retient que : 1)     Sekou Touré est le père de l’indépendance de la Guinée 2)     Sekou Touré a réussi jusqu’au bout à sauver sa peau L’Histoire avec un grand H retient que :   Sekou Touré un combattant pour les Indépendances, fut un tyran et un dictateur pendant son règne. Il… Lire la suite

Shams Deen
Shams Deen
20 janvier 2022 07:56

Africain

Pour le moment l’histoire (H) a retenue le président Sekou .
Le président Sekou a provoqué ces gens par deux fois.
1 le fait d’avoir acquis notre INDÉPENDANCE par son leadership inégalable .
2 le fait d’avoir triomphé de ses collabos et fils de collabos pour faire échouer L’INDEPENDANCE .

Nous porterons demain en terre notre soeur ami qui a rejoint le paradis au près de nos pères fondateurs.

Foulou
Foulou
19 janvier 2022 16:25

Thierno Aliou Bah raconte n’importe quoi. Ce n’est pas Sekou Toure qui a fait gagner a la Guinee son independance. Le gouvernement francais a propose un referendum a la Guinee pour l’adoption de sa constitution consacrant la communaute francaise, une facon de garder les colonies francaises sous controle du gouvernement francais. Plusieurs partis politiques guineens ont fait campagne pour le non, y compris le PDG de Sekou Toure. C’est la population guineenne, qui a massivement vote non au referendum, qui a permis l’independance de la Guinee. Le veritable merite de Sekou Toure, c’est d’avoir prononce ce discours qui a occasionne… Lire la suite

Africain
Africain
19 janvier 2022 13:55

« La Guinée existerait-elle si Sékou Touré avait laissé les français gagné ? La Guinée telle que nous la connaissons aujourd’hui serait-elle en meilleure santé économique si les régimes successifs avaient pris leur responsabilité en matière de développement et de consolidation de la société ? Que serait devenue la Guinée si nos dirigeants avaient fait du capital humain, de la valeur travail et du leadership des enjeux stratégiques ? Que deviendrait la Guinée si nous assurions la cohérence du discours politique avec les priorités nationales en repensant, par exemple, les orientations en matière de gestion des ressources humainesen vue de l’atteinte… Lire la suite